Rachel Pludermacher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pludermacher.
Rachel Pludermacher
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 93 ans)
Nationalité
Autres informations
Distinction

Rachel Pludermacher, née Levin ou Lévinate le à Vilnius en Lituanie et morte en , est une éducatrice juive d'origine lituanienne, qui avec son époux Serge Pludermacher, s'occupe d'enfants juifs au Château de Chabannes, à Chabannes, aujourd'hui Saint-Pierre-de-Fursac (Creuse), et à la Maison des Enfants d'Izieu (Ain). Elle est la mère du pianiste Georges Pludermacher.

Biographie[modifier | modifier le code]

Rachel Levin (ou Lévinate) est née le 9 novembre 1908 à Vilnius, en Lituanie. Elle arrive en France en janvier 1930 à l'âge de 22 ans.

L'Oeuvre de secours aux enfants[modifier | modifier le code]

Rachel Levin est la première employée de l'Oeuvre de secours aux enfants (OSE) en France en 1934[1].

Elle travaille à la Maison d'Enfants de Montmorency, maison qui accueillait des enfants réfugiés d'Allemagne, arrivés seuls en France pour fuir le Nazisme.

À partir de 1940, elle est éducatrice à la Maison d'Enfants : Le Château de Chabannes (Creuse) où elle rencontre son futur mari, Serge Pludermacher.

Elle sera envoyée de 1943 à 1944 dans plusieurs autres Maisons d'Enfants dont la Maison des Enfants d'Izieu qu'elle quitte, alors enceinte, quelques jours avant la rafle du 6 avril 1944. Elle donne naissance à son fils, Georges Pludermacher[2], futur pianiste, à Guéret (Creuse), à proximité de Chabannes, le 26 juillet 1944. Il s'appelle Georges, en souvenir de son grand-père paternel, Gershon Pludermacher, un éducateur juif à Vilnius[3]. Elle est également la grand-mère d'Isolde Pludermacher, conservatrice en chef du patrimoine au Musée d'Orsay.

Film[modifier | modifier le code]

Elle parait dans le film sur les Enfants de Chabannes, en 1999[4],[5],[6],[7],[8].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]