Lili Leignel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Lili Leignel
Defaut.svg
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Lili Rosenberg
Surnom
Lili Leignel
Nationalité
Activité
survivant de Ravensbrück et Bergen Belsen
Famille

parents: Joseph Rosenberg et Charlotte Keller

frères: Robert et André
Autres informations
Distinction
Œuvres principales
Je suis encore là

Lili Rosenberg, appelée Lili Leignel, née le , à Croix (Nord), est une conférencière et écrivaine française, survivante et témoin de la Shoah.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lili Leignel est née le , à Croix (Nord), dans une famille juive d'origine hongroise. Fille de Joseph Rosenberg et Charlotte Keller, la famille est composée de 3 enfants, Lili, Robert et André[2].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1943, les enfants sont cachés dans différentes familles de Tourcoing (Nord).

Pensant le danger écarté, ils reviennent vivre avec leurs parents. Le , la famille est arrêtée[2],[3].

De la prison de Loos (Lille) (Nord), ils sont conduits à la Prison de Saint-Gilles de Bruxelles et transférés au Camp de rassemblement de Malines (Belgique)[4].

La famille y est séparée : le père est envoyé à Buchenwald, la mère et ses 3 enfants sont transférés à Ravensbrück et au début de 1945,à Bergen-Belsen.

Libérés par l'armée britannique, le , les 3 enfants sont rapatriés jusqu'à Paris. Les enfants sont pris en charge par leur tante.

Leur mère, atteinte du typhus, intransportable, reste à l'infirmerie du camp. Elle parvient à les rejoindre plus tard dans un préventorium d'Hendaye (Pyrénées-Atlantiques) où ils sont soignés.

Ils apprendront que leur père a été fusillé en à Buchenwald, quelques jours avant la libération du camp[1],[5].

Elle a notamment vécu à Bergen-Belsen avec Anne Frank et Simone Veil et à Ravensbrück avec Geneviève de Gaulle-Anthonioz.

Àprès la guerre[modifier | modifier le code]

Après la guerre elle devient un témoin[6].

Publication[modifier | modifier le code]

  • Je suis encore là, 2017, aidée de Loïc Cattiaux, illustrations de Gaëlle Soarès.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Rencontre avec Lili Leignel, déportée à l'âge de 11 ans », La Dépêche,‎ (lire en ligne)
  2. a et b « Lallaing Une conférence de Lili Leignel, rescapée des camps de la mort », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne)
  3. « Lili Leignel raconte la déportation », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  4. Frédérique Béal, « Lili Leignel décorée de la légion d'honneur », France 3,‎ (lire en ligne)
  5. « Le témoignage poignant de Lili Leignel, survivante des camps nazi », La Nouvelle République,‎ (lire en ligne)
  6. « - Cambrai : Lili Leignel, ancienne déportée, va témoigner devant 800 élèves ce mardi », sur La Voix du Nord, (consulté le 22 novembre 2019)