Britpop

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Britpop

Origines stylistiques Rock alternatif
Madchester
Origines culturelles Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Milieu des années 1990
Instruments typiques Guitare
Basse
Batterie
Chant
Cuivres
Popularité Années 1990
Scènes régionales Drapeau de l'Angleterre Angleterre

La britpop est un sous-genre de rock alternatif britannique né au milieu des années 1990. Il est caracterisé par l'apparition de groupes influencés par des formations anglaises des années 1960 et 1970, tout en créant d'intéressantes dérivations. Très populaire auprès des jeunes entre 1994 et 1997, il a été d'autant plus critiqué pour son manque d'innovation.

Le mouvement s'est développé très rapidement suite à l'émergence de nouvelles tendances dès la fin des années 1980 comme le hip-hop. Les jeunes Britanniques ne se reconnaissaient pas dans cette musique où le rythme primait sur la mélodie, et il fallait trouver un nouveau genre qui leur ressemblait. À l'aube de cette nouvelle révolution, la musique des guitares acoustiques pataugeait. Le mouvement shoegazer a répondu en produisant des chansons longues, répétitives, et psychédéliques mais dont les prestations live devenaient vite des exercices d'endurance. Après ça, le nouveau mouvement, court certes mais crucial, nommé "New wave of the New Wave" produisit des groupes qui furent très importants dans la ré-orientation de la pop britannique vers des morceaux musicaux plus "classiques".

Un élément fréquemment cité comme étant "la goutte d'eau qui fit déborder le vase" et fit naître la britpop fut l'invasion américaine du mouvement grunge, mené par Nirvana, Pearl Jam, Soundgarden et Alice in Chains. L'énorme succès de ces groupes participa indubitablement à la réaction musicale de la britpop.

Influences[modifier | modifier le code]

Les groupes de britpop étaient principalement influencés par la musique des années 1960 et des années 1970, particulièrement les deux tendances du rock'n'roll de la British Invasion : des rebelles comme les Beatles, les Rolling Stones, Pink Floyd, Led Zeppelin ainsi que des mods comme les Who, les Kinks, les Small Faces étaient très influents et ont sans doute joué le plus grand rôle dans la formation du mouvement britpop et des diverses tendances associées.

Une autre source d'inspiration pour la britpop était les années 70 et 80 avec les idoles du glam rock comme David Bowie, Queen, T. Rex, Roxy Music, mais aussi les artistes punk et new wave comme les Sex Pistols, Talking Heads, les Clash, les Jam, Public Image Limited, Madness, XTC, et enfin Elvis Costello.

Souvent cité comme la seconde invasion britannique, l'indie rock des années 1980 (The Smiths, Orange Juice, The Stone Roses, Joy Division, etc.) était aussi très influent.

À la fin des années 1980 et au début des années 1990, des acteurs comme Paul Weller (l'ex-chanteur des Jam) et particulièrement l'album homonyme des Stone Roses ont aussi été influents. Les chanteurs Ian Brown et Paul Weller, avec leurs sorties solo suivantes et leurs références au rock des années 1970 au début des années 1990, ont joué un rôle énorme sur le son de la Britpop, qui, dans le cas des groupes comme Kula Shaker, ont évolué vers le psychédélique. Noel Gallagher a décrit l'album éponyme des La's comme « le premier album de britpop ».

Historique[modifier | modifier le code]

Le Modfather et Modern Life is Rubbish (1991 – 1993)[modifier | modifier le code]

Paul Weller, en particulier, est considéré comme le fondateur et l'initiateur du mouvement. Ses enregistrements solos Paul Weller (1991) et Wild Wood (1993) en sont la preuve. Son influence sur la Britpop et son amour pour la musique moderniste (Mod en anglais courant) lui ont attribué le surnom de "Modfather". En même temps qu'il guidait Blur, Oasis et Ocean Colour Scene à travers ses morceaux, Weller jouait aussi avec ses disciples, par exemple le solo de guitare dans "Champagne Supernova" d'Oasis.

Alors que Weller apporta la touche "mod" à ce qui allait devenir la Britpop, Blur apporta aussi plusieurs autres facteurs. Sans les médias et le succès des charts qui allait suivre, l'album Modern Life Is Rubbish de Blur a lentement translaté le son britannique d'une dance-music de Shoegazer à un son beaucoup plus "pop". Retrospectivement, les paroles et le son de Modern Life Is Rubbish (1993) contenaient déjà la plupart des thèmes lyriques, des harmonies, et des chants très "britanniques" qui deviendraient plus tard reconnus sous le terme de "Britpop".

Britpop et Cool Britannia (1994 – milieu-1996)[modifier | modifier le code]

Le terme « Britpop » a été utilisé la première fois en 1987 (dans le magazine britannique Sounds par le journaliste John Robb, décrivant les La's, les Stone Roses et les Inspiral Carpets). « Britpop » s'est répandu en même temps que le terme « Britart » (qui qualifiait le travail des artistes modernes britanniques, comme Damien Hirst). Mais ça ne sera qu'en 1995, à l'aube de la Cool Britannia, que ce terme émergera au grand jour, utilisé dans tous les grands magazines de musique. Le mot a été repris dans les médias généralistes un peu plus tard. La popularité du mot a été reconnu par un article du Guardian où les éditeurs du dictionnaire anglais d'Oxford (Oxford English Dictionnary) déclaraient que « Britpop » représentait au mieux l'année musicale de 1995. Le mot a logiquement été ajouté à ce dictionnaire.

Le groupe Blur lors d'un concert

Les fans de Britpop sont divisés sur quel album a vraiment lancé le mouvement. Parmi les prétendants au titre, on trouve le premier album de Supergrass, I Should Coco (1995), le premier album d'Oasis, Definitely Maybe (1994), le deuxième album de Blur, Modern life is rubbish (1993) et l'album homonyme de Suede (1993). Au-delà des désaccords, il semble clair que ces quatre albums ont définitivement ouvert la voie à beaucoup d'autres groupes. L'hystérie qu'a engendré la Britpop au Royaume-Uni s'est rapidement répandue en Europe occidentale et a aussi touché les côtes outre-atlantiques.

Le mouvement était autant la fierté britannique et le hype médiatique que le style particulier de la musique. Suede fut le premier groupe de la nouvelle génération « orientée guitare » à être supporté par les médias de musique du Royaume-Uni pour enfin pouvoir répondre au son Grunge venu de Seattle. Leur premier album homonyme est sorti en mars 1993, et a battu le record de vitesse de vente pour un premier album (au Royaume-Uni). Ce glorieux record a été battu peu de temps après par Oasis et leur Definitely Maybe.

En avril 1993, Select Magazine a accéléré la croissance de la fierté des Britanniques en affichant le chanteur de Suede Brett Anderson sur leur couverture sur fond de l'Union Jack avec les mots « Yanks go home » (Rentrez chez vous les Ricains). En 1994 et 1995, d'autres groupes de Britpop commencèrent à émerger - Mansun, Elastica, Radiohead, The Verve, PJ Harvey, Echobelly, Sleeper, Supergrass, Primal Scream, The Auteurs, The Boo Radleys, Pulp, Cast, The Bluetones, Black Grape, Space et The Divine Comedy. Certains étaient nouveaux, mais d'autres ont bénéficié d'une association au mouvement.

En 1995, le mouvement Britpop a atteint son sommet. La célèbre bataille de la Britpop confrontait Blur et Oasis pour le titre de « Rois de la Britpop ». Gonflée par les médias, cette bataille ne représentait pas seulement une différence de musique, mais aussi une différence de culture. Alors que le Royaume-Uni avait enfin trouvé un style de musique qui lui ressemblait, elle trouvait le moyen de se déchirer en deux : les « riches » du Sud de l'Angleterre représentés par Blur, menés par Damon Albarn et Alex James (en fait issus des classes moyennes londoniennes) contre les « pauvres » du Nord avec Oasis et ses difficiles frères Gallagher (Liam et Noel) (issus de la classe ouvrière déshéritée de la banlieue de Manchester). Cette bataille a trouvé son sens épique lors de la sortie des deux énormes singles des deux plus gros groupes du Royaume-Uni, la même semaine : il s'agissait des titres Roll With It d'Oasis et Country House de Blur. L'évènement a réussi à faire parler de lui dans les chaumières britanniques, et fut plusieurs fois à l'honneur sur BBC News.

Liam et Noel Gallagher du groupe Oasis

À cette bataille, Blur et sa maison de campagne gagnèrent puisque 274 000 exemplaires du single furent vendus pour seulement 216 000 pour Oasis. Cependant, sur le long-terme, Oasis gagna les faveurs du public avec un excellent score pour leur deuxième album (What's the Story) Morning Glory?. En effet, cet album est quatre fois plus vendu que l'album de Blur The Great Escape. Au total dix-huit millions de copies de (What's the Story) Morning Glory? furent vendues. Cet album est largement considéré comme l'album de Britpop parfait puisqu'il a même réussi à séduire le mouvement Cool Britannia. (Au Royaume-Uni et en Irlande, il était devenu courant de répondre à la question « What's the story ? » (Comment ça va ?) par « Morning Glory ».)

Le mouvement britpop a aussi été symbolisé, en 1994-95, par des hymnes d'été destinés aux jeunes comme, Staying Out for the Summer de Dodgy, Alright de Supergrass, Inbetweener de Sleeper, Wake Up Boo des Boo Radleys et Great Things d'Echobelly. Bien que la majorité des groupes de Britpop soient anglais, il y avait bien sûr des exceptions. Super Furry Animals, Catatonia, Gorky's Zygotic Mynci, Manic Street Preachers et Stereophonics étaient gallois. Cette flopée de groupes gallois ont permis à la presse britannique de les appeler « Cool Cymru » en référence à « Cool Britannia ». D'autres comme The Gyres, Travis et Belle and Sebastian étaient écossais. Il y avait aussi des acteurs irlandais comme les Cranberries et Ash (Irlande du Nord). Ainsi, le mouvement et l'hystérie Britpop n'ont pas seulement englouti une ville ou une région mais tout le pays et la Britpop s'est installée comme un vrai courant britannique : mouvement musical mais aussi spirituel.

La britpop affaiblie (fin-1996 – 1998)[modifier | modifier le code]

Richard Ashcroft, leader du groupe The Verve.

Vers la fin de l'année 1996, le mouvement et l'hystérie commencèrent à décliner à cause de la trop grande attente des fans auprès des groupes, mais aussi à cause de l'overdose et du surmenage des groupes. "Overdose" peut-être utilisé au sens premier car les artistes de Britpop ont touché à la drogue comme l'ont fait leurs groupes de référence dans les années 1960 et 1970. Pourtant, la Britpop reçut une impulsion de dernière minute par Radiohead et The Verve (qui n'étaient jusqu'alors pas vraiment considérés comme des artistes de Britpop) et leur albums de 1997 OK Computer et Urban Hymns respectifs. Ces deux derniers furent très acclamés. Alors que ces deux albums portaient l'étiquette "Britpop" dans le sens où c'étaient de la musique pop et britannique, aucun des deux groupes n'avait l'état d'esprit que l'on pouvait trouver en 1995.

Malgré la prestation de Suede dans l'album Coming Up et d'autres évènements toniques venants des groupes comme Pulp, Supergrass ou Cornershop, plusieurs autres groupes furent très décevant ou s'éloignait de l'esprit général et du son qui qualifiait le mouvement britpop. On sentait alors que le vent avait tourné et que le courant disparaissait des plaines britanniques.

Le noyau du mouvement, c’est-à-dire les groupes-phares comme Oasis et Blur, tournaient le dos à la britpop. Le troisième album d'Oasis Be Here Now, bien que très vendu aux fans d'Oasis toujours là, fut violemment critiqué par la presse pour un son produit sous l'influence d'une cocaïne apparente, caractérisé par du larsen de guitare sans fin et le manque d'originalité des morceaux.

Par contre, le cinquième album de Blur (Blur) fut très bien accueilli comme leurs deux albums précédents, car il montrait une évolution de style, contrairement à Oasis. Cependant, Blur s'éloignait du son britpop traditionnel qu'on avait pu entendre dans Parklife et The Great Escape et s'orientait vers un style de groupes américains comme Pavement.

La chute de la britpop (1998 – 1999) et l'émergence d'une nouvelle vague à forte inspiration (2000 – maintenant)[modifier | modifier le code]

D'autres groupes de musique à forte consonance Britpop se sont formés à la fin des années 1990 et au début des années 2000 : The Libertines, Kaiser Chiefs et Hard-Fi. Durant cette période où le mouvement Britpop est dite "mourante", un autre courant, qui n'a pas forcément de nom si ce n'est une nouvelle vague de la Britpop, se crée. Cela est donc interprété comme une vague d'un 'melting pot' de genres différentiable de la britpop de la fin des années 1990, mais toujours sur la scène britannique. D'autres artistes comme Keane, Coldplay, Travis, Athlete et Kasabian ont montré clairement des influences Britpop dans leurs travaux.

Article détaillé : Raw pop.

Les frères Gallagher ont comparé les groupes à succès de cette nouvelle vague avec les groupes issus de l'ancienne génération de la britpop. Liam Gallagher compare les Kaiser Chiefs à Blur (en parlant de mauvais (...e version de) Blur). Noel Gallagher, lui, compare plutôt les Libertines - qui ont donné l'impulsion nécessaire au mouvement avec beaucoup de promesse avant de sombrer dans la drogue et la mutinerie - à Suede et les Arctic Monkeys - un groupe venant du nord qui a explosé le mouvement d'une autre manière - à son propre groupe Oasis. Pour d'autres spécialistes de la musique les "libs" ont fait naître une nouvelle génération de gamins joueurs de guitares.

Sur la totalité des groupes qui ont aidé à mettre un son sur le nom de Britpop au milieu des années 1990, seuls Oasis et Supergrass continuent de sortir fréquemment des albums, Blur étant en suspens depuis 2003, après le départ du guitariste Graham Coxon. Ces deux groupes ont commercialisé avec succès leurs derniers albums en 2005 avec respectivement Don't Believe the Truth et Road to Rouen atteignant la première et neuvième place des UK charts (top 50 du Royaume-Uni). Radiohead continue aussi de sortir des enregistrements bien qu'ils n'aient plus touché à la sonorité Britpop depuis près d'une décennie.

Cependant elle semble aujourd'hui avoir connu un renouveau notamment grâce à des artistes comme Peter Doherty, qui est en fait un des anciens leader des Libertines et celui actuellement des Babyshambles qui sont un assez bon exemple de ce que produit l'Angleterre désormais avec leur second album "Shotter's Nation".

Chronologie[modifier | modifier le code]

Ci-dessous  : En orange, les groupes officiellement actifs avec de possibles périodes d'inactivités (en gris). En vert, les groupes séparés.

Stereophonics Menswear The Auteurs The Tears Pulp (groupe) Supergrass Radiohead Richard Ashcroft The Verve Ash (groupe) Elastica Suede Oasis (groupe) Blur Blur