Marguerite Clitherow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Margaret Clitherow)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte Marguerite.
Marguerite Clitherow
Image illustrative de l'article Marguerite Clitherow
Marguerite Clitherow, la perle de York
Mère de famille, martyre et sainte
Naissance 1556
York, Angleterre Flag of England.svg
Décès le 25 mars 1586  (30 ans)
York, Angleterre Flag of England.svg
Vénéré à The Shambles, York
Béatification 1929
par Pie XI
Canonisation le 25 octobre 1970 Rome
par Paul VI
Vénéré par l'Église catholique romaine
Fête 25 mars et 21 octobre (fête locale)
Saint patron femmes d'affaires

Marguerite Clitherow (ou Margaret Clitheroe), née à York (Angleterre) en 1556 et morte (exécutée) le 25 mars 1586 près de York, est une mère de famille morte par fidélité à la foi catholique et attachement au pape. Déclarée martyre par l'Église catholique elle fut canonisée en 1970 par le pape Paul VI, avec le groupe des martyrs anglais et gallois[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Marguerite Middleton, fille de Thomas Middleton, naquit à York en 1556 dans une famille protestante de rite anglican[2]. Elle épousa en 1571 John Clitherow, boucher à York, puis se convertit au catholicisme à l'âge de 18 ans, en 1574. Régnait alors Élisabeth Ire, persécutrice des catholiques qui ne pouvaient accepter sa rupture avec Rome. En 1576, Marguerite fut jetée en prison pour avoir refusé de "remplir ses devoirs envers Dieu et la Reine", en n'assistant pas aux services anglicans.

Elle fut libérée (car elle était enceinte) puis de nouveau arrêtée. Elle apprit à lire toute seule en prison, pour pouvoir enseigner le catéchisme à ses enfants. Elle priait chez elle avec ses trois enfants, soutenue par son mari bien que celui-ci soit resté anglican, et abritait souvent des prêtres de passage qui venaient dire la messe en cachette chez elle. Elle organisait aussi des leçons de catéchisme pour ses enfants et ceux de ses voisins.

Le 10 mars 1586 alors que son fils Henry était parti étudier à Douai dans l'intention de devenir prêtre, sa maison fut perquisitionnée. On découvrit les ornements liturgiques et les livres d'un prêtre qui venait justement de s'échapper. Elle fut emprisonnée à la forteresse d'York et soumise à un interrogatoire. Elle refusa de plaider sa cause, pour éviter que ses amis, ses domestiques et ses propres enfants ne soient contraints à témoigner contre elle[3]. Cela lui valut la peine forte et dure d’être écrasée par un poids lourd jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Elle passa la nuit en prière pour la conversion de la reine et pour soutenir dans la foi catholique le clergé persécuté. Alors qu'elle était enceinte de son quatrième enfant, elle fut écrasée sous une porte de chêne sur laquelle on avait placé des poids et mit quinze minutes à mourir. Ensuite son corps fut jeté dans une fosse remplie d'eau[4].

Plaque commémorative fixée sur le pont d'Ouse, près de York

Le 29 août 2008, une plaque commémorative a été inaugurée à York sur le lieu de son martyre[5].

Influence[modifier | modifier le code]

Marguerite Clitherow a inspiré le poète Gerard Manley Hopkins, en particulier pour God’s Grandeur, écrit en 1877. Après la mort de Gerard Manley Hopkins, on a retrouvé dans ses papiers, parmi les fragments et les œuvres inachevés, un poème intitulé Margaret Clitheroe[6].

Canonisation[modifier | modifier le code]

Elle a été béatifiée en 1929 par Pie XI et canonisée en 1970 par Paul VI, avec d'autres martyrs anglais et gallois, formant ainsi un groupe souvent appelé les quarante martyrs d'Angleterre et du Pays de Galles. Elle est fêtée le 25 mars[3].

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]