Bristol (Angleterre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bristol.
Bristol
Image illustrative de l'article Bristol (Angleterre)
Administration
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Nation Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Comté Bristol
Statut Cité et Autorité unitaire (1996)
Maire
Mandat
Chris Davies (Démocrates libéraux)
2009-2010
Code postal BS
Indicatif (0)117
Démographie
Population 432 500 hab. (2012)
Densité 3 932 hab./km2
Population Aire urbaine 1 006 600 hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 51° 27′ 00″ N 2° 34′ 59″ O / 51.45, -2.58351° 27′ 00″ Nord 2° 34′ 59″ Ouest / 51.45, -2.583  
Altitude 11 m
Superficie 11 000 ha = 110 km2
Divers
Devise « Virtute et Industria »
Traduction Par la vertu et l'industrie
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

Voir la carte administrative du Royaume-Uni
City locator 14.svg
Bristol

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

Voir la carte topographique du Royaume-Uni
City locator 14.svg
Bristol
Liens
Site web http://www.bristol.gov.uk/

Bristol est une ville britannique située dans le sud-ouest de l'Angleterre (Royaume-Uni), sur la rivière Avon marquant traditionnellement la frontière entre les comtés de Gloucestershire et le Somerset. Avec une population estimée à 432 500 habitants en 2012, Bristol est la sixième ville d'Angleterre et la huitième du Royaume-Uni. Depuis 1542, Bristol possède officiellement le statut de cité et d'autorité unitaire. La ville compte 450 parcs et jardins.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géologie, reliefs et hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le réseau routier et autoroutier (l'autoroute M4) place Bristol sur un axe est-ouest allant de Londres au Pays de Galles et sur un autre axe nord-sud allant de Birmingham à Exeter via la route et l'autoroute M5.

Il y a deux gares ferroviaires à Bristol, Bristol Parkway et Bristol Temple Meads, ainsi qu'une gare routière proposant de nombreuses destinations par autocars, reliant ainsi la cité à d'autres localités britanniques.

Bristol possède aussi son propre aéroport, l'aéroport de Bristol (BRS), à Lulsgate dans le Somerset du Nord. L'aéroport est ouvert au trafic desservant de nombreuses destinations en Europe, mais aussi vers l'aéroport international de Newark depuis novembre 2010.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Tissu urbain, quartiers et espaces verts[modifier | modifier le code]

La ville compte 450 parcs et jardins[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

Logements[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Armoiries de Bristol.

L'existence de Brycgstow, en vieil anglais la place au pont, Bryste en gallois, est attestée au début du XIe siècle. Dès l'instauration du pouvoir normand, l'un des plus puissants châteaux du sud de l'Angleterre y est construit. Au XIIe siècle Bristol abrite un port important, la majorité du trafic commercial se faisant avec l'Irlande, mais aussi avec la France, en particulier entre la commanderie templière maritime et celle de La Rochelle[2].

En 1247, un nouveau pont y est construit puis la ville s'étend par l'incorporation des faubourgs, avec pour résultat la constitution d'un comté à elle seule en 1373. Pendant cette période, Bristol devient un centre de construction navale et le siège de manufactures.

Au XIVe siècle, Bristol devient en termes de population la troisième ville d'Angleterre (après Londres et York) , avec peut-être de 15 000 à 20 000 habitants à la veille de la peste noire de 1348-49[réf. nécessaire]. La population se situe aux alentours de 10 000 à 12 000 âmes aux XVe siècle et XVIe siècles.

En 1339, au début de la guerre de Cent Ans, la ville est prise et dévastée par une attaque de la marine française.

En 1484, le corsaire breton Jean Coatanlem mène une expédition contre la ville de Bristol pour venger une attaque anglaise contre Roscoff, quatre ans auparavant.

En 1497, Jean Cabot quitte le port de la ville pour un voyage d'exploration en Amérique du Nord.

En 1542, Bristol est élevée au rang de cité, l'ancienne abbaye de Saint Augustin devenant alors la cathédrale de Bristol.

Pendant la guerre civile anglaise (1643-45), la ville a à souffrir de l'occupation royaliste mais aussi d'épidémies.

La prospérité de Bristol s'accroit au XVIIe siècle avec le développement des colonies britanniques d'Amérique du Nord et l'expansion rapide du commerce, en particulier celui des esclaves.

À partir de 1760, Bristol se voit concurrencée par Liverpool, nouveau centre de production, notamment de textile. Puis les soubresauts de la guerre avec la France de Napoléon (notamment le blocus continental) et l'abolition du transport des esclaves en 1807 freinent le développement de son activité portuaire. Siège d'importantes marées qui a rendu le port très sûr au Moyen Âge, le long défilé (Gorge) de l'Avon vers son estuaire, est devenu un handicap. La construction d'un nouveau port flottant (conçu par Guillaume Jessop) ne parvient pourtant pas à enrayer ce déclin, alors que la population (comptant 66 000 habitants en 1801) quintuple au cours du XIXe siècle, avec l'arrivée de nouvelles industries et le constant développement du commerce. À cette période de renouveau économique peut être associé le nom de l'ingénieur principal Isambard Kingdom Brunel, constructeur du grand chemin de fer de l'ouest, de navires à vapeur et du pont suspendu de Clifton.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le centre ville subit de nombreux bombardements dont quelques séquelles sont toujours visibles aujourd'hui.

Au XXe siècle, la construction aéronautique prend une place importantes dans l'industrie locale, avec notamment le programme d'avion supersonique franco-britannique Concorde, programme pour lequel les très grands hangars construits pour le Bristol Brabazon sont utilisés.

La destruction des docks d'Avonmouth, 12 km en aval du centre-ville, a permis de soulager l'engorgement de Bristol en jugulant la congestion urbaine (trafic routier et poussée foncière caractéristiques des villes occidentales modernes).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Aéronautique[modifier | modifier le code]

Les très grands hangars construits pour le Bristol Brabazon servent désormais à la préservation et l'exposition d'un exemplaire du Concorde après la fin de l'exploitation de ce type de supersoniques, comme au Musée de l'air et de l'espace du Bourget, en France.

Une autre société emblématique de Bristol est Cameron important constructeur d'aérostats à air chaud (montgolfières) ou à gaz, commercialisés dans le monde entier. Chaque mois d'août, une montgolfiade (rassemblement de montgolfières) est organisée à Ashton Court à l'ouest de Bristol.

Arts et culture[modifier | modifier le code]

L'acteur Cary Grant y est né, ainsi que l'actrice Maisie Williams.

Bristol est aussi la ville d'origine du trip hop, avec Tricky ainsi que les groupes Portishead et Massive Attack, ainsi que du chanteur Nik Kershaw.

C'est également de cette ville que le street-artist Banksy est originaire, où il a fait ses premières œuvres dans la rue[3].

L'été est assez animé avec de nombreux festivals en tous genres, comme le festival de musique d'Ashton Court[4] qui attire plusieurs centaines de milliers de personnes sur le site durant un week-end au mois de juillet, ou en juillet encore, au centre-ville, le Bristol Harbour Festival[5], destiné à un grand nombre de spectateurs et proposant une programmation variée de musique, des attractionss diverses, des courses de bateaux, des exhibitions de grands voiliers, un marché français.

Enfin, pour clôturer l'été, le dernier grand festival : la Balloon Fiesta[6] de Bristol, un festival de montgolfières qui attire 500 000 personnes tous les ans sur le site d'Ashton Court. Au programme : décollages de montgolfières, fête foraine et le clou du spectacle, le night glow (illumination des montgolfières en pleine nuit, en rythme avec de la musique et un feu d'artifice).

Bristol possède deux importantes universités : l'université de Bristol (University of Bristol), une des plus cotées du pays selon le classement de Shanghai, comptant plus de 23 000 étudiants, et l'University of the West of England (près de 30 000 étudiants), faisant de Bristol une ville étudiante très animée.

La série dramatique anglaise Skins est intégralement tournée et située à Bristol. L'émission Deal or no deal (l'équivalent d'À prendre ou à laisser) y est aussi filmée[7].

Sports[modifier | modifier le code]

La ville possède de nombreux clubs professionnels de sports collectifs.

Football[modifier | modifier le code]

La ville de Bristol compte deux clubs professionnels de foot : Bristol City, évoluant dans le Championnat d'Angleterre de football D3 (League One) et Bristol Rovers, évoluant dans le Championnat d'Angleterre de football D5 . Les deux clubs n'ont jamais réussi à percer au niveau national. Seul Bristol City a réussi à décrocher une place de vice-champion d'Angleterre en 1907 et une place de finaliste de la Coupe d'Angleterre en 1909. Les deux clubs évoluent actuellement dans les divisions inférieures du championnat anglais.

Rugby[modifier | modifier le code]

Bristol compte également un club professionnel de rugby à XV, Bristol Rugby, champion d'Angleterre en 1983 et actuellement en division 2.

Jusqu'à la fin du XXe siècle, comme pour les Leicester Tigers de Leicester, les maillots des quinze joueurs de l'équipe de rugby de Bristol ne portaient pas des numéros mais des lettres (de A à O) organisées depuis le poste de l'arrière jusqu'à la première ligne.

Autres sports[modifier | modifier le code]

Le cricket, comme partout en Angleterre, y est également pratiqué, la ville compte un club professionnel : Gloucestershire CCC.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Le 14 juin 2013, Bristol devient la capitale verte de l'Europe 2015. Ce prix récompense les efforts de la ville en matière de développement durable, et notamment dans le cas présent de politique de renouvellement urbain, de transports et d'efficacité énergétique[1].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sophie Landrin, « Bristol, nouvelle capitale verte de l'Europe », Le Monde,‎ 17 juin 2013 (lire en ligne).
  2. (en) Michael Baigent et Richard Leight, The Temple and the Lodge, Arcade Publishing,‎ 1991, 306 p. (lire en ligne) - p.46
  3. Banksy uncovered: The nice middle-class boy who 'became the graffiti guerrilla voir aussi: mailonsunday
  4. Festival de musique d'Ashton Court
  5. Bristol Harbour Festival
  6. La Balloon Fiesta
  7. Deal or no deal

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]