Léa Feldblum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Léa Feldblum
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité

Léa Feldblum, née le à Varsovie en Pologne et morte en 1989[1] à Tel-Aviv, est une survivante de la Shoah.

Biographie[modifier | modifier le code]

Léa Feldblum est née en juillet 1918 à Varsovie en Pologne. Elle a une sœur et un frère. Sa sœur est Rywka Feldblum née à Varsovie le 16 décembre 1904[2]. Son frère Moses Feldblum est né à Varsovie le 9 septembre 1913[3]

En 1929, elle déménage avec sa famille à Anvers, en Belgique. Après l'invasion de la Belgique par l'Allemagne Nazie, elle émigre avec sa famille en France, et habite alors près de Montpellier. Ses parents meurent à Montpellier quelques mois plus tard[4].

Sa sœur et son frère, après avoir passé par le Camp de Rivesaltes sont déportés à Auschwitz par le Convoi No. 31, en date du 11 septembre 1942[5].

Maison d'Izieu[modifier | modifier le code]

Léa Feldblum travaille auprès de l'OSE, puis devient encadrante dans la maison d'Izieu. Elle a une fausse identité, Marie Louise Decoste[4].

Arrestation et déportation[modifier | modifier le code]

Léa Feldblum est arrêtée et internée au camp de Drancy en avril 1944 avec 44 enfants d'Izieu, ainsi que les 6 autres encadrants (dont Miron Zlatin).

Elle est ensuite déportée depuis la gare de Bobigny vers Auschwitz, par le convoi no 71 (le même que Simone Veil) du 13 avril 1944[6], avec 34 des enfants arrêtés. Elle avait en sa possession de faux papiers qui lui auraient permis de ne pas être déportée, mais elle préfère dévoiler sa véritable identité pour rester avec les enfants d'Izieu.

À Auschwitz, elle est choisie pour subir des « expériences » médicales qui lui laisseront de nombreuses séquelles. Finalement, Léa Feldblum sera la seule survivante d'Izieu[1].

Par la suite, elle témoigne comme victime dans le procès Klaus Barbie en 1987.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Léa Feldblum, seule survivante », sur www.aidh.org (consulté le 5 juin 2012).
  2. Voir, Klarsfeld, 2012.
  3. Voir, Klarsfeld, 2012.
  4. a et b (en) « Lea Feldblum (1918 - 1989) », sur jewishvirtuallibrary.org (consulté le 6 mars 2018)
  5. Voir, Klarsfeld, 2012.
  6. Voir, Klarsfeld, 1978.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]