Jacob Hopensztand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacob Hopensztand
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 10 ans)
AuschwitzVoir et modifier les données sur Wikidata
Domiciles
Autres informations
Yeux
Bruns (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieux de détention

Jacob (Jacques) Hopensztand né le 31 mars 1934 dans le 18e arrondissement de Paris et mort le 5 août 1944 à Auschwitz, est un enfant juif de 10 ans, issu d'une famille d'origine polonaise, qui est arrêtée lors de la Rafle du Vélodrome d'Hiver, du 16 et 17 juillet 1942. Son père est déporté par le Convoi No. 3, sa mère par le Convoi No. 11. Il fait deux séjours à Drancy. Il aurait pu être sauvé mais finit par être déporté à Auschwitz par le Convoi No. 77, où il est assassiné à son arrivée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacob Hopensztand est né le 31 mars 1934, au 35 rue Doudeauville, dans le 18e arrondissement de Paris. Il est le fils unique de Abram Hopensztand, né à Varsovie, le 15 août 1896, maroquinier, et de Szyfra Hopensztand (née Arbes) née le 20 mai 1906 à Varsovie[1].

Avant la guerre, la famille Hopensztand habite au 19 rue des Rasselins dans le 20e arrondissement de Paris[1].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Guerre mondiale, la famille Hopensztand habite au 12 rue Gambey dans le 11e arrondissement de Paris[2],[3].

Le père, Abram Hopensztand (âgé de 46 ans), est déporté par le Convoi No. 3, en date du 22 juin 1942, du Camp de Drancy vers Auschwitz.

la Rafle du Vélodrome d'Hiver[modifier | modifier le code]

La mère et le fils Hopensztand sont pris dans la Rafle du Vélodrome d'Hiver, du 16 et 17 juillet 1942[1]. Szyfra Hopensztand (âgée de 36 ans), est déportée par le Convoi No. 11, en date du 27 juillet 1942, du Camp de Drancy vers Auschwitz.

Jacob Hopensztand est libéré le 13 février 1943, du Camp de Drancy, à la suite d'une lettre de l'Union générale des israélites de France (UGIF), adressée au directeur de la préfecture de police pour libérer 7 enfants[4]. Atteint de la tuberculose, il est placé à Montgeron (Essonne), après avoir été assigné au Centre Lamarck de l'UGIF[1].

Le 23 juillet 1944, il est à nouveau interné à Drancy, après son arrestation à la pension Zysman (au 57 rue Georges Clémenceau, La Varenne Saint-Maur-des-Fossés)[5],[6].

Déportation à Auschwitz[modifier | modifier le code]

Jacob Hopensztand est déporté par le Convoi No. 77, en date du 31 juillet 1944, du Camp de Drancy vers Auschwitz. Il meurt à son arrivée à Auschwitz, le 5 août 1944. Il est âgé de 10 ans[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]