Samuel Kohn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kohn.
Samuel Kohn
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 42 ans)
AuschwitzVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Enfant
Autres informations
Membre de

Samuel Kohn (dit Moulou Kohn) est un Résistant français, né le à Paris 9e et mort en à Auschwitz.

Fondé de pouvoir dans une banque, il devient actif dans la Résistance juive en France et dans l'Œuvre de secours aux enfants (OSE). Arrêté le 7 février 1943, dans la Rafle de la rue Sainte-Catherine à Lyon par la Gestapo, sous les ordres de Klaus Barbie, il est déporté par leconvoi n° 62 du 20 novembre 1943 à Auschwitz, où il est assassiné.

Plaque rue Sainte-Catherine.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Samuel Kohn est né le 12 juillet 1901, dans le 9e arrondissement de Paris[1],[2],[3],[4].

Il est le fils de Salomon Kohn et de Flore Kohn. Il a trois frères : Naftali Théodore Kohn, Lucien Kohn et Armand Kohn et quatre sœurs : Esther Kohn, Zoe Bloemhof, Julie Kohn et Barbe Brunette Pikovsky. Samuel Kohn est le petit-fils de Salomon Wolf Klein (Chlomo Zeev Klein)[5], né à Bischeim, grand-rabbin du Haut-Rhin à Colmar, de 1850 à 1867[6].

Il épouse Marguerite Samuel, de Colmar. Elle est née le 19 février 1907 à Saverne, Bas-Rhin. Elle est la fille de Henri Samuel et Clémence Glika Samuel. Elle est la sœur de Robert Isaac Samuel, André Samuel, Arthur Nathan Samuel, Jacques Samuel et Josi Samuel[7]. Elle est décédée en 1993[8].

Ils ont trois filles : Danièle Schlammé Kohn (épouse du rabbin Jacques Schlammé) et Françoise Szmerla Kohn (mère du rabbin Michaël Szmerla, Dayan de Strasbourg), Judith Simons[9], ainsi que deux fils : le rabbin Philippe Kohn et le juge d'instruction[10] puis avocat général[11] et traducteur de Rachi[12] Jacques Kohn (30 janvier 1929, Paris- 14 janvier 2012, Jérusalem, Israël)[13],[14].

Samuel Kohn est un membre actif de la synagogue orthodoxe non-consistoriale "Adas Yereim" (Synagogue de la Rue Cadet), dans le 9e arrondissement de Paris. Le rabbin Elie Munk guide les enfants de Samuel Kohn, après sa déportation.

La Seconde Guerre mondiale - Résistance[modifier | modifier le code]

Il travaille comme fondé de pouvoir dans une banque dont il est renvoyé en vertu des lois antisémites de Vichy de 1941. Dès cette époque, il s'engage dans des actions de résistance. Il rend visite à des internés auxquels il apporte réconfort moral et matériel et participe à plusieurs libérations[15]. Il contribue aux côtés du père Chaillet à sauver une centaine d'enfants juifs destinés à la déportation. En 1943, l'organe de résistance auquel il appartient l'envoie à Lyon où il poursuit son activité[15]. À Lyon, il demeure au 14 place Gabriel Rambaud[16].

Rafle de la rue Sainte-Catherine[modifier | modifier le code]

Samuel Kohn est arrêté le 7 février 1943, lors de la rafle de la rue Sainte-Catherine, par la Gestapo, sous les ordres de Klaus Barbie. Son épouse essaie de faire intervenir le cardinal Gerlier pour le faire libérer mais celui-ci n'a plus de poids face aux Allemands après ses déclarations opposées aux mesures antisémites[15].

Déportation[modifier | modifier le code]

Samuel Kohn est transféré de Lyon vers le camp de Drancy, où il participe au creusement d'un souterrain pour une tentative d'évasion qui échoue[15]. Il est déporté par le convoi n° 62 du 20 novembre 1943 à Auschwitz, où il est assassiné[15].

Après la guerre, veuve, Maguerite Kohn est secrétaire de direction de l'École Yabné, au 60, rue Claude-Bernard, dans le 5e arrondissement de Paris[17],[18].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir, (en) France Samuel Kohn-Moulou. A resistance activist, member of the OSE organisation. Yad Vashem. Avec une photo de Samuel Kohn.
  2. Voir, (en) France, Samuel Kohn-Moulu. A resistance activit and member of the Austrian branch of the OSE organisation. Samuel Kohn was chairman of the Foyer des autrichiens. Yad Vashem. Avec une photo de Samuel Kohn.
  3. Voir, (en) Samuël MOULOU Kohn. Geni.
  4. Voir, Kohn Samuel 1901. Ehri-project.eu.
  5. Voir, Moché Catane. Salomon (Schlôme) Wolf Klein Grand Rabbin de Colmar et du Haut-Rhin (1814-1867). Bulletin de nos Communautés. 1955.
  6. Voir, Jacques Kohn 1920-2012. Hommage de Jacky Dreyfus, Grand Rabbin honoraire du Haut-Rhin. 18 janvier 2012. judaisme.sdv.fr.
  7. Voir, Josy Samuel né le 10 octobre 1910 et décédé le 13 janvier 2015, à Jérusalem, en Israël. Josy, Samuel. Geni.
  8. Voir, (en) Marguerite Kohn. Geni.
  9. Voir, R. Levy (Epinay). Lettre en hommage à Jacques Kohn Zal. 16 janvier 2012. chiourim.com.
  10. A Mulhouse.
  11. À la Cour d'Appel de Dijon.
  12. Sefarim
  13. Voir, Jacques Kohn 1920-2012. judaisme.sdv.fr.
  14. Voir, Le rabbin Elie Munk zatsal, pilier du renouveau du judaïsm orthodoxe. 10 juin 2011. chiourim.com.
  15. a b c d et e Richet 2006.
  16. Voir, Klarsfeld, 2012.
  17. Voir, Rabbin Jacques Grunewald. La colo de Moosch : Être ou avoir été. judaisme.sdv.fr.
  18. Voir, (en) Joel Rebibo. Extended Family. Hamodia. New York, January 28, 2015, p. 40.
  19. Voir, Marguerite Kohn. Nous, les rescapés : le destin d'une famille juive française de stricte observance.

Articles connexes[modifier | modifier le code]