Siegfried Prock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Siegfried Prock
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Cimetière de Rillieux (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Autres informations
Distinction

Siegfried Prock, né vers 1902 à Vienne[1] (alors en Autriche-Hongrie) et mort le à Rillieux, fusillé par la milice française, est une victime de la Shoah.

Le rapport de gendarmerie no 814 de la gendarmerie de Sathonay du , indique son nom et son âge au moment des faits (42 ans) sans plus de précision[2].

Circonstances du décès[modifier | modifier le code]

Tombe de Siegfried Prock, au cimetière de Rilieux-Village.
Prock Siegfried, 42 ans
Stèle commémorative au cimetière de Rillieux-la-Pape

Au cours de la journée du , les miliciens Lyonnais arrêtent[3] un certain nombre de personnes juives[3] ensuite incarcérées impasse Catelin, dans les locaux de la milice, à Lyon.

L'arrestation de Prock intervient à l'hôtel du Helder (rue de Marseille à Lyon : 45° 45′ 07″ N, 4° 50′ 25″ E), où Siegfried Prock se cachait sous une fausse identité[4].

Ces arrestations constituaient des représailles à l'assassinat du secrétaire d'État à l'Information de Vichy Philippe Henriot, assassiné par des résistants (s'étant fait passer pour des miliciens), à Paris, le [5].

Le au matin, Henri Gonnet un milicien aux ordres de Touvier, fait sortir[3] sept prisonniers juifs[3] de la cellule, dont Siegfried Prock. Ils sont emmenés dans une camionnette au cimetière de Rillieux[3] où ils sont fusillés vers 5h30 du matin[3].

Siegfried Prock est enterré dans le cimetière proche du lieu d'exécution[a 1] ; sur sa tombe (voisine de celle de Claude Ben Zimra), cette épitaphe : « Fusillé par les barbares le 29 juin 1944 »[a 1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b p. 188.

Autres références :

  1. Gilles Smadja, « Touvier: la thèse à hauts risques de l'avocat Arno Klarsfeld », L'humanité,‎ (lire en ligne).
  2. Rapport 814 du 4 novembre 1944 de la brigade de gendarmerie de Sathonay in Le Livre noir des crimes nazis dans l'Ain pendant l'Occupation, Édition du Bastion, , 132 p. (ASIN 2745503030, présentation en ligne), p. 71.
  3. a b c d e et f « Lyon 1942-1944 », sur jewishtraces.org (consulté le 2 janvier 2013).
  4. « Le rôle de la Milice française dans l'extermination des Juifs », sur Mémoire Juive et éducation (consulté le 2 janvier 2013).
  5. (en) Carroll Franklin Terrell, À companion to the Cantos of Ezra Pound, vol. 2, t. 2, Berkeley ; Los Angeles ; London/Orono, Me, University of California, 1980-1984, 800 p. (ISBN 978-0-520-04731-0 et 0-520-04731-1, lire en ligne), p. 465.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]