Joseph Weismann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Joseph Weissmann
Portrait Joseph Weissmann.jpg

Portrait de Joseph Weissmann

Biographie
Naissance
(87 ans)
Paris (Seine)
Nom de naissance
Joseph Weissmann
Nationalité
Lieu de travail
Joseph Weissmann au lycée Dumont d'Urville à Caen, 18 janvier 2018.

Joseph Weismann, né le à Paris (Seine), est un survivant de la Shoah.

Après avoir été arrêté lors de la rafle du Vel' d'Hiv et interné au camp de Beaune-la-Rolande, Joseph Weismann parvient à s'évader avec un ami, Joseph Kogan.

Roselyne Bosch s'est inspiré de son histoire pour réaliser le film La Rafle (sorti en 2010).

Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Weismann est l'un des rares enfants survivants de la déportation de Beaune-la-Rolande à Auschwitz, à la suite de la rafle du Vélodrome d'Hiver[1],[2],[3]. Cette rafle a été commise par l'État français, le 16 et , sous le régime de Vichy, lors de la Seconde Guerre mondiale.

Après leur arrestation par la police française, le , lors de la rafle du Vélodrome d'Hiver, toute sa famille et lui sont emmenés au camp de Beaune-la-Rolande. Il parvient à s'en évader avec un ami, Joseph Kogan, alors que les enfants sont séparés de leurs parents, lesquels sont convoyés vers le camp d'extermination d'Auschwitz[1]. Les enfants restants seront également déportés dans les convois suivants[4].

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Joseph Weismann a espéré revoir ses parents et ses sœurs (Charlotte et Rachel), mais ces derniers sont morts en déportation[2]. Charlotte Weismann (née le à Paris) est déportée à Auschwitz par le convoi no 16 en date du [5] et assassinée à son arrivée le , à l'âge de 13 ans. Rachel Weismann (née en à Paris) est déportée à Auschwitz par le convoi no 22 en date du [5] et assassinée à son arrivée le , à l'âge de 7 ans.

Il a voulu changer de nom et « s'appeler Dupont, comme tout le monde ». Puis il est devenu « vindicatif, bagarreur, un pantin démantibulé qui devait se reconstruire »[1]. Il travaille finalement au Mans comme vendeur de meubles[6].

En 1996, lors d'un colloque à Orléans, Simone Veil essaie de le convaincre d'écrire ses mémoires : « Monsieur Weismann, vous avez un devoir de mémoire à accomplir »[6]. Dans un premier temps il ne l'a pas écoutée, pensant que ça ne le concernait pas ; mais il a fini par admettre qu'elle avait raison et témoigne depuis régulièrement dans les collèges[6],[7].

Joseph Weismann a reçu la médaille des évadés, le , 72 ans après son évasion du camp de Beaune-La-Rolande[8].

Décoration[modifier | modifier le code]

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Serge Klarsfeld. Le Mémorial de la Déportation des Juifs de France, Paris, Beate et Serge Klarsfeld, 1978.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Interview Ghislain Loustalot, « Le témoignage du survivant qui a inspiré La Rafle », sur parismatch.com, Paris Match, 8 mars 2010, mis à jour le 19 mars 2010 (consulté le 26 avril 2016).
  2. a et b Recueilli par Olivier Renault, « La véritable histoire de Jo, le petit Juif », sur ouest-france.fr, Ouest-France, 4 mars 2010 (modifié le 26 septembre 2013) (consulté le 26 avril 2016).
  3. (en) Lizzy Davies, « La Rafle confronts wartime stain on French history », sur guardian.co.uk, The Guardian , (consulté le 26 avril 2016).
  4. Fred Kupferman (préf. Henry Rousso), Laval, Paris, Tallandier, , 2e éd. (1re éd. Balland, 1987), 654 p. (ISBN 978-284734-254-3), p. 410.
  5. a et b Serge Klarsfeld. Le Mémorial de la Déportation des Juifs de France, Paris, Beate et Serge Klarsfeld, 1978.
  6. a, b, c et d Géraldine Catalano, « Joseph Weismann, une vie après le Vél d'Hiv », sur lexpress.fr, L'Express, (consulté le 26 avril 2016).
  7. a et b Serge Golan, « Témoigner : la « mission sacrée » de Joseph Weismann », sur hamodia.fr, (consulté le 26 avril 2016).
  8. a et b « Médaille des évadés pour Joseph Weismann », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 26 avril 2016).
  9. « Sarthe – La Légion d'honneur les distingue », sur lemainelibre.fr, Le Maine libre, (consulté le 26 avril 2016).
  10. « Palmes académiques – Promotion du 1er janvier 2014 (décret en date du 8 janvier 2014) » [PDF], sur sarthe.gouv.fr, Préfecture de la Sarthe (consulté le 26 avril 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]