André Jacob (architecte)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
André Jacob
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 53 ans)
KaunasVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
André Jacques JacobVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Enfants
Autres informations
Maîtres
Distinctions

André Jacob est un architecte français, né le dans le 9e arrondissement de Paris et mort en déportation le , à Kaunas.

D'une famille juive de souche lorraine, il est le père de la ministre Simone Veil et de la résistante Denise Vernay.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

André Jacob naît le dans le 9e arrondissement de Paris[1],[2],[3]. Son père Edmond Jacob, né à Reims en 1852, est caissier et comptable à la Compagnie parisienne de gaz, tandis que son grand-père Jacques Jacob (1814-1882) est boucher négociant en moutons à la suite de son père, puis marchand de biens immobiliers, marié à Minette Worms, fille d'Elias Worms (1777-1861), chantre de la synagogue de Metz[4]. Sa mère Mathilde Schnerb (1857-1929) est fille de Simon Schnerb un fourreur tchèque qui était devenu bijoutier.

Après des études secondaires à Paris au lycée Rollin[5], il est admis à la section architecture de l'École des beaux-arts, dans l'atelier de Gustave Umbdenstock et d'Henri Deglane, ses études sont interrompues par la Première Guerre mondiale au cours de laquelle il est fait prisonnier le à Maubeuge et interné en Allemagne, d'où il rentre, après plus de quatre ans de captivité, le [6],[7],[8].

Il reprend ses études d'architecte et en 1919, il présente le prix de Rome d'architecture, le sujet est « le Palais pour la Ligue des Nations, à Genève », il reçoit le « deuxième second grand prix de Rome » derrière MM Jacques-Louis-René Carlu, Jean-Jacques Haffner, Eugène-Alexandre Girardin et Louis Sollier[9],[10].

« L'académie des beaux-arts a jugé hier les projets de dix architectes en loge, concourant pour le prix de Rome. Le sujet proposé était : le Palais pour la Ligue des Nations, à Genève. Deux grands prix de Rome ont été décernés à MM. Carlu et Haffner; deux premiers seconds grands prix, à MM. Girardin et Sollier, et un deuxième second grand-prix à M. Jacob (...)
M. André Jacob, né en 1891 à Paris, est élève de M. Deglane[10] »

— Journal des débats politiques et littéraires, Journal des débats du dimanche 9 novembre 1919


Il obtient son diplôme d'architecte le .

Il épouse Yvonne Steinmetz le [1] à Paris dans le 9e arrondissement puis s'installe, comme architecte, à Nice en 1924[11]. Le couple a quatre enfants[12] : Madeleine (1923-1952), Jean (1925-1944), mort en déportation, Denise (1924-2013) et Simone (1927-2017)[5].

Déportation et mort[modifier | modifier le code]

André Jacob est arrêté par la Gestapo avec sa femme et sa famille en 1944 à Nice, déporté vers l'Allemagne depuis Drancy par le convoi no 73[13], dont la trace se perd en Lituanie. La mention de décès sur son acte de naissance indique « Décédé à Kaunas le  »[3],[1].

Distinction[modifier | modifier le code]

André Jacob est décoré de la croix de guerre 1914-1918[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « acte de naissance no 207 d'André Jacob », sur archives.paris.fr (consulté le ), p. 11.
  2. Voir, Ruth Hottell. Simone Veil. Jewish Women's Archive
  3. a et b Mairie du IXe arrondissement, acte de naissance no 207 du 3 février 1891
  4. Généalogie Magazine n° 282, p. 28-31
  5. a et b « Hommage aux 27 lycéens juifs du lycée parisien Jacques Decour, victimes de la barbarie », CRIF, (consulté le )
  6. « matricule de recrutement n° 739 », sur archives.paris.fr (consulté le ).
  7. Marie-Andrée Lamontagne, « Dosser de recherche - Le père, la mère et le soleil », Contact TV inc (consulté le )
  8. Le mois de... Simone Veil, de l’Académie française, première émission - Virginia Crespeau Bookmark and Share, « Simone Veil : Conversation autour d’une vie "très diversifiée" 1/4 », Canal Académie est la radio en ligne de l’association Canal Académie (n° SIREN 48286079800016) présidée par Jean Cluzel, membre de l’Institut., (consulté le )
  9. Figaro du 8 novembre 1919 (p. 3)
  10. a et b Journal des débats politiques et littéraires - Journal des débats du dimanche 9 novembre 1919 (p. 5)
  11. a et b Marie-Laure Crosnier Leconte, « Dossier AGHORA », sur agorha.inha.fr, (consulté le ).
  12. Universalis
  13. Convoi 73

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]