Georges Wellers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Georges Wellers
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Lieux de détention
Distinctions

Georges Wellers, né le à Koslov en Russie et mort le à Paris, était un historien et physiologue français. Il était notamment connu pour son engagement contre le négationnisme, ainsi que pour son travail scientifique et historique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Juif né en Russie, Georges Wellers fait des études de biologie à l'université de Moscou. Il se marie en Lettonie et arrive en France en 1929. En 1938, il devient citoyen français. Il travaille à l'Université de Paris.

Il est arrêté le 12 décembre 1941[1] et est transféré dans le camp d'internement de Compiègne. il est interné ensuite à Drancy puis déporté de la gare de Bobigny vers Auschwitz, par le convoi no. 76[2], en date du 30 juin 1944, enfin le 18 janvier 1945 à Buchenwald.

Libéré par les Américains, il rentre à Paris. Son épouse et ses deux enfants ont survécu cachés chez des amis français[1].

Il est nommé Maître de Recherches en physiologie au CNRS[1]: Il travaille également comme historien de la Shoah.

Président de l’Association pour la Fondation Mémoire d’Auschwitz, responsable scientifique du Centre de documentation juive contemporaine, directeur de la revue Le Monde Juif, président de la Commission historique du Mémorial du martyr juif inconnu, il est le seul témoin français appelé à déposer au procès Eichmann à Jérusalem.

Chevalier de la Légion d'honneur, en 1983 il reçoit la médaille de vermeil de la Ville de Paris à l’occasion de la cérémonie du quarantième anniversaire du Centre de documentation juive contemporaine.

Wellers fut à l’avant-garde du combat antinégationniste, en réfutant les théories de Rassinier[3], de Faurisson[4], de Roques[5],[6] et de Fred A. Leuchter[7].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie générale[modifier | modifier le code]

  • Serge Klarsfeld. Le Mémorial de la Déportation des Juifs de France. Beate et Serge Klarsfeld: Paris, 1978.

Bibliographie essentielle[modifier | modifier le code]

  • De Drancy à Auschwitz. Paris, 1946 (Le titre chez openlibrary.org)
  • Pour la liberté, de la botte nazie au retour à la condition humaine, le national socialisme, le combat anti-nazi, la répression et les persécutions hitlériennes, les massacres, la déportation (con la collaborazione di Berthe Thiriart, e Émile-Edmond Vallee), Lille, 1971.
  • L'étoile jaune à l'heure de Vichy : de Drancy à Auschwitz (préface de Jacques Delarue). Paris, 1973
  • Essai de détermination du nombre des morts au camp d'Auschwitz. Le Monde juif, octobre-décembre 1983
  • Mémoire du génocide : un recueil de 80 articles du « Monde juif », revue du Centre de documentation juive contemporaine. Paris, 1987
  • À propos du nombre de morts au camp d'Auschwitz. Le Monde juif, octobre-décembre 1990
  • Un juif sous Vichy (préface de Jacques Delarue, postface de Michel Riquet). Paris, 1991

Bibliographie antinégationniste[modifier | modifier le code]

  • La solution finale et la mythomanie néo-nazie, New York, 1979
  • Les chambres à gaz ont existé : des documents, des témoignages, des chiffres. Gallimard, 1981 (éd. italienne : Le camere a gas sono esistite : documenti testimonianze cifre. Turin, 1997)
  • « À propos d'une these de doctorat « explosive » sur le « Rapport Gerstein » ». Le Monde juif 121 (janvier-mars 1986)
  • « Qui est Robert Faurisson ? », Le Monde juif 127 (juillet-septembre 1987)
  • « L'« Affaire Roques » devant le Tribunal administratif de Nantes ». Le Monde juif 130 (avril-juin 1988)
  • « À propos du « rapport Leuchter » et les chambres à gaz d'Auschwitz ». Le Monde juif 134 (avril-juin 1989)

Prix[modifier | modifier le code]

  • Prix Bernard-Lecache 1981[8]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Voir, Georges Wellers. Testimony about Conditions in France & Deportations from France At the Eichman Trial 9 May 1961 (Selected Extracts).
  2. Voir, Klarsfeld, 1978.
  3. Georges Wellers, La solution finale et la mythomanie néo-nazie, New York, 1979.
  4. Georges Wellers, Les chambres à gaz ont existé : des documents, des témoignages, des chiffres. Gallimard, 1981.
  5. Georges Wellers, « À propos d'une thèse de doctorat « explosive » sur le « Rapport Gerstein » », Le Monde juif 121 (janvier-mars 1986).
  6. Georges Wellers, « L'« Affaire Roques » devant le Tribunal Administratif de Nantes », Le Monde juif 130 (avril-juin 1988).
  7. Georges Wellers, « À propos du « rapport Leuchter » et les chambres à gaz d'Auschwitz », Le Monde juif 134 (avril-juin 1989).
  8. http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Temoins/Les-chambres-a-gaz-ont-existe.