Orcades

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Îles Orcades du Sud
Page d'aide sur les redirections « Orkney » redirige ici. Pour la ville d'Afrique du Sud, voir Orkney (Afrique du Sud).
Orcades
Arcaibh (gd)
Carte des Orcades.
Carte des Orcades.
Géographie
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Archipel Aucun
Localisation Mer du Nord et océan Atlantique
Coordonnées 59° N 3° O / 59, -3 ()59° N 3° O / 59, -3 ()  
Superficie 990 km2
Nombre d'îles 67
Île(s) principale(s) Mainland, Hoy, Rousay
Point culminant Ward Hill (481 m sur Hoy)
Géologie Îles continentales
Administration
Statut Forme un Council area

Nation constitutive Écosse
Démographie
Population 19 800 hab. (2006)
Densité 20 hab./km2
Plus grande ville Kirkwall
Autres informations
Découverte Néolithique
Fuseau horaire UTC+0
Site officiel www.orkney.gov.uk

Géolocalisation sur la carte : Écosse

(Voir situation sur carte : Écosse)
Orcades
Orcades

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Orcades
Orcades
Archipels du Royaume-Uni

Les Orcades, en anglais Orkney, en gaélique écossais Arcaibh, sont un archipel situé au nord de l'Écosse à 16 km de la côte de Caithness. Cet archipel compte 67 îles légèrement vallonnées, dont 16 seulement sont habitées. Les quelque 20 000 Orcadiens vivent pour la plupart sur l'île principale, Mainland, d'une superficie de 523,25 km², dans les villes de Kirkwall et Stromness.

Les Orcades sont habitées depuis plus de 8 500 ans, durant le Mésolithique et le Néolithique. Les Orcades contiennent certains des sites néolithiques les plus anciens et les mieux préservés en Europe, ils sont notamment célèbres pour le site du cœur néolithique des Orcades, inscrit au patrimoine mondial. L'archipel est ensuite devenu une terre picte avant d'être annexée par des Vikings norvégiens en 875. Sa souveraineté passe au Royaume d'Écosse en 1472 à la suite du mariage de Jacques III d'Écosse avec Marguerite, la fille du roi Christian Ier de Danemark.

Les Orcades constituent l'une des 32 Council Areas de l'Écosse, l'une des circonscriptions électorales du parlement écossais, ainsi qu'une régions de lieutenance d'Écosse et qu'un ancien comtés d'Écosse.

L'agriculture et la pêche sont les principaux secteurs économiques de l'île ainsi que le secteur des énergies renouvelables qui est en plein développement.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Pythéas a visité la Grande-Bretagne certainement entre 322 et 285 avant J-C., il y décrit notamment une région appelé Orcas, à l'extrême nord de l'île. Au Ier siècle apr. J.-C., Pomponius Mela, recense plus de 30 îles dans un archipel qu'il appelle Orcades. De même, Tacite, en l'an 98, affirma que son père Agricola, avait découvert Orcades. Il est à noté que Pline[Lequel ?] avait également mentionné l'archipel. Le préfixe de -Orc, est généralement interprété comme venant du Picte, où il définit un cochon ou un sanglier juvénile. L'ancien terme irlandais pour l'archipel étant Insi Orc, que l'on peut traduire en "l'île aux cochons". En gaélique écossais, l'archipel se nomme Arcaibh. À la fin du IXe siècle, avec l'arrivée des colons norvégiens, le préfixe -Orc est réinterprété en vieux norrois comme venant de "orkn", qui signifie "phoque". Il lui est rajouté le suffixe -ey, qui signifie "île, pour former le terme de Orkney en anglais.

Histoire[modifier | modifier le code]

Mésolithique[modifier | modifier le code]

Un site récemment fouillé, datant d'environ 7 000 av. J-C, sur l'île de Stronsay, a révélé un millier de morceaux de silex et qui peut être la preuve d'un campement temporaire. D'autres fouilles sur le site de Tankerness sur l'île de Mainland ont montré des traces humaines datant de 6 820 à 6 660 av. J-C au mésolithique. De plus les sites de « Lithic scatter » sur Seatter, ou ceux de « South Ettit », « Wideford Hill », « Valdigar » et « Loch of Stenness » ont permis de découvrir de petits outils en pierre polie.

Des éléments géologiques montrent que vers 6 100 avant J-C un important tsunami a frappé les Shetland et le reste de la côte est d'Écosse, causé par les glissement de terrain de Storegga[1]. Cependant, il n'existe aucune preuve pour suggérer des sites d'établissement permanent, aucun lieux de sépulture ont été découverts à cette époque.

Néolithique[modifier | modifier le code]

Le premier établissement permanent de l'archipel est Knap of Howar, une ferme du Néolithique datant de 3500 av. J-C sur l'île de Papa Westray. Le site de Barnhouse comprend quinze bâtiments, a été occupés entre 3200 et 2950 av. J-C.

Skara Brae, site archéologique majeur, classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco.

Le village de Skara Brae datant de 3100 à 2500 av. J-C et composé de dix maisons groupées, est l'un des établissements humains les mieux préservés de l'époque néolithique en Europe.

Le site du Ness of Brodgar, en cours de fouille, pourrait avoir été occupé depuis 3500 avant Jésus-Christ, jusqu'à la fin de la période néolithique, plus de 1500 ans après[2],[3]. Les excavations ont permis de mettre au jour[4],[5] des habitations, un long mur de pierre massif et un grand bâtiment, lieu de culte[2] ou palais[6]. De plus, la découverte d'une pierre colorée prouve que les peuples du néolithique utilisaient la peinture pour décorer leurs murs[7].

Les autres vestiges de la période sont essentiellement les pierres levées de Stenness, Maeshowe et le cercle de Brodgar. Sur le site de Links of Noltland, une figurine en forme de losange daté 2500 à 3000 av. J-C, est considérée comme la plus ancienne représentation d'un visage humain jamais trouvé en Écosse. Le site du Tombeau des Aigles situé sur les falaises de South Ronaldsay a été en usage pendant plus 800 ans à partir de 3150 av. J-C. Le site comprend 16 000 ossements humains, 725 ossements d'oiseaux et plus de 25 kilos de tessons de poterie. Le site de Dwarfie Stane sur l'île de Hoy est un tombeau datant d’environ 2500 av. J-C, fait à partir d'un énorme bloc de grès rouge. Ce style est très différent de tous les autres sites néolithiques des Orcades.

L'île de Rousay a un nombre important de sites préhistoriques, dont une quinzaine de tombes. Le site de Midhowe à l’ouest de l'île est le plus bel exemple. Il existe d'autres chambres funéraires d'importances substantielles à Blackhammer, Taversoe Tuick, Yarso, Unstan et Bookan. Beaucoup d'établissements ont été abandonnés vers 2500 av. J-C, probablement en raison de changements de climat.

Âge du bronze[modifier | modifier le code]

Durant l'âge du bronze de 2 200 à 800 av. J-C, beaucoup moins de sites de grandes envergures et de structures en pierre ont été construits, cela a pu être dû en partie à la détérioration des conditions météorologiques. Mais malgré cela, les grandes structures déjà présentes continuent à être utilisées. Les sites de l'âge du bronze découverts sont « Knowes of Trotty », « Kirbuster Hill » et celui de « Plumcake Mound » près du cercle de Brodgar, « Tofts Ness » sur l'île de Sanday, Warness sur l'île d'Eday, ainsi que deux maisons sur Holm of Faray, une ferme brûlée et un burnt mound à Auskerry.

Âge du fer[modifier | modifier le code]

Des fouilles sur Mainland ont révélé une « Atlantic roundhouse » construite vers 700 av. J-C, des découvertes similaires ont été faites à « Bu » sur Mainland et à « Pierowall Quarry » sur Westray. Les brochs et les wheelhouses sont les structures les plus visibles de l'âge du fer de l'archipel, notamment le Broch de Burroughston, le Broch of Midhowe et le Broch de Gurness. Il y aurait 8 wheelhouses dans les Orcades, 4 sur Sanday, l'un sur Eday, un sur Shapinsay et deux sur Mainland près du Burrian Broch et Broch of Gurness.

Le Broch of Midhowe, sur la côte ouest de Rousay.

D'autres structures de cette période incluent : des habitations, des pierres tombales comme sur l'île de Brough of Birsay, des structures souterraines (earth-houses) comme le site de Mine Howe, des tumuli et des cairns. Les principaux témoignages de cette époque sont essentiellement les éléments les plus résistants, telles les meules en pierre, les peignes en os, ou des poteries simples.

Lors de l'invasion romaine de la Grande-Bretagne, le « Roi des Orcades » a été l'un des 11 dirigeants britanniques qui se seraient soumis à l'empereur Claude en 43 après J-C à Colchester. L'élément le plus notable de la présence romaine est arrivé dans l'archipel de la flotte d'Agricola, surement à Shapinsay. En dehors de ce fait, l'influence directe romaine semble avoir été limité au commerce. Il y a cependant plusieurs preuves de connexion les Orcades et l'Empire romain, des poteries romaines ont été trouvées sur le site du Broch of Gurness de l'an -60, et des monnaies du Ier et IIe siècle ont été retrouvées au Broch of Lingro. À partir de l'an 211, les Orcades ont définitivement perdu toutes connexe avec l'Empire romain, et les Orcades ont ainsi redisparu des documents écrits jusqu'au IXe siècle.

Les Orcades ont subi l'influence des Gaels Dál, qui se seraient même établis temporairement dans les Orcades vers le début du XIe siècle. Cette influence se serait peut-être propagée sur l'archipel via les missionnaires chrétiens irlandais, notamment des compagnons de saint Colomban. Le Buckquoy spindle-whorl écrit en oghamique pourrait se reporter à cette époque. L'autorité chrétienne devient prééminente autour du VIIIe siècle, l'île de Papa Westray devenant l'évêché des Orcades. Cependant l'archipel restera à dominante Pictes tout au long de l'âge de fer jusqu'à l'arrivée des Vikings au IXe siècle. Avant l'arrivée des Scandinaves et de leur culture, les Orcades n'ont ainsi connu que le latin et le vieux gaélique.

Époque norvégienne[modifier | modifier le code]

Article connexe : Comte des Orcades.

À la fin du VIIIe et au début du IXe siècle, les Orcades comme les Shetland subissent une colonisation norvégienne importante. Cette colonisation est principalement due à une importante croissance démographique en Scandinavie, qui pousse ses habitants à émigrer[8]. Le sort de la population indigène est cependant incertain, les Scandinaves ont établi une loi et une langue nouvelle, le vieux norrois, qui a survécu jusqu'au XIXe siècle.

Harald Ier de Norvège prend le contrôle des Orcades en 875.

Lorsque Harald Ier de Norvège prend le contrôle de toute la Norvège, la plupart de ses adversaires fuirent, notamment vers les Orcades et les Shetland. Selon l'Orkneyinga saga, à partir de ces deux archipels, ils ont pillé l'Écosse et la Norvège. Harald a réuni une large flotte pour les réprimer et vers 875, lui et ses forces prirent le contrôle des Shetland et des Orcades. Ragnvald Eysteinsson, comte de Møre, reçut les Orcades et les Shetland comme compensation contre la mort de son fils dans une bataille. Rognvald donne alors le comté à son frère Sigurd Eysteinsson[9]. Certains chercheurs pensent que cette histoire est apocryphe et est basée sur les voyages de Magnus III de Norvège.

L'archipel a été christianisé officiellement par Olaf Ier de Norvège en 995. Le roi Olaf Ier de Norvège convoque Sigurd Hlodvirsson pendant une visite des Orcades et dit : « Je vous ordonne à vous et tous vos sujets de vous baptiser. Si vous refusez, je vous tuerais sur le champ et je vous jure que je ravagerait chaque île avec le feu et l'acier. » Sans surprise, Sigurd et la population se baptisèrent[10]. À partir du XIe siècle, le jarl des Orcades devait allégeance, en étant aussi comte de Caithness, tant à la couronne norvégienne qu'écossaise[11].

L'archipel est christianisé officiellement par Olaf Ier de Norvège en 995.

L'archipel sont dirigées par un Jarl, ou « comte », qui règne également sur les Shetland. Une saga, l'Orkneyinga saga, retrace l'histoire des Jarls des Orcades. Les îles sont ensuite dirigées par des Jarls d'origine écossaise issus des familles d'Atholl, d'Angus et enfin de Strathearn.

En 1194, lorsque Harald Maddadsson est comte des Orcades et des Shetland, une rébellion éclate contre le roi Sverre Sigurdsson de Norvège. Le lendmann Hallkjell Jonsson et son frère du comte, Olav[Quoi ?] lèvent une armée appelée « Eyjarskeggjar ou Øyskjegger », qui peut être traduit par « Insulaires » dans les Orcades et s'embarquent pour la Norvège. Les Øyskjegger ont été battus dans la bataille de Florvåg près de Bergen. En 1195, Harald Maddadsson est obligé d'aller en Norvège pour s'expliquer devant le roi Sverre Sigurdsson sur son rôle durant le soulèvement. Comme punition, le roi plaça le comté de Shetland sous son autorité directe, situation qui continua pendant près de deux siècles[12],[13].

Époque écossaise[modifier | modifier le code]

Passées sous domination danoise avec la Norvège, les Orcades, ainsi que les Shetland, sont enfin cédées à l'Écosse en 1469 : elles font partie de la dot de Marguerite de Danemark qui épouse le roi Jacques III d'Écosse.

Les Orcades font partie de la dot de Marguerite de Danemark qui épouse le roi Jacques III d'Écosse en 1469.

Le montant de la dot était fixé à 60 000 florins dont les Orcades données en gage à concurrence de 50 000 florins. Le roi Christian Ier de Danemark, père de la mariée, n'ayant réuni lors du mariage que 2 000 florins, il ajouta les Shetland pour couvrir les 8 000 florins impayés. Jamais l'argent ne fut versé, d'où l'annexion des îles par l'Écosse en 1471. En 1470, William Sinclair, comte de Caithness cède son titre sur les Shetland à Jacques III d'Écosse et l'année suivante les Orcades et les Shetland sont directement annexés à la couronne d'Écosse[14].

En 1564, Lord Robert Stewart, le fils naturel de Jacques V d'Écosse, est fait du shérif des Orcades et des Shetland. En 1581, il est fait comte des Orcades par Jacques VI. Mais le comté est à nouveau réintégré à la couronne en 1614 après l'exécution de son fils Patrick.

Au XVIe siècle, la flotte écossaise et néerlandaise dominent la pêche aux harengs de la région. La flotte des Orcades est relativement petite jusqu'au XIXe siècle, mais augmente rapidement pour arrivé dans les années 1840 à 700 bateaux, Stronsay et Stromness devenant des centres de pêcheries importantes.

Durant le Protectorate, les Orcades sont visités par détachement de troupes de Cromwell, qui initie la population à de nouvelles pratiques industrielles et agricoles.

Au XVIIe siècle, les Orcades sont l'origine de l'écrasante majorité des employés de la Compagnie de la Baie d'Hudson au Canada. Le climat rude des Orcades et la réputation des Orcadiens pour leur sobriété et leurs compétences maritime en font des candidats idéaux. Durant cette période, le kelp est brièvement devenu un pilier de l'économie de l'archipel. Par exemple, à Shapinsay plus de 3 048 tonnes de ces algues ont été brûlées par an, pour produire de la soude. Les techniques agricoles s'améliorent grandement au XVIIe siècle, l'époque Victorienne voit l'émergence de grandes exploitations, avec une organisation en travail posté.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Au milieu du XIXe siècle, l'archipel compte une population d'environ 26 000 habitants, pour ensuite diminuer et arriver dans les années 1970 à une population de 17 000 habitants. Ce déclin démographique touche notamment les îles périphériques.

La Italian Chapel de Lamb Holm, construite par des prisonniers de guerre italiens.

Durant les deux guerres mondiales, les Orcades ont connu deux évènements maritimes importants qui se sont déroulés dans la baie de Scapa Flow :

  • Le sabordage de la flotte allemande, consignée dans la baie, le 21 juin 1919, une large partie de la flotte n'ayant cependant pas coulée.
  • Le torpillage du cuirassé britannique Royal Oak par le sous-marin allemand U47 le 14 octobre 1939.

Ces deux évènements s'expliquent par la présence d'une base de la Royal Navy dans la baie de Scapa Flow. Après le torpillage du Royal Oak, Winston Churchill prend la décision de construit plusieurs digues pour réduire le nombre d'entrées maritimes de la baie de Scapa Flow, ces digues construites par des prisonnier italiens, sont encore débout, permettant de relier les îles de Mainland, South Ronaldsay, Burray Mainland, Glimps Holm et Lamb Holm. Ces mêmes prisonniers ont également construit la Italian Chapel.

La base navale de Scapa Flow a été fermée en 1956. La population de l'île est en nette diminution dans la première partie du XXe siècle, avant de remonter à partir de 1970.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les Orcades s'étendent entre 58° 41' et 59° 24' de latitude nord, et 2° 22' et 3° 26' de longitude ouest ; elles s'étalent sur 80 kilomètres du nord-est au sud-ouest, sur 47 kilomètres de l'est à l'ouest, et couvrent une superficie de 973 km2. Excepté sur les côtes occidentales des îles principales, qui offrent des paysages aux falaises découpées remarquables à la fois pour leur beauté et leur couleur, le groupe d'îles présente peu de reliefs et offre un aspect nu.

Les Orcades vue depuis le Pentland Firth.

Le Pentland Firth est le détroit qui sépare les Orcades de la partie écossaise de la Grande-Bretagne. La distance est de onze kilomètres entre Brough Ness, sur l'île de South Ronaldsay, et Duncansby Head, dans le comté de Caithness.

Les Orcades sont connues pour leur absence d'arbres, partiellement expliquée par l'abondance de vent (bien que le climat en général soit tempéré). La formation de tourbe prouve que les arbres n'ont pas toujours été absents, et on pense qu'une déforestation délibérée a eu lieu à une période antérieure au Néolithique. L'usage de la pierre dans des sites tels que Skara Brae atteste du manque de bois pour les constructions.

Îles des Orcades[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des îles des Orcades.

Le nom même des îles indique leur nature ; la terminaison a ou ay dérive du ey scandinave signifiant île, terminaison apparente dans les noms Pomona (nom ancien de Mainland) et Hoy. Les îlots sont habituellement appelés holms et les rochers isolés skerries. Les îles des Orcades sont classés en deux groupes, celles aux nord de Mainland et celles au sud. Les îlots éloignés de Sule Skerry et Stack Sule, qui se trouvent 60 km à l'ouest de l'archipel sont des exceptions, et font partie des Orcades uniquement de manière administratives.

L'île la plus vallonnée est Hoy : le point culminant des Orcades, Ward Hill, s'y trouve. Les seules autres îles comportant des sommets importants sont Mainland, avec Ward Hill (268 m) et Rousay avec Wideford Hill. La plupart des îles possèdent des lochs (lacs). Les rivières sont principalement des torrents provenant des hauteurs. Excepté sur la côte ouest de Mainland, Hoy et Housay, le littoral des îles est très découpé et les îles elles-mêmes sont séparées l'une de l'autre par des détroits généralement appelés sounds ou firths, bien que des dénominations particulières soient également utilisées : Bring Deeps pour le bras de mer au nord-est de Hoy, Scapa Flow pour la baie au sud de Mainland ou le Fall of Warness au sud-ouest d'Eday.

Mainland[modifier | modifier le code]

Mainland est la plus grande île des Orcades, les deux principales agglomérations urbaines des Orcades s'y trouvent, ce sont : Kirkwall et Stromness. Mainland est par ce biais, au cœur du système de transport des Orcades avec des liaisons en ferry et en l'air vers les autres îles ou le monde extérieur. La population de Mainland représente 75 % de la population des Orcades, elle possède d'importantes superficies de terres agricoles.

La topographie de l'île se caractérise surtout par de basses altitudes en particulier l'Est, avec cependant des falaises côtières au nord et à l'ouest, ainsi que deux lacs de taille: le loch d'Harray et le loch de Stenness. Mainland contient de nombreux vestiges néolithique, Pictes et Vikings; ainsi l'île possède les quatre des principaux sites néolithiques, inclus dans le Cœur néolithique des Orcades, inscrite patrimoine mondial en 1999.

Îles du Nord[modifier | modifier le code]

Les îles du Nord se compose d'un grand nombre d'îles de taille moyenne, reliées à Mainland par des ferries et par avions. L'agriculture, la pêche et le tourisme sont les principales sources de revenus pour la plupart des îles. L'île la plus septentrionale est North Ronaldsay, qui se trouve 4 km au-delà de sa plus proche voisine, Sanday. À l'ouest se situe l'île de Westray avec une population de 550 habitants. Westray est relié par ferry et par air à Papa Westray. Eday, dans une situation centrale, se caractérise par son paysage de landes, ses industries d'extraction de tourbe et ses carrières de calcaire. Rousay, Egilsay, Wyre et Gairsay situés juste au nord de Mainland, et séparé uniqueent par le sound of Eynhallow. Rousay est connue pour ses vestiges archéologiques notamment le site de Quoyness. Egilsay possède les ruines de la seule église en formes de tours rondes des Orcades. Wyre contient le site du château de Cubbie Roo. Shapinsay et ses Balfour Castle sont une courte distance au nord de Kirkwall. Stronsay est situé plus loin à l'Est; Auskerry, une petite île au sud de Stronsay, possècde une population de seulement cinq habitants. Les principales îles inhabitées des îles du Nord sont: Calf of Eday, Damsay, Eynhallow, Faray, Helliar Holm, Holm Faray, Holm Huip, Holm de Papa, Holm Scockness, Kili Holm, Linga Holm, Muckle vert Holm, Rusk Holm et Sweyn Holm.

Îles du Sud[modifier | modifier le code]

Les îles du Sud entourent la baie de Scapa Flow. Hoy, situé à l'ouest, est la deuxième plus grande des Orcades et Hill Ward à son extrémité nord est le point culminant de l'archipel, connue notamment pour le stack Old Man of Hoy. South Walls est une île maintenant relié à l'île de Hoy par une route sur remblai, elle possède une Tour Martello. Graemsay et Flotta sont situées proche de Hoy, dont ils sont liées par ferry, ainsi qu'à Mainland. L'île de Flotta accueille un terminal pétrolier important.

South Ronaldsay et Burray sont les deux principales îles à l'Est, elles sont reliés entre elles, avec l'île de Mainland et les îles de Glimps Holm et Lamb Holm par la série de Churchill Barriers.

Les principales îles inhabitées du sud sont : Calf of Flotta, Cava, Copinsay, Corn Holm, Fara, Glimps Holm, Hunda, Lamb Holm, Rysa Little, Switha et Swona. L'archipel de Pentland Skerries est excentré, se trouvant plus au sud, entre les Orcades et l'Écosse continentale.

Climat[modifier | modifier le code]

Bien que situées par 59° de latitude Nord, les Orcades bénéficient des effets du Gulf Stream qui adoucit ce climat humide. La température moyenne annuelle est de 8 °C ; 4 °C l'hiver, 12 °C l'été. Les mois d'hiver sont janvier, février et mars, ce dernier étant le plus froid. Le printemps ne commence jamais avant avril, et c'est seulement à la mi-juin que les températures deviennent agréables. Septembre est souvent le mois le plus agréable et, fin octobre ou début novembre, le peedie summer ou petit été, période de temps plus doux, peut avoir lieu.

Le vent qui souffle à force 3 l'été, peut atteindre force 8 l'hiver, avec des rafales dépassant les 90 km/h. L'été, les journées sont longues (18 h en juin), l'hiver plutôt courtes avec 6 h de jour. Le soleil se lève à 3 h et se couche à 21 h 25 au cours du jour le plus long de l'année, alors qu'il se lève à 9 h 10 et se couche à 15 h 17 pour le jour le plus court.

La moyenne annuelle des précipitations varie entre 850 mm et 940 mm. Des brouillards apparaissent pendant l'été et le début de l'automne, et des tempêtes importantes ont lieu quatre ou cinq fois dans l'année, au cours desquelles on entend les vagues de l'Atlantique s'écraser sur les côtes à 30 km à la ronde.

Politique[modifier | modifier le code]

Orcades
Orcades
Administration
Pays Écosse Écosse
Capitale administrative Kirkwall
ISO 3166-2 GB-ORK
Code ONS 00RA
Démographie
Population 19 800 hab. (2006)
Densité 20 hab./km2
Rang 20e
Géographie
Coordonnées 59° 00′ 00″ N 3° 00′ 00″ O / 59, -3 ()59° 00′ 00″ Nord 3° 00′ 00″ Ouest / 59, -3 ()  
Superficie 99 000 ha = 990 km2
Rang 16e
Sources
Orcades Council
http://www.orkney.gov.uk/

Le Orkney Islands Council est la principale autorité locale de l'archipel. La composition actuelle du Orkney Islands Council est de 22 indépendants sur 22 représentants. C'est l'un des 3 seuls conseils en Écosse à avoir une majorité d'indépendants[15],[16].

Les Orcades sont représentés a la Chambre des communes, par la circonscription électorale des Orcades et des Shetland, qui élit en un membre. L'actuel représentant est Alistair Carmichael. Ce siège est détenu par les Liberal Democrats et leur prédécesseur le Liberal Party depuis 1950, qui en fait le siège avec la plus longue continuité politique de tout le Royaume-Uni[17],[18],[19].

Les Orcades sont également représentés au Parlement écossais. Ils élisent un député par un système majoritaire, via la circonscription des Orcades incorporé à la région électorale des Highlands and Islands. Le député actuel est Liam McArthur du Scottish Liberal Democrats[20].

Les Orcades sont également une des régions de lieutenance d'Écosse.

Économie[modifier | modifier le code]

La plupart des terres sont occupées par des exploitations agricoles, l'élevage étant actuellement de loin le secteur, avec la pêche, le plus important de l'économie, en occupant près d'un quart de la population active. Près de 90 % des terres arables sont allouées à l'élevage, alors qu'uniquement 4 % (4 200 hectares) sont utilisées pour la production céréalière. Les Orcades exportent de la viande de bœuf, du fromage, du whisky, de la bière, du poisson et des fruits de mer. Le rôle de la pêche s'est amoindri, ne constituant, en 2001, que 3,5 % de la population active de l'archipel avec 345 travailleurs, les principales prises sont : le hareng, le homard, le crabe et d'autres crustacés, ainsi des saumons de pisciculture. Ces dernières années, l'activité économique a été tiré par le tourisme, l'industrie agro-alimentaire, l'artisanat et l'industrie pétrolière, avec notamment le terminal pétrolier de Flotta. Les services publics emploient près d'un tiers de la population active.

En 2007, l'archipel possédait 1420 entreprises enregistrées dont 55 % dans l'agriculture, la sylviculture et la pêche, 12 % dans le secteur manufacturier et la construction, 12 % dans la distributions et le commerce et 5 % dans les hôtels et les restaurants. 55 % des entreprises de l'archipel emploient entre 5 et 49 personnes.

Les courants de marée, ou roost d'après un mot islandais, sont violents au large de la plupart des îles et des tourbillons (parfois assez puissants pour mettre en danger un petit bateau) apparaissent fréquemment. Cette particularité a été récemment mise à l'étude pour le développement d'un projet d'usines à énergie marine d'une capacité potentielle à terme de 1300 MWa[21]. Ce projet d'énergie renouvelable pourrait permettre une diversification de l'économie locale et une plus grande indépendance énergétique de l'Écosse.

Médias[modifier | modifier le code]

L'archipel possède un journal local hebdomadaire, The Orcadian. Une station de radio locale de la BBC est également localisé aux Orcades, la BBC Radio Orkney, elle diffuse des programmes deux fois par jour, essentiellement des actualités locales et du divertissement. Les Orcades possèdent également des stations de radio privée The Superstation Orkney qui diffuse à partir de Kirkwall et de Caithness ; Moray Firth Radio qui diffuse en AM depuis les Orcades et en FM depuis Thurso ; Caithness FM diffuse, elle, en FM depuis les Orcades.

Transports[modifier | modifier le code]

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Le principal aéroport des Orcades est l'aéroport de Kirkwall, exploité par l'entreprise Highlands and Islands Airports. Loganair, la filiale de Flybe, dessert l'aéroport aux aéroports d'Aberdeen, d'Edimbourg, de Glasgow et d'Inverness, ainsi que l'aéroport de Sumburgh aux Shetland.

Pour les autres aéroports et aérodromes de l'archipel, le Orkney Islands Council, gère la plus grande partie, dont ceux de Stronsay, Eday, North Ronaldsay, Westray, Papa Westray, et de Sanday. Le vol entre Westray et Papa Westray est réputé comme étant le plus court au monde, avec une durée de vol de 2 minutes en moyenne, et peut durer moins d'une minute si le vent souffle dans la bonne direction.

Transport maritime[modifier | modifier le code]

Le transport par ferrys permet de relier entre-elles les différentes îles de l'archipel, via la compagnie Orkney Ferries appartenant au Orkney Islands Council. Le transport par ferrys dessert également l'archipel de l'extérieur. Les Orcades sont ainsi reliées à partir de Kirkwall, à Lerwick et à Aberdeen, via la compagnie Northlink Ferries. Elles sont également reliées via Hope St. Margaret, à Gills Bay, au travers de la compagnie Pentland Ferries, et également, via Stromness à Scrabster et Thurso par Northlink Ferries.

Démographie[modifier | modifier le code]

La population a culminé au milieu du XIXe siècle à un peu plus de 26 000 habitants. Depuis un siècle, elle a diminué, pour atteindre un peu moins de 17 000 dans les années 1970. Ces baisses démographiques ont été particulièrement importantes sur les îles situées en périphérie, cette tendance étant très similaire à celle rencontré sur les autres archipels de l'Écosse.

Langue[modifier | modifier le code]

La langue parlée dans ces îles est restée le norne (langue issue du vieux norrois) jusque vers 1750, avant d'être remplacée par l'anglais. Cet héritage scandinave reste très marqué aujourd'hui encore, aux Orcades comme aux Shetlands.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Drapeau officiel des Orcades depuis 2007

À Kirkwall, ville principale de Mainland :

  • la cathédrale Saint-Magnus,
  • le palais épiscopal (Bishop’s Palace),
  • le palais comtal (Earl’s Palace),
  • le musée de Tankerness House.

Autres sites remarquables de Mainland :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Smith, David "Tsunami hazards". Fettes.com. Retrieved 7 March 2011.
  2. a et b Ross, John and Hartley, David (14 August 2009) " 'Cathedral' as old as Stonehenge unearthed." Edinburgh. The Scotsman. Retrieved 16 August 2009.
  3. Towrie, Sigurd (16 August 2007) "Stone wall hints at Neolithic spiritual barrier " Orkneyjar. Retrieved 17 September 2008.
  4. "Ness of Brodgar, Stenness, Mainland, Orkney" UHI: Orkney College. Retrieved 30 August 2008.
  5. "Orkney Archaeology News" Orkneyjar. Retrieved 30 August 2008.
  6. Catherine Turnbull, « Ness of Brodgar discoveries ‘rival classical Greece’ », The Times Scotland, London,‎ 27 août 2011 (lire en ligne)
  7. « Painted walls in Orkney '5,000 years old' », BBC News,‎ 26 juillet 2010 (consulté le 2010-07-28)
  8. James Graham-Campbell : Cultural Atlas of the Viking World, 1999. Page 38. ISBN 0-8160-3004-9.
  9. Thomson (2008) p. 24
  10. Thomson (2008) p. 69 citant l'Orkneyinga saga chapitre 12.
  11. Crawford, Barbara E. « Orkney in the Middle Ages » in Omand (2003) p. 64.
  12. Schei (2006) p. 13
  13. Nicolson (1972) p. 43
  14. Nicolson (1972) p. 45
  15. MacMahon, Peter and Walker, Helen (18 May 2007) "Winds of change sweep Scots town halls". Edinburgh. The Scotsman.
  16. "Political Groups" Shetland Islands Council. Retrieved 23 April 2010.
  17. "Alistair Carmichael: MP for Orkney and Shetland" alistaircarmichael.org.uk. Retrieved 8 September 2009.
  18. "Candidates and Constituency Assessments". alba.org.uk - "The almanac of Scottish elections and politics". Retrieved 9 February 2010.
  19. « "The Untouchable Orkney & Shetland Isles " » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-08-21 (1 October 2009) www.snptacticalvoting.com Retrieved 9 February 2010.
  20. "Tavish Scott MSP" Scottish Parliament. Retrieved 20 Mar 2011.
  21. Les îles Orcades se préparent à devenir l'eldorado européen de l'énergie marine dans Le Monde du 5 décembre 2007.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Saga des Orcadiens, traduite par Jean Renaud, Éditions Aubier, 1990 (ISBN 2-7007-1642-6).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]