Richard Neher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Richard Neher
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
StrasbourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Richard El’hanan Neher (né le à Sarrebruck et mort le à Strasbourg)[1] est un magistrat français, frère aîné du philosophe André Neher.

Biographie[modifier | modifier le code]

Richard Neher[2],[3],[4],[5] est né à Sarrebruck, dans l'Empire allemand le . Sa famille déménage à Strasbourg redevenue française en 1918. Son père est Albert Neher né en 1879 à Langensoultzbach, Alsace, et mort le à Lyon[6]. Sa mère est Rosette Neher (née Srauss) née en 1888 et morte en 1963 à Strasbourg[7].

Son frère cadet est André Neher, né le à Obernai et mort le à Jérusalem, en Israël. Il a deux sœurs: Hélène Samuel (Neher) née le à Obernai et morte le à Jérusalem en Israël[8] et Suzanne Suzel Neher (Revel)[9].

Albert Neher[10] est un juif traditionaliste qui enseigne à ses fils la Torah[11]. Durant la Seconde Guerre mondiale, Albert Neher écrit et illustre une Haggadah, pour chacune des quatre années[12].

Richard Neher épouse en 1942 Juliette Neher (née Dreyfuss), née en 1921 et morte en [13].

Ils ont deux filles.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Jeune magistrat, Richard Neher est révoqué par les décrets de Vichy.

Avec sa famille, son père Albert Neher, André Neher, Il passe la Seconde Guerre mondiale, "Mahanayim" en Corrèze près de Brive-la-Gaillarde, dont le rabbin est David Feuerwerker. Richard Neher et André Neher vont collaborer plus tard avec le rabbin Feuerwerker dans l'"Unité", le premier hebdomadaire juif depuis la guerre, publié à Lyon.

Après la Guerre[modifier | modifier le code]

En 1945, il est réinstallé dans ses fonctions. Il devient Conseiller à la Cour d’Appel de Colmar, puis Président du Tribunal de Grande Instance de Sarreguemines et Président de Chambre à la Cour d’Appel de Colmar.

Il est professeur à la Faculté de Droit de Strasbourg et à l’École Supérieure de la Magistrature à Paris.

Il crée le Minyan Ami, au 1 rue Silbermann à Strasbourg[14].

Mort[modifier | modifier le code]

Richard Neher est mort le . Il s’apprêtait avec son épouse à faire son Aliyah en Israël.

Publications[modifier | modifier le code]

  • André Neher & Richard Neher. Transcendance et Immanence, Lyon, Yechouroun, 1946.
  • Richard Neher. La Justice dans l'Ancien Testament. Extraits du Discours de Rentrée prononcé par Richard Neher à l'Audience Solennelle du à la Cour d'Appel de Colmar[15]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]