Georges Loinger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loinger.
Georges Loinger
Georges Loinger par Claude Truong-Ngoc octobre 2014.jpg
Georges Loinger en 2014.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 108 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Domicile
Activité
Fratrie
Enfant
Guy Loinger (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions

Georges Uriel Joseph[1] Loinger dit Georges Loinger, né le à Strasbourg et mort le à Paris, est un résistant français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Georges[2] Loinger naît en 1910 à Strasbourg dans une famille de sept enfants, juive orthodoxe, de Mina Werzberg, née en Roumanie et Salomon Loinger, né en Pologne[3],[4]. Son père vend des meubles et sa mère est une femme au foyer[3]. Il est élevé durant la Première Guerre mondiale par sa tante, la future mère de Marcel Mangel, qui se fera connaître plus tard sous le nom de Marcel Marceau. Il est l'oncle de Yardena Arazi dont la mère est sa sœur cadette Yvette Loinger[5].

Il fait ses études au lycée Fustel-de-Coulanges, à Strasbourg, où, rapidement, il se distingue en gymnastique et en sport[4]. Dès l'âge de 15 ans, en 1925, il entre au mouvement de jeunesse sioniste Hatikvah où il rencontre sa future épouse Flore Hélène Rosenzweig[6], née le 10 janvier 1911, en Alsace[7] qui y est cheftaine[4]. Tous les enfants Loinger font partie de ce mouvement[8]. C'est à Hatikvah que Georges Loinger rencontre Andrée Salomon[9].

Diplômé en 1929 de l'École pratique d'industrie, il travaille pour une compagnie de navigation sur le Rhin qu'il quitte en 1932 pour passer le diplôme de professeur d'éducation physique et sportive. Il finance ses études en étant surveillant général au Séminaire israélite de France[4] dont un des professeurs, Marcus Cohn, le fondateur de l'École Maïmonide (Boulogne-Billancourt), le recrute en 1935 comme professeur d'éducation physique[10],[4]. Moniteur national des Éclaireurs israélites de France, il crée un club sportif à Belleville pour les enfants juifs. Dans les années qui précèdent la Seconde Guerre mondiale, il s'occupe d'accueillir de jeunes réfugiés juifs d'Allemagne dans une propriété de la baronne Germaine de Rothschild, le château de la Guette.

Après qu'il a été mobilisé à la déclaration de guerre, son épouse devient la directrice de l'œuvre du Château de la Guette. Il est fait prisonnier durant la débâcle. Parvenant à s'évader de Bavière à la fin de l'année 1940 en compagnie de son cousin Marcel Vogel, rencontré par hasard au stalag 7A[4], il rejoint le 10 janvier 1941 sa femme à la Bourboule, où celle-ci s'est repliée avec 123 jeunes réfugiés[4].

Avec le soutien du docteur Joseph Weill qu'il avait rencontré dès 1930, l'un de ses amis de Strasbourg et dirigeant de l'Œuvre de secours aux enfants, il organise jusqu'à la Libération le sauvetage de plusieurs centaines d'enfants juifs qu'il fait convoyer via Annemasse jusqu'en Suisse. Au début, il faisait jouer les enfants au football le long de la frontière, et lorsque malencontreusement le ballon la franchissait, tout le monde allait le chercher sans revenir. Jusqu'à septembre 1943, la frontière était gardée par des soldats italiens et le commandant italien a, une fois, fait discrètement savoir qu'il approuvait ce que Loinger faisait, à savoir les sauvetages d'enfants. Après septembre 1943, tout changea avec l'arrivée des Allemands[11]. Quelques convois connaîtront une fin tragique et entraîneront la perte d'enfants et de jeunes héroïnes comme Mila Racine, la sœur de Emmanuel Racine, Marianne Cohn ou Thérèse Tédesco[12]. Il fait partie du Réseau Garel (Lyon, 1942-1944), avec sa sœur Fanny Loinger (29 mai 1915, Strasbourg-13 mai 1992, Israël), une infirmière. Mais ce n'est qu'après la guerre que le frère et la sœur découvrent qu'ils faisaient de la Résistance et dans le même Réseau Garel[13].

Sa sœur Emma (Émilie) Loinger, née le 25 septembre 1913 à Strasbourg, épouse de Erich Arnold Lederer, né à Diersbourg, en Allemagne, le 25 avril 1913, français par naturalisation[14] fait également partie de la Résistance[15]. Elle travaille à l'Œuvre de secours aux enfants (OSE) depuis 1939.

Après la guerre, il œuvre pour faciliter le passage des rescapés du nazisme en Palestine mandataire et joue un grand rôle dans l'affaire de l'Exodus lorsque ce bateau fait escale en France. Il sera ensuite directeur de la filiale française de la compagnie de navigation israélienne Zim Integrated Shipping Services. Il a présidé l’Association de la Résistance juive de France (ARJF)[16].

En mars 2013, au cours d'un voyage en Israël à l'âge de 102 ans, il est reçu par le président Shimon Peres[17].

Georges Loinger meurt, des suites d'une chute[3], le 28 décembre 2018 à Paris à l’âge de 108 ans[18],[19]. Son fils, Daniel Loinger, son frère, Charles Loinger[20], ainsi que deux petits-enfants lui survivent[3]. Selon son fils, Daniel Loinger, ses derniers mots ont été : « Personne ne pourra détruire la culture juive »[21]. Il repose depuis le 31 décembre 2018 au cimetière du Montparnasse.

Famille[modifier | modifier le code]

Son fils aîné, Daniel Loinger[13]est né le 28 mai 1937[22], mais d'après les récits de son père, en 1934[23],[24]! Son deuxième fils, Guy Loinger, économiste et universitaire, né le 10 décembre[25] 1942[26], est mort à 69 ans, à Paris, le 11 février 2012[27].

Honneurs[modifier | modifier le code]

Georges Loinger est Commandeur de la Légion d'honneur à titre militaire et a reçu la Médaille de la Résistance, la Croix de guerre avec palmes et la Médaille d'Or du ministère de l'Éducation nationale, de la jeunesse et des Sports. La médaille de citoyen d'honneur de la ville de Strasbourg lui est remise le 24 octobre 2014[28],[29].

En juillet 2016, à Paris, il est fait officier dans l’ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne[30].

Le 31 août 2017, il reçoit les insignes de Commandeur des Palmes académiques des mains de Florence Parly, ministère des Armées [31].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Georges Loinger (préf. Serge Klarsfeld, avec la participation de Katy Hazan), Aux frontières de l'espoir, Paris, le Manuscrit et Fondation pour la mémoire de la Shoah, coll. « « Témoignages de la Shoah » (no 8728) », , 276 p. (ISBN 978-2-7481-8082-4)
  • Georges Loinger (dir.) et al., Organisation juive de combat : France, 1940-1945, Paris, Autrement, coll. « Mémoire/histoire », (ISBN 978-2746709027)
  • Georges Loinger et Sabine Zeltoun, Les Résistances juives en France pendant l'Occupation, Paris, Albin Michel, coll. « Beaux livres », (ISBN 978-2-226-18186-2)
  • Georges Loinger (avec le concours de Michèle Schlanger-Merowka et Katy Hazan), l’odyssée d’un résistant témoignage d’un centenaire,enfant d’Alsace, Nice, les éditions Ovadia, coll. « XXe siècle histoire et destinées », , 272 p. (ISBN 978-2-36392088-1)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Obituaries. Georges Loinger, French resistance fighter who smuggled Jewish children to safety, dies at 108. The Washington Post, December 30, 2018.
  2. Il prend le prénom de Georges, comme jeune homme. Voir, (en) Richard Sandomir. Georges Loinger, Wartime Rescuer of Jewish Children, Dies at 108. The New York Times, January 4, 209. L'édition imprimée paraît dans le New York Times du lundi 7 janvier 2019, p. D6.
  3. a b c et d (en) Richard Sandomir. Georges Loinger, Wartime Rescuer of Jewish Children, Dies at 108. The New York Times, January 4, 209. L'édition imprimée paraît dans le New York Times du lundi 7 janvier 2019, p. D6.
  4. a b c d e f et g Katy Hazan, « Georges Loinger », sur le site de l'OSE
  5. Yardena Arzi, sur le site du judaïsme alsacien
  6. Marie-Amélie Lombard. Georges Loinger, 104 ans, sauveur d'enfants. Tribune Juive. 5 janvier 2015. La note de la rédaction dans Tribune Juive ne donne pas le nom correctement. Il y est inscrit: Rosenweig!
  7. Flore-Hélène Loinger-Rosenzweig. Archives de l'État de de Genève. Personnes enregistrées à la frontière genevoise durant la Deuxième Guerre mondiale. État au 30 juillet 2009, p. 28.
  8. Fany Loinger, l'infirmière au grand cœur. Notre invitée du jour, Tamar Jacobs-Loinger. Association pour la Mémoire des Enfants Juifs Déportés des Alpes-Maritimes.
  9. Kathy Hazan. OSE Quelques figures alsaciennes de l'OSE impliquées dans le sauvetage et l'éducation des enfants. Société d'Histoire des Israélites d'Alsace et de Lorraine, 14e-5e colloques 2002-2003. judaisme-sdv.fr.
  10. Voir, Hazan. Extrait de Georges Loinger. Aux frontières de l'espoir, 2006.
  11. (it)Si è spento a 108 anni l'ultimo superstite della nave Exodus
  12. Thérèse Tedesco sur le site ajpn.org
  13. a et b Pierre Assouline. Georges Loinger, Résistant: "Pendant la guerre? Oui, j'ai fait des trucs"... Actualité Juive, 28 mai 2015.
  14. Voir, André-Pierre Chavatte, 2014, p. 93.
  15. Fanny Loinger-Nezer 29 mai 1915-13 mai 1992. Histoire de l'OSE-Les grandes figures.
  16. « Georges Loinger: mort d'un grand résistant juif », L’Express, 29 décembre 2018.
  17. « Le voyage de Georges Loinger en Israël », sur le site du CRIF,
  18. « Le grand résistant Georges Loinger s’est éteint à l’âge de 108 ans », Dernières nouvelles d’Alsace, 28 décembre 2018.
  19. « Hommage - Georges Loinger, l'homme qui a incarné mieux que quiconque l'idée d'humanité », sur le site du CRIF,
  20. Charles Loinger est né en 1920 à Strasbourg et a fait son Alya en Israël en 1963. Voir, (en) Adam Montefiore. Wine Talk: The Enabler. The Jerusalem Post, September 12, 2011.
  21. Voir, (en) Richard Sandomir. Georges Loinger, Wartime Rescuer of Jewish Children, Dies at 108. The New York Times, January 4, 209. L'édition imprimée paraît dans le New York Times du lundi 7 janvier 2019, p. D6.
  22. Daniel Loinger. Archives de l'État de de Genève. Personnes enregistrées à la frontière genevoise durant la Deuxième Guerre mondiale. État au 30 juillet 2009, p. 28.
  23. Claudia Bourdin. Georges Loinger-L'odyssée d'un résistant, le témoignage d'un centenaire. Le petit journal Turin. 17 juin 2016. Il a 7 ans en 1941.
  24. Entretien avec Georges Loinger le 28 mai 2018. Propos recueillis par Marion Munch au domicile de Georges et Daniel Loinger. Le souvenir français.
  25. Guy Loinger. Archives de l'État de de Genève. Personnes enregistrées à la frontière genevoise durant la Deuxième Guerre mondiale. État au 30 juillet 2009, p. 28.
  26. Claudia Bourdin. Georges Loinger-L'odyssée d'un résistant, le témoignage d'un centenaire. Le petit journal Turin. 17 juin 2016.
  27. Disparition de Guy Loinger. 15 février 2012. crif.org/fr.
  28. « La médaille de citoyen d'honneur de la ville de Strasbourg remise à Georges Loinger », sur site du CRIF,
  29. Le résistant Georges Loinger fête ses 104 ans, France 3, 24 octobre 2014.
  30. Christian Wernicke, « Todesmutig - die Geschichte des Monsieur Loinger », sueddeutsche.de, 11 juillet 2016.
  31. « Les Palmes Académiques Pour Georges Loinger et Elie Buzyn, Témoins de l’Histoire de l’OSE », sur OSE,

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Caroline Moorehead, Village Of Secrets: Defying The Nazis In Vichy France, New York, Harper, 2014 (ISBN 9780062202475)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]