Hélène Basch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Basch.
Hélène Basch
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activité
Conjoint
Parentèle
Autres informations
Distinction
Tombe d'H.Basch, à la nécropole nationale de la Doua.JPG
Vue de la sépulture.

Hélène Basch née Ilona Fürth le [Note 1] à Budapest était l'épouse de Victor Basch, fondateur de la Ligue française pour la défense des droits de l'homme et du citoyen. Elle a été exécutée sommairement avec son mari (qu'elle n'avait pas voulu quitter) par la milice française, le à Neyron dans l'Ain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Elle se marie le [1], au temple de Pest, avec Victor Basch. Hélène et Victor habitent au 8 rue Huysmans dans le 6e arrondissement de Paris, de 1913 à 1940.

Elle a eu cinq enfants avec Victor Basch :

Mort[modifier | modifier le code]

En , la milice de Lyon, dirigée par Paul Touvier, repère[3] Victor Basch à Caluire-et-Cuire. Le , accompagné d'une dizaine de miliciens (en particulier Lécussan, le chef régional de la milice) et du lieutenant Moritz de la Gestapo, il participe[3] lui-même à l'arrestation de Victor Basch et de son épouse Hélène, âgée de 80 ans, qui refusent de le laisser[3]. Joseph Lécussan racontera par la suite : « Moritz jugea Victor Basch trop âgé pour pouvoir l'arrêter, et nous décidâmes de l'exécuter »[3] ; Lécussan accompagnés d'autres miliciens et de Moritz, conduira alors le couple à Neyron dans l'Ain où Victor et Hélène Basch seront abattus[3] de plusieurs coups de feu, le soir même. Lécussan reconnaîtra avoir abattu[4] lui-même Victor Basch ; Gonnet se chargeant d'assassiner Hélène Basch de deux balles de pistolet[4].

Hélène Basch et son mari sont enterrés à la nécropole nationale de la Doua à Villeurbanne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La date du 29 mars 1863 est mentionnée par les gendarmes le 11 janvier 1944, probablement sur la base de ses papiers d'identité. Par ailleurs, la plaque de la place Victor-et-Hélène-Basch, à Paris, annonce 1862 alors que le mémorial Hélène-et-Victor-Basch évoque 1863.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Basch Hélène », sur Memorialgenweb.org (consulté le 10 avril 2011).
  2. Archives de l'état civil de Rennes en ligne, registre naissance 1889 2E97, acte no  356, vue 66.
  3. a b c d et e « L'Express retrouve Paul Touvier, par [[Jacques Derogy]] », sur L'Express, publié le 5 juin 1972, mis à jour le 16 octobre 2003 (consulté le 31 mars 2011).
  4. a et b Documentaire Milice, film noir d'Alain Ferrari, témoignage de Françoise Basch, 1997.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir la catégorie : Hélène et Victor Basch.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Françoise Basch, Ilona, ma mère et moi

Articles connexes[modifier | modifier le code]