Siegfried Prock

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Prock.
Siegfried Prock
Naissance Vers 1902
Vienne
Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie
Décès
Rillieux
Nationalité Drapeau de la France France

Siegfried Prock, né vers 1902 à Vienne[1] (alors en Autriche-Hongrie) et mort le à Rillieux, fusillé par la milice française, est une victime de la Shoah.

Le rapport de gendarmerie no  814 de la gendarmerie de Sathonay du 4 novembre 1944, indique son nom et son âge au moment des faits (42 ans) sans plus de précision[2].

Circonstances du décès[modifier | modifier le code]

Tombe de Siegfried Prock, au cimetière de Rilieux-Village.
Prock Siegfried, 42 ans
Stèle commémorative au cimetière de Rillieux-la-Pape

Au cours de la journée du , les miliciens Lyonnais arrêtent[3] un certain nombre de personnes juives[3] ensuite incarcérées impasse Catelin, dans les locaux de la milice, à Lyon.

L'arrestation de Prock intervient à l'hôtel du Helder (rue de Marseille à Lyon : 45° 45′ 07″ N, 4° 50′ 25″ E), où Siegfried Prock se cachait sous une fausse identité[4].

Ces arrestations constituaient des représailles à l'assassinat du secrétaire d'État à l'Information de Vichy Philippe Henriot, assassiné par des résistants (s'étant fait passer pour des miliciens), à Paris, le [5].

Le au matin, Henri Gonnet un milicien aux ordres de Touvier, fait sortir[3] sept prisonniers juifs[3] de la cellule, dont Siegfried Prock. Ils sont emmenés dans une camionnette au cimetière de Rillieux[3] où ils sont fusillés vers 5h30 du matin[3].

Siegfried Prock est enterré dans le cimetière proche du lieu d'exécution[a 1] ; sur sa tombe (voisine de celle de Claude Ben Zimra), cette épitaphe : « Fusillé par les barbares le 29 juin 1944 »[a 1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b p. 188.

Autres références :

  1. Gilles Smadja, « Touvier: la thèse à hauts risques de l'avocat Arno Klarsfeld », L'humanité,‎ (lire en ligne).
  2. Rapport 814 du 4 novembre 1944 de la brigade de gendarmerie de Sathonay in Le livre noir Des crimes Nazis Dans L'Ain pendant L'Occupation, Édition du Bastion, , 132 p. (ISBN 2-7455-0303-0), p. 71.
  3. a b c d e et f « Lyon 1942-1944 », sur jewishtraces.org (consulté le 2 janvier 2013).
  4. « Le rôle de la Milice française dans l'extermination des Juifs », sur Mémoire Juive et éducation (consulté le 2 janvier 2013).
  5. (en) Carroll Franklin Terrell, À companion to the Cantos of Ezra Pound, vol. 2, t. 2, University of California, 1980-1984, 800 p. (ISBN 0-520-04731-1, lire en ligne), p. 465.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]