Le projet « Poésie » lié à ce portail

Portail:Poésie

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le portail L'arborescence Le projet Discussion

P author.svg Portail de la poésie P author.svg modifier ]

« Ô vous donc qui, brûlant d’une ardeur périlleuse,
Courez du bel esprit la carrière épineuse,
N’allez pas sur des vers sans fruit vous consumer,
Ni prendre pour génie un amour de rimer. »

9 857 articles portent le bandeau {{Portail Poésie}}.

Lumière sur... modifier ]

John Henry Newman par Sir John Everett Millais (1881).

Le cardinal John Henry Newman, né à Londres le 21 février 1801 et mort à Edgbaston le 11 août 1890, est un ecclésiastique britannique converti au catholicisme en 1845.

Étudiant à l'Université d'Oxford, il est ordonné prêtre anglican. Ses travaux sur les Pères de l'Église le conduisent à analyser les racines chrétiennes de l'anglicanisme et à défendre l'indépendance de sa religion face à l'État britannique, sous la forme de « tracts ». Ainsi naît le Mouvement d'Oxford, dont Newman est l'un des principaux acteurs. Ses recherches sur les Pères de l'Église et sa conception de l'Église l'amènent à se convertir au catholicisme, qu'il voit désormais comme la confession la plus fidèle aux racines du christianisme. C'est au cours de cette période qu'il écrit le célèbre poème Lead, kindly Light.

Il part pour l'Irlande afin de fonder une université catholique à Dublin, à la demande des évêques d'Irlande. Pour mieux faire comprendre sa conception de l'éducation et de la science il donne un cycle de conférences : L'Idée d'université, avant de démissionner en 1857 à cause du manque de confiance de la part des évêques irlandais face à son entreprise. Sa conversion au catholicisme est incomprise et critiquée par ses anciens amis anglicans. Il est aussi regardé avec méfiance par une partie du clergé catholique anglais du fait de ses positions considérées comme très libérales. En réaction à des calomnies, Newman décrit sa conversion au catholicisme dans Apologia Pro Vita Sua. Cet ouvrage change la perception des anglicans à son égard et accroît sa notoriété. L'incompréhension suscitée par la proclamation du dogme de l'infaillibilité pontificale conduit Newman à défendre l'Église et la place primordiale de la conscience dans sa Lettre au duc de Norfolk. Sa conception de la conscience sera en partie développée lors du Concile Vatican II. Il écrit par la suite la Grammaire de l'assentiment, qui se veut une défense de la foi face au développement du positivisme. Le nouveau pape Léon XIII, élu en 1878, décide de le créer cardinal en 1879. Newman meurt onze années plus tard à l'âge de 89 ans.

Théologien et christologue reconnu, il est l'une des figures majeures du catholicisme britannique, avec Thomas More, Henry Edward Manning et Ronald Knox. Il a exercé une influence considérable sur les intellectuels catholiques, notamment les auteurs venus de l'anglicanisme. Pour Xavier Tilliette, il apparaît comme « une grande personnalité singulière, une sorte de cierge pascal dans l'Église catholique du XIXe siècle ». Ses œuvres, dont la Grammaire de l'assentiment et l'Apologia Pro Vita Sua, sont une référence constante chez des écrivains tels que G. K. Chesterton, Evelyn Waugh ou Julien Green, mais aussi pour des théologiens et des philosophes comme Avery Dulles, Erich Przywara et Edith Stein, qui a traduit en allemand son ouvrage L'Idée d'université.

John Henry Newman a été proclamé vénérable par la Congrégation pour les causes des saints en 1991. Il a été béatifié à Birmingham, le 19 septembre 2010, par le pape Benoît XVI.

Autres articles sélectionnés au sein du portail Poésie

Articles principaux modifier ]

Découvrez l'univers de la Poésie et naviguez dans les catégories repérées par un (c)
Nuvola apps browser.png

Histoire et genres

Histoire de la poésie (c)

Poésie dans l'Égypte antiquePoésie arabePoésie chinoiseHistoire de la poésie françaisePoésie hébraïquePoésie irlandaisePoésie japonaisePoésie russePoésie médiévale françaisePoésie RenaissancePoésie française du XVIe sièclePoésie classiquePoésie française du XVIIe sièclePoésie française du XVIIIe sièclePoésie romantiquePoésie des États-UnisPoésie française du XIXe sièclePoésie anglaise durant la Première Guerre mondialePoésie française du XXe siècleAvant-gardePoésie au XXIe siècle

Mouvements poétiques (c)

Poésie scaldiqueGrands rhétoriqueurs • La PléiadePoètes métaphysiques (anglais) • ParnasseÉcole fantaisisteImagismeObjectivismeÉcole de RochefortAntipoésieSignalismePoésie concrètePoésie visuellePoésie sonoreSpatialismeSpoken wordDub poetrySlamImprovisation poétiquePoésie narrative

Genres poétiques (c)

AèdeAislingBardeCalligrammeChanson de gesteÉpigrammeÉpithalameÉpopéeFableFatrasieOdePoésie bourgeoisePoésie burlesquePoésie chantéePoésie courtoisePoésie didactiquePoésie engagéePoésie lyriquePoésie multimédiaPoésie officiellePoésie pastoralePoésie philosophiquePoésie typographiqueReverdieTrobairitzTroubadourTrouvèreVidéo poésie

Formes poétiques (c)

AcrosticheBalladeBlasonChant royalComplainteCongéDitÉglogueFabliauFatrasGrookHaïkuHain-tenyHéroïdeIdylleImpromptuKawiKigoKyōkaLaiLimerickMacaroniqueNabatîOaristysPantoumPantunPastourellePasyonRondeauRondelRondeletRoundelSenryūSextineSirventèsSonnetTankaTchastouchkaTensonTerza rimaTrioletVillanelleVirelai


Nuvola apps khexedit.png

Œuvres, auteurs

Poèmes (c)

L'AlbatrosL'Art poétiqueBallade des pendusLe Bateau ivreBooz endormiLe CorbeauUn coup de dés jamais n'abolira le hasardLe Dormeur du val • L’IliadeLe LacLa mort du loupLe Mot et la ChoseSpleen et idéalLes Villes tentaculaires

Poètes (c)

Liste chronologique de poètes

Poètes de l'Antiquité

Poètes de la Rome antiquePoètes de la Grèce antique

Poètes par Pays

Poètes allemandsPoètes américainsPoètes arabesPoètes belgesPoètes britanniquesPoètes canadiensPoètes chinoisPoètes espagnolsPoètes françaisPoètes grecsPoètes indiensPoètes italiensPoètes japonaisPoètes néerlandaisPoètes persansPoètes portugaisPoètes suissesMais encore...

Poètes par Genre

Poètes baroquesPoètes classiquesPoètes romantiquesPoètes symbolistesTroubadoursTrouvères


Nuvola apps kcmscsi.png

Techniques et études

Techniques poétiques

Art poétiqueCoupe en poésieIambeMétriqueProseProsodieRimeScansionStropheVersVers brisésVers rapportéVers rhopaliquesVers de mirlitonVers libreVersificationVersification française

Études poétiques

StylistiqueRhétorique

Figures de style (c)

AllitérationAllégorieAnagrammeAntiphraseAntithèseAssonanceAsyndèteChiasmeEllipseEuphémismeHypallageLitoteMétaphoreMétaphore filéeMétonymieOxymoreParaboleParonomasePléonasmePériphraseSolécismeSynecdoqueZeugme

La poésie aujourd'hui

Biennale Internationale des Poètes en Val-de-MarneCentre international de poésie MarseilleCentre d'études et de recherches comparées sur la créationÉdition de la poésie en FranceLecture performéeMaison de la PoésieMarché de la poésiePoésie numériquePoezibaoPrintemps des poètesRegards sur la poésie du XXe siècleSitaudis

Prix de poésie (c)
d'aujourd'hui

Grand prix de poésie de l'Académie françaisePrix des DécouvreursPrix Robert-GanzoPrix Guillaume-ApollinairePrix international de poésie francophone Yvan-GollPrix Goncourt de la poésiePrix Louis-GuillaumePrix MallarméPrix Max-JacobPrix Roger-KowalskiPrix de la Vocation en poésie

d'hier

Grand prix national de la poésiePrix Antonin-ArtaudPrix Louise-LabéPrix Max-Pol-FouchetPrix Tristan-Tzara

Revues de poésie (c)
d'aujourd'hui

Po&sieDoc(k)sNioquesVoix d'encre

d'hier

Action poétiqueLe Nouveau RecueilJavaLe Mâche-LaurierPoésie présenteArgileL'ÉphémèreLes Cahiers du Sud

Image du mois modifier ]

Shakespeare-Testament.jpg
Dernière section du testament de Shakespeare, en 1616.

Un Poème au Hasard modifier ]

« Je suis triste ; le sort est dur ; tout meurt, tout passe ;
Les êtres innocents marchent dans de la nuit ;
Tu n'en sais rien ; tu ris d'écouter dans l'espace
Ce qui chante et de voir ce qui s'épanouit ;

Toi, tu ne connais pas le destin ; tu chuchotes
On ne sait quoi devant l'Ignoré ; tu souris
Devant l'effarement des sombres don Quichottes
Et devant la sueur des pâles Jésus-Christs.

Tu ne sais pas pourquoi je songe, pourquoi tombe
Kesler à Guernesey, Ribeyrolle au Brésil ;
Jeanne, tu ne sais pas ce que c'est que la tombe,
Jeanne, tu ne sais pas ce que c'est que l'exil.

Certes, si je pensais que j'assombris ton âme,
Je ne te dirais point toutes ces choses-là ;
Mais, vois-tu, bien qu'avril dore à sa pure flamme
Ton front, que Dieu pour moi tout exprès étoila,

Quoique le ciel ait l'aube et mon cœur ton sourire,
Jeanne, la vie est morne, et l'on gémit parfois ;
Puisque tu n'as qu'un an, je puis bien tout te dire,
Tu comprends seulement la douceur de ma voix. »


Ce poème s'affiche de manière aléatoire : vous pouvez effectuer un nouveau tirage.

Le saviez-vous ? modifier ]

Ces annonces s'affichent de manière aléatoire : vous pouvez effectuer un nouveau tirage.

Portails connexes modifier ]

Autres portails.

Avertissement