Xavier Vallat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vallat.
Xavier Vallat
Xavier Vallat en 1929.
Xavier Vallat en 1929.
Fonctions
Député français
Circonscription Ardèche
Gouvernement IIIe République
Gouvernement IIIe République
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Villedieu
Date de décès (à 80 ans)
Lieu de décès Annonay
Nationalité Français
Parti politique Fédération républicaine (droite conservatrice)
Religion Catholique

Xavier Joseph Vallat, né le à Villedieu (Vaucluse) et décédé le à Annonay (Ardèche), fut un avocat, journaliste et homme politique français de droite, puis d'extrême droite. Vice-président du groupe parlementaire de la Fédération républicaine (droite) dans les années 1930, son nom reste attaché à l'antisémitisme d'État du gouvernement de Vichy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Militant catholique et parlementaire anti-maçon et antisémite[modifier | modifier le code]

Xavier Vallat est le dixième des onze enfants de Jean Auguste Cyprien Vallat (1844-1920) et de Thérèse Victorine Morlat (1853/54[1]-1937). Outre trois enfants morts en bas âge, le couple a élevé : Victorine, Marie, Rose, Adolphe (mort le jour de Pâques 1904), Adolphine (décédée également en 1904). Leur neuvième enfant, Alphonse Marius Alexandre (1890-1915)[2], soldat du 173e régiment d'infanterie, est mort pour la France durant la Grande Guerre. Xavier, précité, dixième enfant de la fratrie et enfin Gérarda, entrée en religion sous le nom de sœur Marie de Rosaire, complètent cette famille nombreuse.

Xavier Vallat a été élevé dans un milieu profondément catholique. Il milite à l'Association catholique de la jeunesse française avant de devenir un sympathisant du « nationalisme intégral » de l'Action française et un lecteur du journal de Charles Maurras et Léon Daudet à partir de 1908[3].

Il épouse Marie-Louise Brossard.

Licencié ès lettres, il enseigne à partir d'octobre 1911 au collège catholique d'Aix-en-Provence. Il est alors professeur en classe de 5e. Mais il n'y reste que deux ans, étant appelé à effectuer son service militaire en octobre 1913 au sein du 61e RI caserné à Aix. C'est avec cette unité du XVe corps qu'il prend part à la Grande guerre et sera blessé une première fois le 26 août 1914. Durant le conflit, il est affecté au 114e BCA (bataillon de chasseurs alpins) et sera gravement blessé lors d'un combat qui lui fera perdre une jambe. Contrairement à ce qui a été souvent écrit, il n'a pas perdu son œil droit durant la Première Guerre mondiale, mais à la suite d'une maladie.

En 1919, il est élu député de l'Ardèche au scrutin de liste, aux côtés de deux parlementaires éprouvés - les conservateurs catholiques Hyacinthe de Gailhard-Bancel et Jules Duclaux-Monteil - et d'un autre ancien combattant, Pierre Vallette-Viallard, et conseiller général du canton de Saint-Félicien. Il siège à la Chambre dans le groupe des vingt-sept Indépendants présidé par son mentor, Hyacinthe de Gailhard-Bancel, aux côtés de Léon Daudet. Il est alors un sympathisant de l'Action française. Inscrit depuis 1923 comme avocat au barreau de Paris, il plaide pour des militant de la ligue et pour Daudet[4]. Il participe à un meeting de l'AF en 1925[5], intègre aussi son Comité d’études législatives et collabore, sous la signature de Vivarès, à L’Action française du Dimanche[6]. Il appuie brièvement le Faisceau de Georges Valois, proche à l'origine de l'AF, puis le quitte sous la pression des dirigeants de l'AF[7]. Il s'éloigne de l'Action française après la condamnation pontificale de 1926; il se retire ainsi de son bureau juridique. Toutefois, il côtoie Charles Maurras dans des meetings et loue son action anticommuniste et pacifiste à la fin des années 1930[8].

Battu aux élections législatives de 1924 - la liste d'union nationale sur laquelle il figure n'a qu'un seul élu, Duclaux-Monteil -, il milite pour la Fédération nationale catholique et intègre l'année suivante son comité exécutif[9]. Il devient l'un de ses principaux conférenciers, dès 1924: il participe ainsi à 24 congrès diocésains de la FNC entre 1925 et 1930, puis à 5 autres de 1931 à 1939, ce qui fait de lui le 4e plus important orateur de l'association[10]. Il combat la politique anticléricale du Cartel des gauches et défend l'enseignement catholique. Il réclame dès 1930 la dissolution des obédiences maçonniques[11]. Lecteur de la Revue internationale des sociétés secrètes, il est membre de la Ligue franc-catholique, qui combat la franc-maçonnerie; il participe ainsi à son congrès de 1928 et préside régulièrement ses conférences[12]. Vice-président du groupe parlementaire de Défense contre la franc-maçonnerie, constitué en 1934[13], il devient membre aussi du comité directeur de l'Union antimaçonnique de France à sa fondation en 1935, aux côtés de parlementaires ( Georges Cousin, René Dommange, Philippe Henriot, Gustave Gautherot, etc. ), de Pierre Loyer, Louis de Fraguier, Valléry-Radot, Lucien Souchon, etc.[14]. Avec René Dommange, il profite du débat sur le projet de loi sur la dissolution des ligues en décembre 1935 pour déposer un amendement demandant qu’y soient incluses les associations « clandestines ou secrètes » et plus particulièrement la franc-maçonnerie[15].

Cet ancien combattant mutilé, membre du comité directeur des Légionnaires décorés au péril de leur vie, adhère en 1928 aux Croix-de-feu puis rompt avec colonel de la Rocque en 1936[16]. Il est membre ensuite du comité directeur des Camarades du feu, qui regroupent des anciens des Croix de feu hostiles à La Rocque[17]. Il plaide pour l'Action française contre La Rocque en 1937[18]. Il plaide également pour le duc Joseph Pozzo di Borgo, membre aussi du comité directeur des Camarades du feu, dans le procès qui l'oppose à François de La Rocque, et ce catholique va jusqu'à conseiller le suicide au chef du Parti social français. Devant le scandale dans les milieux catholiques, Vallat démissionne du comité directeur de la FNC en décembre 1937[19]. Il défend aussi Pozzo di Borgo et le général Édouard Duseigneur, dirigeants de l'UCAD inculpés dans l'affaire de La Cagoule en 1937-38. Ainsi que d'autres cagoulards comme Joseph Darnand ou Jacques Corrèze[20].

Réélu député en 1928, au scrutin uninominal, il est également élu maire de Pailharès en 1935. Il est réélu député en Ardèche au premier tour des élections de 1932. Il est à la Chambre rapporteur général adjoint de la commission parlementaire enquêtant sur l'Affaire Stavisky; il en démissionne en février 1935[21]. Il est réélu député en 1936 comme membre de la Fédération républicaine, à laquelle il a adhéré en 1933. Il devient l'un des représentants éminents de ce parti de la droite parlementaire qui se radicalise au cours des années 1930.

Xavier Vallat s'illustre à la chambre comme un excellent orateur. Son adversaire, Ludovic-Oscar Frossard, le qualifie ainsi, en 1937, d'« orateur le plus redoutable de la droite[22]. » C'est une personnalité importante de la droite, vice-président du groupe parlementaire (l'URD) de la Fédération républicaine[22] et obtenant 150 voix, le , en tant que candidat d'opposition à l'élection du président de la Chambre des députés, poste remporté par Herriot, début juin 1936[22], au lendemain de la victoire du Front populaire, qu'il combat.

Antisémite, il estime qu'il existe un refus de l'assimilation par les Juifs. Il est connu pour l'argumentaire antisémite de son interpellation à la Chambre visant le nouveau président du conseil, Léon Blum, le [23]. Il commence par remercier Blum d'avoir nommé des femmes dans son Gouvernement, ajoutant qu'il y voit le signe que le Gouvernement obtiendra très rapidement du Sénat (dominé par les radicaux et les radicaux-socialistes) le vote d'une loi accordant le droit de vote et d'éligibilité aux femmes, ce qu'il appelle de ses vœux, suscitant les vifs applaudissements de la droite et du centre[24]. Puis après avoir mis en cause Jean Zay, Pierre Cot et les communistes, et avoir évoqué les émeutes du 6 février 1934, propos qui suscitent une suspension de séance ordonnée par Herriot, il interpelle le nouveau président du Conseil en déclarant : « Pour la première fois, ce vieux pays gallo-romain sera gouverné par un juif[25]. » Ces propos soulèvent l'indignation de la gauche, mais Vallat est soutenu à droite[25]. Il déclare ensuite:

« Messieurs, si notre ancien collègue M. Georges Weill (...) était ici, il ne manquerait pas de m'accuser, une fois de plus, d'antisémitisme à la Hitler. Mais, une fois de plus, il se tromperait. Je n'entends pas oublier l'amitié qui me lie à mes frères d'armes israélites. Je n'entends pas dénier aux membres de la race juive qui viennent chez nous le droit de s'acclimater comme tant d'autres qui viennent s'y faire naturaliser. Je dis, parce que je le pense - et j'ai cette originalité qui, quelquefois, me fait assumer une tâche ingrate, de dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas - que, pour gouverner cette nation paysanne qu'est la France, il vaut mieux avoir quelqu'un dont les origines, si modestes soient-elles, se perdent dans les entrailles de notre sol qu'un talmudiste subtil. »

Enfin, il rappelle les pronostics erronés de Blum en politique étrangère. Tels sont les propos officiellement rapportés mais Vallat semble avoir été encore plus violent[25]. Vallat était habitué à ce genre de propos, ayant accusé en 1934 Blum d'incarner « la voix d'Israël »[26]. L'historien Laurent Joly note ainsi :

« Pour la première fois, un député d’envergure nationale, et non plus un marginal du style Baudry d’Asson, Denis ou Delahaye, défend ouvertement, en l’argumentant, une analyse de l'antisémitisme non racial. Pour la première fois, l’antisémitisme parlementaire vise directement un homme politique juif, non plus sous la forme de développements généraux ou d’insultes fusant de l’hémicycle, mais sous la forme d’une attaque préméditée et rédigée. Il est à noter que Vallat ne se contente pas d’agresser Léon Blum mais qu’il s’en prend aussi, en passant, à Georges Mandel - qu’il présente comme « Jéroboam Rothschild » - , censé, pourtant, être l’un de ses amis politiques[27]. »

Au lendemain de cette interpellation antisémite, Vallat reçoit des lettres portant sur cette interpellation; la plupart de leurs auteurs le félicitent[28]. Il est élu le 24 juin membre du conseil de l’Ordre des avocats, alors que traditionnellement aucun député en exercice n'y siège, qu'il n’était inscrit que depuis une douzaine d’années au tableau de l’Ordre et ne plaidait plus guère depuis son retour à la Chambre en 1928. Il lui a fallu cependant 9 tours pour être élu, à une voix de majorité[29]. A la Chambre, il est élu quelques jours plus tôt président du groupe transpartisan des députés anciens combattants, mais avec peu de voix et suite à une manœuvre. L'ancien président de ce groupe, le socialiste Camille Planche, fonde alors un groupe dissident avec d'autres députés de gauche[30]. Les deux groupes décident de fusionner en 1940; Vallat décline toute candidature et Georges Scapini est élu président[31]. Enfin, il est élu à l'unanimité vice-président de la Fédération républicaine en octobre 1936[32]. Il est également membre du comité de direction du Parti républicain national et social de Pierre Taittinger à partir de 1937[33].

Après un échec en 1939, il est élu vice-président de la Chambre en janvier 1940; il est toutefois parmi les six vice-présidents élus celui qui obtient le moins de voix: 256 voix pour 418 suffrages exprimés[34].

Au service du régime de Vichy[modifier | modifier le code]

« Les Juifs ne sont tolérables dans la société qu'à dose homéopathique. »
Interview de Xavier Vallat, commissaire général aux questions juives, publiée dans le journal collaborationniste Paris-Soir ().

Après la défaite militaire de juin 1940, Xavier Vallat siège avec la Chambre des députés à Vichy[35]. Le , il signe avec dix-neuf autres parlementaires une motion présentée par le député Gaston Bergery, qui vise l'instauration d'un parti unique[36]. Le , Vallat vote le projet de résolution relatif à la révision des lois constitutionnelles puis, le lendemain, les pleins pouvoirs au maréchal Pétain[36].

D'abord associé au gouvernement de Vichy comme secrétaire général aux anciens combattants, et à ce titre responsable de la Légion française des combattants, il prend en mars 1941 la tête du Commissariat général aux questions juives, nouvellement créé, et fonde l'Union générale des israélites de France. Il s'entoure d'antisémites éprouvés, tels ses collègues avocats Félix Colmet-Daâge ou Robert Castille, son ancien adjoint, anciens des réseaux anti-maçons comme Vallat, et anciens du Rassemblement antijuif de Darquier de Pellepoix[37]. Vallat prend notamment en charge le second statut des Juifs (plus restrictif que celui d'octobre 1940 déjà durci par le Maréchal Pétain et Pierre Laval[38]) et leur recensement (2 juin 1941) ainsi que la loi du 22 juillet 1941 qui organise l'appropriation et la liquidation des biens juifs par le régime de Vichy. Mal vu par les Allemands, il est remplacé sous leur pression en 1942 par un antisémite de choc, Louis Darquier de Pellepoix, avant le début des déportations des Juifs.

Il remplace Jacques Péricard décédé comme vice-président de la Légion en avril 1944[39]. Du 29 juin au 19 août 1944, il remplace Philippe Henriot après l'assassinat de ce dernier au micro de Radio-Paris, à la demande de Pierre Laval.

L'après-guerre: de la prison à l'engagement royaliste[modifier | modifier le code]

Il est arrêté le 26 août 1944 à Vichy. Transféré à Paris, il est incarcéré à la prison de Fresnes en décembre. Trois ans plus tard, en décembre 1947, Xavier Vallat est condamné à dix ans d'emprisonnement et à l'indignité nationale à vie par la Haute Cour de justice[40]. Parmi les témoins à décharge, il y eut Antoine Pinay ou le docteur Gaston Nora, juif, qui avait opéré Vallat en 1918. Vallat a assumé lors de son procès son action antijuive, au nom de l'antisémitisme d'Etat cher à l'Action française et de l'antijudaïsme chrétien. Il a nié avoir collaboré à l'action antisémite des Allemands et a récusé tout racisme à l'égard des Juifs. Transféré à la prison de Clairvaux en mars 1948, Il bénéficie en décembre 1949 d'une libération conditionnelle décidée par le garde des sceaux René Mayer, assortie d'une interdiction de séjour à Paris, ce qui provoque une campagne de protestation du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP)[41]. Il retrouve sa liberté totale de mouvement en 1952, grâce à l'intervention d'Antoine Pinay, et il est finalement amnistié en 1954[42].

Après la guerre, il publie plusieurs ouvrages. Il écrit notamment sur Charles Maurras, qu'il a côtoyé à la prison de Clairvaux et avec qui il entretient une correspondance clandestine après sa libération. Redevenu monarchiste, il collabore sous pseudonyme au journal Aspects de la France, périodique héritier de l'Action française. Sa participation annoncée à des réunions politiques royalistes et ses conférences ont parfois donné lieu à des incidents et des protestations en raison de son passé vichyste et antisémite, ainsi que son anticommunisme, à l'appel notamment du MRAP[43]. Il devient membre du comité directeur de la Restauration nationale (mouvement politique royaliste issu de l'AF, fondé en 1955), éditorialiste vedette d'Aspects de la France sous son nom, co-directeur (avec Georges Calzant) puis directeur de juin 1962 à février 1966 de ce périodique[44].

Il collabora aussi à Libertés françaises, revue fondée en 1955 et dirigée par François Daudet, et moins régulièrement à Écrits de Paris, l'hebdomadaire France catholique, Notre temps, Ecclesia[45]. Il participe à une séance du bureau d’études du Centre d'études politiques et civiques, sur la politique et l’armée, au domicile de Marcel Demonque, en novembre 1958, aux côtés du général Maxime Weygand[46]. Il devient en 1963 membre du comité de patronage de la Société des Amis d'Édouard Drumont (héraut de l'antisémitisme)[47].

Il se retire en 1966 à Annonay. Il prend position en faveur d’Israël lors de la guerre des Six Jours en 1967[48].

Xavier Vallat est enterré à Pailharès, en Ardèche. Ce 8 janvier 1972, en signe de manifestation et arborant une étoile jaune, Beate et Serge Klarsfeld sont présents, accompagnés du photographe Elie Kagan, pour rappeler que Vallat fut le premier Commissaire aux questions juives[49].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Dzonou. Menfouté. Contes vivarois en dialecte, avec bois dessinés et gravés par Jean Chièze, Au Pigeonnier, Maison du livre français, Paris, 1928, 40 p.
  • La Vérité sur la franc-maçonnerie, Conférence faite aux Grandes conférences des ambassadeurs à Paris, le 27 avril 1934, Éditions des Ambassadeurs, Paris, 1934, 32 p.
  • « L'Affaire Stavisky », dans La Revue universelle des faits et des idées, 1982, 22 p. (texte d'une conférence prononcée en 1935).
  • École nationale des cadres civiques. Le Problème juif. Conférence prononcée devant les stagiaires de la 3e session, Vichy, Secrétariat général à l'information et à la propagande, [1942], 22 feuillets.
  • « Préface » à Gabriel Malglaive, Juif ou Français. Aperçus sur la question juive, [?], Éditions C.P.R.N., 1942, 223 p.
  • Le procès de Xavier Vallat, présenté par ses amis, Paris, éditions du Conquistador, 1948, 507 p.
  • Charles Maurras : numéro d'écrou 8321, Plon, Paris, 1953, 290 p.
  • Le Nez de Cléopâtre, souvenirs d'un homme de droite, 1919-1944, préface de Charles Maurras, Éditions des Quatre fils Aymon, Paris, 1957, 311 p.
  • La Croix, les lys et la peine des hommes, Éditions des Quatre fils Aymon, Paris, 1960, 301 p. ; 2e éd., 1973, 298 p.
  • Lettres passe-murailles (correspondance échangée entre Charles Maurras et Xavier Vallat de mars 1950 à novembre 1952), La Table ronde, Paris, 1965, 251 p.
  • Feuilles de Fresnes, 1944-1948, Éd. de l'auteur, Annonay, 1971, 272 p.
  • Le grain de sable de Cromwell : souvenirs d'un homme de droite, Paris, 1972, 284 p.
  • « Le Soldat français de la Grande Guerre », dans L'Ordre français, no 244, octobre 1980, 20 p.

Documents sonores[modifier | modifier le code]

  • « La France bouge » (texte lu), dans L' Action française : voix et chants. Xavier Vallat, Charles Maurras, Léon Daudet, voix ; Marie de Roux, Pierre Juhel, chant, SERP, Paris, 1989 (cassette audio ; paru d'abord en 33 t).
  • Charles Maurras. Enregistrement sonore : « Maurras le martégal », « Maurras et le maréchal Pétain », Saint-Urbain, 33 t. Date et lieu non indiqués.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Études historiques[modifier | modifier le code]

Ouvrages favorables à Xavier Vallat[modifier | modifier le code]

  • Michel de Saint Pierre, Jacques Perret, chanoine Popot, Eugène Frot, et al., Xavier Vallat : 1891-1972, Paris, 1977, 71 p.
  • François Brigneau, « Xavier Vallat et la question juive : pour le cinquantième anniversaire de son procès en Haute Cour », coll. « Mes derniers cahiers » ; 6e série, no 2, Publications FB, Paris, 1997, 111-VI p. (Lire en ligne)
  • Le procès de Xavier Vallat, présenté par ses amis, Paris, éditions du Conquistador, 1948.

Documents télévisés[modifier | modifier le code]

  • Dans le téléfilm Hôtel du Parc (1992), réalisé par Pierre Beuchot, Xavier Vallat est un des personnages centraux de cette fiction documentaire. Il est incarné par Marc Betton.
  • Le téléfilm Le Commissariat (2009), réalisé par Michel Andrieu d'après l’œuvre de Laurent Joly Vichy dans la solution finale, est une fiction centrée sur le personnage de Xavier Vallat, à partir de sa nomination au Commissariat général des questions juives, nouvellement créé, en mars 1941. Il est interprété par Jacques Bonnaffé.
  • Le documentaire Xavier Vallat, « un bon Français » (2010) réalisé par Sylvie Cozzolino, s'intéresse à son milieu familial et à ses origines sociales. Il retrace son rôle dans la politique anti-juive de l'État Français.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir sur le site Généanet, les dates de 1853 ou 1854 sont avancées.
  2. Jésuite, scholastique, titulaire d'un licence ès-Sciences. Son nom figure sur le monument aux Morts de Pailharès (07). .
  3. Stéphane Boiron, L'Action française et les juristes catholiques, dans la Revue Française d'Histoire des Idées Politiques, 2008/2 N° 28, p. 343 .
  4. L'Action française, 15 juin 1925, Le Journal, 15 novembre 1925, Géo London, "Les plaidoiries" ( avec une photographie )
  5. L'Action française, 28 novembre 1925
  6. Stéphane Boiron, op. cit, p. 344.
  7. Zeev Sternhell, Anatomie d'un mouvement fasciste en France: le Faisceau de Georges Valois, Revue française de science politique, 1976, p. 11
  8. L'Alerte, décembre 1937, L'Action française, 9 juillet 1937, L'Action française, 8 juin 1938
  9. La Croix, 19 février 1925, "Les états généraux de la Fédération nationale catholique"
  10. L'Action française, 1er décembre 1924, Ibid., 16 décembre 1924, Jean-Etienne Dubois, Leçon d’histoire pour une droite dans l’opposition ? : les mobilisations de droite contre le Cartel des gauches dans la France des années Vingt, Université Blaise Pascal - Clermont-Ferrand II, 2013, Annexe 12 : Tableau synthétique de la participation des orateurs aux congrès diocésains de la FNC, p. 920
  11. Jack Chaboud, La Franc-maçonnerie, histoire, mythes et réalité, Librio, 2004, p. 40.
  12. Emmanuel Kreis, Les réseaux antijuifs et antimaçonniques autour de la Revue internationale des sociétés secrètes (RISS) de l’entre-deux-guerres à la période de l’Occupation, dans la Revue d'histoire de la Shoah, 2013/1, n° 198
  13. Le Matin, 6 juillet 1934
  14. Journal des débats, 3/3/1935
  15. Emmanuel Kreis, L'antimaçonnisme, site de la BNF
  16. Jacques Nobécourt, Le colonel de La Rocque, Fayard, 1996, p. 363, 391-392, Le Populaire, 14 décembre 1935, Ibid., 20 novembre 1935 ( Vallat arborerait l'insigne Croix de feu au Palais-Bourbon selon cette source ), Le Temps, 10 décembre 1935
  17. L'Action française, 6 avril 1938, "Petit carnet", Ibid., 10 avril 1938. L'association est présidée par le commandant Sicé, ancien membre du comité directeur des Croix de feu.
  18. Jacques Nobécourt, op. cit., p. 586.
  19. Ibid., p. 613, La Croix, 14 décembre 1937.
  20. Le Matin, 12 juillet 1938, "L'affaire du CSAR"
  21. L'Express du Midi, 7 février 1935, p. 3
  22. a, b et c Joly 2007, p. 82.
  23. Le Populaire, 7 juin 1936
  24. Débats parlementaires de la Chambre des députés du 6 juin 1936, Journal Officiel de la République Française : compte-rendu des débats de la Chambre des députés, séance du 6 juin 1936, p. 1326 (Lire en ligne).
  25. a, b et c Joly 2007, p. 83.
  26. Laurent Joly, 2001, op. cit., Journal officiel, Débats parlementaires de la Chambre du 15 février 1934, Le Matin, 24 février 1924, Lettre d'un ancien combattant juif et réponse de Vallat, La Tribune juive, 9 mars 1934
  27. Joly 2007, p. 84.
  28. Tal Bruttmann et Laurent Joly, La France anti-juive de 1936. L’agression de Léon Blum à la Chambre des députés, CNRS Éditions, 2016, Compte-rendu sur le site histoire-politique.fr
  29. Stéphane Boiron, Antisémites sans remords : les « bons motifs » des juristes de Vichy, dans Cités, 2008/4, N° 36 , Le Populaire, 25 juin 1936, Ibid., 20 juin 1936, "Une manoeuvre politique au Palais de justice". Il est réélu en 1938 au 5e tour, en 1939, au 4e. Contrairement à l'usage, il est mis en ballottage en 1939: Le Populaire, 23 juin 1939, Journal des débats, 29 juin 1939
  30. Le Populaire, 20 juin 1936, "Une manoeuvre déjouée", Ibid., 25 juillet 1936, Le Temps, 26 juin 1936, "Une scission chez les anciens combattants", Ibid., 23 juillet 1936, "Au groupe des députés anciens combattants".
  31. Journal des débats, 27 janvier 1940, Le Temps, 10 février 1940
  32. Le Temps, 23 octobre 1936
  33. L'Alerte, décembre 1937, Journal des débats, 5 octobre 1938
  34. Le Populaire, 11 janvier 1939, Le Temps, 11 janvier 1940
  35. Joly 2001, p. 195.
  36. a et b Joly 2001, p. 197.
  37. Laurent Joly, L'antisémitisme de bureau. Enquête au cœur de la préfecture de police de Paris et du commissariat général aux questions juives, 1940-1944, Grasset, 2011
  38. [1].
  39. Xavier Vallat, Souvenirs d'un homme de droite: Le nez de Cléopâtre, 1957, p. 222
  40. Le Monde, 5 décembre 1947, "Xavier Vallat fait un cours d'antisémitisme historique", Le Monde, 6 décembre 1947, Ibid., 12 décembre 1947.
  41. Le Monde, 12 janvier 1950, Droit et liberté, n° 20, mars 1950.
  42. Jean-Paul Cointet, Les hommes de Vichy, op. cit.
  43. Droit et liberté, février 1953, n° 119, "Et Xavier Vallat n'a pas parlé", Ibid., mai 1953, "Xavier Vallat fait sa rentrée", Ibid., n°123 du 25 mai 1953 , "Le scandale Xavier Vallat", Ibid., n°146 (250) du 31 Mai 1955 , "Ces deux affiches disent la déroute de Xavier Vallat, à Nancy, à Lille", Ibid., n° 147, 12 juillet 1955, "Xavier Vallat interdit à Grenoble", Ibid., n° 178 (282) de janvier 1959, "Grâce à l'action des antiracistes alertés par le M.R.A.P., Xavier Vallat en échec", Ibid., n° 200 de mai 1961, "Xavier Vallat subit une nouvelle défaite ", Ibid., n° 218 de février 1963, "Nîmes: l'union des républicains a mis Xavier Vallat en échec ", p. 8, Le Monde, 3 mai 1960, "Le mouvement contre le racisme proteste contre une manifestation de Restauration nationale", Le Monde, 6 mai 1960, Le Monde, 7 mai 1960, "Quelques heurts entre la police et les manifestants ont marqué la réunion de Restauration nationale".
  44. François Brigneau, op. cit., p. 102-103, Le Monde, 14 janvier 1966,Le Monde, 26 février 1966.
  45. Laurent Joly, Xavier Vallat (1891-1972): Du nationalisme chrétien à l'antisémitisme d'Etat, op. cit.
  46. Le Courrier du CEPEC, n° 17, 10 janvier 1959.
  47. Le Monde, 3 août 1963.
  48. « L'extrême droite était pro-israélienne jusqu'à la guerre du Kippour », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  49. Laurent Joly, op. cit., François Brigneau, op. cit., p. 103-104. Des incidents ont lieu quelques jours plus tard lors d'une messe à Paris: Le Monde, 15 février 1972, Ibid., 18 février 1972, "Les incidents à l'église Notre-Dame-des-Victoires".