Canterbury

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Cantorbéry)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Canterbury (homonymie).
Canterbury
Blason de Canterbury
Héraldique
Image illustrative de l'article Canterbury
Administration
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Nation Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Comté Kent
Statut Cité
Force de police Kent Police
Indicatif 01227
Démographie
Population 42 258 hab. (2001)
Densité 1 795 hab./km2
Géographie
Coordonnées 51° 16′ 34″ N 1° 04′ 35″ E / 51.276125, 1.076493 ()51° 16′ 34″ Nord 1° 04′ 35″ Est / 51.276125, 1.076493 ()  
Superficie 2 354 ha = 23,54 km2
Divers
Devise « Ave Mater Angliae »
Traduction « Pour la Mère Angleterre »
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

Voir la carte administrative du Royaume-Uni
City locator 14.svg
Canterbury

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

Voir la carte topographique du Royaume-Uni
City locator 14.svg
Canterbury
Liens
Site web http://www.canterbury.gov.uk/

Canterbury, ou en français également Cantorbéry, est une petite cité du Kent, dans l'extrémité sud-est de l'Angleterre, sur la rivière Stour, 86,4 km distant de Londres[1]. Le dernier recensement, en 2001, lui attribuait 42 258 habitants.

C'est l'une des villes les plus anciennes du pays. C'est l'ancienne capitale du royaume de Kent. Saint Augustin de Cantorbéry convertit la ville, ainsi que le roi Æthelbert et en fait pour lui un siège épiscopal en 597. La ville devient rapidement le siège de l'archevêque primat d'Angleterre.

Les neuf premiers archevêques seront canonisés, ainsi qu'Adrien de Cantorbéry. Les autres archevêques canonisés sont les saints Dunstan, Alphege, Anselme et Thomas Becket. La cité devient un grand centre de pèlerinage durant le Moyen Âge, ce qui inspira les Contes de Canterbury de Geoffrey Chaucer.

Depuis le XVIe siècle, Canterbury est le siège du chef spirituel de l'Église d'Angleterre et de la Communion anglicane. Le premier des archevêques anglicans fut Thomas Cranmer (14891556), nommé par Henri VIII en 1533, suivi de Reginald Pole (15001558), dernier archevêque catholique romain

Le 105e archevêque, depuis janvier 2013 est Justin Welby[Note 1]

Aujourd'hui, Canterbury est surtout un centre touristique et universitaire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cathédrale de Canterbury, siège de l'Église anglicane
Westgate Gardens et la rivière Stour

Premiers temps[modifier | modifier le code]

Les premières installations humaines sont attestées à Canterbury dès la préhistoire. Des objets de l'âge du bronze et les brouettes rondes du Néolithique ont été découvertes dans la région. Avant l'arrivée romaine, Durovernum (en kentique : duro, dur et verno, marais) était le village le plus important dans le Kent. L'histoire de Canterbury commence réellement avec les conquêtes de l'empereur Claude, en 43 ap. J.-C. et la fondation d'une ville fortifiée.

Canterbury (en latin Durovernum Cantiacorum) est devenu un centre administratif romain : il s'étendait à la jonction des trois routes des ports de Regulbium (Reculver (en)), de Dubris (Douvres) et de Lemanis (Lympne) ; le principal axe de circulation de l'époque est aujourd'hui Watling Street. Les murs et une des portes de la ville existent toujours.

Le nom Canterbury dérive du vieil anglais Cantwarebyrig, signifiant la « forteresse des hommes du Kent ». Le suffixe bury vient de borough (bourg en anglais).

Un château de type motte (un type de construction normande : le château se trouve sur une motte fortifiée avec une cour intérieure) a été construit à Canterbury par les Normands peu après la conquête normande, puis remplacé par l'actuel château de Canterbury, bâti en pierre cette fois (Canterbury Castle en anglais).

Aspect religieux[modifier | modifier le code]

La porte qui mène de l'abbaye Saint-Augustin à King's School.
Cloître de la cathédrale

En 596, le pape Grégoire Ier envoya Augustin de Cantorbéry pour convertir l'Angleterre au christianisme. C'était la première mission papale et Augustin fit construire un prieuré à l'emplacement de l'actuelle cathédrale en 597. Il fit construire également une abbaye en dehors des murs de la ville où il fut enterré ainsi que les archevêques qui lui ont succédé. Bien que Grégoire le Grand ait d'abord prévu la division de l'Angleterre en deux archevêchés (un à Londres et l'autre à York), le succès et la réputation d'Augustin à Canterbury expliquent que l'archiépiscopat méridional se soit fixé à Canterbury au lieu de Londres. Les débuts du diocèse sont racontés par Bède le Vénérable :

« Quand Augustin reçut le siège épiscopal dans la ville royale, il y restaura, avec l'aide du roi, une église qui, à ce qu'il avait appris, avait été bâtie là-même par les fidèles romains de jadis. Il la consacra au nom du saint Sauveur, notre Dieu et Seigneur Jésus Christ, et établit au même endroit un lieu d'habitation pour lui et tous ses successeurs. Il fit construire en outre non loin de la même ville, à l'Est, un monastère[Note 2] [...]. »

— Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais, livre I, chapitre XXXIII[2].

L'église dont il est fait mention est l'église Saint-Martin, qui est considérée comme l'église la plus ancienne encore en service de toute l'Angleterre. Le diocèse antique de Canterbury, qui portait le nom de Mother-Church and Primatial See of All England, exista de 597 jusqu'à la mort du dernier archevêque catholique, Reginald Pole, en 1558.

Au XVIe siècle l'Église d'Angleterre se sépara de Rome sous le règne d'Henri VIII. L'abbaye Saint-Augustin fut détruite lors de la dissolution des monastères ordonnée par le roi, et il n'en reste que des ruines aujourd'hui. Canterbury devint le centre de la nouvelle Église d’Angleterre, bien qu'il soit toujours un centre de pèlerinage catholique. L'école religieuse antique a été refondée et est devenue la King's School.

La cathédrale de Canterbury, où sont enterrés le roi Henri IV et Édouard le Prince Noir, est restée célèbre pour avoir été la scène du meurtre de Thomas Becket en 1170. À la suite de ce dramatique événement, Canterbury devint un haut lieu de pèlerinage, inspirant Geoffrey Chaucer pour ses Contes de Canterbury en 1387. L'hôtellerie de Saint-Thomas était une étape célèbre pour des pèlerins dans la ville. La ville est également associée à Thomas More : sa tête est enterrée à l'église de Saint-Dunstan de Canterbury et son corps à St Peter ad Vincula à la tour de Londres).

La ville est également le point de départ et d'arrivée pour beaucoup d'itinéraires de pèlerinage : la Via Francigena jusqu’à Rome, « Route des pèlerins » de Winchester et l'itinéraire de Southwark comme dans les Contes de Canterbury.

Du Moyen Âge à aujourd’hui[modifier | modifier le code]

La ville est devenue un corporate county en 1461.

Les réfugiés protestants français furent nombreux à s'installer à Canterbury au XVIe siècle, amenant leurs savoir-faire en particulier dans la fabrication de la soie.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville a été sévèrement endommagée par les bombardements après qu'elle eut été choisie comme une des villes d'Angleterre visées par la Luftwaffe dans l'attaque éclair de Baedeker.

En 1944, la ville a été célébrée par les réalisateurs Michael Powell et Emeric Pressburger dans leur film A Canterbury Tale.

La reconstruction d'après-guerre du centre de la ville a commencé rapidement par la reconstruction de l'est de la ville, y compris dans le quartier de Whitefriar. Un périphérique a été construit pour tenter de régler les problèmes croissants de circulation dans le centre-ville, qui est maintenant piétonnier.

Canterbury est aujourd'hui une ville importante pour le tourisme. La cathédrale de Canterbury a attiré à elle seule 1,2 million de visiteurs en 2001. La ville possède toujours beaucoup de bâtiments anciens et la construction de bâtiments modernes dans le centre-ville médiéval est strictement réglementée.

En 2004 et 2005, le secteur de Whitefriars a été réhabilité et la recherche archéologique associée s'est appelée la « grande fouille ». Canterbury dispose d'une variété plus grande de commerces grâce au développement de Whitefriars. Localement, cependant, ce développement a été critiqué car un nombre croissant de bâtiments se vident dans d'autres quartiers de la ville à cause de la concurrence.

Le , la cité accueille l'arrivée de la première étape du Tour de France, Londres-Canterbury. C'est l'Australien Robbie McEwen qui remporte la course avec un temps de 4 h 39 min 1 s.

Une messe à la cathédrale de Canterbury a été organisée pour le mariage de Kate et William.

Personnalités nées à Canterbury[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Canterbury

Les armes de la cité de Canterbury se blasonnent ainsi : D'argent à trois merles corniques de sable becqués et armés de gueules, au chef de gueules chargé d'un léopard d'or. La devise est AVE MATER ANGLIÆ, qui signifie en latin : « Pour la Mère Angleterre ».

Démographie[modifier | modifier le code]

  • Population :
    • 1801 : 9 500[Note 3]
    • 1861 : 16 700
    • 1921 : 18 900
    • 1961 : 30 408
    • 2001 : 42 258
    • 2009 : 43 432
  • Superficie : 23,54 km2
  • Densité : 1 795 hab./km²

Jumelage[modifier | modifier le code]

Le 13 mai 1962, Canterbury et Reims deviennent villes jumelles[réf. souhaitée].

Canterbury s'est également associée en 1985 avec la ville russe de Vladimir et les villes jumelles de Bloomington-Normal en Illinois. À elles trois, elles forment la Canterbury Three Cities Association[3].

Elle a également signé un partenariat “City to City” avec la ville hongroise d'Esztergom le 24 octobre 2004[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Voir l'article Justin Welby : le 9 novembre 2012, il a été nommé par Élisabeth II pour devenir primat de son église et archevêque de Cantorbéry
  2. Appelé Othona à l'époque romaine.
  3. Les données pour 1801-1961 sont prises dans le Kent History Illustrated de Frank W Jessup [KCC, 1966]
Références
  1. Carte universelle avec outil pour mesurer la distance
  2. Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais, tome 1, p. 71, Les Belles Lettres, 2004
  3. « Members », sur Canterbury Arts Council (consulté le 23 décembre 2013)
  4. « Sister Towns », sur Esztergom portal,‎ 21 décembre 2006 (consulté le 23 décembre 2013)
  5. « Hungary for partnership », District Life, Canterbury City Council, no 17,‎ décembre 2004, p. 27 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]