William Wordsworth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

William Wordsworth

alt=Description de l'image William wordsworth.jpg.
Activités Poète
Naissance 7 avril 1770
Cockermouth
Décès 23 avril 1850
Rydal Mount
Langue d'écriture Anglais
Mouvement Lakiste
Genres Romantisme

William Wordsworth, né le 7 avril 1770 à Cockermouth (Cumberland), mort le 23 avril 1850 à Ambleside (Westmorland), est un poète anglais. Il inaugure, avec Samuel Taylor Coleridge, la période romantique de la littérature anglaise lors de la publication de Lyrical Ballads (1798). Son œuvre maîtresse est Le Prélude (en), poème autobiographique consacré aux expériences fondatrices de sa jeunesse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Deuxième d'une famille de cinq enfants, Wordsworth est le fils de John Wordsworth et d'Ann Cookson. Il naît à Cockermouth, dans l'ancien comté du Cumberland, aujourd'hui le comté de Cumbria. Sa sœur est la poétesse Dorothy Wordsworth. Son frère aîné, Richard, fut homme de loi ; le quatrième, John, veut également devenir poète mais meurt lors d'un naufrage en 1805 ; Christopher, le puîné, devient un savant. Leur père est le représentant légal de James Lowther, premier comte de Lonsdale. À la mort de sa mère en 1778, son père l’envoie à la Hawkshead Grammar School, puis décède en 1783, laissant un maigre héritage à ses descendants.

Wordsworth entre au St John's College de Cambridge en 1787. En 1790, il se rend en France et soutient les républicains de la Révolution française. Il obtient son diplôme l’année suivante, sans mention, puis part pour un tour d’Europe incluant les Alpes et l’Italie. Il s'éprend d’une Française, Annette Vallon, dont il a une fille, Caroline, née le 15 décembre 1792 à Orléans. La même année, le manque d’argent le contraint à rentrer seul en Grande-Bretagne.

Accusé d’être girondin sous la Terreur, il prend ses distances avec le mouvement républicain français ; de plus, la guerre entre la France et la Grande-Bretagne l’empêche de revoir sa femme et sa fille.

C’est en 1793 qu’il publie ses premiers poèmes, dans les recueils An Evening Walk et Descriptive Sketches. Il reçoit un don de £900 de Raisley Calvert en 1795, ce qui lui permet de continuer à écrire et de s’installer avec sa sœur à Racedown. Il rencontre Samuel Taylor Coleridge dans le Somerset cette même année. Les deux poètes deviennent vite très amis.

Cottage Rydal Mount, demeure de Wordsworth.

En 1797, Wordsworth et sa sœur Dorothy déménagent dans le Somerset, à quelques kilomètres de la maison de Coleridge, à Nether Stowey. L'étroite collaboration entre Wordsworth et Coleridge, ajoutée à l'accueil qu'ils réservent au jeune poète radical John Thelwall soulève une vague d'inquiétude dans la région. Déjà effrayés à l'idée d'une invasion militaire de la France, les habitants se persuadent que Wordsworth et Coleridge ne sont pas des poètes mais des comploteurs politiques.

Les deux hommes publient Lyrical Ballads (1798), recueil qui s'avère d'une importance capitale pour le mouvement romantique en Grande-Bretagne. Il contient un des poèmes les plus connus de Wordsworth, Tintern Abbey[N 1], ainsi que The Rime of The Ancient Mariner (La Ballade du Vieux Marin) de Coleridge.

Wordsworth, Dorothy et Coleridge se rendent ensuite en Allemagne. Durant l’hiver 1798-1799, Wordsworth, installé à Goslar, commence un poème autobiographique, Le Prélude (en). En rentrant en Angleterre sa sœur et lui s'installent à Grasmere, dans le « Lake District », non loin de chez Robert Southey. Wordsworth, Southey et Coleridge deviennent alors les « Poètes du Lake » (Lake District Moets).

En 1802, Wordsworth se rend en France avec Dorothy pour revoir Annette et Caroline. Il épousera pourtant son amie d’enfance, Mary Hutchinson. Dorothy n’apprécie pas ce mariage mais reste vivre avec le couple. L’année suivante, Mary donne naissance au premier de leurs cinq enfants, John.

Lorsque Napoléon devient empereur des Français en 1804, les derniers rêves de libéralisme de Wordsworth s’écroulent; il se décrit alors comme « conservateur ». Il travaille beaucoup cette année-là, ce qui lui permet de terminer The Prelude en 1805, mais il n'aura de cesse de l’améliorer et le recueil ne sera publié qu’à titre posthume. Il sera, cette même année, profondément affecté par le décès de son frère John.

En 1807, ses Poems in Two Volumes sont publiés, incluant Ode: Intimations of Immortality from Recollections of Early Childhood. Pendant quelque temps, Wordsworth et Coleridge sont éloignés l’un de l’autre en raison de l’addiction de ce dernier à l’opium.

Le carré Wordsworth au cimetière de Grasmere.

Deux de ses enfants, John et Catherine, meurent en 1812. L’année suivante, il emménage à Rydal Mount, Ambleside, non loin de la propriété de Harriet Martineau, essayiste engagée et militante, seule au milieu de ses moutons et de ses chèvres; il y passera le restant de ses jours. Il publie en 1814 ce qui est censé être la deuxième partie d’une trilogie, The Excursion. La critique moderne souligne que ses œuvres, plus particulièrement celles qu’il écrit au milieu des années 1810, ont perdu en qualité.

Dorothy tombe gravement malade en 1829 et reste invalide. En 1835, Wordsworth verse une pension à Annette Vallon et Caroline. Le gouvernement lui accorde une pension civile d’un montant de 3 000£ par an en 1842.

Après la mort de Robert Southey en 1843, Wordsworth devient le Poet Laureate. Lorsque sa fille Dora meurt, en 1847, il cesse momentanément d’écrire.

Il meurt en 1850 à Rydal Mount et est enterré dans la St Oswald’s Church, au village de Grasmere. Mary publie son long poème autobiographique, The Prelude, plusieurs mois après sa mort.

La vie de Wordsworth et de Coleridge, et en particulier leur collaboration pour les Lyrical Ballads, sont au cœur du film Pandaemonium (2000).

Wordsworth est le fondateur de la Literary Society.

La doctrine poétique de William Wordsworth[modifier | modifier le code]

Wordsworth en sa jeune maturité.

Elle est énoncée par Wordsworth dans la préface qu'il a rédigée pour la seconde édition des Lyrical Ballads (« Les Ballades lyriques ») parue en 1801.

Conception de la poésie[modifier | modifier le code]

Art digne et élevé dans l'ordre de l'esprit 

Poetry is the breath and finer spirit of all knowledge […] It is as immortal as the heart of man […] (« La poésie est le souffle et l'esprit le plus noble de tout savoir […] Elle est immortelle comme l'est le cœur humain »).

Ainsi le poète devient un être d'exception, doué d'une sensibilité hors du commun, d'une puissance d'enthousiasme, d'une tendresse et d'une connaissance de la nature humaine, bref d'une more comprehensive soul than [is] supposed to be common among mankind (« d'une âme plus apte à saisir les choses qu'il [est] habituel dans le genre humain. »)

Qu'est donc le poète ? C'est un homme qui parle aux hommes, qui leur transmet un message.

Origine de la poésie[modifier | modifier le code]

Poetry takes its origin from emotion recollected in tranquility (« La poésie naît de l'émotion remémorée dans la quiétude »).

Primauté donnée à la mémoire, source de toute vie poétique.

La reviviscence s'accompagne d'une émotion intense envahissant l'être tout entier.

[…] the tranquility gradually disappears (« […] la quiétude peu à peu disparaît »).

Dorothy a, en effet, raconté dans son Journal que son frère ressentait de véritables douleurs, surtout au côté gauche de la poitrine, et sortait de ces transes poétiques affaibli et l'estomac noué de spasmes.

Nature de la poésie[modifier | modifier le code]

All good poetry is the spontaneous overflow of powerful feeling : and though this be true, poems to which any value can be attached were never produced on any variety of subject but by a man who, being possessed of more than usual with organic sensibility, had also thought long and deeply. (« Il n’y a de bonne poésie que dans le déferlement spontané des émotions : ceci étant, les poèmes offrant quelque valeur, quel qu’en soit le sujet, ont toujours été écrits par un homme qui, doté d'une nature sensible exceptionnelle, les aura de plus mûrement réfléchis. »)

Cette conception découle de celle exprimée par Kant dans sa Critique de la Raison pure. L'esprit reçoit les impressions des sens, puis organise ces sensations pour en construire un ensemble cohérent. L'imagination, d'abord passive, devient active et c'est à travers elle que se perçoit le réel, qui est recréé et restitué par la poésie.

Simplicité de sujet et de forme[modifier | modifier le code]

The principal object of these poems was to choose incidents from common life and to relate them or describe them throughout, as far as was possible, in a selection of language really used by men.

(« Le but premier de ces poèmes a été de choisir des incidents de la vie ordinaire, de les relater ou de les décrire de bout en bout, autant que faire se pouvait, dans une langue délibérément conforme à celle que parlent réellement les gens. »)

Cette simplicité recherchée conduit Wordsworth à privilégier les événements de la campagne. Humble and rustic life was generally chosen […] to throw over them a certain colouring of imagination, whereby ordinary things should be presented to the mind in an unusual aspect.

(« La vie humble et rustique a en général été retenue […] puis parée d'une certaine couleur de l'imagination, si bien que les choses ordinaires se présentent à l'esprit sous un aspect insolite. »)

Ainsi, la simplicité revêt les atours de l'imagination poétique, et cela, […] to trace the primary laws of our nature (« […] pour suivre le chemin des lois primaires de notre nature »).

Communion avec les êtres, faculté d'émerveillement, thèmes poétiques 

The poet is chiefly distinguished from other men by a greater promptness to think and feel without immediate excitement and a greater power in expressing such thoughts and feelings as are produced in him in that manner. But these passions and thoughts and feelings are the general passions and thoughts and feelings of men. And with what are they connected? Undoubtedly with our moral sentiments and animal sensations […], with the operations of the elements and the appearances of the visible universe, with storm and sunshine, with the revolutions of the seasons, with cold and heat, with loss of friends and kindred, with injuries and resentments, gratitude and hope, with fear and sorrow.

(« Le poète se distingue d'abord des autres hommes par une plus grande promptitude à penser et à ressentir sans éprouver d'excitation immédiate, et aussi par sa faculté d'exprimer de la même manière les pensées et les sentiments qui l'animent. Cependant, ces passions et ces pensées sont les passions, les pensées et les sentiments qui animent tous les hommes. Et à quoi se rapportent-elles ? Sans le moindre doute à nos sentiments moraux et à nos sensations primitives […], aux fluctuations des éléments et aux différents aspects du monde sensible, avec ses tempêtes, ses ensoleillements, la mutation des saisons, le froid, la chaleur, la perte d'amis et de parents, la blessure et le ressentiment, la gratitude et l'espoir, la crainte et le chagrin. »)

Les thèmes choisis par Wordsworth relèvent de ce qu'il appelle animal sensations et moral sentiments, c'est-à-dire la perception de la nature dans ses aspects élémentaires et tous les sentiments et toutes les passions de l'homme.

Cette vision du monde sensible confère au poète un sense of wonder, cette « faculté d'émerveillement » lui permettant de pénétrer dans ce qu'il appelle the life of things (« la vie des choses ») (Lines Composed a Few Miles above Tintern Abbey, « Vers composés à quelques milles au-dessus de l'Abbaye de Tintern »).

Il s'agit d'une forme de réalisme qui conduit à une expérience quasi mystique, une transcendance se révélant au poète qui devient l'interprète de Dieu auprès des hommes.

Le style poétique[modifier | modifier le code]

Rejet de la diction poétique du XVIIIe siècle

Elle est vue comme a mechanical adoption of figures of speech […], a phraseology that was not heard in ordinary conversation […], a diction more and more corrupt, a motley masquerade of tricks, quaintness, hieroglyphics and enigmas […], a gaudiness and inane phaseology of many modern writers (l'adoption automatique de figures de style […], une phraséologie étrangère à la conversation usuelle […], une diction de plus en plus corrompue, une mascarade bariolée de tours de passe passe, de mièvrerie, de hiéroglyphes et d'énigmes. »

Définition d'un true poetic style (« véritable style poétique ») 

There neither is nor can be any essential difference between the language of prose and metrical composition. […] I have at all times endeavoured to look steadily at my subject. Consequently, there is in these poems little falsehood of description. […] A selection of the real language of men in a state of vivid sensation […] by fitting to metrical arrangement (« Il n'existe ni ne saurait exister de différence majeure entre le langage de la prose et la composition poétique. […] Je n'ai eu de cesse de m'en tenir à mon sujet. En conséquence, ces poèmes sont très près de la véracité dans leurs descriptions. […] J'ai effectué un choix dans la langue réellement parlée par des hommes habités par une vive sensation […] [et] je l'ai adaptée à un schéma métrique. »

Œuvres[modifier | modifier le code]

L'œuvre poétique de Wordsworth est immense :

  • Lyrical Ballads, with a Few Other Poems (1798): recueil publié en collaboration avec Samuel Taylor Coleridge en 1798. Ce recueil contient une grande partie de ses plus célèbres poèmes, dont Lines written in early Spring et Tintern Abbey.
    • Simon Lee
    • We Are Seven
    • Lines Written in Early Spring
    • Expostulation and Reply
    • The Tables Turned
    • The Thorn
    • Lines Composed A Few Miles above Tintern Abbey
  • Lyrical Ballads, with Other Poems (1800): en tête de ce recueil, Wordsworth a rédigé une préface dans laquelle il énonce sa doctrine poétique.
    • Preface to the Lyrical Ballads
    • Strange fits of passion have I known
    • She Dwelt among the Untrodden Ways
    • Three years she grew
    • A Slumber Did my Spirit Seal
    • I travelled among unknown men
    • Lucy Gray
    • The Two April Mornings
    • Nutting: poème autobiographique de 56 vers.
    • The Ruined Cottage
    • Michael
  • Poems, in Two Volumes (1807)
    • Resolution and Independence (1802)
    • I Wandered Lonely as a Cloud, également connu sous le titre Daffodils
    • My Heart Leaps Up
    • Ode: Intimations of Immortality (1803-1806)
    • Ode to Duty
    • The Solitary Reaper
    • Elegiac Stanzas
    • Composed upon Westminster Bridge, September 3, 1802
    • London, 1802
    • The world is too much with us
  • The Excursion (1814)
  • Ecclesiastical Sketches (1822)
  • Le Prélude (en) (1850, posthume) : autobiographie spirituelle en vers blancs, pentamètres iambiques non rimés.

Un poème[modifier | modifier le code]

She Dwelt Among th'Untrodden Ways est le deuxième poème de l'ensemble de cinq dédié à Lucy, intitulé: The Lucy Poems. L'identité de Lucy demeure inconnue. Personnage réel, composite, semi fictif ou idéal de pureté ?

She dwelt among th'untrodden ways
Beside the springs of Dove,
A Maid whom there were none to praise
And very few to love;

A violet by a mossy stone
Half hidden from the eye!
Fair as a star, when only one
Is shining in the sky.

She lived unknown, and few could know
When Lucy ceased to be;
But she is in her grave, and, oh,
The difference to me!

« Elle habitait sur les vierges chemins
« Auprès des sources de la Colombe[N 2].
« Une pucelle avec personne pour la louer
« Et bien peu pour l'aimer.

« Violette près d'une pierre moussue
« Presque dérobée à la vue,
« Belle comme l'étoile qui seule
« Luit au firmament.

« Elle vivait inconnue et peu surent
« Quant Lucy s'éteignit ;
« Elle est dans sa tombe, et oh !
« Pour moi, quelle différence !

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Splendor in the grass, le titre original du film d'Elia Kazan La fièvre dans le sang (1961), est tiré des vers suivants de Wordsworth :

Though nothing can bring back the hour
Of splendour in the grass, of glory in the flower;
We will grieve not, rather find Strength in what remains behind

Bien que rien ne puisse ramener le temps
De l'éclat de l'herbe, de la splendeur des fleurs ;
Nous ne nous lamenterons pas, mais puiserons des forces dans ce qui en subsiste.

.

C'est d'ailleurs sur ces mêmes vers que se termine le film, avec le visage et la voix off de Natalie Wood (qui partage l'affiche du film avec Warren Beatty).
Ce poème a été aussi utilisé dans la série Esprits criminels[1].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Titre complet : Lines composed a few miles above Tintern Abbey on revisiting the banks of the Wye during a tour, 13 July 1798.
  2. La Dove, rivière qui portait le nom celtique de Dufanau IXe siècle, signifiant « foncé, noir, ténébreux ». Ce nom a évolué pour donner Duvesdale en 1269 et Dovedale, ainsi que Dove à l'heure actuelle. La traduction par le mot « Colombe » est sujette à polémique, puisque cela risque d'ajouter une symbolique qui, selon certains, n'a pas lieu d'être. Pour autant, il se trouve que la rivière porte le nom de Dove qui signifie colombe, et rien n'interdit de penser que Wordsworth a cherché, en accord avec les adjectifs qu'il emploie dans la première strophe, untrodden (qui n'a jamais été foulé) et maid (jeune fille vierge), à, justement, introduire une nuance symbolique.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :