Cornouailles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cornouailles (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Cornouaille.

50° 18′ N 4° 54′ O / 50.3, -4.9

Cornouailles
Cornouailles
Administration
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Statut Autorité unitaire
Comté cérémonial
Région Angleterre du Sud-Ouest
Démographie
Population 536 000 hab. (2011)
Densité 150 hab./km2
Population Admin. 511 398 hab.
Densité 144 hab./km2
Géographie
Superficie 3 563 km2
Superficie Admin. 3 547 km2

Les Cornouailles ou la Cornouailles[1] (en cornique : Kernow (pron. : [ˈkɛrnɔw]) ; en anglais : Cornwall (pron. : [ˈkɔrnwɔːl] ou [ˈkɔrnwəl]) ; en gallois : Cernyw (pron. : ['kɛrnɨu] ou ['kɛrnɪu])) est un comté d'Angleterre et une nation celtique situé à l'extrémité sud-ouest du pays.

Sa capitale est Truro. Limité à l'est par le fleuve Tamar, il a une superficie de 3 563 km2 et une population de 536 000 habitants. Il ne doit pas être confondu avec la Cornouaille, qui se trouve en Bretagne continentale. Il est parfois connu sous le nom de plateau de Cornwall ou de péninsule de Cornwall.

Les habitants de la Cornouailles britannique sont les corniques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom Cornwall vient du peuple celte des Cornovii qui habitait la région avant sa conquête au VIIe siècle par les Angles et les Saxons. La population parlait alors une langue brittonique devenue plus tard le cornique. Le breton y est étroitement apparenté. De nombreux noms de lieux présentent d'ailleurs des analogies avec ceux que l'on trouve dans la partie bretonnante de la Bretagne continentale ; de nombreux saints médiévaux sont communs aux deux régions.

Selon la légende rapportée par Geoffroy de Monmouth dans son Historia regum Britanniae, la Cornouailles tirerait son nom de Corineus, guerrier troyen de l'armée de Brutus de Bretagne, ce qui est évidemment invraisemblable.

Géographie[modifier | modifier le code]

Land's End est, selon la tradition, l'une des deux extrémités de la Grande-Bretagne, l'autre étant John o' Groats[2] (Écosse)
Mên-an-Tol, monument préhistorique

Peu urbanisé, le comté ne compte pas de grande ville et est faiblement industrialisé. L'essentiel des revenus est tiré du tourisme et de l'agriculture. La ville de Truro est la capitale administrative et ecclésiastique. (St Austell est la plus grande ville, avec 30 000 habitants mais Camborne et Redruth forment ensemble une agglomération urbaine plus grande). L'exploitation des mines d'étain et de cuivre était importante au dix-neuvième siècle, mais a fini vers 1990: la dernière mine en activité était South Crofty.

C'est une grande région maritime avec de nombreux ports de pêche (Newlyn, Falmouth, Fowey, Looe et Penzance). La pêche à la sardine fut particulièrement importante pendant des siècles.

Le climat doux et la beauté des côtes rocheuses et des paysages vallonnés attirent une population de retraités venant de toute la Grande-Bretagne. La péninsule de Cornouailles, au long littoral accidenté, charme par son isolement et son aspect sauvage. Le sentier côtier de Cornouailles (430 km), très sinueux, serpente au-dessus de falaises abruptes et de criques dentelées. Le chemin est clairement balisé et, à l'intérieur des terres, de nombreux sentiers font office de raccourcis.

Les Sorlingues (Enesow Syllan/Scilly Islands) faisaient autrefois partie du comté administratif de Cornouailles, mais forment une unité administrative séparée (depuis avril 2009). L'archipel fait cependant toujours partie du « comté cérémonial » de Cornouailles.

Climat[modifier | modifier le code]

Malgré son climat doux, la région est exposée 250 jours par an à un ciel nuageux. Les vents de sud-ouest sont très fréquents, sont humides et très doux, et apportent de la grisaille, de la pluie, ou parfois même des dépressions se transformant en tempête. Les températures sont donc modelées par ce vent maritime, avec des hivernales allant de 05° à 15°, et des estivales allant de 15° à 25°.

Politique et administration locale[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2009, le territoire de Cornouailles possédait deux niveaux de représentation et d'administration : le conseil de Cornouailles et les conseils des six districts qui composaient le comté (Caradon, Carrick, Kerrier, North Cornwall, Penwith, and Restormel).

La réforme territoriale (en) qui entre en vigueur le 1er avril 2009 donne au comté de Cornouailles le statut d'autorité unitaire. Le comté est désormais administré par un unique conseil, composé de 123 membres élus par circonscription pour 4 ans.

Élections de 2009[modifier | modifier le code]

Les 123 membres du premier conseil cornique sont élus lors du scrutin du 4 juin 2009. Quatre partis obtiennent des conseillers[3] :

Parti Nombre de voix (pourcentage) Nombre de sièges obtenus
Conservateurs 57 115 (33,8 %) 50
Démocrates libéraux 47 701 (28,2 %) 38
Indépendants 39 093 (23,1 %) 32
Mebyon Kernow 7 290 (4,3 %) 3

Les travaillistes, qui n'ont jamais été très puissants en Cornouailles, finissent même derrière les conservateurs eurosceptiques de l'UKIP, avec 5 698 voix (3,4 %) contre 6 350 (3,8 %)[réf. souhaitée].

Des élections partielles sont tenues entre le scrutin de 2009 et celui de 2013[3] :

Date du scrutin Circonscriptions concernées Parti du conseiller sortant Parti du conseiller élu Pourcentage des voix
26 novembre 2009 St Austell Bay Conservateurs Démocrates libéraux 48 %
13 janvier 2011 Camborne North Labour and co-operative party Labour and co-operative party 32 %
27 octobre 2011 Bude North and Stratton Démocrates libéraux Démocrates libéraux 61 %
24 novembre 2011 Wendron Indépendants Mebyon Kernow 58 %
20 septembre 2012 St Keverne and Meneage Indépendants Conservateurs 58 %

Élections de 2013[modifier | modifier le code]

Les 123 membres du conseil cornique sont élus lors du scrutin du 2 mai 2013. Huit partis obtiennent des conseillers, ainsi que deux candidats dont l'affiliation n'est pas précisée[3] :

Parti Nombre de voix (pourcentage) Nombre de sièges obtenus
Démocrates Libéraux (23 %) 36
Indépendants (21 %) 35
Conservateurs (24 %) 31
UKIP (15 %) 6
Travaillistes (7 %) 6
Mebyon Kernow (5 %) 4
Labour and co-operative party (1 %) 2
Non précisé (1 %) 2
Parti vert (3 %) 1

Des élections partielles sont tenues depuis le scrutin de 2013[3] :

Date du scrutin Circonscriptions concernées Parti du conseiller sortant Parti du conseiller élu Pourcentage des voix
5 septembre 2013 Wadebridge East Conservateurs Libéraux-démocrates 32 %
10 juillet 2014 Illogan Conservateurs Libéraux-démocrates 24 %
17 juillet 2014 Mabe, Perranarworthal and St Gluvias UKIP Conservateurs 33 %

Statut de minorité nationale[modifier | modifier le code]

En début 2014, le gouvernement britannique a formellement reconnu le statut de « minorité nationale » aux Corniques[4].

Culture[modifier | modifier le code]

Truro, la capitale
Drapeau de saint Piran
Drapeau du duc de Cornouailles

Le drapeau cornique — drapeau de saint Piran — est une croix blanche sur fond noir, les mêmes couleurs, mais inversées, que celles d'un des anciens drapeaux bretons. Le blason du duché est de sable à 15 besants d'or rangés en triangle.

La devise de Cornouailles est « Onan Hag Oll » (en français « Un et Tous », l'équivalent breton étant « Unan hag holl »).

Les Corniques sont un groupe ethnique minoritaire dans le Royaume-Uni[5].

Un mouvement politique « Mebyon Kernow » (Fils de Cornouailles) a obtenu quelques succès en militant pour une autonomie locale sur le modèle de la dévolution dont jouissent l'Écosse et le Pays de Galles.

Le prince de Galles porte aussi le titre de duc de Cornouailles et tire une grande partie de ses revenus de ses possessions dans le duché, car l'héritier du trône ne perçoit aucune subvention personnelle de l'État britannique.

Littérature[modifier | modifier le code]

Carte de Cornouailles en langue cornique.
Jamaica Inn (scène de L'Auberge de la Jamaïque).

John le Carré vit dans les Cornouailles depuis les années 1970. Son vrai nom est David Cornwell mais il utilise le patronyme d'un membre de sa famille descendant d'un lointain ancêtre breton venu conquérir la Grande-Bretagne avec les troupes de Guillaume le Conquérant.

Les Cornouailles ont inspiré deux grandes romancières anglaises, Daphne du Maurier (L'Auberge de la Jamaïque) et Virginia Woolf (La Promenade au phare) , qui évoque ses souvenirs d'enfance à Saint-Ives. Pour se familiariser avec les légendes régionales : Mysteries of the Cornish Coast, de Ian Addicoat et Geoff Buswell ; Cornish Legends, de Robert Hunt. Pour une brève introduction historique : Cornwall's History, de Philip Payton ; King Arthur, Man or Myth ?, de Paul White.

Patrick Gale a également écrit deux romans ayant pour toile de fond la Cornouailles : Chronique d'un été en 2002 et Une douce obscurité en 2006.

Rosamunde Pilcher a également écrit des romans dont l'action se déroule en grande partie en Cornouailles (Retour en Cornouailles).

Il est précisé dans le premier tome que le pensionnat de jeunes filles fictif de la série de livres Malory School d'Enid Blyton se situe quelque part en Cornouailles.

Le comté des Cornouailles est aussi une région de l'Angleterre qui a beaucoup inspiré la romancière J.K. Rowling dans l'écriture de la saga Harry Potter, avec les lutins de Cornouailles, mais qu'on retrouve aussi citée dans son roman L'Appel du coucou.

Musique[modifier | modifier le code]

La musique traditionnelle a été popularisée notamment par la chanteuse Brenda Wootton qui faisait partie de la gorsedd de Cornouailles.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Brown Willy, le point culminant de Cornouailles, sur Bodmin Moor
Les falaises et la plage de Porthcurno
Ruines de Crown Mines, Botallack, ancienne mine d'étain
Panneau d'accueil à l'entrée de la cathédrale de Truro en plusieurs langues, anglais, français, cornique, etc.

Les Dames de Cornouailles (Ladies in Lavender) est un film de Charles Dance sorti en 2004, avec Judi Dench et Maggie Smith, dans lequel deux sœurs d'un âge avancé, vivant dans une petite ville tranquille sur la côte de Cornouailles, se trouvent bouleversées par l'apparition mystérieuse d'un jeune homme échoué sur la plage (interprété par Daniel Brühl).

Le film Les Chiens de paille (Straw Dogs) de Sam Peckinpah avec Dustin Hoffman se déroule en Cornouailles.

Représentation populaire[modifier | modifier le code]

Le conte populaire Jack le tueur de géants montre les exploits d'un héros originaire des Cornouailles. Dans l'imagerie populaire en Grande-Bretagne, les Cornouailles sont associées à la piraterie. Sur le plan culinaire, elles sont connues pour leurs « Cornish pasties » (sortes de chaussons fourrés à la viande et aux pommes de terre).

Les Johnnies[modifier | modifier le code]

La côte cornique étant proche de la côte bretonne, les Johnnies (« Petits Jeans » en anglais), marchands d'oignons de la région de Roscoff, débarquaient chaque année dans les ports corniques après une traversée qui durait quelques heures (si la mer était favorable), pour vendre leur cargaison en effectuant du porte-à-porte, puis repartaient en Bretagne.

Langue[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cornique.

L'anglais est la langue usuellement parlée en Cornouailles. Historiquement il a existé une langue de la famille des langues brittoniques appelée cornique. Au Moyen Âge, cette langue était presque identique au breton ; elle a évolué indépendamment, mais en est restée très proche. Presque disparue au commencement du XIXe siècle, elle revit par les efforts d'un mouvement culturel soutenu par plusieurs générations de linguistes. Bien que confidentielle aujourd'hui (environ 1 500 personnes la parlent), cette langue bénéficie du statut officiel de langue régionale du Royaume-Uni, ce qui autorise son enseignement dans les écoles et son financement par des fonds publics. Il existe actuellement plusieurs orthographes en concurrence, qu'un mouvement a entrepris de moderniser et de standardiser. La principale organisation de promotion du cornique s'appelle Cornish Language Partnership (≈ « le partenariat pour la langue cornique »).

Domaine du Prince Charles[modifier | modifier le code]

Le prince Charles, duc de Cornouailles, possède un domaine de 52 000 hectares où il a fondé une ligne de produits bio, domaine dont les revenus remplacent sa liste civile. Fidèle à ses idées, un village modèle écologique de mille maisons traditionnelles en granit et ardoises vient d'y être construit sous l'égide de la fondation Prince de Galles près de Newquay. Proche des plages les plus appréciées pour les surfeurs, son nom est Surfbury. La fondation avait déjà construit le village de Poundbury, sur ce même modèle, près de Dorchester, dans le comté du Dorset.

Économie[modifier | modifier le code]

Wave Hub[modifier | modifier le code]

Un projet, nommé Wave Hub, est en cours de réalisation sur la côte nord. Le Wave Hub est une grosse prise sous-marine sur laquelle viendront se connecter des appareils convertissant l'énergie des vagues en électricité. De nombreuses études environnementales ont été menées afin d'obtenir les autorisations nécessaires à la réalisation de ce projet : il a fallu entre autres prouver que le projet ne nuirait pas aux espèces marines, aux oiseaux, mais pas davantage aux pêcheurs, ou encore aux surfeurs[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Traditionnellement utilisé au féminin singulier « la Cornouailles » (en conservant le s final), par exemple dans le Guide Michelin
  2. En réalité, le point le plus septentrional se situe à Dunnet Head, à quelques kilomètres de John o' Groats.
  3. a, b, c et d (en) « Cornwall council - Election results », sur Site du conseil de Cornouailles (consulté le 25 août 2014)
  4. « Cornish granted national minority status within the UK »
  5. (en) Cornish ethnicity data from the 2001 Census
  6. (en) « Rapport environnemental », sur Wave Hub

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]