Markus Rottenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rottenberg.
Markus Rottenberg
Markus (Mordechai) Rottenberg (1872-1944).jpg
Markus Rottenberg.
Fonction
Grand-rabbin
Anvers
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
AuschwitzVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Enfants
Parentèle
Autres informations
Religion

Markus (Mordechai) Rottenberg né le à Cracovie en Pologne et mort en à Auschwitz est un Grand-rabbin belge, d'origine polonaise. Il est le Grand-Rabbin d'Anvers de 1918 jusqu'à sa déportation à Vittel durant la Seconde Guerre mondiale puis à Auschwitz. Il est le père de Recha Sternbuch, célèbre pour ses activités de sauvetage de Juifs durant la Seconde Guerre mondiale et du Grand-rabbin Chaim Yaakov Rottenberg d'Anvers et Paris. Il est également le grand-père du Grand-rabbin Mordechai Rottenberg, rabbin actuel de la Synagogue de la rue Pavée dans le 4e arrondissement de Paris (Pletzl) (Le Marais).

Biographie[modifier | modifier le code]

Cracovie[modifier | modifier le code]

Markus Rottenberg est né le [1] à Cracovie, en Galicie, Pologne. Il est le fils de Naphtali et d'Esther Rottenberg. Il épouse Sara Hendel Friedman[2], née à Dentskrennis, en [3].

Sara Friedman est la fille du rabbin David Friedman, le rabbin de Tzehlem[4], l’une des sept communautés de la région d'Eisenstadt[5], dans le Burgenland, près de Vienne, en Autriche. Le rabbin David Friedman est le gendre du rabbin Menachem Katz-Prostitz (-1891), un élève du Hatam Sofer, et rabbin de Tzehlem[6].

Markus et Sara Rottenberg ont neuf enfants[7]dont Recha Sternbuch, l'épouse de Yitzchak Sternbuch, un homme d'affaires suisse et le Grand-rabbin Chaim Yaakov Rottenberg (1909-1990) d'Anvers et Paris. Son petit-fils, qui porte son prénom, est le Grand-rabbin Mordechai Rottenberg (1958-), rabbin actuel de la Synagogue de la rue Pavée dans le 4e arrondissement de Paris (Pletzl) (Le Marais).

Il faisait partie de la Moetzet Gedolei Hatorah[8],[9].

Anvers[modifier | modifier le code]

À la suite du décès du Grand-rabbin Noach Zvi Ullman, il devient Grand-rabbin d'Anvers en 1918[10],[11],[12], position qu'il occupe jusqu'à sa déportation à Vittel durant la Seconde Guerre mondiale.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pogrom d'Anvers[modifier | modifier le code]

Durant le Pogrom d'Anvers du , des pro-nazis mettent le feu au domicile de Markus Rottenberg[13] qui parvient à s'enfuir[14],[15].

Camp de regroupement de Malines[modifier | modifier le code]

Markus Rottenberg est interné en Belgique au Camp de regroupement de Malines[16] et à la prison de Saint-Gilles[17] à Bruxelles, avant d'être transféré à Vittel, en France[18].

Vittel et la déportation[modifier | modifier le code]

Sa fille Recha Rottenberg et son mari Yitzchak Sternbuch, un homme d'affaires suisse, jouent un rôle important dans le sauvetage des Juifs, durant la Seconde Guerre mondiale, avec le Vaad Hatzalah.

Pourtant, Recha Sternbuch, qui a sauvé tant de vies, n'a pas pu sauver celle de son célèbre père. Vers la fin de la guerre, Recha Sternbuch obtint que son père soit libéré. Mais il refuse sa liberté si elle ne s'accompagne pas de celle des autres détenus à Vittel[19],[20]. Il n'obtient pas une réponse favorable. Ils sont déportés par le Convoi n° 72 du 29 avril 1944 parti de Drancy, via la gare de Bobigny, vers Auschwitz où ils meurent à leur arrivée début [21],[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

L'histoire de Recha Sternbuch est racontée dans le film Unlikely Heroes (2003), avec pour narrateur Ben Kingsley[24].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Voir, Klarsfeld, 1978.
  2. Voir, (en) Marcus Rottenberg. The Central Database of Shoah Victims' Names. Yad Vashem.
  3. Voir, Klarsfeld, 1978. Le jour n'étant pas indiqué.
  4. Voir, Frischman, 2015, p. 80. Une photo de Markus Rottenberg est publiée dans cette page.
  5. Les sept communautés (Mattersdorf, Eisenstadt, Tzehlem, Lakenbach, Kobersdorf, Frauenkirchen et Kitsee) reçoivent leur autonomie par le Prince Esterhazy en 1670, avec leurs propres tribunaux. Voir, (en) Yonina Hall. Beacon On The Hilltop. Kiryat Mattersdorf. Hamodia Magazine. Inyan, New York, October 8, 2015, p. 16-23.
  6. Voir, Frischmn, 2015, p. 73-78.
  7. Voir Friedenson & Kranzler, 1999, p. 23.
  8. Voir Friedenson & Krantzler, 1999, p. 23-24.
  9. Des photos du Rabbin Mordechai Rottenberg et de son épouse sont publiées dans l'ouvrage de Friedenson & Krantzler, 1999, p. 24.
  10. Voir, (en) Machsike Hadas Orthodox Jewish Community of Antwerp. Consistoire Central Israélite de Belgique.
  11. Voir, (en) Shmuel Spector & Geoffrey Wigoder. The Encyclopedia of Jewish Life Before and During the Holocaust: A-J, 2001, p. 49. Antwerp.
  12. Parmi ses disciples, il faut noter le futur rabbin Eliyahu Yehoshua Geldzahler (né le 23 Adar 1926 à Anvers et décédé le vendredi 14 août 2015, à Brooklyn, New York). Voir,(en) Yochonon Donn. Harav Eliyahu Yehoshua Geldzahler, zt"l. Tribute. Hamodia, New York, 4 Elul 5775/August 19, 2015, p. 58-60, et en particulier, page 59.
  13. Voir, (en) After The Holocaust. Recent Belgian initiatives. Education/Remembrance/Research/Material and moral reparations. 2012. ii. Judaica, p. 32.
  14. Voir, (en) 1941. Mass Murder. The Holocaust Chronicle. Prologue: Roots of the Holocaust, p. 228.
  15. Voir, (en) David B. Green. This Day in Jewish History Jews of Antwerp Are Attacked. Haaretz, April 14, 2013.
  16. Voir, Laurent Schram. Le camp de rassemblement pour Juifs de Malines: L'antichambre de la mort. Case Study. Online Encyclopedia of Mass Violence.
  17. Voir, Jean-Claude Vimont. La prison cellulaire de Saint-Gilles à Bruxelles. 9 novembre 2014. Crimino Corpus.
  18. Voir, Hillel Seidman. O terre, ne recouvre pas mon sang ! Journal du ghetto de Varsovie. Traduction de l'hébreu et du yiddish et annotations par Nathan Weinstock, p.51, note 37. Mémorial de la Shoah.
  19. Voir, (en) Deportees from Vittel. American Joint Distribution Committee. Lisbonne, Portugal, December 18, 1944.
  20. Voir, (en) Joe Bobker. To Flee Or To Stay? Hakirah, The Flatbush Journal of Jewish Law and Thought, Vol. 9, p. 106 (ou 26 du pdf.).
  21. Voir Friedenson & Kranzler, 1999, p. 23-24.
  22. Voir, (en) Dan Mikhman. Belgium and the Holocaust: Jews, Belgians, Germans, 1998, p. 192.
  23. Voir, (en) Judith Baumel Tydor & Walter Laqueur, The Holocaust Encyclopedia, 2001, p. 57.
  24. Voir, (en)Unlikely Heroes. Simon Wisesenthal Center.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]