Léonce Bernheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bernheim.
Léonce Bernheim
Fonctions
Maire de Pourcy (d)
jusqu'en
Conseiller général de la Marne
Canton de Châtillon-sur-Marne
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 58 ans)
AuschwitzVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Enfant
Autres informations
Parti politique
Membre de
Lieu de détention

Léonce Bernheim, né le à Toul et mort le à Auschwitz[1], en déportation, est un ingénieur des arts et manufactures et avocat français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Fils d'Émile Bernheim (1851-1930), fondateur du domaine hôtelier de Beauvallon, Léonce Bernheim se marie à Renée Schwob d'Héricourt (1896-1943), nièce de Jacques Schwob d'Héricourt. Leur fils est le banquier Antoine Bernheim (1924-2012). Ils sont les grands parents de l'historien des religions Pierre-Antoine Bernheim (1952-2011) et de la princesse Martine Orsini-Bernheim.

Carrière[modifier | modifier le code]

Sorti ingénieur de l'École centrale, il devient avocat.

En 1927, il est délégué de la France au XVe Congrès sioniste, qui avait lieu à Bâle[2]. La même année, il est élu conseiller général du canton de Châtillon-sur-Marne, sous l'étiquette SFIO[3].

En tant que juif, il est démissionné d'office de sa fonction de maire de Pourcy[4]. Il est déporté le à Auschwitz[5].

Il a été directeur de l'Organisation Reconstruction Travail (ORT)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Léonce BERNHEIM », sur MemorialGenWeb.org (consulté le 14 septembre 2011)
  2. Nicault C., « L’acculturation des israélites français au sionisme après la Grande Guerre », Archives juives 2006/1, n°39, p. 9-28
  3. Vin et république (1907-2007) : colloque, Montpellier, 18-19 octobre 2007, L'Harmattan, (ISBN 978-2-296-10750-2, lire en ligne), p. 111
  4. Le sort des francs-maçons et des juifs, Centre régional de documentation pédagogique, Champagne-Ardenne
  5. Le Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Michel Dreyfus et Catherine Nicault, Léonce Bernheim, avocat, militant socialiste et sioniste, Archives Juives 2014/1 (Vol. 47), pages 146-153

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]