Vila Glasberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Vila Glasberg (dit Victor Vermont), né le à Jytomyr en (Ukraine) et mort en 1944 à Auschwitz, est un plus jeune frère de l'abbé Alexandre Glasberg. Les deux frères, d'origine juive mais convertis au catholicisme sauvent des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale en France. Vila Glasberg, dénoncé, est arrêté et déporté par le Convoi Nº 69, en date du de Drancy vers Auschwitz. Les deux frères sont reconnus comme Justes parmi les nations.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vila Glasberg[1],[2] est né[3] le à Jytomyr en Ukraine. Son frère Alexandre Glasberg est né le à Jytomyr en Ukraine.

Les parents font baptiser leurs fils, encore enfants, pour probablement les protéger contre les persécutions antisémites[4].

Alexandre Glasberg et Vila Glasberg vont faire leurs études à Vienne, un oncle habitant cette ville[4].

En 1932, les deux frères s'installent en France[4].

Cazaubon[modifier | modifier le code]

Vila Glasberg, sous le nom de Victor Vermont, devient le directeur du centre de refuge au Château de Bégué à Cazaubon dans le Gers. Il reçoit l'appui de Pierre-Marie Théas, l'évêque de Montauban, qui fait appel à ses anciens compagnons de combat de la Première Guerre mondiale: Fernand Sentou[5], le maire de Cazaubon et Laurent Talès, le prêtre de la paroisse de Panjas (Gers).

Plus de 100 Juifs et non-juifs extirpés des camps en France et recherchés trouvent refuge à Cazaubon. Fernand Sentou fournit des faux-papiers. Ils travaillent au château et dans les fermes de la région. Vila Glasberg est aidé par des assistantes sociales: Nina Gourfinkel, Ninon Haït-Weyl (alias d’Harcourt), Mlle Schram et Henri d'André et Simone d'André, les propriétaires du château.

Le centre d'accueil de Bégué, actif d' à fin 1945, est mis à disposition des Amitiés chrétiennes par les époux d'André, après concertation entre Mgr Théas et Fernand Sentou. Les d'André seront nommés Justes parmi les nations[6],[7].

Le , l'abbé Alexandre Glasberg organise le sauvetage de 100 enfants juifs du Camp de Vénissieux à Lyon. Il doit entrer dans la clandestinité et devient Elie Corvin, prêtre de paroisse dans le village de L'Honor-de-Cos dans le Tarn-et-Garonne, d'où il continue ses efforts de sauvetage.

Le , suite à une dénonciation, la police vient arrêter Vila Glasberg, pensant qu'il s'agit d'Alexandre Glasberg[8],[9] ou selon une autre version, pour ses activités de résistance[10].

Arrestation et déportation[modifier | modifier le code]

Vila Glasberg est arrêté lors des rafles anti-juives et déporté à Auschwitz, dont il ne revient pas. Sa dernière adresse est au Château de Bégué à Cazaubon dans le Gers. Il est déporté par le Convoi Nº 69, en date du , de Drancy vers Auschwitz. Il est âgé de 36 ans[11].

Le château du Bégué vu de Barbotan.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vila Glasberg. ajpn.org.
  2. Le mystère Glasberg, de Julie Bertuccelli. 2008.
  3. Dans Klarsfeld, 2012, le lieu de naissance est listé Russie...
  4. a b et c La mission de L’Abbé Glasberg, par Leo M Abrami. tribunejuive.info. 26 avril 2016.
  5. Fernand Sentou est le représentant dans le canton de Cazaubon du mouvement Combat. Voir, « Qui était l’abbé Glasberg ? » avec Ciné-Histoire, mardi 21 février 2017. cercleshoah.org. Note 1.
  6. Cazaubon. Hommage au centre d'accueil de Bégué. 18 octobre 2014.
  7. (en) Joseph Schwarzberg, Dangerous Measures. Holocaust Survivor Memoirs, 2018.
  8. a b et c (en) Glasberg Vila. righteous.yadvashem.org.
  9. (en) Paul R. Bartrop, Resisting the Holocaust: Upstanders, Partisans, and Survivors: Upstanders, Partisans, and Survivors, 2016, p. 85.
  10. (en) Geoffrey P. Megargee & Joseph R. White (Editors), The United States Holocaust Memorial Museum Encyclopedia of Camps and Ghettos, 1933–1945, Volume III: Camps and Ghettos under European Regimes Aligned with Nazi Germany, 2018, p. 123.
  11. Voir, Klarsfeld, 2012. Selon Klarsfeld, Vila Glasberg serait né en Russie!
  12. (en) Around the Jewish World French Brothers, Born Jewish, Now Honored As Righteous Gentiles. jta.org. January 22, 2004.
  13. (en) L'abbé Alexandre Glasberg. Fondation COS Alexandre Glasberg/ fondationcos.org.
  14. Cindy Banse. Glasberg, Juste parmi les nations : le long cheminement d’une reconnaissance, p. . 121-131. In: | Christian Sorrel. ALEXANDRE GLASBERG 1902-1981. PRÊTRE, RÉSISTANT, MILITANT. 2013.

Articles connexes[modifier | modifier le code]