Jean Epstein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Epstein.
Jean Epstein
Description de l'image Jean_epstein_1920.jpg.
Naissance
Varsovie
Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Nationalité Drapeau de France Français
Décès (à 56 ans)
Paris
Profession Réalisateur
Films notables La Chute de la maison Usher

Jean Epstein, né le à Varsovie (en Pologne, alors dans l'Empire russe), mort le (à 56 ans) à Paris, est un réalisateur, essayiste et romancier français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études secondaires en Suisse, à la Villa Saint-Jean, puis des études de médecine à Lyon, Jean Epstein se passionne pour la littérature et le cinéma. Grâce à Blaise Cendrars, il peut publier son premier ouvrage en 1921, puis grâce à Jean Benoît-Lévy, réaliser son premier film Pasteur en 1922. Sa sœur, Marie Epstein, sera toute sa vie sa collaboratrice la plus fidèle, auteur de nombreux scénarios, avant de devenir, après la mort de son frère, l'une des trois égéries d'Henri Langlois à la Cinémathèque française.

Il est l'auteur d'une œuvre théorique considérable, amorcée dès 1921 par la publication de son essai Bonjour Cinéma aux Éditions de la Sirène et poursuivie par quelques essais : Le Cinématographe vu de l'Etna, L'Intelligence du cinématographe, Le Cinéma du diable.

La cinémathèque française rend hommage à Jean Epstein dans ses nouveaux locaux en nommant sa troisième salle de projection Salle Jean Epstein.

Citation[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour voir d'autres.
Ces citations ne correspondent pas aux exigences d’un article encyclopédique ; il semble qu’elles auraient davantage leur place sur Wikiquote. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Si ces citations disposent de références précises, vous êtes invités à les transférer vous-même sur Jean Epstein ou à les insérer dans le texte de cet article, ou si cet article entier doit être transféré, à demander un administrateur de Wikiquote de procéder au transfert.
Sinon, ces citations seront automatiquement supprimées.

« Puisque s'avérait photogénique ce qui bouge, ce qui mue, ce qui vient pour remplacer ce qui va avoir été, la photogénie, en qualité de règle fondamentale, vouait d'office le nouvel art au service des forces de transgression et de révolte. » - Le Cinéma du Diable, 1947[1]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Bonjour, cinéma, La Sirène, 1921
  • La Poésie aujourd'hui, La Sirène, 1921
  • La Lyrosophie, La Sirène, 1922
  • Le Cinématographe vu de l'Etna, Les Écrivains réunis, 1926
  • L'Or des mers, Valois, 1932
  • Les Recteurs et la sirène, Montaigne, 1934
  • La Photogénie de l'impondérable, Corymbe, 1935
  • L'Intelligence d'une machine, Melot, 1946
  • Le Cinéma du diable, Melot, 1947
  • Esprit de cinéma, Jeheber, 1955

Éditions récentes :

  • Écrits sur le cinéma, 2 vol., Seghers, 1974-1975
  • L'Or des mers, La Digitale, 1995
  • Les Recteurs et la sirène, La Digitale, 1998

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Leprohon, Jean Epstein, Seghers, 1964
  • Vincent Guigueno, Jean Epstein, cinéaste des îles, Place, 2003
  • Prosper Hillairet, Cœur fidèle de Jean Epstein, Yellow Now, 2008
  • Joël Daire, Jean Epstein, une vie pour le cinéma, éditions La Tour verte, 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicole Brenez, Isabelle Marinone (dir.), Cinémas libertaires - Au service des forces de transgression et de révolte, Presses Universitaires du Septentrion, 2015, (ISBN 978-2-7574-0952-7), présentation éditeur.