Led Zeppelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite du groupe musical. Pour l’album du même groupe, voir l’article Led Zeppelin (album). Pour d’autres homonymes, voir Zeppelin (homonymie) Page d'aide sur l'homonymie.

Led Zeppelin

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

John Paul Jones, Robert Plant et Jimmy Page le 10 décembre 2007 à l'O2 Arena de Londres.

Informations générales
Surnom Led Zep
The Hammer of Gods
The New Yardbirds
Pays d'origine Londres, Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Hard rock
Heavy metal
Blues rock
Folk rock
Années actives de 1968 à 1980
(Réunions en 1985, 1988, 1990, 1995 et 2007)
Labels Atlantic Records
Swan Song
Site officiel ledzeppelin.com
Composition du groupe
Membres Jimmy Page
Robert Plant
John Paul Jones
John Bonham
Logo

Led Zeppelin est un groupe de rock britannique fondé en 1968 à Londres par Jimmy Page (guitare), avec Robert Plant (chant), John Paul Jones (basse, claviers) et John Bonham (batterie), et dissous à la suite de la mort de ce dernier, en 1980.

À travers un son dominé par la virtuosité et les riffs de son guitariste, la voix puissante de son chanteur pouvant aller jusqu'à des octaves très élevées, par l'excellence de son bassiste/claviériste ainsi que par la technique, le groove et l'inimitable et si souvent samplée « force de frappe » de son batteur, Led Zeppelin est toujours considéré, plus de trente ans après sa séparation, comme l'un des plus grands groupes de rock tant pour sa réussite artistique, son succès commercial que pour son influence et son prestige.

L’œuvre du groupe s’inspire de nombreuses sources et genres musicaux[1], avant tout le blues, le rock et le folk[2] mais également le rockabilly[3], le reggae[4], la soul et le funk[5], le jazz[6], les musiques classique, celtique, indienne, arabe, pop, rock psychédélique, country, etc[7], autant de styles aussi bien repris sur leurs huit albums studio publiés de 1969 à 1979, qu'en concert.

Le groupe a également bâti sa réputation sur ses prestations scéniques devenues légendaires, donnant une large part à l'improvisation (solos de guitare ou de batterie extensifs) au cours de longs medleys qui constituent autant d'interprétations réarrangées de leurs propres compositions[8].

Le groupe a vendu plus de 300 millions de disques à travers le monde[9],[10],[11],[12]. Tous leurs albums ont été classés dans le « top 10 » du hit-parade américain et six y ont atteint la première place (sept en Grande-Bretagne)[13]. Le magazine Rolling Stone décrit le groupe comme « le plus « lourd » de tous les temps et le plus grand des années soixante-dix »[14]. Il est également considéré comme l'un des premiers groupes de hard rock, et comme l'un des pionniers du heavy metal[15],[16] . Introduit au Rock and Roll Hall of Fame en 1995, l'institution estime que le groupe a été « aussi influent dans la décennie 1970 que les Beatles l'avaient été dans la précédente »[17]

Après le décès de John Bonham à 32 ans, entraînant la dissolution du groupe, Page et Plant collaborent à nouveau au sein des Honeydrippers dans les années 1980, puis en tant que duo sous le nom de Page and Plant dans les années 1990. Ils se produisent également brièvement sur scène avec John Paul Jones lors d'événements exceptionnels, comme le Live Aid en 1985 ou l'intronisation du groupe au Rock and Roll Hall of Fame en 1995. La plus récente de ces prestations sous le nom de Led Zeppelin, et la seule complète en 27 ans, s'est déroulée le 10 décembre 2007 à l'O2 Arena de Londres, avec Jason Bonham, le fils de John, à la batterie. Ce concert unique a occasionné 20 millions de demandes de tickets pour 20 000 spectateurs tirés au sort, provenant de plus de cinquante pays, ce qui constitue un record absolu en la matière.

Membres du groupe[modifier | modifier le code]

Histoire du groupe[modifier | modifier le code]

1968 à 1970 : la formation et les débuts[modifier | modifier le code]

« Reformation » des Yardbirds[modifier | modifier le code]

Article détaillé : The Yardbirds.

Dès le début des années 1960, Jimmy Page est un des guitaristes de studio les plus prisés de Londres. Il a commencé à jouer au début de son adolescence, et dès ses 14 ans, en 1957 on le voit participer à une émission de télé-crochet sur la BCC avec son groupe de skiffle, où il explique qu'il veut devenir « chercheur en biologie »[18],[19]. Quelques années plus tard, il participe aux enregistrement des tubes des Who, des Kinks, de Van Morrison et de beaucoup d'autres, à tel point qu'il se montrera par la suite incapable de faire le compte total des titres sur lesquels il a joué dans l'ombre[19]. Il y gagne une grande expérience du travail en studio, et la certitude qu'il devra avoir un contrôle total sur son art et ne travaillera jamais avec un producteur, préférant assurer ce rôle lui-même[19]. En 1966, Page rejoint les Yardbirds aux côtés de Jeff Beck qui quitte rapidement le groupe. Il peaufine son idée, il veut monter sa propre formation avec un objectif se résumant en trois mots : « faire du boucan !»[19]. Il affine son projet et gagne encore en expérience en partant en tournée mondiale avec les Yardbirds[19]. En 1968, lorsque les Yardbirds, où il avait remplacé Jeff Beck et Eric Clapton, se séparent, ces derniers doivent encore honorer des dates de concerts qui ne pourront être satisfaites. Page, prêt à mettre en route son propre projet, et le manager du groupe, Peter Grant recherchent rapidement des musiciens pour former un nouveau groupe[19].

John Paul Jones, bassiste, apprend la nouvelle et contacte Page avec qui il a déjà travaillé lors de différentes sessions en studio. Page, connaissant le professionnalisme de John Paul Jones, accepte immédiatement. Comme chanteur, Jimmy Page songe, en premier lieu, à Steve Marriott, le chanteur des Small Faces, puis à Terry Reid. Ce dernier décline la proposition mais suggère à Page de s’intéresser à un jeune chanteur de Stourbridge, Robert Plant, qu’il a vu sur scène avec son groupe Band of Joy alors que ceux-ci faisaient l’ouverture de l’un de ses concerts.

Jimmy Page va écouter Plant en concert et est enthousiasmé. Il ne manque plus que le batteur, or Robert Plant en connaît un, surdoué, avec qui il s'est déjà produit : John Bonham. Ce dernier refuse d'abord l'offre, s'étant plus ou moins engagé avec Joe Cocker pour occuper un poste stable au sein de son groupe. Mais, sous la pression de Page et de Grant qui le bombardent de télégrammes expédiés au pub où il a ses habitudes[19], il accepte finalement l'offre moyennant garanties financières[19] et le quatuor se forme sous le nom de « New Yardbirds ». La première répétition a lieu aux alentours du 19 août 1968[19] dans un local de Gerrard Street à Londres. Ils s'essayent sur le classique du rock'n'roll Train Kept A-Rollin' et découvrent instantanément l'alchimie qui va les mener vers les sommets. « Tout le monde a plus ou moins fait Wow ! » se souvient Jimmy Page à propos de ces premières minutes passées à jouer ensemble[19]. Les Yardbirds ayant signé pour une tournée en Scandinavie pour quelques dates à honorer, la nouvelle formation donne son premier concert dans un foyer pour jeunes de Gladsaxe au Danemark, le 7 septembre 1968[19].

Pour ne plus s'afficher comme les Yardbirds et marquer un tournant musical, les New Yardbirds changent leur nom pour celui de « Led Zeppelin » le 9 novembre 1968, lors d'un concert au London Roundhouse de Chalk Farm, en Angleterre. Le terme "lead balloon" (ballon en plomb) a souvent été utilisé pour décrire une idée mal conçue, ou dont l'échec est à la fois prévisible et inévitable. Le nom surgit lorsque Jimmy Page se souvient d'une anecdote datant de 1966 et de l'enregistrement du single de Jeff Beck, Beck's Bolero. Le titre est mis en boîte avec un certain John Paul Jones, musicien de studio comme Page, à la basse, Nicky Hopkins aux claviers et Keith Moon à la batterie. Page, qui veut former un groupe pour sortir de l'ombre, propose à ces musiciens de le monter avec lui. Moon, qui n'a aucune intention de quitter les Who lui explique que son projet va s'écraser au sol comme un Zeppelin de plomb (lead zeppelin)[19]. Deux ans plus tard, au moment où est choisi ce nom, le a de Lead est retiré (le manager Peter Grant revendiquant la paternité de cette modification) pour une question de prononciation aux États-Unis, lead y ayant notamment une connotation négative (chargé, drogué, défoncé)[19].

Le premier concert donné sous le nom de Led Zeppelin a lieu le 9 novembre 1968, comme en témoigne l'affiche du concert à Chalk Farm [1]

Premiers succès[modifier | modifier le code]

L'une des photographies de la catastrophe du Zeppelin Hindenburg à Lakehurst en 1937 a été reprise pour la pochette du premier album de Led Zeppelin.

Parallèlement Peter Grant, le manager du groupe, signe un contrat de cinq ans avec Ahmet Ertegün, patron de la maison de disques Atlantic Records obtenant une avance de 200 000 dollars, une somme astronomique à l'époque pour un groupe encore totalement inconnu[19] . Durant leur tournée en Grande-Bretagne, ils enregistrent leur premier disque en une trentaine d'heures, ce qui lui confère le son d'un album live. Led Zeppelin sort le 12 janvier 1969, moins de quatre mois après leur premier concert.

Cet album éponyme, fortement influencé par le blues des années cinquante et le folk, décline des riffs ravageurs et un chant puissant. Après l'annulation par le Jeff Beck's Group de sa tournée aux États-Unis, Peter Grant profite de l'occasion pour placer Led Zeppelin en première partie des concerts de Vanilla Fudge et d'Iron Butterfly.

Durant cette tournée, le public américain est conquis par les solos démonstratifs de Jimmy Page, les interprétations personnelles et les improvisations du groupe : des morceaux comme Dazed and Confused peuvent durer plus de trente minutes. Certains groupes refusent alors de monter sur scène après des performances aussi spectaculaires, faisant de Led Zeppelin la seule tête d'affiche.

Ils enregistrent un deuxième disque dans la même veine que le précédent, Led Zeppelin II, au cours de leur tournée américaine. Cet album, surnommé « The Brown Bomber » (le bombardier marron, en référence au graphisme de la pochette) aux États-Unis, sort le 22 octobre 1969 et donne au groupe une notoriété faisant de lui le plus gros vendeur de disques du début de la décennie. La presse est pourtant divisée, parfois critique, certains reprochant au groupe son sexisme ou une certaine violence parfois injustifiée.

L'album suivant, Led Zeppelin III (sorti le 5 octobre 1970), plus nuancé, démontre que le groupe ne se résume pas à quelques riffs de guitares rageuses et à la voix agressive de Robert Plant. La moitié du disque comporte des ballades folk, parfois des reproductions note à note de morceaux de Bert Jansch ou de Davey Graham, habitude que Jimmy Page garde avec les morceaux à tonalité plus blues, souvent intégralement repris de classiques de John Lee Hooker, Leadbelly ou Robert Johnson, sans jamais citer ses sources.

La réputation sulfureuse que se forge progressivement Led Zeppelin est due à de nombreux écarts : chambres d'hôtel dévastées, groupies et abus de drogues, entre autres[20].

1971 à 1975 : l'apogée[modifier | modifier le code]

Logos du quatrième album de Led Zeppelin, correspondant chacun à un membre du groupe (de gauche à droite : Page, Jones, Bonham, Plant).

Leur quatrième album, dont la pochette n'inclut ni titre, ni nom de groupe, sort le 8 novembre 1971. Certains textes sont inspirés du Seigneur des anneaux de J. R. R. Tolkien et sont empreints d'occultisme. Cet album est le plus vendu du groupe grâce au classique Stairway to Heaven, mais aussi en raison des compositions riches et variées qui le composent, allant du folk au hard rock.

Deux ans plus tard, Led Zeppelin sort Houses of the Holy le 28 mars 1973, premier de leurs albums à avoir un titre. L'album marque, une fois de plus, une nouvelle orientation musicale du groupe, empreinte de funk voire de reggae. Les fans sont un peu désorientés par cette nouvelle sonorité. Houses of the Holy, succès commercial, n'atteint cependant pas les ventes des albums précédents.

Cette même année, Robert Plant, dont la voix est usée par les nombreuses tournées effectuées (quatre cent cinquante concerts en quatre ans) et par le tabac, subit une opération des cordes vocales qui le laissera aphone durant plusieurs semaines.

À la fin de son contrat avec Atlantic Records en 1974, le groupe crée son propre label, Swan Song Records, qui produit plusieurs groupes et finance une partie du premier film des Monty Python, Sacré Graal !.

Le 24 février 1975, le groupe publie son sixième album. Il s'agit de leur premier album double, intitulé Physical Graffiti, no 1 des deux côtés de l'Atlantique, et qui inclut notamment le titre Kashmir qui deviendra l'un des morceaux les plus connus de Led Zeppelin.

1975 à 1980 : les dernières années[modifier | modifier le code]

Le 4 août 1975, Robert Plant et son épouse Maureen sont victimes d'un grave accident de voiture lors de vacances sur l'île de Rhodes. Plant reste dans un fauteuil roulant durant de longs mois, se demandant même s'il pourra jamais remarcher. Au début de l'année 1976, le groupe retourne enfin en studio pour enregistrer un nouvel album.

Le 5 avril 1976, le groupe sort Presence, album dans lequel figurent les titres Achilles Last Stand (qui dure plus de dix minutes), Nobody's Fault But Mine ainsi que Tea for One.

Plant (gauche) et Page (droite) en concert à Chicago pendant la tournée nord-américaine de 1977

En octobre 1976, sortent le film et l'album live The Song Remains the Same.

Une fois Plant complètement rétabli, le groupe entame au début de l'année 1977 ce qui sera sa plus grande tournée américaine depuis leur création. En effet, pendant leur inactivité forcée, une nouvelle génération de groupes de rock, décidée à faire oublier leurs prédécesseurs, est apparue (le hard rock de AC/DC, des Scorpions, de Kiss et de Judas Priest et le punk rock des Sex Pistols, des Ramones et des Clash…). Led Zeppelin se doit de réagir et de prouver qu'il reste l'un des meilleurs groupes de rock du moment. Plus de cinquante concerts sont ainsi organisés à travers les États-Unis, mêlant rock lourd et intermèdes acoustiques.

Mais le 26 juillet 1977, alors qu'il ne reste que quelques concerts à honorer, Robert Plant apprend le décès de son fils cadet Karac, âgé de cinq ans. Ce drame interrompt une nouvelle fois les activités du groupe, qui ne reprendra le chemin des studios qu'à la fin de l'année 1978.

En mai 1979, le groupe annonce son retour sur scène à l'occasion du festival de Knebworth. La demande de billets est telle qu'il faudra rajouter une deuxième date. Les 4 et 11 août 1979, Led Zeppelin joue ainsi devant 218 000 puis 187 000 spectateurs, record d'affluence inégalé, à ce jour, pour ce festival[21].

Le 20 août 1979, In Through the Out Door, qui sera le dernier album avec les quatre membres du groupe (les albums suivants seront issus d'archives sonores diverses); "In Through the Out Door" sort avec une pochette emballée dans du papier kraft, fragile et de collection. Led Zeppelin doit alors beaucoup au travail de John Paul Jones pour la sortie de cet l'album qu'il marque de son empreinte en raison de l'addiction de Jimmy Page à l’héroïne. D'après Richard Cole — lui-même héroïnomane — Page commença à prendre de l'héroïne en 1976 lors des sessions d'enregistrement de l'album Presence. Peu de temps après, Page confia à Cole qu'il était devenu dépendant[22]. En 1977, la toxicomanie de Page commence à affecter son aptitude à jouer. Il a perdu du poids et n'est plus en symbiose avec les autres membres du groupe, notamment Plant, lors des concerts[23]. Lors de l'enregistrement de In Through The Out Door en 1978, l'influence de Page sur l'album est moindre que celle de John Paul Jones, en raison de ses abus qui entraînent son absence des studios durant de longues périodes[24]. L'album In Through the Out Door est ainsi teinté de sons issus de synthétiseurs comme dans les titres Carouselambra, In the Evening et All My Love écrit à la mémoire de Karac.

La séparation du groupe[modifier | modifier le code]

Led Zeppelin effectue une tournée de 14 dates en Europe, entre le 17 juin et le 7 juillet 1980[25]. Le groupe doit ensuite donner une grande série de concerts aux États-Unis (17 dates), trois ans après l'interruption brutale de la précédente, puis effectuer un retour programmé sur les scènes anglaises[26]. Les répétitions pour la tournée américaine commencent à la fin de l'été dans la maison de Jimmy Page, à Bray, où loge John Bonham pour l'occasion[26].

Led Zeppelin sur scène en janvier 1975 à Chicago

Le 25 septembre 1980 survient le dernier drame qui sera fatal au groupe.

John Bonham, qui a toujours été connu comme un grand buveur, sort pour une soirée bien arrosée, la veille, soirée durant laquelle il aurait bu quarante shooters de vodka en quatre heures (soit près de 1,80 litre). Fortement alcoolisé et ayant perdu une grande partie de son acuité, il fait appeler un taxi pour se rendre chez Jimmy Page où se trouve déjà un ami qui l'aidera à se coucher. Durant la nuit, Bonham fait une fausse-route dans son sommeil qui l'asphyxie et est retrouvé sans vie le lendemain matin par Benji Le Fevre, l'ingénieur du son du groupe.

« Bonzo », malgré son apparente robustesse, sombrait peu à peu dans une dépression causée par l'éloignement de sa famille et par les longues tournées. Il était devenu un consommateur compulsif d'antidépresseurs et de drogues diverses[27]. Il laisse dans le deuil son épouse Pat, son fils Jason et sa fille Zoé, ainsi que les trois autres membres de Led Zeppelin qui, après avoir brièvement envisagé de trouver un nouveau batteur, comprennent rapidement que rien ne sera plus jamais pareil sans John Bonham. Aussi annoncent-ils officiellement la dissolution de Led Zeppelin le 4 décembre 1980, dans un communiqué de presse laconique, signé Led Zeppelin :

« We wish it to be known that the loss of our dear friend, and the deep sense of undivided harmony felt by ourselves and our manager, have led us to decide that we could not continue as we were. » (« Nous tenons à faire savoir que la perte de notre cher ami et le profond sens de l'harmonie indivisible que nous ressentons, nous-mêmes et notre manager, nous ont conduits à décider que nous ne pouvions plus continuer comme nous étions. »)

Leur dernière prestation en public avait eu lieu le 7 juillet 1980, à Berlin.

Un dernier album posthume, composé de chansons inédites et de versions live et intitulé Coda, sort le 19 novembre 1982.

1981 à aujourd’hui : après Led Zeppelin[modifier | modifier le code]

Dès lors, les trois membres survivants se consacrent à leur carrière solo respective, soit au sein de leur propre formation, soit en collaboration avec d'autres artistes. Il arrive même qu'un des trois compères apporte sa contribution sur l'album d'un des deux autres et vice versa. Ceci contribuera pendant toutes ces décennies à alimenter les rumeurs et les espoirs de reformation de Led Zeppelin.

Durant les années 1980 et 1990, certains évènements donnent à Jimmy Page, Robert Plant et John Paul Jones l'occasion de rejouer ensemble. Tout d'abord, le 13 juillet 1985, lors d'un concert de charité à Philadelphie dans le cadre du Live Aid ; puis, le 14 mai 1988, au Madison Square Garden de New York pour le 40e anniversaire d'Atlantic Records ; ensuite, le 28 avril 1990 au cours du mariage de Jason Bonham et enfin, le 12 janvier 1995, lors de l'intronisation de Led Zeppelin dans le prestigieux Rock and Roll Hall of Fame and Museum (en duo avec Steven Tyler, Joe Perry et Joey Kramer)[28],[29]. Cependant, ces reformations éphémères, souvent décidées sur un coup de tête et sans réelles préparations, donnent lieu parfois à des prestations décevantes.

Au milieu des années 1990, Robert Plant et Jimmy Page se produisent en public à deux reprises : une première fois, en 1994, pour le show MTV Unplugged, dans lequel ils reprennent des titres de Led Zeppelin dans des versions nouvellement arrangées. De cette prestation télévisée sera tiré l'album No Quarter (également nommé Jimmy Page and Robert Plant Unledded, jeu de mot anglais entre unleaded, sans plomb, et unplugged, débranché), qui reprend une partie des titres interprétés lors de ce show ainsi que de nouvelles chansons à sonorités orientales redondantes enregistrées au Maroc avec des musiciens et des instruments traditionnels maghrébins. Une tournée mondiale sera réalisée à l'occasion de la sortie de cet album.

Plant et Page se retrouvent une seconde fois en 1998 pour l'album Walking into Clarksdale, qui ne contient que de nouvelles chansons. Là aussi, une tournée mondiale est entreprise durant laquelle ils jouent également des titres de Led Zeppelin.

Robert Plant choisit ensuite de reprendre une carrière en solo, cessant sa collaboration avec Jimmy Page qui, de son côté, consacre son temps à remettre en état les bandes sons et les vidéos de Led Zeppelin. Après les BBC Sessions, double CD live sorti en 1997, sortent simultanément, en 2003, le triple CD live How the West Was Won et le double DVD Led Zeppelin.

Le 22 mai 2006, Led Zeppelin reçoit une nouvelle distinction prestigieuse : le Prix Polar Music, considéré par certains comme le Prix Nobel de musique. Cette récompense a été remise en main propre à Jimmy Page, Robert Plant, John Paul Jones et Zoé Bonham par le Roi de Suède[30].

John Paul Jones, quant à lui, forme le groupe Them Crooked Vultures en 2009 avec Dave Grohl, ex-batteur du groupe de grunge Nirvana et chanteur guitariste des Foo Fighters, et Josh Homme, chanteur et guitariste du groupe Queens of the Stone Age.

Le 24 novembre 2006, Led Zeppelin est intronisé au U.K. Music Hall of Fame[31].

Réunion de 2007[modifier | modifier le code]

Les membres survivants de Led Zeppelin avec Jason Bonham à l'O2 Arena de Londres en 2007.

Le 12 septembre 2007, les trois membres survivants du groupe annoncent que Led Zeppelin participera à un concert hommage à Ahmet Ertegün (fondateur d'Atlantic Records) à la O2 Arena de Londres programmé le 26 novembre 2007. Ils seront accompagnés par Jason Bonham à la batterie.

Cette annonce, relayée partout dans le monde par les médias, provoque un enthousiasme sans précédent. En quelques jours, le site internet chargé d'attribuer les 20 000 places disponibles par tirage au sort, enregistre plus de 20 millions de connexions[32] pour autant de demandes de tickets.

En Grande-Bretagne, cette nouvelle formation est qualifiée par les médias de « plus grand évènement rock de l'Histoire »[33].

Lors de ce concert, finalement reporté au 10 décembre 2007 à la suite d'une fracture du doigt de Jimmy Page, Led Zeppelin produit une prestation remarquable saluée par l'ensemble des critiques et des spectateurs présents[34].

Dès lors, les espoirs et les rumeurs d'une tournée dans le courant de l'annnée 2008 resurgissent, d'autant que Jimmy Page et John Paul Jones, malgré les démentis de Robert Plant, avaient laissé entendre que d'autres concerts de Led Zeppelin pourraient être programmés en 2008 si ce concert leur donnait satisfaction.

Quelques semaines après ce concert-évènement, Jimmy Page annonce qu'aucun projet relatif à Led Zeppelin ne sera programmé avant l'automne 2008, temps nécessaire à Robert Plant pour terminer sa tournée mondiale en duo avec la chanteuse Alison Krauss.

Le 24 août 2008, à la fin de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques, Jimmy Page interprète Whole Lotta Love dans le « Nid d'oiseau » de Pékin.

Après un décompte organisé sur sa page Facebook, le groupe a dévoilé que le concert du 10 décembre 2007 à l'O2 Arena sortirait au cinéma en octobre 2012 sous le nom "Celebration Day"[35].

Rumeurs de reformation[modifier | modifier le code]

En septembre 2008, alors que la tournée de Robert Plant arrive à son terme, certaines sources affirment que Jimmy Page et John Paul Jones se sont réunis durant l'été en studio pour répéter en vue d'une éventuelle tournée mondiale. Pour pallier l'absence de Robert Plant, différents chanteurs ont participé à ces séances, principalement le chanteur/guitariste du groupe américain Alter Bridge, Myles Kennedy.

Très satisfaits de ces répétitions, Jimmy Page et John Paul Jones annoncent qu'ils envisagent sérieusement de reformer Led Zeppelin pour une tournée mondiale en 2009 et qu'ils n'hésiteront pas à remplacer Robert Plant, si celui-ci ne se décide pas à les accompagner[36].

Quelques jours plus tard, le quotidien anglais The Sun affirme que Robert Plant aurait donné son accord pour participer à cette tournée mondiale en 2009[37]. Mais, le 30 septembre, Robert Plant annonce dans un communiqué officiel qu'il ne participera à aucune reformation de Led Zeppelin[38].

Dans une interview de 2009 réalisée en direct dans son émission Les classiques sur Classic 21, Marc Ysaye a déclaré « J'ai eu l'occasion d'interviewer les deux [Page et Plant] et, autant les yeux de Jimmy Page s'allument quand on évoque avec lui Led Zeppelin, autant Robert Plant ne veut plus en entendre parler. »[réf. nécessaire]

Remasterisation de l'œuvre (2014)[modifier | modifier le code]

Jimmy Page annonça lors de l'avant première de Celebration Day que les albums studios du groupe seront remasterisés par ses soins. Les trois premiers album studio remasterisés sortiront le 2 juin 2014. Chaque album aura droit lors de sa sortie à une version classique (l'album remasterisé en CD ou Vinyle) ainsi qu'une version deluxe (l'album studio est accompagné d'un CD ou Vinyle "compagnon" contenant des chansons, démos, acoustiques ou live inédits). Les albums seront aussi proposés en version super deluxe (l'album studio ainsi que les versions inédites en CD et Vinyles avec un livret et une carte pour télécharger l'album en haute qualité sonore.

Performances en concert[modifier | modifier le code]

Jimmy Page avait une conception particulière des concerts et a toujours su l'insuffler au groupe.

Tout d'abord, Led Zeppelin n'avait pas de première partie, comme de nombreux groupes et artistes à partir de 1970. Leur prestation était en effet trop longue (jusqu'à quatre heures) pour permettre d'en intégrer une autre.

Ensuite, Led Zeppelin ne s'est jamais contenté de jouer ses morceaux tels qu'on les entendait sur leurs albums studio. Jimmy Page, particulièrement, retravaillait chaque morceau qu'il jouait durant la tournée afin d'en expérimenter chaque aspect, modifiant non seulement ses solos, mais aussi le corps des morceaux.

Les différences vont du détail à de profondes modifications. Par exemple, le morceau Dazed and Confused du premier album, dure six minutes dans la version studio contre vingt-cinq lors de la tournée de 1973 et jusqu'à quarante-cinq en 1975. Ce n'étaient pas de simples rallongements d'un même thème mais souvent des medleys contenant le plus souvent des reprises, ou bien de nouveaux thèmes qui parfois devenaient par la suite des titres à part entière.

La version live du titre Whole Lotta Love a été augmentée de cinq ou six jam session ajoutés au contenu original. Jimmy Page a également modifié et prolongé son solo. Le batteur John Bonham faisait aussi parfois durer le solo de batterie de Moby Dick jusqu'à quarante minutes.

De même, John Paul Jones gratifiait le public de solo de trente minutes pour No Quarter en y incorporant des passages classiques comme le Concerto d'Aranjuez. John Paul Jones le disait lui-même : « Led Zeppelin ne se basait pas sur ses chansons mais sur ses performances scéniques. »

Ce travail peut être apprécié dans leurs albums live (voir leur discographie) ainsi que dans les très nombreux bootlegs disponibles.

Styles musicaux[modifier | modifier le code]

La musique de Led Zeppelin a été enracinée dans le blues. L'influence des morceaux blues américain de Howlin' Wolf, Muddy Waters et Skip James était particulièrement apparente, en particulier pour Led Zeppelin et Led Zeppelin II. Les morceaux de presque tous les albums studio étaient construits autour de la progression harmonique à 12 mesures du blues, et ce dernier a influencé d'autres chansons, à la fois musicalement et lyriquement. Dans les influences marquantes de Led Zeppelin on trouve aussi la musique celtique et la musique folk. Le groupe est d'ailleurs considéré comme l'un des précurseurs du folk metal, genre musical mariant Heavy Metal et musique folk. Le guitariste écossais Bert Jansch a inspiré Page, notamment au niveau des open tunings et des aggressive strokes. Le groupe a finalement tiré son inspiration d'une grande variété de genres, depuis les musiques du monde, le rock 'n' roll, le jazz, et la country, jusqu'au funk, la soul et le reggae, en particulier sur Houses of the Holy et les albums qui ont suivi.

Les éléments musicaux des deux premiers albums sont en grande partie tirés de longues jam sessions sur des standards du blues et de la musique folk. Cette méthode a conduit à la création de nouveaux sons par l'intermédiaire d'un mélange d'éléments musicaux et lyriques provenant de différentes chansons et de passages improvisés, mais conduisit aussi plus tard à des accusations de plagiat et des litiges portant sur le droit d'auteur. En général, la musique était développée en premier lieu, parfois avec des paroles improvisées qui pouvaient être réécrites pour la version finale de la chanson. Depuis leur visite à Bron-Yr-Aur en 1970, le duo de coécriture entre Page et Plant est devenu prédominant, Page fournissant la musique en grande partie à l'aide de sa guitare acoustique, Plant devenant le parolier du groupe. Jones et Bonham apportaient leur contribution par la suite, en répétition ou en studio. Vers la fin de la carrière du groupe, Page, en retrait au niveau composition, fut progressivement supplanté par Jones, qui composait majoritairement au clavier. Plant ajoutait ensuite les paroles avant que Page et Bonham développent leurs parties.

Les paroles des premiers morceaux puisaient dans les racines folk et blues, mélangeant souvent des fragments lyriques de différents morceaux. Beaucoup de ces chansons traitaient de romance, d'amour non partagé ou de conquête sexuelle, des thèmes courants du rock, du pop et du blues. Certains des textes, en particulier ceux inspirés du blues, ont été interprétés comme misogynes. À partir de Led Zeppelin III, des éléments de mythologie et de mysticisme ont été incorporés dans leur musique, suite notamment à l'intérêt de Plant pour les légendes et l'histoire. Ces éléments ont souvent été considérés comme reflétant les intérêts de Page pour l'occultisme, et ont donné lieu à des rumeurs selon lesquelles les enregistrements contenaient des messages subliminaux sataniques, notamment déguisés grâce au backmasking; des affirmations généralement rejetées par les membres du groupe et les critiques musicaux. Susan Fast affirme qu'avec la dominance de Plant comme parolier du groupe, les chansons ont été visiblement influencées par le courant contre-culturel des années 1960.

Selon le musicologue Robert Walser, "Le son de Led Zeppelin a été marqué par la vitesse et la puissance, des motifs rythmiques inhabituels, une dynamique nivelée et contrastée, les chants lamentés du chanteur Robert Plant, et le grain lourdement distordu de Jimmy Page". Ces éléments expliquent que le groupe soit souvent mentionné comme l'un des ancêtres du hard rock et du heavy metal. Ils ont même été décrits comme le "groupe de heavy metal par excellence", même si les membres du groupe ont souvent voulu éviter cette étiquette. Cette réputation provient en partie de l'utilisation de riffs de guitare avec distorsion sur des chansons comme "Whole Lotta Love" et "The Wanton Song". Souvent les riffs n'étaient pas repris identiquement par la guitare, la basse et la batterie, mais il y avait plutôt des variations mélodiques ou rythmiques, comme dans "Black Dog" où trois signatures rythmiques différentes sont utilisées. Le jeu de guitare de Page mélangeait des éléments de la gamme du blues avec ceux de la musique orientale. Les aigus de Plant ont été comparés à la technique vocale de Janis Joplin. La batterie de Bonham est retenue pour sa puissance, ses roulements rapides et ses battements rapides sur grosse caisse. La basse de Jones a été décrite comme mélodique et son jeu au clavier ajoutait une touche classique au son du groupe.

Page a déclaré qu'il voulait que Led Zeppelin produise une musique qui avait "de la lumière et de l'ombre". Cela s'est réalisé plus particulièrement à partir de Led Zeppelin III, qui fait une plus grande utilisation d'instruments acoustiques, et fut confirmée par le quatrième album, en particulier sur "Stairway to Heaven" qui commence à la guitare acoustique et à la flûte à bec et se termine à la batterie avec de lourds sons électriques. Vers la fin de leur carrière discographique, ils se sont orientés vers un son plus doux et plus progressif, dominé par le clavier de Jones. Ils ont également utilisé de plus en plus de techniques de superposition et de production particulières comme l'enregistrement multipiste et le re-recording de la guitare. L'accent mis sur la dynamique et la disposition d'ensemble donnent un style unique à leur musique, qui a été décrit comme transcendant tous les genres. Ian Peddie remarque que les Led Zeppelin étaient "... bruyants, puissants et souvent lourds, mais leur musique était aussi empreinte d'humour, introspective et extrêmement subtile".

Œuvre du groupe[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie de Led Zeppelin.

Discographie[modifier | modifier le code]

Led Zeppelin a placé cinq albums dans le classement des 500 meilleurs albums établi par le magazine Rolling Stone : Led Zeppelin (29e), Led Zeppelin IV (66e), Physical Graffiti (70e), Led Zeppelin II (75e) et Houses of the Holy (149e).

L'album le plus vendu - selon les estimations - de leur discographie est Led Zeppelin IV avec 35 900 000 exemplaires vendus dans le monde[39]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Sortie Album Charts Certifications RIAA
Drapeau de la France[40] Drapeau du Canada Drapeau des États-Unis Drapeau du Royaume-Uni
12 janvier 1969 Led Zeppelin - 11 10 6 10x Platinum
22 octobre 1969 Led Zeppelin II 3 1 1 1 12x Platinum
5 octobre 1970 Led Zeppelin III 4 1 1 1 6x Platinum
8 novembre 1971 Led Zeppelin IV 2 1 1 1 23x Platinum
28 mars 1973 Houses of the Holy 3 1 1 1 11x Platinum
24 février 1975 Physical Graffiti 2 1 1 1 16x Platinum
31 mars 1976 Presence 5 16 1 1 3x Platinum
15 août 1979 In Through the Out Door 7 1 1 1 6x Platinum
19 novembre 1982 Coda 17 3 4 6 Platinum

Albums live[modifier | modifier le code]

Année Album Charts Certifications RIAA
Drapeau de la France[40],[41] Drapeau du Canada Drapeau de la Belgique Drapeau de la Suisse Drapeau du Royaume-Uni Drapeau des États-Unis
1976 The Song Remains the Same 3 - - - 1 2 4x Platinum
1997 BBC Sessions 38 - - - 23 12 2x Platinum
2003 How the West Was Won 11 1 2 20 5 1 2x Platinum
2012 Celebration Day 9 4 3 9

Autres:

  • White Summer (concert enregistré en 1969) (1989)
  • You Shock Me (compilation de concerts)

Compilations[modifier | modifier le code]

Albums pirates[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Les DVD comprennent également des bonus où l'on peut voir deux clips de Led Zeppelin (Over The Hills And Far Away et Travelling Riverside Blues), trois morceaux joués à la télévision danoise en 1969, une promotion de Communication Breakdown et de Dazed and Confused à Paris en 1969, une entrevue avec le groupe à la NBC en 1970, le morceau Rock and Roll live à la télévision australienne ainsi qu'une entrevue en 1972 et une entrevue avec Robert Plant à la BBC en 1975.)

Albums non officiels[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages en français[modifier | modifier le code]

  • François Bon, Rock'n roll, un portrait de Led Zeppelin, Albin Michel, 2008, 384 pages (ISBN 978-2226188489)
  • Jon Bream (trad. Denis-Armand Canal), Led Zeppelin, Place des Victoires, coll. « Rock & pop », 2010, 288 pages (ISBN 978-2809901832)
  • Charles R. Cross (trad. Mickey Gaboriaud et Valérie Le Plouhinec), Led Zeppelin, des ombres plus hautes que nos âmes, Naïve, 2009, 96 pages en étui (ISBN 978-2-35021-191-6) (avec 1 cd d'une interview de 1977)
  • Stephen Davis (trad. Dominique Lamblin), Led Zeppelin : la saga des années 70, Ergo press, 1989 (ISBN 2-7395-0037-8)
  • Alain Dister, Led Zeppelin, une illustration du Heavy Metal, Albin Michel, coll. « Rock & folk », 1980 (ISBN 2-226-00793-8)
  • François Ducray, Led Zeppelin, Le Castor astral coll. « Castor music », éd. revue et augmentée, 2009, 180 pages (ISBN 978-2859207984)
  • Dave Lewis, Paul Kendall (trad. Santiago Artozqui), Led Zeppelin de A à Zep, Talents Publishing, 2008, 143 pages (ISBN 978-2-35690-005-0)
  • Jesús Llorente, Led Zeppelin, La Mascara, coll. Images du rock, 1997, 68 pages, (ISBN 84-7974-553-3)
  • Jean-Michel Oullion, Led Zeppelin de A à Z, L'Express, coll. « Les guides Musicbook », 2005, 118 pages (ISBN 978-2843433429)
  • Jean-Michel Oullion, Led Zeppelin, même les dragons ont une fin, Les Carnets de l'Info, 2011, 280 pages (ISBN 978-2362670213)
  • Florence Rajon, Led Zeppelin, Prélude et fugue, coll. Music book, 1997, 127 pages, (ISBN 2-84343-005-4)
  • Franck Roy, Led Zeppelin : les années métalliques, Albin Michel, coll. « Rock & folk », 1995, 96 pages (ISBN 2-226-08175-5)
  • William Ruhlmann (trad. Jacques Collin), Led Zeppelin, Hors Collection, 1995, 78 pages (ISBN 2-258-04019-1)
  • Pacôme Thiellement (préface Philippe Manœuvre), Cabala : Led Zeppelin occulte, Paris, Hoëbeke, 2009, 170 pages (ISBN 978-2743620165)
  • Jean-Marie Vandersmissen, Led Zeppelin : le règne des seigneurs, Camion blanc, 2005, 321 pages (ISBN 978-2910196400)
  • Chris Welch (trad. Hélène Hiessler et Laurence Romance, préface Nick Kent), The Man who Led Zeppelin : L'incroyable odyssée de Peter Grant, le 5e homme, Rivages Rouge, 2009, 287 pages (ISBN 978-2743620165)
  • Nigel Williamson (trad. Marc-Emmanuel Konigson) Led Zeppelin, Tournon, coll. « L'essentiel sur… », 2008, 283 pages (ISBN 978-2351440858)

Parmi plusieurs hors-série de magazines :

  • Q N° spécial Led Zeppelin (trad. Jean-Pierre Sabouret), Hors série de Guitar Part, Studio Press, 2004
  • Led Zeppelin story + le rockumentaire, Hors série de Rock Mag avec un DVD, 2007

Ouvrages en anglais[modifier | modifier le code]

  • George Case, Led Zeppelin FAQ: All That's Left to Know About the Greatest Hard Rock Band of All, Backbeat Books, à paraître novembre 2011 (ISBN 978-1617130250)
  • Richard Cole, Stairway to Heaven: Led Zeppelin uncensored, It Books, 2002 (ISBN 978-0060938376)
  • Keith Shadwick, Led Zeppelin, The Story of a band and their music 1968-1980, Backbeat Books, 2005 (ISBN 978-0879308711)
  • Gareth Thomas, Led Zeppelin, The Illustrated Biography, Welcome Rain Publishers, 2009 (ISBN 978-1566499989)
  • Mick Wall, When Giants Walked the Earth: A Biography of Led Zeppelin, Londres, Orion, 2008 (ISBN 978-0-7528-7547-7)
  • Chris Welch, Led Zeppelin: The Stories Behind Every Led Zeppelin Song, Carlton Books, 2009 (ISBN 978-1847322869)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) John Brackett, Examining rhythmic and metric practices in Led Zeppelin’s musical style, Popular Music, Volume 27/1, 2008 p. 53–76. Cambridge University Press
  2. (en) Steve Shelokhonov, Led Zeppelin biography sur imdb.com - Consulté le 26 mars 2009
  3. En concert, Led Zeppelin jouait fréquemment en medley des titres rockabilly popularisés par Elvis Presley ou Eddie Cochran.
  4. (en) Jon Bream, Whole Lotta Led Zeppelin: The Illustrated History of the Heaviest Band of All Time, Voyageur Press,‎ 2010, 288 p. (ISBN 978-0-7603-3955-8, lire en ligne), p. 137
  5. Sur scène, Led Zeppelin pouvait inclure dans de longs medleys, de claires références musicales à James Brown ou aux productions Stax et Motown, très appréciées du bassiste John Paul Jones et du batteur John Bonham.
  6. On peut par exemple reconnaître un extrait du morceau "The Drums Also Waltzes" de l'album "Drums Unlimited" du célèbre batteur de jazz Max Roach, lors du solo de John Bonham sur Moby Dick lors du concert au Royal Albert Hall du 9 janvier 1970. Ce morceau est présent sur le film Led Zeppelin DVD.
  7. (en) Mick Wall, The truth about Led Zeppelin - Timesonline.com, consulté le 26 mars 2009.
  8. Le double album live How the West Was Won enregistré durant la tournée 1972 aux États-Unis est une référence de ce type de prestation.
  9. (en) « Led Zeppelin », Atlantic Records (consulté le 8 juin 2009)
  10. (en) « Led Zeppelin re-forming for concert », CNN,‎ 12 September 2007 (consulté le 8 juin 2009)
  11. (en) « Robert Plant - a different kind of glory », The Times Online (consulté le 8 juin 2009)
  12. Dont plus de cent onze millions rien qu'aux États-Unis, record en partie facilité par le fait que le groupe n'a jamais sorti de single incitant ainsi les fans à acheter les albums dès lors qu'un titre leur plaisait in (en) RIAA, « Top Selling Artists »
  13. (en) Led Zeppelin sur abc.com - Consulté le 26 mars 2009
  14. (en) Led Zeppelin: The Legend, the Classic Reviews, a Selection of Hot Photos and More - Rollingstone.com, consulté le 26 mars 2009
  15. (en) Heavy Metal Timeline - Chad Bowar sur About.com, consulté le 26 mars 2009
  16. (en) Heavy Metal - BBC.com - 8 septembre 2000
  17. (en) "Led Zeppelin Biography" The Rock and Roll Hall of Fame, consulté le 23/08/2014
  18. Youtube "Early Jimmy Page", visionné le 25/09/12
  19. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n Charles R.Cross, "Led Zeppelin, "Des ombres plus hautes que nos âmes", Naïve, 2009 pour l'édition française, ISBN 978-2-35021-191-6, p. 11-13
  20. (en) The truth behind the Led Zeppelin legend - Mick Wall, The Times, 1er novembre 2008
  21. Site officiel du Festival Knebworth
  22. Richard Cole, Stairway to Heaven: Led Zeppelin Uncensored, New York : HarperCollins, 1992 (ISBN 0-0601-8323-3), p. 322-326.
  23. (en) Susan Fast, In the Houses of the Holy: Led Zeppelin and the Power of Rock Music, Oxford University Press,‎ 2001 (ISBN 978-0-19-514723-0), p. 47
  24. John Aizelwood, Closing Time, Q Magazine Special Led Zeppelin edition, 2003, p. 94
  25. Led Zeppelin shows ledzeppelin.com, consulté le 05/06/14
  26. a et b Rock & Folk no 562, juin 2014, "La mort de Bonzo", pages 74 à 76
  27. (en) Article de Mika Gilore, "The Long Shadow of Led Zeppelin" - Rolling Stone, 10 août 2006
  28. Led Zeppelin
  29. YouTube - Led Zeppelin w/ Aerosmith at Rock and Roll Hall of Fame
  30. Suède - Led Zeppelin honoré | Nouvelles | Musique | Canoë
  31. Vidéo intronisation au UK Music Hall of Fame
  32. Réunion Led Zeppelin en quelques chiffres| Calyptratus
  33. Reformation évènement de Led Zeppelin - Le Figaro
  34. Alain De Repentigny : Led Zeppelin vole plus haut que jamais - Cyberpresse
  35. « Led Zeppelin au cinéma », sur http://www.quai-baco.com/
  36. Tournée de Led Zeppelin avec ou sans Robert Plant
  37. Une tournée pour Led Zeppelin ?| Canoe.ca
  38. Plant ne compte pas participer à une reformation de Led Zeppelin (BBC)
  39. http://fanofmusic.free.fr/index.php?m=Charts&s=BestSellers&p=BestSellers&Act=LedZeppelin
  40. a et b Albums classés par artiste, InfoDisc.
  41. Discographie Led Zeppelin, Les Charts

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :