René Hirschler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

René Hirschler est un rabbin français, mort en déportation.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Naissance à Marseille[modifier | modifier le code]

Il naît le 8 octobre 1905 à Marseille, au foyer de M. et Mme Raoul Hirschler, ministre officiant (hazzan) de la synagogue consistoriale de Marseille.

Études à Paris[modifier | modifier le code]

Il fait ses études au Séminaire Israélite de France (SIF), à Paris.

Rabbin à Mulhouse[modifier | modifier le code]

Il est nommé rabbin de Mulhouse en 1929, à l'âge de 23 ans.

Grand-Rabbin de Strasbourg[modifier | modifier le code]

Il est promu grand-rabbin de Strasbourg et du Bas-Rhin, il est solennellement investi en juin 1939 par son prédécesseur Isaïe Schwartz, élevé à la dignité de grand rabbin de France.

Déportation[modifier | modifier le code]

Nommé après l'invasion allemande aumônier général des camps d'internement, il est arrêté à Marseille le 23 décembre 1943 avec son épouse Simone (née le 8 novembre 1911 à Mulhouse et morte, gazée, à Birkenau, le 27 avril 1944) et déporté à Auschwitz, depuis la gare de Bobigny dans le convoi no. 67[1], du 3 février 1944, sous le matricule 121627. À la suite de l'approche d'Auschwitz par les Soviétiques, il est emmené par les SS dans une marche de la mort à Mauthausen, puis transféré au camp de concentration d'Ebensee. Il y meurt fin mars 1945, peu avant la libération du camp, sous les coups d'un SS parce qu'il avait pris l'emballage d'un sac de ciment pour se protéger du froid.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Après guerre, à titre posthume, la Médaille de la Résistance est décernée à René Hirschler ; la Croix de guerre avec étoile d'argent est attribuée à Simone Hirschler.

Le , la ville de Strasbourg a renommé la rue qui longe la synagogue de la Paix, rue René Hirschler Grand Rabbin.

Le 9 octobre 2016, à Mulhouse, ville dont il avait été le rabbin de 1929 à 1939, une plaque à la mémoire de René Hirschler, ainsi qu'à celle de son épouse, Simone, est inaugurée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir, Klarsfeld, 1978.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Robert Sommer, « René Hirschler », sur le site du judaïsme d'Alsace et de Lorraine, (consulté le 11 janvier 2009)
  • Robert Sommer, « Simone Hirschler », sur le site du judaïsme d'Alsace et de Lorraine, (consulté le 11 janvier 2009)