Camp de Septfonds

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Camp d'internement de Septfonds
Présentation
Type Camp de concentration
Gestion
Date de création Février 1939
Date de fermeture Mai 1945
Victimes
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Localité Septfonds (Tarn-et-Garonne)

Le Camp de Septfonds est un camp français pour réfugiés, internés ou prisonniers, ouvert en février 1939 et fermé en mai 1945, situé dans la commune de Septfonds (Tarn-et-Garonne), à environ 5 km au nord-est de Caussade.

Histoire du camp de Septfonds[modifier | modifier le code]

Février 1939 – mars 1940[modifier | modifier le code]

Centre d’hébergement de réfugiés espagnols

[modifier | modifier le code]

Le gouvernement Daladier, pressé de décongestionner les camps de réfugiés espagnols des Pyrénées-Orientales, choisit le Tarn-et-Garonne pour implanter l’un des cinq nouveaux camps destinés à l’hébergement de 15 000 personnes.

[modifier | modifier le code]

Les autorités civiles et militaires du département arrêtent le choix définitif d’un vaste terrain situé à Lalande et à Judes, commune de Septfonds, à un kilomètre du village. Soucieuses de rassurer les populations locales les autorités affectent plus d’un millier de gardes-mobiles, de fantassins, de dragons et de tirailleurs sénégalais à la surveillance du camp, et abandonnent le projet initial d’arrivée d’Espagnols en gare de Caussade, qui impliquait la traversée de la ville entière et du village de Septfonds. La petite gare de Borredon, d’où le trajet peut s’effectuer en rase campagne est finalement retenue.

5-12 mars 1939[modifier | modifier le code]

2 500 « miliciens espagnols » sont déversés quotidiennement sur le quai de la gare de Borredon, puis conduits sur le site de Septfonds encore en cours d’aménagement. Les autorités militaires décident alors l’ouverture d’un camp provisoire à Lalande, où les Espagnols sont hébergés avant d’être envoyés au camp définitif de Judes au fur et à mesure de l’achèvement des baraques. Ce camp est alors appelé "camp de concentration" par les autorités de l'époque.

20 mars 1939[modifier | modifier le code]

Le transfert des Républicains espagnols au camp de Judes est achevé. 16 000 Espagnols sont désormais internés à Septfonds.

Mars 1939 – février 1940[modifier | modifier le code]

Le grand ennemi à vaincre derrière les barbelés est l’ennui, mais les réfugiés s’organisent : une troupe de théâtre est montée par un acteur professionnel, un orchestre amateur, un atelier de peinture mis en place. La vie politique se réorganise elle aussi : des cellules et des comités regroupant les militants du Parti communiste espagnol sont créés. Des groupes de travailleurs sont aussi rassemblés par l’armée qui les utilise pour l’entretien du camp et pour exécuter des travaux de terrassement sur le camp militaire de Caylus. Conscient de l’énorme réservoir de main d’œuvre que représentent les réfugiés, le gouvernement offre la possibilité aux internés de quitter le camp en signant un contrat de travail. Des centaines d’Espagnols sont ainsi embauchés comme ouvriers agricoles dans tout le département. D’autres, sélectionnés pour leurs qualifications, sont transférés dans des camps spéciaux et recrutés dans l’industrie.

Février – mars 1940[modifier | modifier le code]

La population espagnole est progressivement évacuée du camp. Selon leurs aptitudes professionnelles, leur santé et leur comportement, les réfugiés sont versés dans les autres camps du sud-ouest. Le 15 février, 4 compagnies de travailleurs étrangers sont également constituées. Seules les 220e et 221e compagnies, affectées à l’entretien du camp, sont maintenues à Septfonds.

15 mars 1940[modifier | modifier le code]

Le camp de Septfonds devient Centre de mobilisation pour les étrangers désireux de s’engager dans les « régiments de marche de volontaires étrangers ». Une partie du camp est mise à la disposition de l’armée polonaise en France, qui y instruisit environ 800 hommes relevant de l’armée de l’air (ensuite transférés à Lyon-Bron).

Eté 1940 – Eté 1942[modifier | modifier le code]

Centre de triage et d’hébergement des étrangers en surnombre

Été – automne 1940[modifier | modifier le code]

À la suite de la signature de l’armistice franco-allemand, les autorités militaires utilisent le camp de Septfonds comme centre de démobilisation pour les engagés volontaires étrangers. Le Ministre du Travail du Gouvernement de Vichy y constitue quant à lui des groupements de travailleurs étrangers, dont le 302e groupement composé de Juifs.

2 janvier 1941[modifier | modifier le code]

Création d’un camp de triage et d’hébergement, relevant du Ministère de l’Intérieur, sur la parcelle cédée par le Ministère de la Guerre. Cet enclos, contenant 6 baraquements et isolé par une clôture barbelée, est désormais destiné aux « étrangers en surnombre dans l’économie départementale ». Le gouvernement de Vichy crée « un centre spécial destiné aux officiers des armées ex-alliées ayant tenté de quitter la France clandestinement » : des militaires belges et polonais, arrêtés et jugés, sont retenus à Septfonds, d’avril à juillet 1941.

28 mai 1941[modifier | modifier le code]

Désaffectation officielle du camp de triage : les internés devront être transférés dans les camps des Pyrénées-Orientales et de Haute-Garonne. Maintien d’un îlot de sûreté pour les « étrangers suspects » du département.

Eté 1942 – 1944[modifier | modifier le code]

Centre de rassemblement pour individus dangereux

Février – juin 1942[modifier | modifier le code]

Maintenu par le Préfet de Tarn-et-Garonne, le camp réservé aux étrangers en surnombre accueille maintenant une centaine d’internés. Le 15 mars, en raison des multiples conflits et en vue de « l’incorporation prochaine d’Israélites en nombre important » dans le 302e G.T.E., Vichy transfère le camp de triage dans une zone isolée au sud de l’enceinte de Judes, pour finalement le fermer définitivement le 1er juillet.

Juillet 1942[modifier | modifier le code]

En application du plan gouvernemental de maintien de l’ordre, un « centre de rassemblement pour individus dangereux » est créé en lieu et place du camp de triage.

24 août 1942[modifier | modifier le code]

84 internés juifs appartenant à la 302e Compagnie de Travailleurs Étrangers sont conduits en gare de Caussade, parqués dans un même wagon, à destination d’Auschwitz via Drancy.

26 août 1942[modifier | modifier le code]

211 juifs étrangers (hommes, femmes, enfants) raflés par la police et la gendarmerie françaises en Tarn-et-Garonne et pour 39 d’entre eux dans le Lot, sont conduits par camion au Centre de Rassemblement de Septfonds.

Nuit du 2 au 3 septembre 1942[modifier | modifier le code]

Les 211 internés sont acheminés en gare de Caussade et intégrés à un important convoi régional qui rejoint Drancy le 4 septembre, pour arriver a Auschwitz cinq jours plus tard. Au total, 295 personnes sont déportées depuis le camp de Septfonds vers l’enfer concentrationnaire nazi.

1943-1944[modifier | modifier le code]

Le 302e Groupe de Travailleurs Étrangers subsiste au camp jusqu’à la Libération. En mars 1943, il ne compte plus que 70 Israélites à la suite d’un « prélèvement » effectué par les autorités allemandes. Les internés, soumis à une discipline militaire sont employés à des travaux de terrassement, de culture et d’entretien du camp.

Le camp de Septfonds sera utilisé une dernière fois après la libération pour l’internement de Français accusés de collaboration. Il est définitivement fermé en mai 1945[1].

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Texte extrait des panneaux historiques réalisés par le Musée de la Résistance de Montauban (1997).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]