Rafle de Saint-Mandé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La rafle de Saint-Mandé prend place le samedi au no 5 de la rue Grandville à Saint-Mandé (Val-de-Marne)[1], dans un centre de l'UGIF, pour enfants. Ces derniers sont déportés par le Convoi no 77, en date du , le dernier grand convoi au départ de la gare de Bobigny, de Drancy vers Auschwitz.

Une photographie des fillettes posant dans leur centre, en tablier et étoile jaune, "a été très largement utilisée dans les publications, expositions, tant en France qu’à l’étranger. Elle focalise non seulement le processus d’extermination nazi des populations juives dans la France de Vichy, mais symbolise, plus largement, pour certaines publications, la Shoah, le génocide des Juifs en Europe durant la Seconde Guerre mondiale."[2]

La Rafle[modifier | modifier le code]

Dans la nuit du 21 au a lieu une grande rafle des maisons d'enfants de l'UGIF dans la région parisienne. 242 enfants et 33 adultes sont arrêtés et transférés à Drancy déportés par le convoi no 77, en date du , le dernier grand convoi au départ de la gare de Bobigny, de Drancy vers Auschwitz[3],[4].

En 1999, Alois Brunner, le commandant du camp de Drancy, est tenu par contumace responsable de cette rafle et de crime contre l'humanité[5].

Déportés[modifier | modifier le code]

Les noms des déportés (enfants et adultes) par le Convoi No. 77 de Drancy vers Auschwitz sont par ordre alphabétique[6],[7]:

Enfants[modifier | modifier le code]

  • Rachel Eisenberg (12 ans)

Elle est née le à Metz. Son père, Aser Eisenberg (43 ans), est né le à Żmigród, en Pologne. Il est déporté par le Convoi No. 40, en date du , de Drancy vers Auschwitz, tout comme ses frères, Leizer Eisenberg (16 ans), né le à Żmigród, en Pologne et Simon Eisenberg (18 ans), né le à Żmigród, en Pologne. Sa mère, Tauba Eisenberg (née Gross) (41 ans), est née le à Żmigród, en Pologne. Elle est déportée par le Convoi No. 47, en date du , de Drancy vers Auschwitz. Leur dernière adresse est à Saint-Michel-Léparon (Dordogne).

  • Ida Fischer (12 ans)

Elle est née le à Nancy (Meurthe-et-Moselle). Son père, Jacob Fischer (40 ans), est né le à Grabow, (Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, en Allemagne, . Sa mère, Fajga Fischer (née Lewkowitz) (36 ans), est née à Tomaszowo, en Pologne. Ils sont déportés par le Convoi NO. 42, en date du , de Drancy vers Auschwitz. Son frère, Schlama Fischer (16 ans), né le à Nancy est arrêté lors de la Rafle de l'UGIF/École du Travail, et aussi déporté par le Convoi No. 77. Leur dernière adresse est au 29 rue Notre-Dame à Nancy (Meurthe-et-Moselle)

  • Léa Grycman (12 ans)

Elle est née le dans le 12e arrondissement de Paris. Elle est la sœur de Nanette Grycman (10 ans). Sa mère, Brendla Grycman (née Minc) (34 ans), est née le à Pińczów, en Pologne. Elle est déportée par le Convoi No. 6, en date du , de Pithiviers vers Auschwitz. Leur dernière adresse est à Savigny-sur-Braye (Loir-et-Cher).

  • Nanette Grycman (10 ans)

Elle est née le dans le 12e arrondissement de Paris. Elle est la sœur de Léa Grycman (12 ans). Sa mère, Brendla Grycman (née Minc) (34 ans), est née le à Pińczów, en Pologne. Elle est déportée par le Convoi No. 6, en date du , de Pithiviers vers Auschwitz. Leur dernière adresse est à Savigny-sur-Braye (Loir-et-Cher).

  • Renée Kane (12 ans)

Elle est née le à Dambach (Bas-Rhin). Son père, Abram Kane (39 ans), né le à Ozorków (Pologne), est déporté par le Convoi No. 12, en date du du Camp de Drancy vers Auschwitz. Sa mère, Golda Kane (née Szapszowicz) (35 ans), née le à Varsovie, en Pologne, est déportée par le Convoi No. 26, en date du , de Drancy vers Auschwitz. Ses frères, André Kane (4 ans), né le à Saint Quentin (Aisne), arrêté lors de la Rafle de La Varenne-Saint-Hilaire, est déporté par le Convoi No. 77 et Leib Kane (13 ans), né le à Łódź, en Pologne, est déporté par le Convoi No. 40, en date du , Drancy vers Auschwitz. Leur dernière adresse est au 40 rue des Glatiniers à Saint Quentin (Aisne).

  • Marie Krajzelman (8 ans)

Elle est née le dans le 12e arrondissement de Paris. Son père, David Krajzelman (43 ans), est né le à Siedlce, en Pologne. Il est déporté par le Convoi No. 1, en date du , de Drancy/Compiègne vers Auschwitz. Sa mère, Ida Krajzelman (née Machina) (43 ans), est née le à Varsovie en Pologne. Elle est déportée par le Convoi No. 26, en date du , de Drancy vers Auschwitz. Son frère, Marcel Krajzelman (15 ans), né le à Varsovie, en Pologne, est arrêté lors de la Rafle de l'avenue Secrétan et déporté par le Convoi No. 77. Un autre membre de la famille, Slama Krajzelman (43 ans), né le à Siedlce,en Pologne, est déporté par le Convoi No. 1. Leur dernière adresse est au 17 rue Basfroi dans le 11e arrondissement de Paris.

  • Florette Krimolowski (12 ans)

Elle est née le dans le 12e arrondissement de Paris. Elle est la sœur de Rosette Krimolowski (13 ans). Son père, Maurice Krimolowski (42 ans), né le à Laskei et sa mère, Tema Krimolowski (née Feldmann) (36 ans), née le à Varsovie en Pologne, sont déportés par le Convoi No. 33, en date du , de Drancy vers Auschwitz. D'autres membres de la famille sont déportés: Estera Krimolowski (née Sendyk) (49 ans), née le à Varsovie en Pologne et Joseph Krimolowski (16 ans), né le dans le 12e arrondissement de Paris, par le Convoi No. 46, en date du , de Drancy vers Auschwitz, Kelman Krimolowski (49 ans), né le à Varsovie en Pologne, déporté par le Convoi No. 22, en date du , de Drancy vers Auschwitz. Leur dernière adresse est au 5-7 rue Corbeau dans le 10e arrondissement de Paris.

  • Rosette Krimolowski (13 ans)

Elle est née le dans le 19e arrondissement de Paris. Elle est la sœur de Florette Krimolowski (12 ans). Son père, Maurice Krimolowski (42 ans), né le à Laskei et sa mère, Tema Krimolowski (née Feldmann) (36 ans), née le à Varsovie en Pologne, sont déportés par le Convoi No. 33, en date du , de Drancy vers Auschwitz. D'autres membres de la famille sont déportés: Estera Krimolowski (née Sendyk) (49 ans), née le à Varsovie en Pologne et Joseph Krimolowski (16 ans), né le dans le 12e arrondissement de Paris, par le Convoi No. 46, en date du , de Drancy vers Auschwitz, Kelman Krimolowski (49 ans), né le à Varsovie en Pologne, déporté par le Convoi No. 22, en date du , de Drancy vers Auschwitz. Leur dernière adresse est au 5-7 rue Corbeau dans le 10e arrondissement de Paris.

  • Denise Lemel (10 ans)

Elle est née le dans le 12e arrondissement de Paris. Elle est la sœur de Rachel Lemel (12 ans). Leur dernière adresse est au 12 passage Ronce dans le 20e arrondissement de Paris. Le passage Ronce est visible dans le film Le Ballon rouge d'Albert Lamorisse (1956). Disparu, il se trouvait à l'endroit de l'actuel parc de Belleville[8].

  • Rachel Lemel (12 ans)

Elle est née le dans le 12e arrondissement de Paris. Elle est la sœur de Denise Lemel (10 ans). Leur dernière adresse est au 12 passage Ronce dans le 20e arrondissement de Paris. Le passage Ronce est visible dans le film Le Ballon rouge d'Albert Lamorisse (1956). Disparu, il se trouvait à l'endroit de l'actuel parc de Belleville[8].

  • Maurice Libermann (8 ans)

Il est né le dans le 10e arrondissement de Paris. Il est le frère de Adolphe Libermann (8 ans), né le à Paris, arrêté dans la Rafle de l'avenue Secrétan et déporté par le même Convoi No. 77. Leur dernière adresse est au 13 rue Jean-Jacques Rousseau à Montreuil (Seine-Saint-Denis).

  • Henriette Magalnik (17 ans)

Elle est née le dans le 12e arrondissement de Paris. Sa mère, Golda Magalnik (née Vaser) (30 ans), née le à Focșani, en Roumanie, est déportée par le Convoi No. 45, en date du , de Drancy vers Auschwitz. Leur dernière adresse est au 72 rue des Gravilliers dans le 3e arrondissement de Paris.

  • Louisette Richter (7 ans)

Elle est née le dans le 10e arrondissement de Paris. Sa dernière adresse est au 43 Rue de l'Orillon dans le 11e arrondissement de Paris[9].

  • Paulette Wietrzniak (12 ans)

Elle est née le à Metz. Elle est la sœur de Régine Wietrzniak (11 ans). Son père, Szmul Wietrzniak (39 ans), né le à Chmielnik, en Pologne et sa mère, Ruchla Wietrzniak (née Katryniarz) (36 ans), née le , à Chmielnik, en Pologne, sont déportés par le Convoi No. 40, en date du , de Drancy vers Auschwitz. Leur dernière adresse est à Saint-Michel-de-Rivière (Dordogne).

  • Régine Wietrzniak (11 ans)

Elle est née le à Metz. Elle est la sœur de Paulette Wietrzniak (12 ans). Son père, Szmul Wietrzniak (39 ans), né le à Chmielnik, en Pologne et sa mère, Ruchla Wietrzniak (née Katryniarz) (36 ans), née le , à Chmielnik, en Pologne, sont déportés par le Convoi No. 40, en date du , de Drancy vers Auschwitz. Leur dernière adresse est à Saint-Michel-de-Rivière (Dordogne).

Adultes[modifier | modifier le code]

Elle est née le à Paris. Sa dernière adresse est au 5 rue Granville à Saint-Mandé

  • Max Lévy (31 ans)

Il est né le à Lyon (Rhône). Sa dernière adresse est au 95 rue de Sèze à Lyon (Rhône).

  • Pierre Lévy (21 ans)

Il est né le à Paris. Sa dernière adresse est au 25 rue Hénon à Lyon (Rhône).

  • Violette Lévy (née Lévy) (43 ans)

Elle est née le à Strasbourg (Bas-Rhin). Son mari, Robert Lévy (50 ans), né le à Strasbourg et son parent Raphael Lévy (76 ans), né le à Haguenau (Bas-Rhin), sont aussi déportés par le même Convoi No. 77. Leur dernière adresse est au 132 rue de Sèze à Lyon (Rhône).

  • Berthe Libers (38 ans)

Elle est née le à Paris. Sa sœur, Berthe Libers (25 ans), née le à Paris, est déportée par le même Convoi No. 77. Leur dernière adresse est au 3 rue Keller dans le 11e arrondissement de Paris.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Laloum. Les maisons d'enfants de l'UGIF : le centre de Saint-Mandé. halshs.archives-ouvertes.fr.
  2. Jean Laloum, « Les maisons d’enfants de I’UGIF : le centre de Saint-Mandé », sur Le Monde Juif, numéro 1995/3 (n° 155) (consulté le )
  3. Maison d'enfants de Saint-Mandé. europeana.eu/portal. Photo montrant les enfants portant l'étoile jaune.
  4. Maison d'enfants de Saint-Mandé. Bibliothèque de l'Alliance israélite universelle.
  5. Nicolas Weill, « Le criminel nazi Aloïs Brunner va être jugé par contumace à Paris », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  6. Voir, Klarsfeld, 2012.
  7. (en) Alphabetical list of the deportees of convoy 77.
  8. a et b « Le passage Ronce d'antan - 75020 », sur parisrues.com.
  9. Son nom n'est pas listé dans Klarsfeld, 2012 mais on le trouve dans l'édition de 1978

Articles connexes[modifier | modifier le code]