Jérôme Skorka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jérôme Skorka (ou Yerme (Jeremiah) Skorka dit Jérôme Scorin ; à Zagórów en Pologne - à Nancy) est un résistant français, d'origine polonaise, déporté à Auschwitz dans le même Convoi No. 77, que sa sœur, la résistante Régine Skorka-Jacubert. Ils seront témoins au Procès Barbie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Yerme Skorka est né le 20 avril 1924 à Zagórów, en Pologne[1].

Son père, Jacob Skorka, né le 21 septembre 1889, à Ozorków, en Pologne[2], est un rabbin[1].Sa mère, Slatka Skorka (née Szejman), née le 11 décembre 1892 à Zagórów, en Pologne[2] est une modiste.Il a une sœur, Ryvka Skorka, et deux frères plus jeunes, Lajb Skorka et Zalme (Zali) Skorka[1].

Nancy[modifier | modifier le code]

En 1929, Jacob Skorka, arrive en France et s'installe à Nancy, où il trouve un emploi dans une usine. Il avait une sœur mariée habitant dans cette ville.

Un an plus tard, le reste de la famille rejoint le père à Nancy. Le plus jeune enfant Zalme meurt d'une pneumonie. Les enfants adoptent des prénoms français: Ryvka devient Régine, Yerme devient Jérôme et Leib devient Léon[1].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le père, Jacob Skorka, est déporté par le Convoi No. 31, en date du 11 septembre 1942, du Camp de Drancy vers Auschwitz. Slatka Skorka est déportée par le même Convoi No. 31[2].

Témoin au Procès Barbie[modifier | modifier le code]

Jérôme Skorka et sa sœur Régine Skorka-Jacubert sont témoins au 11e jour du Procès Barbie[3].

famille[modifier | modifier le code]

Jérôme Skorka a un fils Joël né le 17 avril 1953 à Nancy[4].

Mort[modifier | modifier le code]

Jérôme Skorka est mort le 17 janvier 2013 à Nancy, Meurthe-et-Moselle, à l'âge de 88 ans[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]