Conurbation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une conurbation est un ensemble urbain constitué de plusieurs noyaux urbains (ou villes) dont les banlieues finissent par se rejoindre. La notion et le terme ont été formulés dès le XIXe siècle par l'urbaniste britannique Patrick Geddes[1]. Ce terme a tendance à être remplacé, souvent improprement, par celui de mégalopole.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Mot formé à partir de deux éléments latins, cum, qui signifie avec, et urbs (ou urbis) qui signifie ville. C'est donc un « ensemble de villes ».

Exemples de conurbation[modifier | modifier le code]

Afrique du Sud[modifier | modifier le code]

Depuis la fin des années 1990, de nombreuses municipalités ont été constituées à partir de conurbations. Parmi celles-ci, on peut citer :

Allemagne[modifier | modifier le code]

Belgique[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Urbanisme aux États-Unis.

France[modifier | modifier le code]

On considère comme seule réelle conurbation française [réf. nécessaire]:

Certains considèrent parfois que celles ci-dessous en sont aussi [réf. nécessaire]:

À moindre échelle :

Certaines ayant pour origine des doublets frontaliers :

Certaines en cours de formation :

Certaines du fait de l'urbanisation de bassins miniers et sidérurgiques :

Les autres sont plutôt des réseaux urbains proches :

Indonésie[modifier | modifier le code]

Japon[modifier | modifier le code]

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Pologne[modifier | modifier le code]

Transnationales[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Geopolis: research group, university of Paris-Diderot ' SEDET/CNRS, France - L'urbanisation dans le monde