Portsmouth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Portsmouth (homonymie).
Portsmouth
Image illustrative de l'article Portsmouth
Administration
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Nation Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Comté Hampshire
Statut Cité et Autorité unitaire
Démographie
Population 205 400 hab. (2011)
Densité 5 103 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 49′ 00″ N 1° 05′ 00″ O / 50.816667, -1.083333 ()50° 49′ 00″ Nord 1° 05′ 00″ Ouest / 50.816667, -1.083333 ()  
Superficie 4 025 ha = 40,25 km2
Divers
Devise Heaven's Light Our Guide
Traduction La lumière du ciel est notre guide
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

Voir la carte administrative du Royaume-Uni
City locator 14.svg
Portsmouth

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

Voir la carte topographique du Royaume-Uni
City locator 14.svg
Portsmouth
Liens
Site web http://www.portsmouth.gov.uk/

Portsmouth (ˈpɔːtsməθ) est une ville de la côte sud de l'Angleterre[1]. Elle appartient au comté cérémoniel d'Hampshire, mais forme une autorité unitaire. Surnommée Pompey, Portsmouth est un des trois plus importants ports militaires d'Angleterre.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Selon la légende, le nom Portsmouth viendrait de « the mouth of Port » (la bouche du Port)[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Image satellite du Solent et de l'île de Wight.

La ville de Portsmouth est située sur la côte nord-est du Solent, sur l'île de Portsea (séparée du reste de l'Angleterre par le Portsbridge Creek), entre Portsmouth Harbour à l'ouest et Langstone Harbour à l'est, et face à l'île de Wight.
Southampton, au nord-ouest, est la grande ville la plus proche de Portsmouth.

Étant fondée sur une île, Portsmouth offre un port naturel qui a fait son principal intérêt historique. L'île ne fut pratiquement pas habitée avant le XIIe siècle. Cependant, le début du XVe siècle vit le développement d'une base navale. A l'ouest de ce port se trouve Gosport.

Portsmouth est une des seules ville-îles du Royaume-Uni et l'espace limité pour un nombre d'habitants important en fait le deuxième endroit le plus densément peuplé de tout le Royaume-Uni[3] après le centre de Londres.

Le nord de l'île est séparée des terres anglaises par un étroit cours d'eau qui donne à l'île l'apparence d'une péninsule et l'horizon, côté nord toujours, est marqué par la colline de Portsdown.

Bref historique[modifier | modifier le code]

La région est peuplée depuis bien avant l'époque romaine. La plupart des groupes de peuplement sont des émanations de Portchester[4], qui était la base romaine de Portus Adurni et port d'ancrage possible de la Classis Britannica.

Portsmouth aurait été fondée vers 1180, après la conquête normande de l'Angleterre, par un riche marchand normand, Jean de Gisors[5]. Mais cela reste une supposition car la plupart des registres de la ville ont été détruits au cours des raids français du XIVe siècle[6]. Les premières références détaillées au sujet de Portsmouth se trouvent dans les Southwick Cartularies qui signalent, entre autres, que Jean de Gisors a acheté le manoir de Buckland à la famille de Port entre 1164 et 1177, et fait une donation au prieuré de Southwick entre 1180 et 1186[7]. Toutefois, il existe des notes sur « Portesmūtha » (mouth of the Portus harbour, c'est-à-dire la « bouche du port de Portus ») dès la fin du IXe siècle. L'entrée 501 de la Chronique anglo-saxonne affirme que « Portesmūthaða » a été fondée par un guerrier saxon appelée Port, bien que les historiens n'acceptent généralement pas l'origine de ce nom. Le combat qui est également cité dans la Chronique existe cependant bien, il s'agit de la bataille de Llongborth. Le Domesday Book fait mention de Portsmouth ainsi que des villages proches[5]. À cette époque, la région de Portsmouth devait avoir une population ne dépassant pas deux ou trois cents habitants.

Vieux Portsmouth avec la cathédrale anglicane.

En 1194, le roi Richard Cœur-de-Lion revient de captivité et entreprend de reprendre la ville à Jean de Gisors. Le 2 mai 1194, le roi donne à Portsmouth sa première charte royale autorisant le village à organiser un marché sans taxe d'une journée par an, un marché hebdomadaire, la création d'un tribunal pour les délits mineurs et une exemption d'une taxe nationale[5].

En 1200, Jean d'Angleterre réaffirme les droits et privilèges accordés par le roi précédent[5]. Le désir du nouveau roi d'envahir la Normandie aboutit à la désignation de Portsmouth comme base navale permanente[5], et peu après la construction de quais et d'un hôpital a commencé.

Au cours du XIIIe siècle, Portsmouth est fréquemment utilisé par les rois Henri III et Édouard Ier comme base pour des attaques contre la France. À la fois base navale militaire et commerciale, la ville profite de son port pour améliorer son statut de centre de commerce entre l'Angleterre et l'étranger.

En 1338, dans le cadre de la Guerre de Cent Ans, une flotte française pille Portsmouth, détruisant une grande partie de la ville. Édouard III exempte alors la ville d'impôts nationaux comme aide à la reconstruction. Afin d'empêcher que Portsmouth soit une menace, les Français mettent de nouveau la ville à sac en 1369, 1377 et 1380. Henri V commence alors à construire des fortifications permanentes[7] : en 1417 commence l'édification des Tours Rondes, d'abord en bois, puis en pierre, en 1494 celle de la la Square Tower au bout de Hight Street, et en juin 1495 la construction de la première cale sèche de la région[8]. En 1522 le port est fermé par une chaîne et deux fortins sont construits à Lumpsfort et Eastney en 1538, en même temps que le château de Southsea[9]

En 1558, puis en 1563 et 1625, la ville est frappée par la peste noire[5]. La première vague touchant près de la moitié des habitants[5].

En 1561 la reine Élizabeth visite la ville et lance un grand programme de fortifications, payées par la première loterie nationale (State Lottery).

En 1628, George Villiers, le 1er duc de Buckingham, est assassiné dans un pub de la ville par John Felton[5].

Pendant la Première révolution anglaise, Portsmouth devient une base importante pour la Marine parlementaire[5]. Le père de la Royal Navy Robert Blake utilise aussi la ville comme base principale, tant pendant les Guerres anglo-néerlandaises que les Guerres anglo-espagnole. La Royal Naval Academy, l'école des cadets et des officiers, a son siège à Portsmouth de 1729 à 1872, date de son transfert à Greenwich[10].

Le 13 mai 1787, onze navires partent de Portsmouth pour établir la première colonie européenne en Australie, initiant également le début du transport de prisonnier sur cette île. Ils sont aujourd'hui connus comme la First Fleet[5].

Portsmouth a aussi une longue histoire de soutien logistique de la Royal Navy, ce qui le rend important dans le développement de la révolution industrielle. Marc Isambart Brunel, le père du célèbre ingénieur Isambard Kingdom Brunel, établit en 1802 la première chaîne de production au monde pour produire en masse des poulies pour le gréement des navires militaires. À son apogée, l'arsenal a été le plus grand site industriel du monde. La base navale sera plus tard nommée HMNB Portsmouth.

Le HMS Victory, navire amiral de Horatio Nelson, est exposé dans le port.

La flotte de la bataille de Trafalgar commandée par l'amiral Horatio Nelson part de Portsmouth en 1805[5]. La présence de la Royal Navy à Portsmouth a conduit à la ville à devenir la plus riche d'Europe[réf. nécessaire], avec un réseau de forts encerclant la ville. En 1808, le West Africa Squadron, qui a pour tâche d'arrêter le commerce triangulaire, a Portsmouth comme port d'attache. Le 21 décembre 1872, l'expédition du Challenger, expédition scientifique majeure, est lancée depuis la ville. En 1904, c'est l'expédition Terra Nova de Robert Falcon Scott qui quitte le port pour l'Antarctique[5].

En 1916, pendant la Première Guerre mondiale, la ville a connu ses premiers bombardements aériens depuis un dirigeable.

En 1926, Portsmouth s'est vu accorder le statut de « cité ».

La ville est bombardée intensivement pendant la Seconde Guerre mondiale, à partir du 11 juillet 1940[11]. Alors que la majeure partie de la ville a été reconstruite, des bombes non explosées sont encore retrouvées occasionnellement. Southsea, les plages de la ville, et le port ont été les points d'embarquement pour le débarquement en Normandie le 6 juin 1944. Southwick House, juste au nord de Portsmouth, a été choisie comme siège pour le commandant suprême des forces alliées, le général américain Dwight Eisenhower, au cours du débarquement. Après les bombardements intensifs de la Seconde Guerre mondiale, la ville fut reconstruite et s'étendit bientôt à l'ensemble de l'île de Portsea et à l'intérieur des terres, entre Portchester et Farlington.

Après la guerre, les reconstructions ont été caractérisées dans tout le pays par une architecture utilitaire et brutaliste, dont le Tricorn Centre de Portsmouth est l'un des exemples les plus célèbres. Plus récemment, une nouvelle vague de reconstruction a vu la démolition de ce bâtiment symbole avec le renouvellement des zones industrielles et la construction de la Spinnaker Tower.

Démographie[modifier | modifier le code]

Portsmouth est une ville majoritairement blanche. Sa longue association avec la Royal Navy en a fait une ville très diversifiée en termes de personnes originaires des îles Britanniques, avec de nombreux marins, en particulier, les Écossais, Nord-irlandais, et Anglais du Nord-Est de l'Angleterre.

La ville compte environ 197 700 habitants d'après le recensement de 2007. Possédant une église, elle est califiée de "city". Il s'agit de l'une des plus petites city d'Angleterre.

Économie[modifier | modifier le code]

Un dixième de la population active de la ville travaille dans le port de Portsmouth, qui est directement lié à la plus grande industrie de la ville, celle de la défense, avec des sites majeurs de BAE Systems et VT Group situés dans la ville. Le port traite également un important flux de passagers et de fret, et une petite flotte de pêche est basée dans la ville.

Le tourisme est un secteur en croissance.

La ville accueille également le siège européen d'IBM, et le siège pour le Royaume-Uni du Zurich Financial Services.

Un important centre-commercial se trouve à Gunwharf Quays.

Administration[modifier | modifier le code]

La ville est administrée par le Portsmouth City Council, qui est actuellement une autorité unitaire. Portsmouth a obtenu sa première charte royale en 1194. En 1904, les limites ont été étendues pour finalement y inclure l'ensemble de l'île de Portsea.

La ville est divisée en deux circonscriptions parlementaires Portsmouth South et Portsmouth North, représentées à la Chambre des communes par, respectivement, le démocrate libéral Mike Hancock, et la député travailliste, Sarah McCarthy-Fry.

Le conseil municipal est composé de 42 conseillers. Les démocrates libéraux ont la majorité absolue au conseil municipal, avec 23 démocrates libéraux, 17 conservateurs et 2 travaillistes. Le Conseil est actuellement dirigé par les démocrates libéraux.

Blason[modifier | modifier le code]

Le blason de la ville, un croissant et une étoile, est probablement inspiré de celui de Richard Ier d'Angleterre et de William de Longchamps[5].

Éducation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Université de Portsmouth.

L'éducation dans la ville est principalement marquée par l'Université de Portsmouth, une université post-1992 précédemment connue sous le nom Portsmouth Polytechnic. Celle-ci a des réussites notables en mathématiques et en biologie.

Musées[modifier | modifier le code]

  • Musée de la Marine (Royal Naval Museum). Il se trouve au cœur du port de guerre historique et retrace toute l'histoire de la Royal Navy.
  • Musée d'art de la ville (City Museum and Art Gallery).
  • Musée du débarquement (D-Day Museum).
  • Musée des fusiliers marins (Royal Marines Museum).

Personnes liés à la ville[modifier | modifier le code]

À Portsmouth sont nés :

À Portsmouth ont vécu :

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

La Royal Garrison Church

La ville de Portsmouth est essentiellement renommée pour son héritage naval et son port[12]. Des navires de guerres de diverses époques comme le HMS Victory ou le HMS Warrior sont visibles à quai à proximité du Royal Naval Museum.

Parmi les bâtiments, les fortifications de la vieille ville, la Round Tower ou le Southsea Castle donnent un aperçu historique[13] tandis que les réaménagements récents, comme la Spinnaker Tower, donne une vision moderne de celle-ci.

Portsmouth compte deux cathédrales, la cathédrale anglicane de Saint Thomas et la cathédrale catholique de Saint Jean. La Royal Garrison Chapel (l'église de la garnison), en partie détruite par les bombardements de la Deuxième Guerre mondiale, contient la tombe de Sir Charles James Napier[14].

Sport[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Portsmouth Football Club.
Logotype du Portsmouth Football Club reprenant le blason de la ville.

Côté sportif, la ville est notamment connue pour être le foyer de l'équipe professionnelle de football Portsmouth Football Club qui joue en seconde division du Championnat d'Angleterre de football. L'équipe joue ses matchs à domicile au Fratton Park. Son palmarès est essentiellement marqué par deux titres de Football League et deux Coupe d'Angleterre de football.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Plage de Southsea
Jumelages
Villes d'adoption
Liens d'amitié

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Portsmouth », sur Portsmouth-guide (consulté en 5 août 2010)
  2. Entrée 501 de la Chronique anglo-saxonne fait allusion à Port et ses deux fils Bieda et Maegla, en 501 av. J. C., voir « History of Portsmouth 2 », sur Portsmouth-guide
  3. (en) « England planning overhaul urged », sur =BBC-news (consulté le 6 septembre 2009)
  4. « History of Portsmouth 1 », sur Portsmouth-guide
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m « Visiter Portsmouth-Histoire de Portsmouth », sur portsmouth.gov.uk (consulté en 5 août 2010)
  6. « History of Portsmouth 2 », sur Portsmouth-guide
  7. a et b « History of Portsmouth 3 », sur Portsmouth-guide
  8. « History of Portsmouth 4 »
  9. « History of Portsmouth 5 »
  10. « History of Portsmourh 8 »
  11. « History of Portsmouth 13 »
  12. (en) « Visiting », sur portsmouth.gov.uk (consulté le 8 septembre 2009)
  13. « Old Portsmouth », sur Portsmouth-guide
  14. « Biographie », sur Craig Thornber (Celebrating England)
  15. (en) « Cities Twinned with Duisburg », sur duisburg.de (consulté le 8 septembre 2009)