Hélène Waysbord-Loing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hélène Waysbord-Loing
Fonction
Présidente
Mémorial des enfants d'Izieu
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Hélène WaysbordVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Haute fonctionnaire, inspectrice générale de l'Éducation nationaleVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions

Hélène Waysbord-Loing, née en 1936 à Argenteuil, est une haute fonctionnaire française. Elle est présidente honoraire de l'association de la Maison des enfants d'Izieu.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hélène Waysbord est née à Argenteuil (Seine-et-Oise) en 1936. Son père, Jacques Wajsbord est né le à Kozienice. Sa mère, Fajga Wajsbord, née Flumenbaum, est née le , à Koznovietz[1]. Ses parents, militants communistes polonais juifs, sont déportés durant la Seconde Guerre mondiale. Fajga Wajsbord est déportée par le convoi n°45, en date du 11 novembre 1942, du Camp de Drancy vers Auschwitz. Jacques Wajsbord est déporté par le convoi n°47, en date du 11 février 1943, du Camp de Drancy vers Auschwitz. Leur dernière adresse est au 7 rue Saint Germain, à Argenteuil[1]. Hélène Waysbord est cachée par une famille d'Évron, en Mayenne[2],[3]. Elle est agrégée de lettres classiques, et enseigne à Laval puis à Caen[3], de 1968 à 1982[2].

En 1983, elle est nommée chargée de mission auprès de la présidence de la République, chargée des grands travaux, de l’urbanisme et de l’environnement, puis elle est successivement chargée de missions auprès de l’établissement public du Grand Louvre, puis auprès du secrétaire d’État aux grands travaux Émile Biasini[4]. Elle est nommée inspectrice générale de l'Éducation nationale. Elle est ensuite en poste à la Bibliothèque de France, comme déléguée scientifique de 1992 à 1994, puis comme chargée de mission pour les affaires internationales de 1994 à 1996[4].

Elle publie en 2013 L'amour sans visage, un récit autobiographique accompagné de lettres de captivité de son père, envoyées clandestinement[5].

Mémoire de la Shoah[modifier | modifier le code]

Hélène Waysbord-Loing devient présidente de l'association de la Maison d'Izieu en 2004[2], puis présidente honoraire.

Elle dirige en 2008 un groupe de travail sur l'enseignement de la Shoah en CM2, à la demande du ministre de l'Éducation nationale Xavier Darcos. Dans le rapport qu'elle lui remet la même année, elle suggère de « privilégier la thématique des enfants victimes » et souligne que cette approche « doit éviter le compassionnel »[6], en écho à la proposition faite par Nicolas Sarkozy, alors président de la République, que « tous les enfants de CM2 se voient confier la mémoire d'un des 11 000 enfants victimes de la Shoah »[7].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Éduquer à la télévision : quelle place pour l'audiovisuel à l'école ?, 1997
  • L'Amour sans visage, Christian Bourgois, 2013 (ISBN 978-9657417140)
  • Alex ou le porte-drapeau, Christian Bourgois, 2014 (ISBN, 978-2267026498)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]