Émile Kaçmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Émile Kaçmann, né le à Budapest et décédé le à Paris, est un chantre hazzan français, d'origine hongroise, survivant d'Auschwitz. Il est hazzan de la synagogue de la rue Copernic et de l'Union libérale israélite de France de 1946 à 1991.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Né à Budapest[1], Émile Kaçmann est élève à l’école Lucien-de-Hirsch à Paris. Enfant de chœur à la synagogue Buffault, il est remarqué pour la beauté de sa voix de basse chantante par Léon Algazi, alors directeur de la musique des synagogues consistoriales et de l’école liturgique de la rue Vauquelin à Paris. Sur ses conseils, il entreprend des études de hazzan au Séminaire israélite de France (SIF).

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Arrêté par la Gestapo en mars 1944, il est interné au camp de Drancy puis déporté à Auschwitz, par le convoi no 71, en date du 13 avril 1944, le même que Simone Jacob. Il survit aux Marches de la mort[2].

Copernic[modifier | modifier le code]

De retour à Paris, il est engagé à l’Union libérale israélite de France, à la synagogue du 24 rue Copernic dans le 16e arrondissement en 1946. Il reste le hazzan de Copernic, durant 45 ans, jusqu'en 1991.

Il est le seul hazzan de sa génération en France à posséder parfaitement le rite ashkenaze aussi bien que le rite portugais. Il a également suivi une formation de chanteur classique (bel canto).

Mort en 2001[3], Kaçmann est enterré au cimetière parisien de Bagneux.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Souviens-toi D'Auschwitz - Émile Kacmann Matricule 137731. Ducretet-Thomson, juin 1967[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]