Ida Grinspan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ida Grinspan
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
(à 88 ans)
Nom de naissance
Ida Fensterszab
Nationalité
Activité
Autres informations
Lieu de détention
Distinction

Ida Grinspan, née Fensterszab (Paris, - [1]), est une Française déportée à Auschwitz, survivante de la Shoah.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ida Fensterszab est née à Paris le 19 novembre 1929 dans une famille juive d'origine polonaise. Son père, Jankiel Fensterszab[2] est né le 15 octobre 1898 à Korpszywnice. Sa mère, Chaja Fensterszab, née Nyssenbaum, est née le 1er décembre 1898 à Ostrow[3]. Ida a un frère, né en 1924.

Les parents d'Ida arrivent en France en 1924, venant d'Allemagne, où ils se sont rencontrés et mariés[4].

Jankiel Fensterszab est un artisan tailleur. La famille habite au 22, rue Clavel dans le 19e arrondissement de Paris.

Dans les Deux-Sèvres[modifier | modifier le code]

À partir du printemps 1940, elle vit chez une famille de fermiers, Alice et Paul Marché, dans le hameau de Lié à Sompt (Deux-Sèvres), et fréquente l'école de Sompt.

En avril 1942, c'est la dernière rencontre avec sa mère. Cette dernière est arrêtée le 16 juillet 1942, lors de la rafle du Vélodrome d'Hiver[5] et déportée par le convoi no 11 vers le camp d'Auschwitz, où elle est assassinée.

Son père et son frère réussissent à se cacher.

Déportation[modifier | modifier le code]

Elle est arrêtée le 31 janvier 1944 à Lié à Sompt (Deux-Sèvres) par des gendarmes français[6],[7] et déportée par le convoi no 68 le 10 février 1944 à Auschwitz.

Son père est déporté par le dernier convoi, le convoi no 77, le 31 juillet 1944, vers Auschwitz, où il est assassiné. Ida est sauvée grâce à une infirmière polonaise, Wanda Ossowska.

Le 30 mai 1945, Ida Grinspan est rapatriée en France. Elle bénéficie ensuite de séjours de convalescence mis sur pied par l'Association nationale des anciennes déportées et internées de la Résistance (ADIR) en Suisse romande, où elle passe plus d'un an, dès le 28 juillet 1945, dans trois des lieux d'accueil, à Crassier, Montana et au Le Mont-sur-Lausanne. C'est là, à la pension Hortensia, qu'elle rencontre Charlotte Delbo, dont elle deviendra une très grande amie[8].

Témoignage[modifier | modifier le code]

Ida Grinspan est l'auteure, avec Bertrand Poirot-Delpech, d'un livre intitulé J'ai pas pleuré[9], publié en 2002 chez Robert Laffont.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Ida Grinspan a donné son nom à l'école primaire de Sompt le .

Décorations[modifier | modifier le code]

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • (en) Ida Grinspan, Bertrand Poirot-Delpech, You got to tell them, Louisiana State University Press, 2018, (ISBN 978 0807 169803)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Les Survivants, 2005
  • Il faudra raconter, documentaire de Daniel Cling et Pascal Cling, 2005[11]
  • Avoir 15 ans à Auschwitz, DVD (films, conférences, témoignages) de Michel Chaumet et Patrice Desenne, Production Canopé, 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'ancienne déportée d'Auschwitz, Ida Grinspan, est décédée à 89 ans », sur Ouest-France, (consulté le 26 septembre 2018)
  2. « En quête d'histoire. Sur les traces de Jankiel Fensterszab, déporté », www.convoi77.org, février 2017.
  3. Klarsfeld, 2012.
  4. Dominique Le Lay, « Ida Grynspan, rescapée d'Auschwitz témoigne », www.ouest-france.fr.
  5. « Ida Grinspan, rescapée d'Auschwitz témoigne », www.ouest-france.fr.
  6. (en) « French Jewish grandmother banned from telling school gendarmes handed her over to Nazis », www.telegraph.co.uk, 29 avril 2010.
  7. « Shoah : le message censuré d'Ida Grinspan », www.nouvelobs.com, 28 avril 2010.
  8. Eric Monnier et Brigitte Exchaquet-Monnier, Retour à la vie : l'accueil en Suisse romande d'anciennes déportées de la Résistance française, 1945-1947, Neuchâtel, Alphil, , 411 p. (ISBN 978-2-940489-50-3)
  9. « Ida Grinspan : J'ai pas pleuré, www.lemonde.fr, 25 juillet 2005.
  10. Marc Champenois, « Ordre de la Légion d'honneur - Nominations et promotions du 15-04-2016 », sur www.france-phaleristique.com (consulté le 25 septembre 2018)
  11. « Il faudra raconter », sur films documentaire.fr

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]


Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]