Odette Elina

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Odette Elina
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
MouginsVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
Hélène
Nationalité
Activités
Autres informations
Conflit
Distinctions
Œuvres principales
  • Sans fleurs ni couronnes (1948)

Odette Elina, née le dans le 3e arrondissement de Paris et morte le à Mougins[1], est une peintre et écrivaine française engagée dans la Résistance intérieure française qui a vécu la déportation.

Communiste, issue d'une famille d'origine juive, elle s'engage dans la Résistance dès 1940. Arrêtée le , elle est déportée à Auschwitz par le Convoi n° 72 du 29 avril 1944.

Revenue des camps, elle publie un recueil de notes accompagnées de dessins et s'emploie à témoigner. Elle a en particulier été membre du Bureau national de la Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes, membre de l'Association nationale des anciennes déportées et internées de la Résistance et secrétaire française du Comité international d'Auschwitz.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

Fille de Meyer Elina et de Georgette Adrienne Block, Odette Elina est issue d'une famille aisée d'origine juive, propriétaire de fabriques de chapeaux. D'abord établie à Paris, puis à Fiac, dans le Tarn, Odette suit une formation classique et développe des dons en dessin.

Élève de Suzanne Minier, elle participe au Salon des femmes peintres et sculpteurs où elle expose en 1929 les toiles Reflets, Roses blanches, Hortensia et un dessin rehaussé, Portrait de Mme D. L. E. Elle prend part aussi dès 1928 au Salon des artistes français[2].

Résistance et arrestation[modifier | modifier le code]

Dès 1940, Odette Elina entre en contact avec la résistance et est chargée de la liaison entre les écrivains résidant en zone sud, Joë Bousquet, François Mauriac, Clara Malraux, Louis Aragon et Julien Benda. En 1942, elle entre dans l'Armée secrète sous le pseudonyme d'Hélène. De mars à , elle est responsable du deuxième bureau de l'Armée secrète de la région Sud-Ouest. Prévenue par le curé de Viterbe, elle échappe alors à l'arrestation de sa famille sur dénonciation. Ses parents et son frère sont d'abord détenus à la prison militaire de Toulouse, puis transférés à Drancy et déportés à Auschwitz. Aucun n'en reviendra. D' à , Odette est ensuite Secrétaire de l'Armée secrète de la région de Toulouse où elle assure les liaisons permanentes avec les dix départements limitrophes. Promue lieutenant le , elle est arrêtée par la Gestapo le alors qu'elle est en mission à Paris pour contacter un membre de l'État-major des Forces françaises de l'intérieur.

Emprisonnement et déportation[modifier | modifier le code]

Interrogée et torturée par la Gestapo à la chancellerie du Reich, elle est rapidement transférée au camp de Drancy puis déportée à Auschwitz par le Convoi n° 72 du 29 avril 1944 sous le nom d'Odette Dreyfus. Il emporte 1 004 Juifs, dont 398 hommes, 606 femmes et 174 enfants. Seuls 37 survivront, dont 25 femmes.

Après guerre[modifier | modifier le code]

Libérée par l'armée rouge le , elle est rapatriée à Marseille via Odessa le . Très affaiblie, elle effectue plusieurs séjours entre hôpitaux et cliniques au cours des deux années qui suivent. Mais dès son retour, elle consigne notes et dessins sur ce qu'elle a vécu au camp d'Auschwitz-Birkenau. Rétablie, elle est ensuite très active dans les associations d'anciens déportés. Elle a en particulier été membre du Bureau national de la Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes, membre de l'Association nationale des anciennes déportées et internées de la Résistance et secrétaire française du Comité international d'Auschwitz. À sa mort, en 1991, elle lègue tous ses biens au Parti communiste français[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Odette Elina reçoit la croix de guerre le , complétée le par une attribution de la croix de guerre avec Palme, et est promue au grade d'officier dans l'ordre national de la Légion d'honneur le .

Œuvres[modifier | modifier le code]

Souvenirs[modifier | modifier le code]

  • Sans fleurs ni couronnes, avec 12 dessins originaux de l'auteur, Éditions J.-F. Boulet, 1948 ; réédition avec une postface de Sylvie Jedynak, Mille et une nuits, La petite collection n• 476, 2005, (ISBN 978-2-84205-894-4), (OCLC 234192050)

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • L'Appel d'Auschwitz (avec Jean-Louis Gruffy, son époux, lui aussi ancien résistant).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. État civil sur le fichier des personnes décédées en France depuis 1970
  2. René Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 459
  3. « Odette Elina », sur www.fayard.fr (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]