Bernard Cottret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bernard Cottret, né à Boulogne-Billancourt en 1951, est un historien et un angliciste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d’une famille de peintres et de musiciens, Bernard (Jean) Cottret est le fils de Bernard Cottret (1923–2011) et de Geneviève Aurel († 1999), artistes lyriques. Il est également l'époux de l'historienne Monique Cottret et le père de Yann Cottret, intervenant musical. Après des études au lycée Descartes de Rabat et au lycée Chaptal à Paris, il a été reçu à l’École normale supérieure de Saint-Cloud. Officier de réserve, IRAT, il a été de 1992 à 2011 professeur de civilisation des îles Britanniques et de l’Amérique coloniale à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, où il est désormais professeur émérite. Il y a fondé le département des humanités ; il est également membre honoraire senior de l’Institut universitaire de France, membre de l’IRCOM, Paris IV. Bernard Cottret est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages, écrits seul ou en collaboration, et qui abordent dans une perspective comparative l’histoire des îles Britanniques, de l’Amérique coloniale et de la France. Il également publié une cinquantaine de chapitres ou d’articles dans des ouvrages collectifs, et une quarantaine d’articles dans des revues savantes, sans compter de nombreuses participations à des émissions de radio ou de télévision. Certains de ces travaux ont fait l’objet de traduction en anglais, en allemand, en néerlandais, en espagnol, en italien, en portugais, en polonais, en japonais, en coréen et enfin en turc et en géorgien. Plusieurs essais portent sur la Réforme protestante et sur les questions religieuses, dans leurs liens avec la politique. Il a donné plus de 200 conférences en France, en Irlande, en Grande-Bretagne, aux Pays-Bas, en Suisse, en Allemagne, en République tchèque, au Canada ou aux États-Unis. Il organise chaque année un séminaire d’été en relation avec l’Allemagne et la Pologne.

Travaux[modifier | modifier le code]

C’est d’abord en historien qu’il a abordé la Réforme protestante, à la lecture de Lucien Febvre et en bénéficiant de l’enseignement de Robert Mandrou et d’Élisabeth Labrousse. La rencontre ultérieure de Jean Delumeau et d’Emmanuel Le Roy Ladurie, l’amitié de Jean Malaurie, de Laurent Theis, de Marianne Carbonnier-Burkard et de quelques autres ont permis de confirmer une orientation intellectuelle et spirituelle, privilégiant la liberté de ton et de pensée sur tous les conformismes[1]. Terre d’Exil, paru en 1985, lui permettait d’utiliser l’immigration huguenote pour mieux comprendre la société anglaise des XVIeXVIIe siècles. En 1993, l'historien britannique Christopher Hill saluait dans Renaissance Quarterly la traduction anglaise[2] d’un « livre très intéressant sur un sujet qui n’a pas été suffisamment traité par les historiens de langue anglaise », tout en insistant sur la pertinence pour notre temps d’une analyse des phénomènes migratoires et d’adaptation[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

De 1988 à 2002, Bernard Cottret a été membre du conseil scientifique de la Bibliothèque nationale, devenue Bibliothèque nationale de France. Il a soutenu en 1988 à l’université de Paris X-Nanterre une thèse pour le doctorat ès lettres consacrée à Bolingbroke, homme politique éconduit qui, en France, devint « philosophe anglois » et initia les compatriotes de Voltaire aux idées d’outre-Manche[4]. Elle a débouché, à la demande de Jonathan Clark, sur un livre en anglais consacré à l’œuvre politique de Bolingbroke, et aux Lumières conservatrices, The Conservative Enlightenment.

L’Académie française a primé plusieurs de ses livres (prix d’histoire Monseigneur-Marcel, médaille d’argent, en 1992 pour Cromwell, prix d’histoire François-Millepierres en 2003 pour La Révolution américaine). Il a en outre reçu le prix Budget 1997 de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres pour Calvin, et plus récemment, avec son épouse Monique Cottret, le prix Pierre-Georges-Castex de littérature française de l’Académie des sciences morales et politiques 2006 pour Jean-Jacques Rousseau en son temps. L’Académie des sciences morales et politiques lui a décerné en juillet 2011 le prix Charles-Aubert-Histoire pour l’ensemble de son œuvre. Son livre Thomas More se voit décerner le prix Brantôme 2013 de la biographie historique.

Bernard Cottret est membre honoraire senior de l’Institut universitaire de France, membre de l’institut de recherche sur les civilisations de l’Occident moderne, à l’université de Paris-Sorbonne (Paris IV). Il a participé à la création du prix national du livre médiéval : Provins patrimoine mondial, qui a été remis pour la première fois à Michel Pastoureau, le 16 septembre 2007, pour son livre L’Ours, histoire d’un roi déchu, éditions du Seuil. En décembre 2007, il a été nommé membre de la commission André Kaspi sur les commémorations publiques, secrétariat à la défense, chargé des anciens combattants. Il participe à l'heure actuelle au comité scientifique Jean-Jacques Rousseau des célébrations nationales 2012 au ministère de la culture, direction des archives de France. Sa biographie est également parue dans le Who’s Who in France, depuis 2009.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. voir L’Appel : L’Historien et la Foi, Paris, Fayard, 1996, p. 67–79.
  2. parue chez Cambridge University Press,
  3. (en) « Bernard Cottret »
  4. Cette thèse dirigée par le professeur C. Bruneteau a été publiée aux éditions Klincksieck ; elle fait l’objet de substantiels commentaires de Marc Fumaroli dans Quand l’Europe parlait français en 2001.

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Terre d’exil. L’Angleterre et ses réfugiés, XVIeXVIIe siècles, Aubier, Paris, 1985.
  • Le Christ des Lumières. Jésus, de Newton à Voltaire, Le Cerf, Paris, 1990, réédition CNRS, 2011.
  • (it) Il cristo dei Lumi, Morcelliana, Brescia, 1992.
  • (en) The Huguenots in England. Immigration and Settlement c.1550-1700, Cambridge University Press, Cambridge, 1991.
  • Cromwell, Fayard, Paris, 1992.
  • Bolingbroke, exil et écriture au siècle des Lumières. Angleterre-France (vers 1715-vers 1750), Paris, Klincksieck, 1992.
  • 1598, l’Édit de Nantes. Pour en finir avec les guerres de religion, Perrin, Paris, 1997.
  • (en) Bolingbroke’s Political Writings. The Conservative Enlightenment, Basingstoke, Macmillan 1997, 436 p.; id., New York, St Martin's Press, 1997, 436 p.
  • Calvin, Biographie, J.C. Lattès, Paris, 1995. Réédition Payot, 1999.
    • (de) Calvin. Eine Biographie, Quell, Stuttgart, 1998.
    • (en) John Calvin, W.B.Eerdmans, Grand Rapids (Mich.), 2000.
    • Kalwin, Paƒst. Instytut Wydawniczy, Varsovie, 2000.
    • (es) Calvino, La fuerza y la fragilidad, Editorial Complutense, Madrid, 2002.
    • Calvijn de biografie, Tielt, Lannoo, Kampen, Kok, 2004.
  • Henri VIII. Le pouvoir par la force, Payot, Paris, 2005.
  • La Renaissance, 1492-1598. Civilisation et barbarie, Éditions de Paris, Paris, 2000.
  • Histoire de la Réforme protestante, Perrin, Paris, 2001, Version poche Tempus.
  • Du patriotisme aux nationalismes (1700-1848), Créaphis, Paris, 2002.
  • La Révolution américaine, Perrin, Paris, janvier 2003. Version poche Tempus, 2004.
  • Jean-Jacques Rousseau, en son temps (avec Monique Cottret, ), Perrin, Paris, 2005, Version poche Tempus.
  • Cosmopolitismes, patriotismes. Europe et Amérique 1773-1802, Rennes, Les Perséides, 2005, 216 p. En collaboration avec Marc Belissa.
  • Le Jardin. Figures et métamorphoses, Dijon, EUD, 2005, 316 p. Dirigé en collaboration avec Anne-Marie Brenot.
  • Convertir/Se convertir. Regards croisés sur l’histoire des missions chrétiennes, Paris, Nolin, 2006, 202 p., dirigé en collaboration avec Jan Borm, Jean-François Zorn.
  • Sainte ou sorcière ? L’héroïsme chrétien au féminin, Paris, Éditions de Paris, 2006. Dirigé en collaboration avec V. Alemany, M. Cottret, 272 p.
  • Histoire de l’Angleterre. De Guillaume le Conquérant à nos jours, Paris, Tallandier, janvier 2007, 610 p. Version poche, Texto 2011.
  • Naissance de l’Amérique du Nord, Actes fondateurs 1607-1776, Paris, Indes savantes, 2008. En collaboration.
  • La République et le Royaume, Éditions de Paris, Paris, 2008.
  • Calvin. Traité des reliques, Éditions de Paris, Paris, 2008.
  • La royauté au féminin. Élisabeth Ire d’Angleterre, Paris, Fayard, 2009.
  • Karl Marx, une vie entre romantisme et révolution, Perrin, Paris, 2010. Version turque,

Karl Marx : Romantizm ve Devrim Arasında Bir Yaşam, İstanbul, Everest, 2012.

  • Savoir et pouvoir au siècle des Lumières, Éditions de Paris, 2011 (ouvrage codirigé avec J. Borm et Monique Cottret).
  • Jean-Jacques Rousseau, Lettre à Christophe de Beaumont, Gollion, Infolio, 2012, avec Monique Cottret.
  • Thomas More. La face cachée des Tudors, Tallandier, 2012.
  • Naissance et affirmation de la Réforme, Paris, PUF, « Nouvelle Clio », 2012. Collaboration Jean Delumeau, Thierry Wanegffelen.
  • La Glorieuse Révolution d'Angleterre, 1688, Paris, Gallimard, Folio, 2013.

Ouvrage en son honneur

  • Réforme et révolutions, hommage à B. Cottret,, sous la direction de Bertrand Van Ruymbeke, Ed. de Paris-Max Chaleil, 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]