Abraham Drucker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Abraham Drucker
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Davydivka (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activité

Abraham Drucker, né le 15 novembre 1903 à Davideni et mort en 1983, est durant la Seconde Guerre mondiale, médecin-chef du camp de Drancy. Il est par ailleurs le père de Jean, Michel et Jacques Drucker.

Biographie[modifier | modifier le code]

Abraham Drucker est né le 15 novembre 1903 à Davideni (ro) (nom roumain de la localité, également connue sous le nom ukrainien de Давидівка (Davydivka), près de la ville de Tchernivtsi en Bucovine, alors située en Autriche-Hongrie, puis en Roumanie après 1918 et aujourd'hui en Ukraine)[1],[2],[3],[4].

France[modifier | modifier le code]

Il étudie la médecine à l’université de Bucarest. En 1925, il arrive en France. Son diplôme de médecine n’étant pas reconnu, il refait des études de médecine à Grenoble, Paris, Tours et Nantes. Il soutient sa thèse en 1936. Il est naturalisé français à l’été 1937[1].

En 1934, il épouse Lola Schafler, née le 26 mars 1906 à Vienne (Autriche)[1],[5].

En 1937, après avoir travaillé en Bretagne, il devient médecin-interne au sanatorium de Saint-Sever-Calvados, avec pour spécialité la tuberculose osseuse. Lola Drucker est infirmière[1].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En septembre 1939, Abraham Drucker est mobilisé d'abord comme infirmier puis médecin. Il est démobilisé en août 1940[1].

Calvados[modifier | modifier le code]

Il retourne travailler au sanatorium[1].

À l’automne 1940, Abraham Drucker et Lola Drucker sont recensés comme « israélites » sur les listes établies en mairie et à la sous-préfecture de Vire (Calvados). Abraham Drucker se rend quotidiennement à la mairie de Saint-Sever-Calvados pour se faire pointer[1].

Arrestation[modifier | modifier le code]

Abraham Drucker est arrêté le 28 avril 1942[6] par la Gestapo de Flers (Orne). Un employé du sanatorium, membre du parti collaborationniste (le Parti populaire français PPF) l'a dénoncé[1].

La famille Drucker serait dans le collimateur des autorités d’occupation depuis plusieurs mois. Abraham Drucker aide des prisonniers français employés à l’usine Berger de Martilly[7]. Il aide les victimes civiles et britanniques du crash d’un avion de la Royal Air Force (RAF) le 13 avril 1941 à St-Sever. Il exprime des positions gaullistes à son directeur, le docteur Faget. En janvier 1941, il tente de se faire radier de la liste des Juifs recensés dans le canton. Il correspond avec les services préfectoraux et la Feldkommandantur. Il inclut des certificats et des informations précises sur une partie de sa famille restée en Roumanie. Il déclare ne pas connaitre ses grandsparents. Il prétend que son prénom juif d'Abraham lui est donné à sa naissance par une sage-femme juive. Il donne les noms et les professions de trois cousins restés en Roumanie, affirmant qu'ils sont "tous de religion catholique". Son frère Maurice Drucker, interne, à St-Sever entre 1937 et 1939, serait mort en Roumanie après son arrestation fin 1944[1]!

Avant son arrestation en avril 1942, Abraham Drucker figure sur une liste de 42 otages potentiels (juifs et communistes) fixée par la Feldkommandantur le 28 août 1941, en représailles à des actes de résistance opérés dans le Bessin. Sur cette liste, d’autres Juifs de Vire y figurent et aucun n’est résistant. On y trouve aussi le nom du premier enfant des Drucker, Jean Drucker, âgé de seize jours[1].

Lorsque Abraham Drucker est arrêté en avril 1942, il est détenu quatre jours à la prison de Flers. Il est ensuite interrogé au siège de la Gestapo à Caen. Il est ensuite transféré à la prison de la Maladrerie. En mai 1942, il est emmené à Compiègne au Camp de Royallieu. Il est transféré à Drancy, le 26 mai 1943. Dans les deux camps, il occupe la fonction de médecin auprès des internés[1].

Après l’arrestation d'Abraham Drucker, Lola Drucker perd son emploi. Elle est doit quitter son logement de fonction au sanatorium. Elle s’installe au no 27 de la rue Mont-Roty à St-Sever. Le 6 juin 1942, elle se voit remettre l’étoile jaune à Vire en même temps que les familles Augier et Goldnadel. Elle quitte clandestinement le Calvados avec ses deux enfants (Jean Drucker et Michel Drucker, né le 12 septembre 1942) grâce à l’aide de plusieurs habitants de St-Sever et de Sept-Frères. Elle trouve refuge auprès du docteur Faget au sanatorium de Bodiffé, situé sur la commune de Plémet dans les Côtes-d'Armor[1].

Médecin-chef du Camp de Drancy[modifier | modifier le code]

Abraham Drucker arrive à Drancy le 26 mai 1943, en provenance de Compiègne, avec une quinzaine de prisonniers, parmi eux, cinq futurs cadres juifs du camp de Drancy à l’époque du chef nazi Alois Brunner[8].

Après l'armistice entre l'Italie et les Alliés[9], en septembre 1943, Alois Brunner quitte Drancy, dont la « productivité baisse », pour Nice[8], et y reste jusqu'en décembre 1943. Le but est de poursuivre les Juifs réfugiés à Nice et dans sa région[9]. Il arrive d'abord à Marseille, le 6 septembre 1943[10]. Le 15 septembre 1943, Alois Brunner est à Nice[11].

Jean-Louis Panicacci note [11]:

"Puis, le 15 septembre, Brunner établit ses services à l'hôtel Excelsior -situé à 200 mètres de la gare SNCF- qui devint l'antichambre de la déportation : "Les juifs, dès qu'ils arrivent à l'hôtel, sont dessaisis de tout leur avoir : argent, bijoux, valeurs, etc.-., qui constituent une masse utilisée pour payer la direction de l'hôtel précité les frais de nourriture et de logement de tous les israélites... Environ 12 policiers en civil opérèrent les arrestations de juifs ou de suspects, ils sont militaires, plusieurs sont sous-officiers... Les interprètes sont des juifs qui, jouissant d'une certaine liberté d'action se montrent à l'égard de leurs coreligionnaires plus stricts que les Allemands." La plupart des médecins et infirmiers de l'Excelsior étaient aussi Israélites".

Les SS emmènent à Nice une partie du personnel interné à Drancy, dont Abraham Drucker[12].

À la date du 14 décembre 1943, 2 500 Juifs ont été transférés à l'hôtel Excelsior, siège de la Gestapo, à proximité de la gare de Nice. Ils sont examinés par Abraham Drucker. Ils doivent être transférés au Camp de Drancy[9].

Après la Libération, Abraham Drucker témoigne :

« Pendant les trois mois que j’ai été détenu à l’Excelsior, j’ai été témoin et victime d’une terreur et d’atrocités effroyables. Cette équipe comprenait douze à quatorze tortionnaires sous le commandement de Brunner, procédait à des arrestations d’hommes, de femmes et d’enfants juifs, pour la plupart du temps effectuées la nuit, subissant tous des interrogatoires interminables sous la menace du revolver et souvent brutalement frappés afin d’avouer la qualité des Juifs et d’indiquer l’adresse des parents, maris, enfants, frères, etc.[8] ».

Abraham Drucker est témoin des séances de torture. Les SS tortionnaires à l’Excelsior, sous le commandement de Brunner, sont : Vogel, Ernst Bruckler[13],[14],[15],[16], Ullmann, Billartz[17], Zitter, Gorbing. Des chasses à l’homme ont lieu dans les rues de Nice, en septembre et octobre 1943. Les nazis sont accompagnés par des « spécialistes » juifs chargés de vérifier, sous les porches des immeubles, si les hommes interpellés sont circoncis ou non[8].

Sur le point d’être déporté dans le dernier convoi de déportés partis de Drancy (le Convoi No. 79, en date du 17 août 1944, avec pour destination Buchenwald[18]), Abraham Drucker est libéré le 18 août 1944[1].

Après la guerre[modifier | modifier le code]

La famille Drucker s'installe après la guerre à Vire, place de la Gare puis rue du Calvados[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m et n Louise Macé. La famille DRUCKER. memoire-viretuelle.fr.
  2. ILLUSTRES NORMANDS: ABRAHAM DRUCKER (1903-1983). micheldrucker.fr.
  3. Abraham Drucker, interné à Drancy. leparisien.fr. 2 mars 2013.
  4. Christian Morales. Michel Drucker : Rongé par le remords. francedimanche.fr. 9 NOVEMBRE 2015.
  5. Michel Drucker : « Je suis juif et je le resterai toute ma vie ». Haim Musicant. frblogs.timesofisrael.com.12 septembre 2016.
  6. Il y aura 70 ans demain, Abraham Drucker était le premier juif de Vire arrêté par les Allemands. ouest-france.fr. 27 avril 2012.
  7. Les usines Berger sont tombées dans l'oubli. ouest-france.fr/normandie/vire-14500. 19 février 2016.
  8. a b c et d « Abraham Drucker, médecin-chef au camp de Drancy - Profs d'Histoire lycée Claude Lebois », sur profshistoirelcl.canalblog.com, (consulté le 16 novembre 2020)
  9. a b et c (en) Laffitte Michel. BRUNNER, ALOÏS. sciencespo.fr. 18 November, 2007.
  10. Jean-Louis PANICACCI. LES JUIFS ET LA QUESTION JUIVE DANS LES ALPES-MARITIMES de 1939 à 1945 Voir, L'OCCUPATION ALLEMANDE (9 SEPTEMBRE 1943 - 28 AOUT 1944), p. 37.
  11. a et b Jean-Louis PANICACCI. LES JUIFS ET LA QUESTION JUIVE DANS LES ALPES-MARITIMES de 1939 à 1945, p. 39.
  12. Abraham DRUCKER. memoire-viretuelle.fr.
  13. Brückler est l'adjoint de Alois Brunner, voir, (en) The Deportation of the Jews from the Nazi Transit Camps Drancy (France) and Malines (Belgium). Functioning. training.ehri-project.eu.
  14. Brückler porte le titre de Hauptscharführer, voir, (en) George Wellers. Testimony about Conditions in France & Deportations from France At the Eichmann Trial 9 May 1961.(Selected Extracts). holocaustresearchproject.org. et (en) Mary Felstiner. Alois Brunner:"Eichmann's Best Tool". museumoftolerance.com.
  15. A Drancy, Brückler organise les appels quotidiens des internés rassemblés et rangés dans la cour centrale, les comptant et les recomptant, ce qui permet de tenir les fichiers à jour, voir Michel Laffitte, Annette Wieviorka. 2 - Camp de concentration. Dans À l’intérieur du camp de Drancy (2015), pages 251 à 291.
  16. Les internés de Drancy décrivent Ernst Brückler, comme «le plus brutal de l'équipe». Voir, Brigitte VITAL-DURAND. Alois Brunner, un SS hante les assises. liberation.fr. 2 mars 2001.
  17. Billartz fait partie de la Gestapo de Marseille, voir, (en) Isaac Levendel & Bernard Weisz, Hunting Down the Jews: Vichy, the Nazis and Mafia Collaborators in Provence, 1942-1944, 2011, témoignage de Charles Palmieri
  18. Voir, Klarsfeld, 2012.

Articles connexes[modifier | modifier le code]