Style néo-gothique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Style néogothique)
Aller à : navigation, rechercher
La Tribune Tower, à Chicago (États-Unis), inspirée de la tour de Beurre de la Cathédrale Notre-Dame de Rouen[1].
Dessin de Viollet-le-Duc présentant la flèche de la cathédrale d'Amiens et son décor de plomb ; matériau très utilisé par les architectes du « Gothic revival », qui fut à l'origine d'une vague de saturnisme chez les ouvriers couvreurs et artisans d'art

Le style néo-gothique est un style architectural né au milieu du xviiie siècle en Angleterre. Au XIXe siècle, des styles néo-gothiques de plus en plus rigoureux et documentés ont visé à faire revivre des formes médiévales qui contrastaient avec les styles classiques dominants à l'époque. Le mouvement néo-gothique (autrement appelé « Renaissance gothique », sur le modèle du Gothic Revival anglais) a eu une influence importante en Europe et en Amérique du Nord, et il y a peut-être eu davantage d'architecture gothique qui a été construite durant les XIXe et XXe siècles qu'il n'y en a eu à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance.

On peut distinguer trois phases :

  1. le néo-gothique de Christopher Wren en Angleterre, appliqué aux universités comme Oxford ;
  2. la deuxième phase en Grande-Bretagne est parallèle au développement du roman gothique en littérature ;
  3. la maturité dans les années 1840 grâce aux progrès de la science historique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Survivance et renouveau[modifier | modifier le code]

La construction d'édifices caractéristiques de l'architecture gothique n'a pas complètement disparu au XVIe siècle. Elle a perduré dans des projets, alors en cours de réalisation, de cathédrales et d'églises, en France (on travaille encore sur les cathédrales de Tours et d' Orléans au XVIIe siècle), dans des régions rurales isolées d'Angleterre, d'Espagne et d'Allemagne. À Bologne (Italie), en 1646, l'architecte baroque Carlo Rainaldi construisit des voûtes gothiques (achevées en 1658) pour la Basilique San Petronio qui était en construction depuis 1390 ; ici, le contexte gothique de la structure a primé sur le mode architectural de l'époque. De manière similaire, l'architecture gothique a survécu dans un contexte urbain à la fin du XVIIe siècle, comme le montrent Oxford et Cambridge, où quelques extensions et réparations de bâtiments gothiques étaient apparemment considérées comme gardant davantage le style des structures originales que le baroque d'alors. La Tom Tower de Christopher Wren pour la Christ Church d'Oxford, et, plus tard, les tours occidentales de l'abbaye de Westminster par Nicholas Hawksmoor, effacent les frontières entre ce qui est appelé la « survivance gothique » et le renouveau gothique.

Au milieu du XVIIIe siècle, avec la montée du romantisme, certains amateurs éclairés comme Horace Walpole ou William Beckford ont fortement contribué à l'émergence d'un engouement pour le Moyen Âge et les arts médiévaux, de l'architecture religieuse aux monuments mortuaires, en passant par l'art du vitrail et l'enluminure des derniers manuscrits médiévaux. D'autres arts gothiques continuaient toutefois à être considérés comme barbares et grossiers : les tapisseries et le travail du métal, par exemple. Les raisons purement esthétiques d'un tel engouement se révélaient au moins aussi fortes que les implications idéologiques : on associait alors sentimentalement les monuments gothiques aux grandes figures historiques de l'histoire nationale. Les Anglais, et bientôt les Allemands, ont commencé à apprécier le caractère pittoresque des ruines - « pittoresque » devenant une nouvelle qualité esthétique - et les effets adoucissants du temps que Horace Walpole admirait, et appelait de manière ironique « la vraie rouille des guerres des Barons ». Les détails gothick de la villa de Twickenham de Walpole Strawberry Hill, plaisaient au goût rococo du moment, et d'ici les années 1770, des architectes entièrement néo-classiques tels que Robert Adam et James Wyatt étaient prêts à fournir des détails gothiques dans les salons, bibliothèques et chapelles, pour une vision romantique d'une abbaye gothique, l'Abbaye de Fonthill dans le Wiltshire. Le style gothick était une manifestation architecturale du « pittoresque » alors apprécié dans les autres arts : ces temples ornementaux et chaumières ignoraient la structure logique des véritables constructions gothiques et étaient en fait des constructions palladiennes avec des arches pointues. Le paysagiste excentrique Batty Langley a même tenté d'« améliorer » des formes gothiques en leur donnant des proportions classiques. Cette première phase rococo et pittoresque de l'architecture néo-gothique se caractérise ainsi par une réutilisation fantaisiste de l'art de la fin du Moyen Âge.

Une génération plus jeune qui prenait plus au sérieux l'architecture gothique a été le lectorat de la série de Cathedral Antiquities de J. Britten, qui apparut en 1814. En 1817, Thomas Rickman écrivit un Attempt… (Essai…) pour nommer et définir la séquence de styles gothiques dans l'architecture ecclésiastique anglaise, « un traité pour l'étudiant architecte ». Le titre complet est descriptif : Attempt to discriminate the styles of English architecture from the Conquest to the Reformation; preceded by a sketch of the Grecian and Roman orders, with notices of nearly five hundred English buildings. (Essai pour discriminer les styles des architectures anglaises de la Conquête à la Réforme ; précédé par une esquisse des ordres grecs et romains, avec des observations d'approximativement cinq-cents constructions anglaises.) Les catégories qu'il utilisa ici sont la Normande, la Jeune Angleterre, la Décorée et la Perpendiculaire. Il a été édité de nombreuses fois et était toujours édité en 1881.

Romantisme et nationalisme[modifier | modifier le code]

Façade gothique du Palais de justice de Rouen, construit entre 1499 et 1508, style qui inspira le Néo-gothique au xixe siècle.

Le style néo-gothique français a ses racines dans l'architecture gothique médiévale, née en France au xiie siècle, avec la construction de la Basilique de Saint-Denis et la Cathédrale de Sens. L'architecture gothique était initialement dénommée Opus Francigenum, soit « Art Français » au Moyen Âge, et fut exportée dans toute l'Europe depuis la France. En 1816, l'universitaire français Alexandre de Laborde déclare que « L’architecture gothique a ses propres beautés », marquant ainsi un renouveau d'intérêt pour ce style en France. À partir de 1828, Alexandre-Théodore Brongniart, le directeur de la manufacture nationale de Sèvres, produit les premières peintures cuites d'émail sur des grands carreaux de verre pour la chapelle royale (1816-1845) de Louis-Philippe Ier à Dreux. Il serait difficile de trouver une commande aussi grande et importante dans le goût gothique avant celle-ci, sauf pour quelques éléments gothiques dans une poignée de jardins paysagers.

Le renouveau gothique en France a pris une plus grande importance grâce à un pionnier, Arcisse de Caumont, qui a fondé la Société des antiquaires de Normandie, à une époque où « antiquaire » signifiait encore un expert en antiquités, et qui a publié son œuvre sur l'architecture normande en 1830. L'année suivante vit la parution de Notre-Dame de Paris de Victor Hugo, dans lequel la grande cathédrale gothique de Paris est à la fois un décor et un protagoniste, une œuvre de fiction qui remporta un très grand succès. La même année, la nouvelle monarchie française établit un poste d'Inspecteur-Général des Monuments historiques, un poste occupé en 1833 par Prosper Mérimée, qui devint le secrétaire d'une nouvelle commission des Monuments historiques en 1837. C’est cette commission qui chargea Eugène Viollet-le-Duc de faire un rapport sur les conditions de l'abbaye de Vézelay en 1840. Par la suite Viollet-le-Duc entreprit la restauration de nombreux bâtiments gothiques emblématiques de l’histoire de France: abbatiale de Vézelay, Cité de Carcassonne, abbaye du Mont-Saint-Michel, Notre-Dame de Paris, château de Roquetaillade… De nombreuses églises furent ainsi édifiées dans ce style au XIXe siècle; on peut citer notamment les basiliques de Sainte-Clotilde à Paris (1846-1857), Notre-Dame de Bonsecours près de Rouen (1840-1844), Notre-Dame de la Délivrande près de la côte au nord de Caen (1854-1878), la basilique de l'Immaculée-Conception de Lourdes (1866-1871), la basilique Saint-Epvre à Nancy (1864-1874), etc.

La façade sud de la cathédrale de Cologne.

Pendant ce temps, en Allemagne, l'intérêt pour la cathédrale de Cologne — dont la construction commencée en 1248 était toujours inachevée à l'époque du renouveau — commença de réapparaître, marquant de manière importante le retour en Allemagne de l'architecture gothique. Le sanctuaire fut achevé de 1842 à 1880 en suivant le modèle des parties existantes et les plans médiévaux de la façade (seuls les portails du transept furent une création néo-gothique).

À cause du nationalisme romantique au début du XIXe siècle, les Allemands, les Français et les Anglais affirmaient que l'architecture gothique originale du XIIe siècle était originaire de leur propre pays. Les Anglais ont hardiment inventé le terme Early English pour le gothique, un terme qui sous-entendait que l'architecture gothique était une création anglaise. Dans son édition de 1832 de Notre-Dame de Paris, Victor Hugo disait « Inspirons s’il est possible, à la nation l’amour de l’architecture nationale », sous-entendant que le gothique était un héritage français. En Allemagne, l'achèvement de la cathédrale de Cologne dans les années 1880, à l'époque le plus haut bâtiment du monde, la fit considérer comme le sommet de l'architecture gothique.

À Florence, la façade du Duomo fut démolie en 1587-1588, et resta dépouillée jusqu'en 1864, quand une compétition fut organisée pour dessiner une nouvelle façade en accord avec la structure d'Arnolfo di Cambio et du campanile à côté d'elle. Cette compétition fut remportée par Emilio De Fabris, et le travail sur son dessin polychrome et les panneaux de mosaïque furent commencés en 1876 et achevés en 1887.

Pugin, Ruskin et le gothique en tant que force morale[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1820, Augustus Pugin, encore adolescent, travaillait pour deux employeurs très en vue, fournissant du détail gothique pour des biens de luxe. Pour les fabricants de meubles royaux Morel et Seddon, il fournissait des plans pour des redécorations pour George IV au château de Windsor dans un goût gothique qui allait avec le décor. Pour les argentiers royaux Rundell Bridge and Co., Pugin fournit à partir de 1828 des plans pour l'argenterie, en utilisant le vocabulaire gothique anglo-français qu'il continuera plus tard à favoriser dans des plans pour le nouveau palais de Westminster.

Dans Contrasts (1836), Pugin exprima son admiration non seulement pour l'art médiéval, mais pour tout l'esprit médiéval, affirmant que l'architecture gothique était le produit d'une société plus pure. Dans The True Principles of Pointed or Christian Architecture (1841), il suggéra que les artisans modernes cherchant à émuler le style de la fabrication médiévale devraient également reproduire ses méthodes. Pugin croyait que l'architecture gothique était la véritable architecture chrétienne, affirmant hardiment « l’arche pointée était produite par la foi catholique ». La construction de Pugin la plus célèbre est la chambre des Parlements à Londres, qu'il a conçu en deux campagnes, 1836–1837 et encore en 1844 et 1852, avec le classiciste Charles Barry et son coarchitecte. Pugin fournit la décoration extérieure et les intérieurs, tandis que Barry dessina l'arrangement symétrique de la construction.

John Ruskin compléta les idées de Pugin dans ses deux œuvres théoriques influentes, The Seven Lamps of Architecture (1849) et The Stones of Venice (1853). Cherchant son idéal architectural à Venise, Ruskin suggéra que les constructions gothiques excellaient au-dessus des autres architectures à cause du « sacrifice » des sculpteurs de pierre qui décoraient tortueusement chaque pierre. En déclarant le palais des Doges « la construction centrale du monde », Ruskin défendit la cause des bâtiments gothique pour le gouvernement tout comme l'a fait Pugin pour les églises, bien que seulement en théorie. Quand ses idées ont été mises en pratique, Ruskin méprisa le torrent de bâtiments publics construits en référence au Palais ducal, parmi lesquels le Musée d'histoire naturelle de l'université d'Oxford.

En Angleterre, l'anglicanisme vivait un renouveau de l'idéologie anglo-catholique et ritualiste sous la forme du Mouvement d'Oxford et on se mit à projeter de construire un grand nombre de nouvelles églises pour pourvoir à la population croissante. Des exposants étaient tout prêts dans les universités, où le mouvement ecclésiologique était en train de se former. Ses partisans croyaient que le gothique était le seul style approprié pour une église paroissiale, et favorisaient une ère particulière de l'architecture gothique, la Décorée. The Ecclesiologist, la publication de la Cambridge Camden Society, était si férocement critique envers les nouvelles constructions d'églises qui étaient en dehors de ses standards qu'un style nommé « gothique archéologique » émergea, produisant des constructions médiévales parmi les plus convaincantes du néo-gothique. Toutefois, tous les architectes et les clients n'étaient par emportés par ce courant. Bien que le néo-gothique réussit à devenir un style de plus en plus familier de l'architecture, la tentative de l'associer avec la supériorité de la haute église promue par Pugin et le mouvement ecclésiologique, en éloignait contre ceux qui possédaient des principes œcuméniques ou non-conformistes. Ceux-ci cherchaient à l'adopter uniquement pour ses qualités esthétiques romantiques, pour le combiner avec d'autres styles ou recherchaient en Europe du Nord un gothique d'apparence plus simple, et pour consciemment choisir un style assez différent ; ou dans certains cas, ces trois choses en même temps, comme l'œcuménique Abney Park Cemetery pour lequel l'architecte William Hosking fut engagé.

Lassus, Viollet-le-Duc et le fer[modifier | modifier le code]

La France apparaît assez tard sur la scène du néo-gothique en raison des guerres napoléoniennes, mobilisant toutes les forces de la nation française, et du goût prononcé de l'empereur Napoléon I pour le style Empire néo-classique. La Restauration permet à de jeunes architectes de renouer avec le style gothique français du xiie siècle. L'architecte Jean-Baptiste-Antoine Lassus est un des précurseurs de ce renouveau architectural. Eugène Viollet-le-Duc travaillera avec Lassus sur différents chantiers — Notre-Dame et la Sainte Chapelle à Paris notamment — et lui devra beaucoup sur un grand nombre de points.
Viollet-le-Duc est un architecte qui a été à son époque de premier plan: son génie réside en effet dans ses qualités d'observations minutieuses du bâti médiéval dignes des meilleurs travaux archéologiques[réf. nécessaire] (ses mérites enfin reconnus ont été célébrés au cours d'une grande rétrospective en 1979, à l'occasion des cent ans de sa disparition). Il restaura complètement certaines constructions, outrepassant souvent leur stade original d'avancement (c'est sur ce point qu'il fut longtemps et toujours attaqué: on lui reprocha d'inventer le plan des parties manquantes, et donc de dénaturer), théorie qu'il appliqua à ses restaurations de la ville fortifiée de Carcassonne, ainsi qu'à Notre-Dame de Paris, au château de Roquetaillade et à la Sainte Chapelle à Paris, et de manière encore plus caractéristique à travers l'exemple « pédagogique » du château de Pierrefonds et du château de Pupetières. Il différa de son homologue anglais Ruskin étant donné qu'il remplaçait souvent le travail des tailleurs de pierres médiévaux. Son approche rationnelle du gothique contrastait vraiment complètement avec les origines romantiques du renouveau, et est considérée par certains comme un prélude à l'honnêteté structurelle exigée par le modernisme.

Tout au long de sa carrière, il fut en proie à la question de savoir si le fer et la maçonnerie devaient être combinés dans une construction. Il connaissait l'emploi des tirants de fer et des agrafes utilisées dans la construction des cathédrales dès l'origine pour en avoir vérifié la présence, mais savait les problèmes que cela pouvait engendrer, dans le temps, sur l'évolution des structures. Le fer avait en réalité été utilisé dans les constructions gothiques depuis les premiers jours du néo-gothique[évasif]. C'est seulement avec Ruskin et l'exigence du gothique architectural pour la « vérité structurelle », que le fer, qu'il soit visible ou pas, fut considéré comme inapproprié pour une construction gothique. Cet argument commença à s'écrouler au milieu du XIXe siècle quand des grandes structures préfabriquées telles que le Crystal Palace de verre et de fer et la cour vitrée du Oxford University Museum furent érigées, semblant incarner les principes du gothique à travers le fer. Entre 1863 et 1872, Viollet-le-Duc publia ses Entretiens sur l’architecture, un ensemble de plans audacieux et avant-gardistes pour des constructions qui combinaient le fer et la maçonnerie. Bien que ces projets n'aient jamais été réalisés, ils influencèrent plusieurs générations de dessinateurs et architectes, notamment Antoni Gaudí, ou encore les architectes Destailleur, à qui l'ont doit entre autres, le Château de Trévarez.

Grandes églises néo-gothiques en France et en Romandie[modifier | modifier le code]

Parmi les édifices majeurs de cette époque, il y a notamment:

Certains chantiers n'ont été que partiels, pour achever notamment des édifices médiévaux; on a ainsi construit un chœur (en 1840-1891) pour la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes, des tours (en 1846-1851) pour l'abbaye Saint-Ouen de Rouen, deux flèches (en 1854-1856) pour la cathédrale Saint-Corentin de Quimper, une façade (en 1866-1884) pour la cathédrale Notre-Dame de Clermont-Ferrand.

Durant cette période, des basiliques et des cathédrales ont aussi été construites à l'étranger par des architectes français, comme à Luján et à Mercedes en Argentine ou bien à Canton en Chine.

Des édifices civils ont également été construits dans le style néo-gothique en France, comme une aile orientale pour le Palais de justice de Rouen, les châteaux de Challain-la-Potherie, Abbadie, Pupetières, Bagnoles-de-l'Orne, Savigny-sous-Faye[2], Kériolet, ou bien celui d'Hardelot.

Cathédrales néo-gothiques d'Angleterre, Cornouailles, Écosse et Irlande[modifier | modifier le code]

Le retour à l'architecture médiévale a permis la construction par l'Église anglicane de nouveaux sanctuaires à Truro (cathédrale Sainte-Marie, 1880-1910), Liverpool (cathedral Church of Christ, 1904-1978), mais d'abord en Écosse à Aberdeen (cathédrale Saint-André, -1817), Perth (cathédrale Saint-Ninian, -1850), Dundee (cathédrale Saint-Paul, 1853-1855), Édimbourg (cathédrale Sainte-Vierge-Marie, 1874-1879), Glasgow (cathédrale Sainte-Marie, -1893), ainsi qu'en Irlande comme à Cork (cathédrale Saint-Finbarre, 1865-1879).

Avec l'Émancipation des catholiques, les Irlandais bâtirent de nouveaux édifices dans les grandes villes (notamment pour remplacer les cathédrales historiques, restées entre les mains de l'Église anglicane): ainsi Newry (cathédrale Saint-Patrick-et-Saint-Colman, 1825-1829), Armagh (seconde cathédrale Saint-Patrick, 1840-1904), Belfast (cathédrale Saint-Pierre, 1860-1885), Kilkenny (cathédrale Sainte-Marie, 1843-1857), Limerick (cathédrale Saint-Jean, 1861), Cobh (cathédrale Saint-Colman, 1868-1915).

l'Église romaine put se réinstaller aussi en Angleterre et en Écosse, comme à Newcastle (cathédrale Sainte-Marie, 1842-1844), Nottingham (cathédrale Saint-Barnabas, 1841-1844), Manchester-Salford (cathédrale Saint-Jean-l'Évangéliste, 1844-1848), Lancaster (cathédrale Saint-Pierre, 1857-1859), Norwich (cathédrale Saint-Jean-Baptiste, 1882-1910), Leeds (cathédrale Sainte-Anne, 1900-1904), Arundel (cathédrale Notre-Dame, -1873).

Le siècle au-delà[modifier | modifier le code]

Au tournant du XXe siècle, les avancées technologiques telles que l'ampoule électrique, l'ascenseur et l'acier ont contribué à donner une réputation d'obsolescence à l'architecture basée sur la maçonnerie manuelle. L'acier supplanta des fonctions non-ornementales des voûtes et des arcs boutant. Certains architectes utilisèrent la tracerie néo-gothique comme un ornement appliqué sur un squelette de fer, par exemple dans le gratte-ciel Woolworth Building de 1907 de Cass Gilbert à New York et la Tribune Tower de 1922 de Raymond Hood à Chicago. Mais durant la première partie du siècle, le néo-gothique fut supplanté par le modernisme. Certains virent dans le Modern Movement la tradition gothique de la forme architecturale entièrement en termes d'"expression honnête" de la technologie de l'époque, et se virent comme les héritiers en droit de cette tradition, avec leurs fenêtres rectangulaires et leurs poutres de fer visibles.

Malgré cela, le néo-gothique continua à exercer son influence, simplement parce que nombre de ses projets les plus massifs étaient encore en construction durant la seconde moitié du XXe siècle, telle que la Cathédrale de Liverpool de Giles Gilbert Scott. Aux États-Unis, les premières constructions de Charles Donagh Maginnis au Boston College aidèrent à établir la prévalence de l'architecture gothique collégiale sur les campus de l'université américaine. Le gratte-ciel néo-gothique du campus de l'Université de Pittsburgh, la Cathedral of Learning, par exemple, utilisait un style très gothique à la fois à l'intérieur et à l'extérieur, tout en employant des technologies modernes pour rendre la construction plus haute. Ralph Adams Cram devint une force de premier plan dans le gothique américain, avec son projet le plus ambitieux, la Cathedral of Saint John the Divine à New York (dite la plus grande cathédrale du monde), ainsi qu'avec des constructions gothiques collégiales à l'Université de Princeton. Cram disait: « le style taillé et perfectionné par nos ancêtres est devenu le nôtre par un héritage incontesté ».

Bien que le nombre de nouveaux bâtiments néo-gothiques déclina fortement après les années 1930, ils continuèrent à être construits. La cathédrale de Bury St. Edmunds dans le comté de Suffolk (Angleterre), fut construite entre la fin des années 1950 et 2005[3], sur les plans de Stephen Dykes Bower. En 2002, Demetri Porphyrios fut accrédité pour concevoir un collège résidentiel néo-gothique à l'Université de Princeton, connu sous le nom de Whitman College.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Mais Rouen n'est pas la seule ville à avoir sa Tour de Beurre. La cathédrale Saint-Etienne de Bourges a la sienne et même… Chicago où le Tribune-Tower, gratte-ciel construit comme une cathédrale, présente une parfaite copie de la tour rouennaise. » La Tour de Beurre, Paris-Normandie, 22 juillet 2009.
  2. chateausavigny.com
  3. [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :