Manchester

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les autres significations, voir Manchester (homonymie).
Manchester
Blason de Manchester
Héraldique
Image illustrative de l'article Manchester
Administration
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Nation Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Comté Grand Manchester
Statut Cité (1853)
Maire Naeem ul Hassan
Démographie
Population 511 852 hab. (2011)
Densité 4 422 hab./km2
Population Aire urbaine 2 553 379 hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 53° 29′ 00″ N 2° 15′ 00″ O / 53.483333, -2.2553° 29′ 00″ Nord 2° 15′ 00″ Ouest / 53.483333, -2.25  
Altitude 78 m
Superficie 11 575 ha = 115,75 km2
Divers
Devise Concilio et Labore
Traduction Par sagesse et travail
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

Voir la carte administrative du Royaume-Uni
City locator 14.svg
Manchester

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

Voir la carte topographique du Royaume-Uni
City locator 14.svg
Manchester
Liens
Site web http://www.manchester.gov.uk

Manchester Ecoutez (ˈmanˌtʃɪstə) est une ville et une aire urbaine du Royaume-Uni. Elle a le statut de cité depuis 1853 et compte en 2008 environ 500 000 habitants. Ses habitants s'appellent les Mancunien(ne)s. La ville est au cœur d'une grande agglomération de plus de deux millions et demi d'habitants dont les villes principales sont : Bury, Bolton, Rochdale, Oldham, Ashton-under-Lyne, Stockport, Salford, Altrincham, Wigan. Il s'agit là de la troisième plus importante conurbation du Royaume-Uni par le nombre d'habitants et la seconde zone urbaine élargie avec 2 682 500 habitants. Manchester est la quinzième aire urbaine la plus peuplée de l'Union européenne. Le nom de « Manchester » est utilisé aussi bien pour désigner l'agglomération que la ville-centre.

Manchester est située à 260 km au nord-ouest de Londres, sur la rive est de la rivière Irwell. La ville est bordée au Sud par la plaine du Cheshire et au Nord et à l'Est par la chaîne montagneuse des Pennines. Historiquement, la majeure partie de la ville faisait partie du Lancashire, mais des zones situées au sud de la rivière Mersey appartiennent au Cheshire. Le vicus créé par les Romains à proximité du fort de Mamucium, construit en 79 sur un monticule rocheux non loin de la confluence entre la Medlock et l'Irwell, est devenu au fil de son histoire une ville majeure du nord de l'Angleterre. Manchester est la première ville au monde à avoir été industrialisée, et elle a joué un rôle important durant la révolution industrielle. Durant le XIXe siècle, la ville acquiert d'ailleurs le surnom de « Cottonopolis » en raison de son importante industrie cotonnière. L'économie de la ville s'est depuis tournée vers le secteur tertiaire, et il s'agit aujourd'hui d'un pôle financier important.

Manchester est une ville importante culturellement, qui héberge de nombreux théâtres, musées et salles de concert. La ville a vu dans les années 1980 l'émergence de divers groupes de rock indépendant autour du club The Haçienda, qui deviendront très célèbres par la suite et que l'on regroupe sous l'appellation « Madchester ». Elle a une économie nocturne bien développée avec de nombreux bars et clubs. La ville est le siège de divers médias, dont de nombreuses stations de radios, des journaux et une importante base de la BBC. L'architecture de la ville est marquée par l'omniprésence des briques rouges. Elle mêle des bâtiments historiques, comme la cathédrale gothique, une architecture victorienne très marquée[pas clair], des vestiges de la période industrielle et une architecture beaucoup plus contemporaine avec de hauts gratte-ciel. Manchester est la troisième ville la plus visitée par des étrangers au Royaume-Uni.

Manchester est également une importante ville étudiante avec ses deux universités, l'université de Manchester et l'université métropolitaine de Manchester qui, avec le Royal Northern College of Music, regroupent plus de 70 000 étudiants.

La ville accueillit en 2002 les jeux du Commonwealth. Elle se démarque également dans le monde sportif par ses deux équipes de Premier League de football, Manchester United et Manchester City.

Géographie[modifier | modifier le code]

Site[modifier | modifier le code]

La ville de Manchester, une vaste aire urbaine

Manchester est située à 260 km au nord-ouest de Londres, dans une « cuvette » bordée au nord et à l'est par les Pennines, une chaîne montagneuse du Nord de l'Angleterre. Le centre ville de Manchester se situe sur la rive est de l'Irwell, non loin de l'endroit où celle-ci rencontre ses confluents que sont le Medlock et l'Irk. Il se situe à une altitude peu élevée, entre 35 et 42 m au-dessus du niveau de la mer[1].

La Mersey traverse le sud de Manchester. La plus grande partie de la ville est parfaitement plate, notamment au sud, et certains immeubles offrent des vues sur les contreforts et les landes des Pennines, souvent recouverts de neige en hiver. Les caractéristiques géographiques de la ville ont permis son fort développement comme ville industrielle : elle est proche du port de Liverpool, les rivières permettent de faire fonctionner des usines et des réserves de charbon sont disponibles à proximité[2].

Pour l'Office national des statistiques, Manchester constitue la ville la plus peuplée au sein de l'aire urbaine du Grand Manchester, et la troisième conurbation du Royaume-Uni en nombre d'habitants. Manchester mêle zones urbaines à très forte densité de population et banlieues moins densément peuplées. L'espace vert le plus important de la ville est Heaton Park et ses 260 hectares[3]. La cité est bordée de toutes parts par d'autres zones urbaines importantes, excepté sur une petite zone le long de sa frontière sud avec le Cheshire. Les autoroutes M60 et M56 traversent le Sud de Manchester, à travers respectivement Northenden et Wytenshawe[4]. Des voies ferrées pénètrent dans la ville depuis toutes les directions, la principale gare étant la Piccadilly Station[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Manchester jouit d'un climat tempéré océanique, comme la plupart des villes britanniques, avec des étés frais et des hivers doux. Les précipitations sont régulières au cours de l'année, mais rarement très importantes. Ainsi, la pluviométrie annuelle moyenne de la ville est de 806,6 mm[6], alors que la moyenne du Royaume-Uni est de 1 125 mm[7]. Par ailleurs, il pleut 140,4 jours par an à Manchester[6] contre 154,4 jours par an pour l'ensemble du Royaume-Uni[7].

Toutefois, le site de Manchester est très humide[réf. nécessaire], ce qui favorisait l'industrie textile autrefois très présente, car les fils sont plus cassants dans un climat sec[8]. Les collines des Pennines et celles de la forêt de Rossendale qui entourent la ville sont parfois fortement enneigées, et les routes menant à la ville peuvent alors être bloquées[9], notamment l'A62 venant d'Oldham et Standedge, l'A57 en provenance de Sheffield[10] et la M62 qui passe par Saddleworth Moor.

Relevé météorologique de Manchester
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc.
Température minimale moyenne (°C) 1,3 1,2 2,5 4,3 7,3 10,2 12 11,9 10 7,5 3,6 2
Température maximale moyenne (°C) 6,4 6,6 8,9 11,6 17,3 21,2 23,6 21,5 17 13,7 9,1 7,1
dont pluie (mm) 69 50 61 51 31 27 25 29 44 67 78 78
Nombre de jours avec précipitations 18,2 14,4 15,6 14,4 10,1 5,4 5,6 5 10 12,5 17 17,4
Source : Worldweather.org Prises entre 1971 et 2000 à la station météorologique de l'aéroport de Manchester.


Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« De gueules à trois bandes d'or haussées, au chef d'argent chargé d'un navire voguant sur une mer, le tout au naturel »

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom « Manchester » est issu du nom romain Mamucium donné au fort et au village romains implantés en ce lieu. Ce nom est probablement issu de la latinisation d'un ancien substantif celte (qui pouvait signifier « colline en forme de poitrine », de « mamm- » : « poitrine ») et du vieil anglais « cester » signifiant « ville », mot lui-même dérivé du latin « castra » signifiant « camp »[11]. Une autre hypothèse suggère que ce nom a pour origine le mot « mamma » signifiant « mère » en brittonique, faisant référence à la déesse de la rivière Medlock, qui coulait devant le fort. « Mam » désigne en effet la poitrine d'une femme en gaélique irlandais et la mère en gallois et en breton[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

La région où est aujourd'hui situé Manchester était autrefois le territoire des Brigantes, une importante tribu celtique vivant au nord de l'Angleterre actuelle. Ceux-ci ont alors une forteresse localisée sur un affleurement rocheux où se tient actuellement la cathédrale de Manchester, face à la rive de l'Irwell[13]. Leur territoire s'étend sur de vastes plaines fertiles, à l'emplacement des actuelles villes de Salford et de Stretford. Suite à la conquête de la Grande-Bretagne par les Romains au Ie siècle, le général romain Gnaeus Julius Agricola ordonne la construction du fort de Mamucium en 79, afin de préserver les intérêts romains à Deva Victrix (Chester) et Eboracum (York) des attaques des Brigantes[13]. L'emplacement du centre de Manchester est resté le même depuis cette époque[14]. Une partie des fondations du fort romain est encore visible à Castlefield. L'occupation romaine de la ville prend certainement fin aux alentours du IIIe siècle ; les habitations civiles semblent avoir été abandonnées au milieu du IIIe siècle, mais le fort conserve probablement une petite garnison jusqu'à la fin du IIIe siècle ou le début du VIe siècle[15].

Au moment de la conquête normande en 1066, la ville s'est déplacée vers la confluence des rivières Irwell et Irk[16]. Une vaste partie de la région est laissée à l'abandon après que les Normands ont dévasté le nord de l'Angleterre[17],[18].

Carte de Manchester vers 1650
Carte de Manchester et de Salford en 1801

Le seigneur Thomas de la Warre fonde une collégiale pour la paroisse de Manchester en 1421. L'église est aujourd'hui devenue la cathédrale de Manchester ; les anciens locaux de la collégiale abritent maintenant l'école de musique et la bibliothèque de Chetham[16],[19]. On mentionne par ailleurs l'existence d'un marché à Manchester en 1282[20].

Vers le XIVe siècle, Manchester accueille un afflux de tisserands flamands. Pour certains, c'est cette immigration qui est à l'origine du développement de l'industrie textile dans la région[21]. Manchester prend en effet une importance notable dans la fabrication et le commerce de lainage et de toile et, vers 1540, cette activité s'est développée à tel point que John Leland décrit la ville comme « la plus attirante, la mieux construite et la plus peuplée des villes de tout le Lancashire »[16]. La cathédrale et les bâtiments de Chetham sont les seuls vestiges du Manchester de Leland qui nous sont parvenus[17].

Le XVIIe siècle voit l'usage du coton se développer significativement, tout d'abord avec la production de fustiaines[Quoi ?] en coton et lin, puis, vers 1750, avec la production de tissus en coton pur, qui devient alors d'usage plus courant encore que la laine[16]. L'Irwell et la Mersey sont rendues navigables en 1736, ouvrant une route maritime entre Manchester et le port situé en aval sur la Mersey. Le canal de Bridgewater, première voie d'eau entièrement artificielle de Grande-Bretagne, est ouvert en 1761. Il permet d'apporter le charbon provenant de Worsley dans Manchester même. Le canal est prolongé vers la Mersey en 1776. Par ailleurs, les progrès de l'industrie permettent de réduire de moitié le coût du charbon et donc de diviser les coûts de transport du coton par deux[16],[19]. Le marché de Manchester recueille à l'époque la majorité des textiles produits dans les villes environnantes[16]. Une bourse de commerce est ouverte en 1729[17], et la présence de nombreux grands entrepôts facilite les échanges.

En 1780, Richard Arkwright commence la construction de la première usine de filage de coton[17],[19].

La révolution industrielle[modifier | modifier le code]

Usines de filage du coton à Ancoats vers 1820
Manchester from Kersal Moor, par William Wyld en 1857. Manchester acquiert au début du XIXe siècle le surnom de « Cottonopolis » en raison de ses nombreuses usines de textile.

Durant la révolution industrielle, l'histoire de Manchester est fortement liée à celle de l'industrie textile. La grande majorité des usines de filage du coton se situe alors au sud du Lancashire et au nord du Cheshire, et Manchester est le siège d'une importante industrie de travail du coton[22], puis devient plus tard le plus important carrefour commercial pour les produits issus de cette industrie[16],[23]. Ainsi, Manchester se voit surnommée « Cottonopolis », ou encore « la ville des entrepôts », durant l'ère victorienne[22]. En Australie, en Nouvelle-Zélande et en Afrique du Sud, le terme « manchester » est utilisé pour désigner divers objets en toile de lin : draps, taies d'oreillers, serviettes, etc[24].

La ville de Manchester commence à s'étendre à une vitesse étonnante au milieu du XIXe siècle, à la faveur d'une urbanisation incontrôlée causée par la révolution industrielle[25]. Un grand nombre d'industries s'implantent dans la ville, faisant d'elle en 1835 « sans conteste la ville la plus industrialisée du monde »[23]. Les industries de construction mécanique fabriquent à l'origine des machines pour le travail du coton, mais se diversifient pour devenir plus générales. De même, l'industrie chimique qui fabriquait initialement des produits de blanchiment et des colorants se tourne vers d'autres débouchés. Le commerce est soutenu par les banques et les assurances. De larges infrastructures de transport et de distribution sont mises en place pour approvisionner la population croissante en nourriture et autres biens de consommation : le système de canaux est étendu et Manchester devient le terminus du premier chemin de fer reliant deux villes – le Liverpool and Manchester Railway. La concurrence entre les différents moyens de transport permet de maintenir les prix assez bas[16]. En 1878, le General Post Office, précurseur de British Telecom, vend ses premiers téléphones à une firme de Manchester[26].

Le Manchester Ship Canal est créé en canalisant les rivières Irwell et Mersey sur 58 km, de Salford à l'estuaire de la Mersey. Cela permet notamment aux bateaux en provenance de l'océan d'arriver directement au port de Manchester. Sur les rives du canal, à l'extérieur de la ville, la première zone industrielle du monde est créée à Trafford Park[16]. De grandes quantités de machines, principalement destinées au travail du coton, sont exportées dans le monde entier.

Le massacre de Peterloo de 1819 fait 15 morts et plusieurs centaines de blessés.

Occupant une place majeure dans le modèle économique capitaliste, Manchester est régulièrement le théâtre d'émeutes et autres manifestations du mécontentement de la classe ouvrière qui souhaite améliorer ses conditions de travail et de vie. L'exemple le plus célèbre est le massacre de Peterloo du 16 août 1819, au cours duquel la cavalerie chargea une manifestation pacifique de 60 000 à 80 000 personnes rassemblées pour demander une réforme de la représentation parlementaire, faisant 15 morts et plusieurs centaines de blessés. La ville est le sujet du livre de Friedrich Engels La situation de la classe laborieuse en Angleterre. Ce dernier a d'ailleurs vécu de longues années dans les environs de Manchester et connaît bien la ville[27]. Le premier Trades Union Congress a lieu à Manchester (au Mechanics Institute, dans David Street) du 2 au 6 juin 1868. Manchester est également l'un des berceaux du Parti travailliste et du mouvement des suffragettes[28].

Manchester fait à cette époque preuve d'un dynamisme étonnant : de nouveaux processus industriels apparaissent, une nouvelle façon de penser (l'école de Manchester promeut le libre marché et la politique du « laissez-faire »), de nouvelles classes sociales, de nouvelles sectes religieuses et de nouvelles formes d'organisation du travail se développent dans la ville. Manchester attire alors des visiteurs érudits provenant de toute l'Europe. Un dicton illustrant ce fort sens de l'innovation explique : « ce que Manchester fait aujourd'hui, le reste du monde le fera demain »[29],[30],[31]. Manchester atteint certainement son âge d'or au cours du dernier quart du XIXe siècle. Plusieurs des grands édifices publics de la ville, dont l'hôtel de ville, datent de cette époque[32]. L'atmosphère cosmopolite et enthousiaste de la ville contribue à rendre dynamique sa vie culturelle, à travers l'orchestre Hallé notamment[33]..

Si la révolution industrielle a fait la richesse de la ville, elle a aussi conduit une grande partie de la population à la misère. Ainsi, l'historien Simon Schama note que « Manchester représente le meilleur comme le pire dans des extrêmes effrayants, une nouvelle sorte de ville ; les cheminées des banlieues industrielles vous saluent avec des colonnes de fumée »[34].

Le nombre d'usines de coton de Manchester atteint un pic avec 108 unités en 1853. Par la suite, ce nombre commence à décroître et Manchester perd son statut de plus grand centre de filage du coton au profit de Bolton en 1850, puis de Oldham dans les années 1860. Toutefois, cette période de recul de l'activité textile correspond au développement de la ville comme centre financier de la région[22]. Manchester poursuit la transformation du coton et, en 1913, 65 % du coton du monde est transformé dans la région[16]. La Première Guerre mondiale interrompt un temps l'accès aux marchés extérieurs, et le travail du coton se développe un peu partout dans le monde, souvent avec des machines fabriquées à Manchester. Par la suite, la ville est très touchée par la Grande Dépression et les vieilles industries de la ville commencent à reculer, y compris les industries textiles[35].

L'après-guerre[modifier | modifier le code]

Comme tout le Royaume-Uni, la région de Manchester est très impliquée dans la Seconde Guerre mondiale. Par exemple, les ateliers de machinisme de la compagnie ferroviaire Beyer-Peacock and Company fabriquent des bombes, l'usine de caoutchouc Dunlop de Chorlton-on-Medlock fabrique des ballons de barrage, et à Trafford Park les ingénieurs de Metropolitan-Vickers font des bombardiers Avro Manchester et Avro Lancaster, tandis que Ford fabrique les moteurs Rolls-Royce Merlin destinés à ces avions. Manchester est la cible des bombardiersHeinkel 111 et Dornier 17 de la Luftwaffe à de très nombreuses reprises et, à partir de 1940, les raids aériens visent des cibles civiles. Le bombardement le plus important a lieu durant le « Christmas Blitz », pendant les nuits du 22 au 23 décembre et du 23 au 24 décembre 1940, quand environ 467 tonnes d'explosifs et plus de 37 000 bombes incendiaires s'abattent sur la ville. Une grande partie du centre historique est détruit, dont notamment 165 entrepôts, 200 établissements financiers et 150 bureaux. 376 personnes sont tuées et 30 000 maisons sont endommagées[36]. La cathédrale de Manchester fait partie des bâtiments sérieusement endommagés, et sa restauration dure une vingtaine d'années[37].

La transformation et le commerce du coton continuent de s'effondrer après la guerre[16]. En 1963 le port de Manchester est le troisième port du Royaume-Uni[38],[39] et emploie plus de 3 000 hommes, mais le canal devient vite inutilisable pour les navires de plus en plus imposants. Le trafic décline donc progressivement, et le port finit par fermer en 1982[40]. L'industrie lourde souffre à partir des années 1960, et est fortement réduite suite aux réformes du gouvernement de Margaret Thatcher à partir de 1979. Manchester voit 150 000 emplois disparaître dans le secteur secondaire entre 1961 et 1983[16].

La ville entame sa reconstruction à la fin des années 1980, grâce à des initiatives telles que le Metrolink, le Bridgewater Concert Hall, le Manchester Evening News Arena et le réaménagement du port à Salford. Les deux tentatives pour accueillir les Jeux olympiques marquent également la volonté de la ville de retrouver un prestige international[41].

Manchester a connu au cours de son histoire diverses attaques attribuées à des républicains irlandais, comme les martyrs de Manchester en 1867, l'incendie de 1920, une série d'explosions en 1939 et deux bombes en 1992. À 11 h 20 le samedi 15 juin 1996, l'IRA fait exploser 1 500 kg d'explosifs dans une camionnette sur la Corporation Street près du carrefour avec Market Street. Cette bombe est la plus grosse ayant jamais explosé sur le sol anglais, et elle fait plus de 200 blessés, endommageant au passage plusieurs bâtiments voisins et faisant voler en éclats les vitres alentours. Le coût direct de cet attentat est estimé à l'origine à 50 millions de livres sterling, mais est rapidement revu à la hausse[42]. Finalement, les dépenses s'élèvent à 400 millions de livres ; plusieurs commerces ne se remettent pas des pertes engendrées[43]. D'autres quartiers ont été réaménagés à cette époque comme Hulme[44].

L'Exchange Square lors de la retransmission d'un match de la coupe du monde de football.

Grâce à l'investissement qui a suivi l'attentat de 1996 et aux XVIIe jeux du Commonwealth, le centre ville de Manchester fait l'objet d'une reconstruction de grande envergure[41],[45],[46]. Des lieux nouveaux ou rénovés comme The Printworks et The Triangle deviennent populaires pour faire du shopping ou se divertir. Le Manchester Arndale est le plus grand centre commercial du Royaume-Uni.

De vastes parties de la ville datant des années 1960 ont été détruites puis reconstruites, ou modernisées par l'emploi de matériaux comme le verre et l'acier. Les vieilles filatures ont été reconverties en appartement modernes, Hulme a subi une rénovation importante, et des appartements ont pu voir le jour. Avec ses 169 mètres et 47 étages, Beetham Tower, achevée en 2006, est le bâtiment le plus haut du Royaume-Uni en dehors de Londres, et le plus grand bâtiment à vocation résidentielle d'Europe de l'Ouest. Les 23 étages inférieurs constituent l'hôtel Hilton, et les 24 autres abritent des appartements[47]. En janvier 2007, le Casino Advisory Panel accorde une licence à Manchester pour construire le seul supercasino du Royaume-Uni, afin de rénover les quartiers Est de la ville[48],[49] mais en mars la Chambre des Lords rejette le projet avant que la chambre des communes n'ait à se prononcer[50]. Ce projet est aujourd'hui abandonné.

Manchester est aujourd'hui considérée par la presse internationale[51], la population anglaise et certains ministres du gouvernement britannique[52] comme la seconde ville du Royaume-Uni. Un sondage de 2007 réalisé par la BBC lui attribue la place de seconde ville du Royaume-Uni devant Birmingham et Liverpool. Les critères de classement des villes sont en fait mal définis. Manchester n'est pas la seconde ville en termes de population, mais les critères culturels et historiques pèsent également pour obtenir cette reconnaissance pour certains[53]. Ce titre, non officiel, est pourtant traditionnellement attribué à Birmingham, et ce depuis le début du XXe siècle[54].

Démographie[modifier | modifier le code]

Répartition démographique de Manchester[55],[56]
Recensement de 2001 Manchester Grand Manchester Angleterre
Population totale 503,127 2,682,528 53,012,456
Blanc 66,6 % 83,8 % 85,4 %
Asiatique 17,1 % 10.1 % 7,8 %
Noir 8,6 % 2,7 % 3,5 %
Plus de 75 ans 4,5 % 6,7 % 7,7 %
Chrétiens 48,7 % 61.8 % 59.4 %
Musulmans 15,8 % 8,7 % 5,0 %
Population de Manchester et d'autres villes du Grand Manchester entre 1801 et 2001

Le recensement du Royaume-Uni de 2011 a enregistré une population totale de 503 100 habitants, soit une augmentation importante de 19 % par rapport à 2001[57], alors que les recensements précédents faisaient état d'une diminution progressive de la population. La ville affiche ainsi la plus forte hausse parmi les grandes villes d'Angleterre en dehors de Londres[57]. Il a été compté environ 92 000 jeunes de moins de 15 ans, 388 000 personnes âgées entre 16 et 75 ans et 23 000 plus de 75 ans[57]. La zone urbaine entourant Manchester, définie par Eurostat et comprenant le reste du comté du Grand Manchester, comprend 2 682 528 habitants en 2011[57]. Elle forme la seconde zone urbaine du Royaume-Uni après celle de Londres en nombre d'habitants.

Une étude de 2007 a montré que 60 % de la population de Manchester vit dans un des quartiers les plus démunis du Royaume-Uni[58]. Une étude de 2006 note qu'avec 452 000 habitants au sein de son arrondissement métropolitain, Manchester est la ville la plus peuplée du nord-ouest de l'Angleterre[59]. Historiquement la population de Manchester a commencé à augmenter rapidement durant l'ère victorienne pour atteindre un pic de 766 311 en 1931. Elle a par la suite commencé à décroître rapidement avec la suppression de certains taudis de la ville et la construction de logements sociaux dans des villes satellites après la Seconde Guerre mondiale, comme Hattersley et Langley[60].

Les habitants de Manchester, comme ceux de nombreuses autres grandes villes, ont des confessions religieuses très diverses. Ainsi, la ville abrite la seconde communauté juive du Royaume-Uni après Londres[61], et elle a la plus grande population musulmane du Grand Manchester. La ville se démarque aussi par un pourcentage important de personnes qui se déclarent « sans religion »[62].

En termes de diversité ethnique, la ville de Manchester se classe au premier rang au sein du Grand Manchester et au 34e rang en Angleterre. Selon des estimations de 2005, 77,6 % de la population est de type européen, principalement composée de britanniques (71 % de la population totale) ou d'irlandais (3 % de la population). Certains ont des origines italiennes, et on estime d'ailleurs que 5,5 % de la population aurait des ancêtres italiens[63]. 3,2 % de la population est métisse, avec 1,3 % de métisses des Caraïbes, 0,6 % de métisses africains et 0,7 % de métisses asiatiques). 10,3 % de la population est d'origine sud-asiatique, avec 2,3 % d'indiens, 5,8 % de pakistanais et 1 % de bangladais. On compte 2 % d'afro-caribéens et 2,7 % d'africains. Enfin, les Chinois représentent 2,3 % de la population de la ville[64]. Les minorités ethniques sont principalement concentrées dans les quartiers de Moss Side, Longsight, Cheetham Hill et Rusholme[16]. Le festival irlandais de Manchester, qui comprend la parade de la Saint-Patrick, est un des plus importants d'Europe[65]. Il y a un quartier chinois dans Manchester où on trouve bon nombre de restaurants orientaux ainsi que des supermarchés chinois. De nombreux jeunes chinois viennent étudier dans les universités de la ville[66].

Suivant les estimations de 2005, le niveau de criminalité de la ville est supérieur à la moyenne nationale. Certaines parties de Manchester ont subi les effets indésirables d'une urbanisation rapide, comme le Moss Side ou le Wytenshawe où la criminalité est élevée[67]. Ainsi, en 2006, le nombre de vols de voiture pour 1 000 habitants est de 8,9 contre 2,9 pour la moyenne nationale[68]. Le nombre de crimes sexuels est de 1,9 pour mille habitants pour une moyenne nationale de 0,9[68]. De même, les violences envers les personnes s'élèvent à 32,7 pour mille habitants à Manchester alors que la moyenne nationale est de 16,7[68].

Administration[modifier | modifier le code]

Le Manchester Town Hall, siège de la municipalité, est un exemple d'architecture gothique de l'ère victorienne.

Manchester est administré par le Manchester City Council. En effet, le Greater Manchester County Council cesse d'administrer la ville en 1986, et la cité devient alors une « unitary authority ». Depuis sa création en 1995, Manchester est membre de l'English Core Cities Group qui, entre autres, permet de promouvoir le statut économique, social et culturel de la ville au niveau international[69].

En 1301, Thomas Grelley donne une charte à la ville de Manchester, mais celle-ci perd son statut d'arrondissement lors d'un court case en 1359. Durant très longtemps, la ville de Manchester fait partie du comté du Lancashire[70]. Nikolaus Pevsner écrit à ce propos que « le fait que Stretford et Salford ne forment pas une unité administrative avec Manchester constitue une des plus curieuses anomalies de l'Angleterre »[21]. Un conflit entre des barons normands semble être à l'origine de la division entre Manchester et Salford, mais ce n'est pas cette dernière qui a été retirée de Manchester mais l'inverse, Manchester disposant d'un plus faible nombre de seigneurs[71]. Suite à ce clivage, Salford devient le chef-lieu du Salfordshire, qui inclut l'ancienne paroisse de Manchester. Cette dernière forme plus tard son propre Poor Law Union portant son nom[70]. En 1838, la ville retrouve son statut d'arrondissement, et comprend les villes de Beswick, Cheetham Hill, Chorlton-on-Medlock et Hulme. En 1853, la ville est promue au rang de « city »[70].

En 1885, Bradford, Hapurhey, Rusholme et des fractions de Moss Side et Withington intègrent la City de Manchester. En 1889, la ville devient le chef-lieu du comté de Manchester, et n'est dès lors plus rattachée au Lancashire[70]. Entre 1890 et 1933, de nouvelles zones sont mises sous l'administration de la ville et retirées du Lancashire, comme les villages de Burnage, Chorlton-cum-Hardy, Didsbury, Fallowfield, Levenshulme, Longsight, et Withington. En 1931 les paroisses de Baguley, Northenden et Northen Etchells, situées au sud de la Mersey, passent du comté du Cheshire à celui de Manchester[70]. En 1974, et suite au Local Government Act 1972, Manchester devient un district métropolitain du comté métropolitain du Grand Manchester[70]. Cette même année, Ringway, où se situe l'aéroport de Manchester, est adjoint à la ville.

Économie[modifier | modifier le code]

Le centre ville de Manchester de nuit vu de la tour Beetham.

Dès le XVIe siècle, la région de Manchester est connue pour ses industries du lin et de la laine, mais c'est à partir de 1600 que le coton fait son apparition et va peu à peu assurer la fortune de la ville. L'importation du coton via le port de Liverpool, le réseau dense de canaux, la pureté des eaux provenant de la chaîne des Pennines, l'hygrométrie élevée et la main-d'œuvre importante sont les facteurs qui ont permis le développement rapide de l'industrie de ce textile et de ses activités annexes[35]. Le coton anglais se vend alors dans le monde entier et c'est la bourse spécialisée de Manchester qui est le centre nerveux de ce commerce[35].

Manchester est au premier plan lors de la révolution industrielle du XIXe siècle, et devient un important centre de production industrielle. L'économie de la ville est aujourd'hui principalement basée sur les services. En 2007, la ville présente la croissance la plus importante du Royaume-Uni, et c'est la seconde ville dans laquelle les entreprises investissent après Londres[72]. Le Manchester's State of the City Report a observé que les activités majeures de la ville sont les services professionnels et financiers, les industries des sciences de la vie, la culture, les médias et les communications[72]. En 2007 et 2008 la cité se classe au deuxième rang des villes où il est intéressant de faire des affaires au Royaume-Uni[73], et atteint même le quatorzième rang européen en 2008[74].

Le Grand Manchester représente plus de 42 millions de livres de valeur ajoutée brute, et se classe ainsi au troisième rang anglais[75]. C'est l'un des plus grands centre financier en Europe avec plus de 15 000 personnes employées dans les banques et la finance et 60 compagnies bancaires[76]. The Co-operative Group, plus grand groupe détenu pas des consommateurs, est basé à Manchester et constitue un des plus grands employeurs de la ville. De nombreux services de juriste, comptabilité, management et autres services techniques ou professionnels existent à Manchester[76].

Le Central Business District est dans le centre ville de Manchester, adjacent à Piccadilly et concentré sur la Mosley Street, le Deansgate, King Street et Piccadilly. La zone de Spinningfields, située à l'ouest de Deansgate, se développe actuellement pour accueillir des bureaux, diverses infrastructures commerciales et des tribunaux. Plusieurs entreprises s'y sont basées, et un centre de justice civil y a ouvert en octobre 2007[77],[78],[79].

Manchester tient une place prédominante dans le commerce, l'éducation et la culture du nord-ouest de l'Angleterre[76], et se classe au troisième ou quatrième rang des villes à la plus forte activité de ventes au détail[80],[81],[82]. Dans le centre ville, on retrouve de nombreuses boutiques de grande renommée telles que Vivienne Westwood, Emporio Armani, DKNY, Harvey Nichols, Chanel, Hermès et Louis Vuitton. La ville a plusieurs galeries marchandes, parmi lesquelles on retrouve notamment le Manchester Arndale, plus grande galerie marchande du Royaume-Uni.

Vue panoramique de Manchester lors du réveillon de Noël 2010

Culture[modifier | modifier le code]

Arts[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Manchester Opera House, une des plus grandes scènes de la ville

Manchester dispose de deux orchestres symphoniques, le Hallé Orchestra et le BBC Philharmonic Orchestra. Le premier est fondé en 1858. Il est actuellement dirigé par Sir Mark Elder. Le BBC Philharmonic Orchestra est créé en 1922 et est dirigé aujourd'hui par Juanjo Mena. Il y a aussi un orchestre de chambre, le Manchester Camerata. En 1950, la ville abritait la Manchester School, formée de compositeurs classiques parmi lesquels Harrison Birtwistle, Peter Maxwell Davies, David Ellis et Alexander Goehr. Le Royal Northern College of Music et l'école de musique de Chetham sont les principales écoles de musique de la ville[83]. On peut aller écouter de la musique classique à Free Trade Hall dans la Peter Street, mais aussi au Bridgewater Hall, ouvert en 1996. Ce dernier dispose de 2 500 places.

La Manchester Evening News Arena est la principale salle de concert de musique pop. Elle est située à côté de la gare Victoria et constitue avec ses 21 000 places la plus grande salle de ce type en Europe[84],[85]. C'est une des salles de concert les plus populaires au monde avec Madison Square Garden à New York et The O2 Arena de Londres[86]. Les autres principales salles de spectacles sont Manchester Apollo et Manchester Academy, ainsi que le Bierkeller, le Roadhouse, le Night and Day Cafe et le Ruby Lounge, plus modestes.

Les plus célèbres groupes originaires de Manchester sont The Smiths, les Buzzcocks, The Fall, Joy Division et New Order qui lui succède, Oasis et Doves. Manchester semble avoir été une force motrice pour la région à travers ses groupes de rock indépendant des années 1980 comprenant Happy Mondays, Inspiral Carpets, James, et The Stone Roses. Ces groupes ont constitué ce qui est devenue la scène « Madchester », également centrée sur Fac 51 Haçienda, connu comme The Haçienda et créé par le fondateur de Factory Records, Tony Wilson. Bien qu'originaires du sud du pays, les membres de The Chemical Brothers ont formé leur groupe lorsqu'ils faisaient leurs études à Manchester[87]. L'ancien leader des Stone Roses, Ian Brown, et l'ancien membre des Smiths, Morrissey, poursuivent des carrières solos fructueuses. Take That et Simply Red sont d'autres célèbres représentants de la ville. Par ailleurs, A Guy Called Gerald, Richard Ashcroft de The Verve et Jason Kay de Jamiroquai sont autant d'artistes natifs du Grand Manchester. Dans les années 1960, la scène de Manchester était également très bien représentée avec The Hollies, Herman's Hermits et les Bee Gees, qui bien qu'on les associe souvent avec l'Australie, ont grandi à Chorlton[88].

Littérature[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, Manchester représente à travers la littérature qui lui est associée les changements que l'industrialisation a amené en Angleterre. C'est notamment le cas dans Mary Barton: A Tale of Manchester Life (1848)[89], le roman d'Elizabeth Gaskell, qui a vécu et travaillé à Manchester. L'action de son roman, adapté avec succès par la BBC dans North and South, se déroule dans la ville industrielle en pleine expansion de « Milton », qui n'est autre que Manchester. Cette même auteur a également écrit une biographie d'Emily Brontë, et demeure une écrivain classique de la littérature anglaise. Dans son roman paru en 1876 en trois volumes The Manchester Man, Isabella Banks dépeint d'une manière assez réaliste la ville de l'époque des guerres napoléoniennes au premier Reform Act. Elle y fait référence à certains évènements qui ont marqué la ville comme le massacre de Peterloo de 1819 ou les émeutes contre les Corn Laws[90]. Charles Dickens a placé l'action de son roman Les Temps difficiles dans la ville, et bien qu'il prenne beaucoup modèle sur Preston, on retrouve l'influence de son amie Elizabeth Gaskell[91]. Plus récemment Maurice Procter a écrit divers romans policiers, dont Hell is a City, en 1954, qui se déroule dans la ville[92].

Parmi les autres auteurs mancuniens célèbres, on compte Anthony Burgess, qui a notamment écrit L'Orange mécanique, œuvre qui sera adaptée au cinéma par Stanley Kubrick[93], mais également Frances Hodgson Burnett, connue pour être l'une des pionnières du roman d'apprentissage pour enfants, Thomas De Quincey, William Harrison Ainsworth, Paul Johnson ou Howard Jacobson. Carol Ann Duffy, professeur de poésie contemporaine à l'université métropolitaine de Manchester, a été nommée poète lauréat de Grande-Bretagne en mai 2009[94]

Théâtres[modifier | modifier le code]

Les jardins de Piccadilly, au centre de Manchester.

Parmi les plus grandes salles de théâtre de la ville, on compte le Manchester Opera House, le Palace Theatre, le Royal Exchange Theatre et le Lowry, à Salford. On trouve également des salles plus modestes comme le théâtre de la bibliothèque, situé dans la Manchester Central Library, la Green Room, le Contact Theatre et le Studio Salford[95].

Musées[modifier | modifier le code]

La City Art Gallery
Le Musée des Sciences et de l'Industrie

Manchester héberge un grand nombre de musées publics et de galeries d'art[96]. Ils commémorent notamment l'histoire romaine de la ville, son riche héritage industriel et son rôle dans la révolution industrielle, l'industrie du textile, les syndicats professionnels, le vote des femmes et le football. Dans le district de Castlefield, une partie d'un fort romain de Mamucium rebâti est ouvert au public. Le Musée des Sciences et de l'Industrie, qui se situe dans la Liverpool Road railway station, présente au public une large collection de locomotives à vapeur, des machines industrielles et des avions[97]. Le Musée des Transports recueille une collection d'anciens bus et trams de la ville[98] Salford Quays, non loin du centre ville, à Trafford, accueille l'Imperial War Museum North[99]. Le Manchester Museum ouvert au public depuis les années 1880 présente des galeries d'égyptologie et d'histoire naturelle de grande qualité[100]. Dans l'ancienne synagogue des Espagnols et des Portugais (1874), le musée juif retrace l'histoire des Juifs de la ville, du XVIIIe siècle à aujourd'hui, alors que la communauté actuelle est forte de 40 000 personnes[101].

La Manchester Art Gallery, appartenant à la municipalité et située à Mosley Street, expose une collection permanente de tableaux de peintres européens, et possède l'une des plus importantes collection préraphaélite du Royaume-Uni[102],[103].

Dans le sud de la ville, la Whitworth Art Gallery présente de l'art moderne, des sculptures et du textile[104]. Il y a d'autres espaces d'exposition à Manchester comme le Cornerhouse, le centre Urbis, la Manchester Costume Gallery à Platt Fields Park, le People's History Museum et le Manchester United Museum dans le stade de Old Trafford[105].

Les œuvres du peintre natif de Stretford Laurence Stephen Lowry, célèbre pour ses peintures du Manchester industriel et de Salford peuvent être vues à la Manchester Art Gallery, à la Whitworth Art gallery et au centre d'art The Lowry à Salford Quays (dans la commune de Salford)[106].

Manchester la nuit[modifier | modifier le code]

L'économie de la nuit s'est développée depuis 1993 à Manchester, avec l'investissement de quelques brasseries dans des bars, clubs et autres boîtes de nuit, avec l'appui des autorités locales[107]. Les plus de 500 établissements disposant de licences dans le centre ville[108] ont la capacité d'accueillir plus de 250 000 visiteurs[109], avec environ 110–130 000 personnes les visitant lors d'un soir de weekend typique. L'économie de la nuit représente un chiffre d'affaires annuel de 100 millions de livres sterling[110], et emploie 12 000 personnes[108].

La scène surnommée « Madchester », qui apparaît dans les années 1980, et au sein de laquelle on retrouve certains groupes comme The Stone Roses, les Happy Mondays, Inspiral Carpets, 808 State, James et The Charlatans, est basée autour de boîtes de nuit comme The Haçienda[111]. Cette période a été l'objet du film 24 Hour Party People. La plupart des boîtes de nuit souffraient du crime organisé à cette époque ; Haslam en décrit une où le personnel était tellement terrorisé qu'il arrivait régulièrement que des personnes entrent et consomment sans payer, et où la drogue était vendue en toute liberté[111]. Suite à une série d'accidents violents liés à la drogue, The Hacienda ferme en 1997[107].

Le village gay[modifier | modifier le code]

Les bars de Canal Street accueillent une clientèle gay depuis au moins 1940[107], et forment aujourd'hui la base de la communauté homosexuelle de la ville. Le premier supermarché gay du Royaume-Uni y est ouvert, et la zone reçoit 20 000 visiteurs chaque week-end et voit se dérouler un festival populaire au mois d'août depuis 1991[112]. La série télévisée Queer as Folk se tient dans cette partie de la ville.

Architecture[modifier | modifier le code]

Shambles Square, le Corn Exchange, la grande roue de Manchester et le centre commercial Arndale
La tour Beetham, à Deansgate, immeuble le plus haut de la ville

Une grande variété de styles architecturaux sont représentés à Manchester, du style victorien à l'architecture contemporaine. La ville se caractérise par l'emploi de brique rouge dans une bonne part des bâtiments de la ville. L'industrie cotonnière a laissé des traces dans le bâti de la ville actuelle[19]. Ainsi, juste en dehors du centre ville on trouve de nombreuses anciennes usines à coton. Certaines d'entre elles sont demeurées telles qu'elles étaient à leur fermeture, tandis que d'autres ont été aménagées en espaces résidentiels ou en bureaux.

La cathédrale de Manchester est de style gothique et date du XVe siècle. Elle est notamment remarquable pour les stalles de son chœur, ornées de gravures et souvent considérées comme parmi les plus belles d'Angleterre[113].

L'hôtel de ville, située à Albert Square, est construit en style néogothique, et est considéré comme le plus important édifice public d'Angleterre de l'ère victorienne[114]. Sa tour s'élève à 87 m, et sa façade comporte des gravures représentant des personnages remarquables de l'histoire de la ville. L'intérieur est également richement décoré, avec au sol des mosaïques et au plafond des fresques réalisées par Ford Madox Brown et retraçant l'histoire de Manchester[115]. Il a parfois été utilisé au cinéma à la place du palais de Westminster dans lequel il est interdit de filmer[116],[117].

Manchester possède également des gratte-ciels construits dans les années 1960 et 1970, le plus grand étant la tour CIS, située près de la gare Victoria. La tour Beetham, terminée en 2006, est un exemple d'un nouveau genre de bâtiments de grande taille. Elle comprend l'hôtel Hilton, un restaurant et des appartements. À son achèvement, il était le plus grand building du Royaume-Uni, Londres exclue. Le Green Building, qui fait face à la gare d'Oxford Road, est une construction innovante qui se veut respectueuse de l'environnement, un projet presque unique au Royaume-Uni.

Le parc Hilton, au nord de la ville, est un des plus grands parcs municipaux d'Europe, couvrant pas moins de 250 hectares[118]. La ville comporte 135 parcs et jardins[119]. Deux grands squares comportent diverses statues. Albert Square a des monuments en l'honneur du Prince Albert, de l'évêque James Fraser, d'Oliver Heywood, de William Ewart Gladstone et de John Bright. Les jardins de Piccadilly contiennent des monuments en hommage à la Reine Victoria, Robert Peel, James Watt et au Duc de Wellington. Le cénotaphe de St Peter's Square, réalisé par Edwin Lutyens, est le principal mémorial de Manchester pour ses morts à la guerre. Le mémorial d'Alan Turing à Sackville Park commémore le rôle qu'a joué cet homme dans l'informatique moderne. Une statue d'Abraham Lincoln sculptée par George Gray Barnard et observable à Lincoln Square fut offert à la ville par M. et Mme Charles Phelps Taft deCincinnati, dans l'Ohio, pour honorer le rôle du Lancashire dans la pénurie de coton du Lancashire et la guerre civile américaine de 1861–1865[120]. Le succès que rencontrèrent les jeux du Commonweath de 2002 est commémoré par le B of the Bang, situé près du City of Manchester Stadium à l'est de la ville. Avec 184 m de hauteur, il s'agit de la plus haute sculpture du Royaume-Uni[121]. Un Concorde se trouve près de l'aéroport de Manchester.

Média[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

B of the Bang à Sportcity, construit à l'occasion des Jeux du Commonwealth de 2002.

Manchester est la ville qui compte le plus de radios locales après Londres, parmi lesquelles on trouve notamment BBC Radio Manchester, Key 103, Capital, Piccadilly Magic 1152, 100.4 Smooth FM, Real Radio North West, Capital Gold 1458, 96.2 The Revolution et Xfm[122],[123]. Radio Manchester a retrouvé son appellation d'origine après avoir été temporairement baptisé BBC GMR en 1988[124]. Il existe également des radios étudiantes comme Fuse FM à l'université de Manchester et MMU Radio à l'université métropolitaine de Manchester[125],[126]. Un réseau de radios libres est géré par Radio Regen, avec des stations qui couvrent le sud de Manchester et notamment Ardwick, Longsight et Levenshulme (All FM 96.9) et Wythenshawe (Wythenshawe FM 97.2)[123].

Film[modifier | modifier le code]

Manchester a été le théâtre de plusieurs films holywoodiens comme My Son, My Son ! (1940) de Charles Vidor qui met à l'affiche Brian Aherne et Louis Hayward, Grand Hotel (1932), dans lequel Wallace Beery crie régulièrement « Manchester ! », Velvet Goldmine avec Ewan McGregor ou encore The Man in the White Suit d'Alec Guinness. Plus récemment, la ville est prise dans les flammes dans 28 jours plus tard sorti en 2002. L'action du film d'animation japonais de 2004 Steamboy prend place au moins partiellement à Manchester lors de la révolution industrielle. Le festival international du film de Manchester a par ailleurs lieu tous les deux ans dans la ville[127], et le festival du film du Commonwealth s'y est également tenu[128].

Journaux[modifier | modifier le code]

Le journal The Guardian fut créé à Manchester en 1821 sous le nom de Manchester Guardian. Son siège est toujours situé dans la ville, bien qu'une partie des fonctions de management soient déplacées vers Londres[16]. Le Manchester Evening News est quant à lui le journal local qui a le plus grand tirage du Royaume-Uni. Il est gratuit en centre ville le jeudi et vendredi. Malgré son titre il est disponible toute la journée[129]. Le Metro Noth West est distribué gratuitement aux arrêts du Metrolink, dans les gares et d'autres lieux très fréquentés. Le groupe MEN distribue un certain nombre de journaux locaux gratuits[130].

De grands journaux nationaux anglais ont longtemps conservé leurs bureaux à Manchester comme The Daily Telegraph, Daily Express, Daily Mail, The Daily Mirror ou The Sun. Seul The Daily Sport reste basé dans la ville. À son apogée, il employait 1 500 journalistes, mais les fermetures de bureaux commencèrent dans les années 1980 et on ne peut plus parler de « second Fleet Street » aujourd'hui[131]. Une tentative pour lancer un quotidien pour le nord du pays, le North West Times, employant des journalistes licenciés par d'autres journaux a pris fin en 1988[132]. Le North West Enquirer tente à son tour d'offrir un véritable journal régional au nord-ouest de l'Angleterre, de la même manière que le Yorkshire Post le faisait pour le Yorkshire ou The Northern Echo pour le nord-est du pays ; il stoppe ses activités en octobre 2006[132],[133]. Il y a plusieurs magazines de mode dans la ville, dont notamment YQ Magazine et Moving Manchester[134].

Télévision[modifier | modifier le code]

Le siège de Granada Television
Le siège de Manchester Evening News, dans le district de Spinningfields.

La chaîne Granada Television, du groupe ITV, siège à Quay Street, dans le quartier de Castlefield[135]. Cette chaîne produit notamment Coronation Street, la série populaire la plus longue et la plus regardée du monde[136] qui passe cinq fois par semaine sur ITV1. Les informations locales pour la région nord-ouest sont produites à Manchester.

Manchester est l'une des trois plus grosses bases de la BBC en Angleterre[137] avec Londres et Bristol. Les programmes A Question of Sport, Mastermind[138], et Real Story[139], sont réalisés au New Broadcasting House de la Oxford Road, au sud du centre ville. La série à succès « Cutting It » a été tournée dans les quartiers nord de la ville. Life on Mars, dont cinq saisons sont diffusées sur BBC One, a également été tournée à Manchester en 1973, tout comme The Street, série qui remporte un BAFTA et un International Emmy Awards en 2007[140]. La première édition de Top of the Pops est enregistrée dans l'église de Longsight le jour du nouvel an 1964[141]. C'est aussi à Manchester qu'est installée l'antenne locale de BBC One pour le Nord-Ouest, et des programmes tels que North-West Tonight y sont produits[142]. La BBC a l'intention de délocaliser un grand nombre de ses infrastructures de son personnel de Londres vers Media City à Salford Quays. Les départements des chaînes pour enfants (CBBC), Comedy, Sport (BBC Sport) et New Media doivent être déplacés avant 2010[143],[144].

Manchester disposait de sa propre chaîne de télévision, Channel M, détenue par le Guardian Media Group et lancée en 2000, mais celle-ci disparait en 2012 en raison de la congonlexticomanisation[145]. La station produisait presque tous ses programmes, avec notamment les actualités locales, et elle était consultable dans tout le pays sur la plateforme de télévision BSkyB. Parmi les personnages de télévision célèbres originaires de Manchester on peut noter Daphne Moon (jouée par Jane Leeves), de Frasier, Charlie Pace (joué par Dominic Monaghan) de Lost, Naomi Dorrit (Lost) et Nessa Holt (Las Vegas), jouées toutes deux par Marsha Thomason, actrice elle-même originaire de la ville.

Éducation[modifier | modifier le code]

L'entrée de Whitworth Hall, dans le campus de l'université de Manchester

Il y a deux universités à Manchester. L'université de Manchester est la plus grande université du Royaume-Uni ; elle est créée en 2004 suite à la fusion entre l'université Victoria de Manchester et l'UMIST (University of Manchester Institute of Science and Technology)[146]. Elle inclut notamment la Manchester Business School, première école de ce type lors de sa fondation en 1965. L'université métropolitaine de Manchester est constituée comme l'école polytechnique de Manchester suite à la fusion de trois grandes écoles en 1970. Elle obtient le statut d'université en 1992, et absorbe la même année les établissements d'enseignement supérieur de Crewe et Alsager dans le sud du Cheshire[147].

L'université de Manchester, l'université métropolitaine de Manchester et le Royal Northern College of Music sont regroupés autour d'Oxford Road, au sud du centre ville, et forment le plus grand quartier universitaire d'Europe[148]. Ces trois établissements représentent en effet 73 160 étudiants en études supérieures[149], bien que 6 000 d'entre eux soient basés dans les campus de Crewe et Alsager dans le Cheschire[150].

Un des plus notables établissements d'enseignement secondaire de la ville est la Manchester Grammar School, établie en 1515[151],[152] comme grammar school gratuite à proximité de ce qui est maintenant la cathédrale. Elle est déplacée en 1931 vers Old Hall Lane à Fallowfield, au sud de Manchester, pour loger un nombre croissant d'étudiants. Après la guerre, elle devient une direct grant grammar school partiellement financée par l'État, mais elle retrouve son indépendance en 1976 après l'abolition du système d'aide directe[153]. Les premiers bâtiments sont aujourd'hui utilisés par l'école de musique de Chetham. Il y a deux autres établissements scolaires à proximité : Withington Girls' School et Manchester High School for Girls.

Sports[modifier | modifier le code]

Manchester est une ville réputée pour le sport. Deux équipes de football de Premier League portent le nom de la ville : Manchester United et Manchester City. Elles évoluent respectivement à Old Trafford, le plus grand stade de football du Royaume-Uni avec 76 000 places et au City of Manchester Stadium (47 726 places). Old Trafford, situé à l'extérieur de la ville, à Trafford, est avec le Wembley Stadium et l'Emirates Stadium, l'un des trois stades anglais classé cinq étoiles par l'UEFA. Le stade du Lancashire County Cricket Club, situé non loin, s'appelle lui aussi Old Trafford[154]. Manchester United est le club à avoir le plus de supporters au monde, tandis que Manchester City est le club le plus riche du monde grâce à ses propriétaires très aisés[155].

Old Trafford et le Wembley Stadium sont les seuls stades d'Angleterre à avoir accueilli une finale de Ligue des champions. C'est également là que se tient la finale du championnat national de rugby à XIII. Le City of Manchester Stadium a été construit à l'occasion des Jeux du Commonwealth de 2002. Après les Jeux, le stade fut préparé à l'arrivée dans son enceinte de Manchester City en 2003. Le stade peut accueillir 48 000 spectateurs et est l'un des plus grands stades d'Angleterre. Il a accueilli la finale de la coupe de l'UEFA en 2008. Le premier stade de Manchester City, Maine Road, aujourd'hui démoli, détient toujours certains records, parmi lesquels la plus grande affluence en Premier League (83 260, Manchester United contre Arsenal, 1948) et la plus grande affluence en province (84 569, Manchester City contre Stoke City, FA Cup, 1934)[156].

Diverses installations sportives de très bonne qualité sont édifiées à l'occasion des Jeux du Commonwealth de 2002. C'est le cas du City of Manchester Stadium, du National Squash Centre et du Manchester Aquatics Centre[157]. Manchester a par deux fois été candidat pour accueillir les Jeux olympiques, battu par Atlanta en 1996 et Sydney en 2000. Le vélodrome de Manchester a été reconstruit pour démontrer la volonté d'accueillir les Jeux en 2000[107]. Les Championnats du monde de cyclisme sur piste y ont eu lieu pour la troisième fois en 2008. Le MEN Arena a été la scène des championnats du monde de gymnastique FINA 2008[158]. Manchester a également accueilli les Championnats du monde de squash en 2008[159] et les championnats du monde de crosse au champ en juillet 2010[160].

Transport[modifier | modifier le code]

Manchester Piccadilly, gare principale et station de tramway du même nom
Un tramway de la ville
Un des bus gratuits qui circulent en ville

L'aéroport de Manchester dessert la ville et le nord-ouest de l'Angleterre en général. C'est le premier aéroport du Royaume-Uni en nombre de passagers en dehors de Londres, avec 18,9 millions de passagers en 2011[161]. Des lignes aériennes relient la ville à l'Europe, l'Amérique du Nord, les Caraïbes, l'Afrique, le Moyen-Orient et l'Asie[162]. Une seconde piste est ouverte en 2001 et les terminaux sont améliorés régulièrement. Le nombre de passagers est stable depuis 2005.

Manchester est bien desservi par les trains. En termes de passagers, Manchester Piccadilly est, avec plus de 21 millions de passagers entre avril 2010 et mars 2011, la quatrième gare la plus fréquentée du Royaume-Uni hors Londres, derrière la gare centrale de Glasgow, Birmingham New Street et la gare de Leeds[163]. L'opérateur local Northern Rail travaille sur le nord de l'Angleterre[164], tandis que les autres opérateurs nationaux dont Virgin Trains gèrent le reste du réseau[165]. La ligne Manchester-Liverpool était lors de sa création la première voie de chemin de fer du monde à transporter des passagers[166]. Le comté du Grand Manchester a un important réseau ferroviaire à travers sa campagne, et deux gares principales[167]. L'arrivée de High speed 2, projet de ligne à grande vitesse reliant la ville à Londres, permettra de diminuer fortement le temps de trajet entre les deux villes, et la reliera à Paris via le tunnel sous la Manche[168].

Manchester devient la première ville du Royaume-Uni à disposer d'un système de métro léger moderne quand le Metrolink de Manchester ouvre en 1992. Le système actuel fonctionne sur des rails d'un ancien train de banlieue convertis pour le métro léger, et traverse le centre ville sur une ligne de tramway[169]. Le réseau de 23 km est constitué de trois lignes et 37 stations, dont cinq arrêts de tramway en centre ville. Un programme d'expansion est en cours de réalisation[170].

La ville a un des plus vastes réseaux de bus en dehors de Londres avec 50 compagnies de bus œuvrant dans la région du Grand Manchester. Avant la dérégulation de 1986, la SELNEC PTE (South East Lancashire and North East Cheshire Passenger Transport Executive), qui deviendra ensuite la GMPTE (Greater Manchester Passenger Transport Executive) avant de devenir Transport for Greater Manchester, dirigeait tous les bus de la ville[171]. Le système de bus est ensuite pris en charge par GM Buses qui est partagé après privatisation en GM Buses North et GM Buses South, respectivement contrôlés par First Manchester et Stagecoach Manchester[172]. Manchester dispose depuis 2002 d'un service de bus gratuit appelé Metroshuttle qui transporte les résidents des banlieues dans les différentes quartiers d'affaires de la ville[173].

Le vaste réseau de canaux, héritage de la révolution industrielle, est maintenant exclusivement dédié aux loisirs. Le Manchester Ship Canal est ouvert au fret, mais le trafic est peu important[4],[174].

Jumelages et consulats[modifier | modifier le code]

La ville de Manchester est jumelée avec plusieurs villes dans le monde[175]. En outre, le British Council maintient un centre métropolitain à Manchester[176].

Sans qu'il n'y ait de jumelages officiels, la ville de Tampere en Finlande est connue comme la « Manchester de Finlande ». De même, Ahmedabad, en Inde, doit à son industrie textile florissante le surnom de « Manchester de l'Inde » [177],[178].

Pays Ville Région / District / État Date
Drapeau du Nicaragua Nicaragua Bilwi Atlántico Norte
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Coat of arms of Chemnitz.svg Chemnitz[note 1] Coat of arms of Saxony.svg Saxe 1983
Drapeau de l'Espagne Espagne COA Córdoba, Spain.svg Cordoue Provincia de Córdoba - Bandera.svg Province de Cordoue
Drapeau de la Turquie Turquie Aydın Province de Aydın
Drapeau d’Israël Israël Rehovot COA.png Rehovot District centre
Drapeau de la Russie Russie Coat of Arms of Saint Petersburg (2003).png Saint-Pétersbourg District fédéral du Nord-Ouest 1962
Drapeau de la République populaire de Chine Chine Wuhan Hubei 1986
Drapeau du Pakistan Pakistan Faisalabad Flag of Punjab.svg Pendjab 1997
Drapeau des États-Unis États-Unis Seal of Los Angeles, California.svg Los Angeles Flag of California.svg Californie 2009

Manchester héberge le plus vaste nombre de consulats au Royaume-Uni après Londres. Le développement de liens commerciaux internationaux durant la révolution industrielle a conduit à la création des premiers consulats dans les années 1820, et depuis lors ce sont plus de 800, représentant toutes les régions du monde, qui se sont établis dans la ville. Manchester dispose de divers services consulaires pour l'ensemble du nord de l'Angleterre. La diminution de la quantité de documents administratifs nécessaires pour le commerce international moderne tend à réduire l'importance de ces services, mais ce phénomène est compensé par le nombre croissant de voyageurs internationaux. Ceux-ci passent par l'aéroport de Manchester, le plus actif en dehors de l'agglomération londonienne[179],[180].

Personnalités nées dans la ville[modifier | modifier le code]

(par ordre chronologique de naissance)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au moment de l'accord du jumelage, la ville était en Allemagne de l'Est et s’appelait Karl-Marx-Stadt

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Alan Kidd, Manchester: A History, Lancaster, Carnegie Publishing,‎ 2006 (ISBN 1-85936-128-5), p. 11
  2. (en) « Manchester geography », Mapsoftheworld (consulté le 27 janvier 2013)
  3. (en) « Heaton Park », thecgf.com (consulté le 20 juillet 2009)
  4. a et b (en) MobileReference, Travel Manchester, England, UK: Illustrated Guide and Maps, MobileReference, coll. « Mobi Travel Series »,‎ 2010, 1438 p. (ISBN 1607788799 et 9781607788799)
  5. (en) « Manchester Piccadilly Station » (consulté le 25 février 2012)
  6. a et b (en) « Manchester Airport 1971–2000 weather averages », Met Office,‎ 2001 (consulté le 5 mai 2009)
  7. a et b (en) « UK 1971–2000 averages », Met Office,‎ 2001 (consulté le 5 mai 2009)
  8. « Manchester » (consulté le 25 janvier 2013)
  9. (en) « Roads chaos as snow sweeps in Manchester », Manchester Evening News,‎ 24 février 2005 (lire en ligne)
  10. (en) « Peak District sightseer's guide – Snake Pass », High Peak,‎ 2002 (consulté le 5 mai 2009)
  11. (en) A.D. Mills, A Dictionary of British Place-Names, Oxford, Oxford University Press,‎ 2003 (ISBN 0-19-852758-6, lire en ligne)
  12. (en) Andrew Breeze, « Manchester's Ancient Name », The Antiquaries Journal, vol. 84,‎ septembre 2004, p. 353–357 (ISSN 0003-5815, DOI 10.1017/S0003581500045893)
  13. a et b (en) Glynis Cooper, Salford: An Illustrated History, The Breedon Books Publishing Company,‎ 2005 (ISBN 1-85983-455-8), p. 19
  14. (en) Nicholas Rogers, Halloween: from Pagan Ritual to Party Night, Oxford University Press,‎ 2003 (ISBN 0-19-516896-8, lire en ligne), p. 18
  15. (en) Richard Gregory, Roman Manchester: The University of Manchester's Excavations within the Vicus 2001–5, Oxford, Oxbow Books,‎ 2007 (ISBN 978-1-84217-271-1), p. 190
  16. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (en) Alan Kidd, Manchester: A History, Lancaster, Carnegie Publishing,‎ 2006 (ISBN 1-85936-128-5), p. 12, 15–24, 224
  17. a, b, c et d (en) Stuart Hylton, A History of Manchester, Phillimore & Co,‎ 2003 (ISBN 1-86077-240-4), p. 1–10, 22, 25, 42, 63–67, 69
  18. (en) Peter Arrowsmith, Stockport: a History, Stockport Metropolitan Borough Council,‎ 1997 (ISBN 0-905164-99-7), p. 30
  19. a, b, c et d (en) Clare Hartwell, Pevsner Architectural Guides: Manchester, Londres, Penguin Books,‎ 2001, 11–17, 155, 256, 267–268 p. (ISBN 0-14-071131-7)
  20. (en) Samantha Letters, Gazetteer of Markets and Fairs in England and Wales to 1516, British History Online,‎ 2005 (lire en ligne), p. 19
  21. a et b (en) Nikolaus Pevsner, Lancashire, The Industrial and Commercial South, Londres, Penguin Books,‎ 1969 (ISBN 0-14-071036-1), p. 265
  22. a, b et c (en) Robina McNeil et Nevell Michael, A Guide to the Industrial Archaeology of Greater Manchester, Association for Industrial Archaeology,‎ 2000 (ISBN 0-9528930-3-7)
  23. a et b Peter Hall, Cities in Civilization, Londres, Weidenfeld & Nicolson,‎ 1998 (ISBN 0-297-84219-6), « The first industrial city: Manchester 1760-1830 »
  24. (en) « Manchester, n. », Oxford English Dictionary, Oxford, Oxford University Press,‎ mars 2009 (lire en ligne)
  25. (en) Chris Aspin, The Cotton Industry, Aylesbury, Shire Publications,‎ 1981 (ISBN 0-85263-545-1), p. 3
  26. (en) « Events in Telecommunications History », sur BT Archives,‎ 1878 (consulté le 5 mai 2009)
  27. (en) « Marx-Engels Internet Archive – Biography of Engels », Marx/Engels Biography Archive,‎ 1893 (consulté le 5 mai 2009)
  28. (en) Alan Kidd, Manchester: A history, Lancaster, Carnegie Publishing,‎ 2006 (ISBN 1-85936-128-5), « Chapter 9 England Arise! The Politics of Labour and Women's Suffrage »
  29. (en) Barry Worthington, Discovering Manchester: A Walking Guide to Manchester and Salford - Plus Suburban Strolls and Visits to Surrounding Attractions, Sigma Leisure,‎ 2002, 272 p. (ISBN 1850587744, lire en ligne), p. 3
  30. (en) George Osborne, « Osborne: Our vision to make Manchester the creative capital of Europe », sur Site web du parti conservateur, Conservative Party,‎ 7 mars 2007 (consulté le 4 mai 2009)
  31. (en) « Manchester Life », Manchester Metropolitan University,‎ 2007 (consulté le 5 mai 2009)
  32. « Gothic Revival : architecture et arts décoratifs de l'Angleterre victorienne », sur Musée d'Orsay (consulté le 29 août 2012)
  33. (en)« Classical Music » (consulté le 29 août 2012)
  34. (en) Simon Schama, « Victoria and Her Sisters », A History of Britain, BBC One, vol. 13,‎ 4 juin 2002 (lire en ligne)
  35. a, b et c (en) « History of Manchester », sur eupedia.com (consulté le 29 août 2012)
  36. (en) Clive Hardy, Manchester at War, Altrincham, First Edition Limited,‎ 2005 (ISBN 1-84547-096-6), « The blitz », p. 75–99
  37. (en) « Timeline », Manchester Cathedral Online,‎ 2008 (consulté le 5 mai 2009)
  38. (en) John Parkinson-Bailey, Manchester: an Architectural History, Manchester, Manchester University Press,‎ 2000 (ISBN 0-7190-5606-3), p. 127
  39. (en) Nikolaus Pevsner, Lancashire, The Industrial and Commercial South, Londres, Penguin Books,‎ 1969 (ISBN 0-14-071036-1), p. 267
  40. (en) « Salford Quays milestones: the story of Salford Quays » [PDF], Salford City Council,‎ 2005 (consulté le 5 mai 2009)
  41. a et b (en) Clare Hartwell, Pevsner Architectural Guides: Manchester, Londres, Penguin Books,‎ 2001 (ISBN 0-14-071131-7)
  42. (en) Stuart Hylton, A History of Manchester, Chichester, Phillimore & Co,‎ 2003 (ISBN 1-86077-240-4), p. 227–230
  43. (en) « Panorama – The cost of terrorism », BBC,‎ 15 mai 2004 (consulté le 5 mai 2009)
  44. (en)« Manchester area guide » (consulté le 30 août 2012)
  45. (en) John J Parkinson-Bailey, Manchester: an Architectural History, Manchester, Manchester University Press,‎ 2000 (ISBN 0-7190-5606-3)
  46. (en) Clare Hartwell, Matthew Hyde et Nikolaus Pevsner, Lancashire: Manchester and the South-East, New Haven et Londres, Yale University Press,‎ 2004 (ISBN 0-300-10583-5, lire en ligne)
  47. (en) « City building reaches full height », BBC,‎ 26 avril 2006 (consulté le 9 octobre 2008)
  48. (en) « Casino Advisory Panel Recommends to Secretary of State Where 17 New Casinos Should Be Located », Department for Culture, Media and Sport,‎ 13 octobre 2006 (consulté le 9 octobre 2008)
  49. (en) « Greenwich loses Casino Bet », BBC,‎ 15 février 2007 (consulté le 9 octobre 2008)
  50. (en) « Lords scupper super-casino plan », BBC,‎ 28 mars 2007 (consulté le 9 octobre 2008)
  51. (en) « With Manchester Festival, England's second city bids for cultural spotlight », LA Times,‎ 3 juillet 2007 (consulté le 5 mai 2009)
  52. (en) « Prescott ranks Manchester as second city », sur Manchester Evening News, M.E.N media,‎ 3 février 2005 (consulté le 5 mai 2009)
  53. (en) « Manchester 'close to second city' », BBC,‎ 29 septembre 2005 (consulté le 5 mai 2009)
  54. (en) Stuart Jeffries, « Second coming », The Guardian,‎ 6 septembre 2003 (consulté le 5 mai 2009)
  55. (en) « 2011 Census interactive », Office for national statistics (consulté le 28 janvier 2013)
  56. (en) Manchester County Council, 2011 Census Manchester dashboard, manchester.gov.uk,‎ 2011
  57. a, b, c et d (en) « 2011 Census, Greater Manchester Gets Bigger », Office for National Statistics,‎ 2003 (consulté le 28 janvier 2013)
  58. (en) « Manchester – The State of the City », Manchester City Council,‎ 2007 (consulté le 11 septembre 2007)
  59. (en) [xls] « Mid-year estimates for 2006 », Office of National Statistics,‎ 2007 (consulté le 13 septembre 2007)
  60. (en) Peter Shapely, « The press and the system built developments of inner-city Manchester », Manchester Region History Review, Manchester, Manchester Centre for Regional History, vol. 16,‎ 2002–3, p. 30–39 (ISSN 0952-4320, lire en ligne [PDF])
  61. (en) « Second largest », Something Jewish (consulté le 14 septembre 2007)
  62. (en) Amy Glendinning, « Census 2011: Manchester revealed as capital of single people with no religious faith » (consulté le 28 janvier 2013)
  63. (en) « Italians revolt over church closure », BBC NEWS (consulté le 30 décembre 2009)
  64. (en) « Manchester ethnic grouping percentages », Office of National Statistics,‎ 2005 (consulté le 26 décembre 2007)
  65. (en) « The Manchester Irish Festival: the largest in the UK », Manchester Irish Festival Website,‎ 2007 (consulté le 28 juin 2007)
  66. (en) « History of Manchester's Chinatown », sur bbc.co.uk, BBC,‎ 2004 (consulté le 22 novembre 2007)
  67. (en) Nick Ravenscroft, « Killing surprises few in Moss Side », sur bbc.co.uk, BBC,‎ 2006 (consulté le 22 novembre 2007)
  68. a, b et c (en) « Local Area Crime Figures for Manchester », UpMyStreet,co.uk,‎ 2006/7 (consulté le 2 novembre 2007)
  69. (en) « About the Core Cities Group », English Core Cities Group,‎ 2004 (consulté le 9 juillet 2007)
  70. a, b, c, d, e et f (en) « A select gazetteer of local government areas, Greater Manchester County », Greater Manchester County Record Office,‎ 31 juillet 2003 (consulté le 9 juillet 2007)
  71. (en) Nicholas Frangopulo, Tradition in Action. The historical evolution of the Greater Manchester County, Wakefield, EP Publishing,‎ 1977 (ISBN 0-7158-1203-3)
  72. a et b (en) Manchester Partnership, Manchester City Council, KPMG, « Manchester's State of the City Report 2006/2007 » [PDF],‎ septembre 2007 (consulté le 21 octobre 2007)
  73. (en) « London, Manchester and Birmingham lead UK survey of business friendly cities », sur Cushman & Wakefield web pages, Cushman & Wakefield,‎ 24 septembre 2008 (consulté le 24 septembre 2008)
  74. (en) « European Cities Monitor 2008, London and Paris Named As Best Cities for Business », Cushman & Wakefield,‎ 7 octobre 2008 (consulté le 7 octobre 2008)
  75. (en) « Regional GVA December 2007 (Page 7) » [PDF], Office for National Statistics,‎ 2007 (consulté le 29 mars 2008)
  76. a, b et c (en) Anon, « Manchester host city; All about Manchester », m2002.thecgf.com,‎ 2002 (consulté le 8 novembre 2007)
  77. (en) Tom Calverley, « Landmark court opens », sur Manchester Evening News, M.E.N media,‎ 25 octobre 2007 (consulté le 1er novembre 2007)
  78. (en) Chris Barry, « City's 5-star rebirth », sur Manchester Evening News, M.E.N media,‎ 12 octobre 2007 (consulté le 1er novembre 2007)
  79. (en) « Spinningfields », Allied London,‎ 2005 (consulté le 1er novembre 2007)
  80. (en) « Life in Manchester - Shopping », sur bbc.co.uk, BBC,‎ 15 décembre 2004 (consulté le 12 octobre 2007)
  81. (en) « Credit crunch resistant retail centres unveiled », sur CACI web pages, CACI Limited,‎ avril 2008 (consulté le 4 mai 2009)
  82. (en) « Experian publishes the definitive 2007 retail ranking », Experian,‎ 28 septembre 2007 (consulté le 12 octobre 2007)
  83. (en) Brian Redhead, Manchester: a Celebration, Londres, Andre Deutsch,‎ 1993 (ISBN 0-233-98816-5), p. 60–61
  84. (en) « Pollstar Concert Industry Awards Winners Archives », Pollstar Online,‎ 2001 (consulté le 24 juin 2007)
  85. (en)Rachel Brown, « M.E.N Arena's world's top venue », Manchester Evening News, M.E.N Media,‎ 10 août 2007 (lire en ligne)
  86. (en) « M.E.N Arena is top » (consulté le 27 janvier 2013)
  87. (en) « The Chemical Brothers – Alumni », Université de Manchester,‎ 2005 (consulté le 12 novembre 2007)
  88. (en) « Bee Gees go back to their roots », sur BBC, BBC Online,‎ 12 mai 2004 (consulté le 12 novembre 2007)
  89. (en) « Elizabeth Gaskell (1810–1865) », BBC (consulté le 2 novembre 2007)
  90. (en) Joan Sutherland, The Stanford Companion to Victorian Fiction, Stanford University Press,‎ 1989, p. 406
  91. (en) « Charles Dickens's Hard Times for These Times as an Industrial Novel » (consulté le 2 novembre 2007)
  92. (en) « Hell is a city » (consulté le 28 janvier 2013)
  93. Anthony Burgess (trad. Georges Belmont), L'Orange mécanique, Robert Laffont, coll. « Pavillons Poche »,‎ 2012 (ISBN 2221130332 et 9782221130339), « À propos de l'auteur »
  94. (en) « Manchester Metropolitan University, Profile: Professor Carol Ann Duffy » (consulté le 28 janvier 2013)
  95. (en) « The Dancehouse Theatre », thedancehouse.co.uk (consulté le 7 février 2009)
  96. (en) « Manchester », Culture24,‎ 2009 (consulté le 24 juillet 2009)
  97. (en) « Explore MOSI », Museum of Science and Industry,‎ 2009 (consulté le 24 juillet 2009)
  98. (en) « Vehicle Collection », Greater Manchester Museum of Transport,‎ 2007 (consulté le 24 juillet 2009)
  99. (en) « Imperial War Museum North website », Imperial War Museum (consulté le 24 juillet 2009)
  100. (en) « The History of The Manchester Museum », University of Manchester (consulté le 24 juillet 2009)
  101. Angleterre, Pays de Galles, Michelin, coll. « Guide de tourisme »,‎ 2007, 624 p. (ISBN 2067124137 et 9782067124134), p. 373
  102. (en) Richard Moss, « The Pre-Raphaelite Collections », 24-Hour Museum,‎ 17 octobre 2003 (consulté le 24 juillet 2009)
  103. (en) Edward Morris, Public art collections in north-west England, Liverpool University Press,‎ 2001 (ISBN 0853235279), p. 118
  104. (en) « Collection », Whitworth Gallery (consulté le 24 juillet 2009)
  105. (en) « Manchester Museums Guide », Virtual Manchester,‎ 2009 (consulté le 24 juillet 2009)
  106. (en) « The Lowry Collection », The Lowry,‎ 2009 (consulté le 24 juillet 2009)
  107. a, b, c et d (en) John J Parkinson-Bailey, Manchester: an Architectural History, Manchester, Manchester University Press,‎ 2000 (ISBN 0-7190-5606-3), p. 249–250, 284–6
  108. a et b (en)Dick Hobbs, Simon Winlow, Philip Hadfield et Stuart Lister, « Violent Hypocrisy: Governance and the Night-time Economy », European Journal of Criminology, vol. 2,‎ 2005, p. 161 (DOI 10.1177/1477370805050864)
  109. (en) « Manchester – a breathtaking City », The travel magazine (consulté le 28 janvier 2013)
  110. (en) « Guide to Manchester », sur BBC Sport, BBC,‎ 2002 (consulté le 12 novembre 2007)
  111. a et b (en) Dave Haslam, Manchester, England, New York, Fourth Estate,‎ 2000 (ISBN 1-84115-146-7)
  112. (en) « Europe's biggest gay festival to be held in UK », sur Manchester Evening News, M.E.N media,‎ 11 février 2003 (consulté le 20 mai 2007)
  113. « Manchester » (consulté le 31 août 2012)
  114. (en)John Martin Robinson, The Architecture of Northern England, Macmillan,‎ 1986, p. 153
  115. « Hôtel de Ville de Manchester (Town Hall) » (consulté le 31 août 2012)
  116. (en) « Film Location Charter » [PDF], Manchester City Council,‎ 8 septembre 2003 (consulté le 12 novembre 2007)
  117. (en) « Filming at Manchester Town Hall », sur Manchester City Council web pages, Manchester City Council,‎ 17 octobre 2006 (consulté le 12 novembre 2007)
  118. (en) « About Heaton Park », Manchester City Council,‎ 2005 (consulté le 23 novembre 2007)
  119. (en) « Manchester's parks and open spaces », Manchester City Council,‎ 2005 (consulté le 23 novembre 2007)
  120. (en) Harry Cocks et Terry Wyke, Public Sculpture of Greater Manchester, Liverpool, Liverpool University Press, coll. « Public Sculpture of Britain »,‎ 2004, 11–27, 88–92, 111–121, 123–5, 130–2 p. (ISBN 0-85323-567-8)
  121. (en) Sinéad Keller, « A whole lot of B for the Bang », sur The Guardian, Guardian News and Media Limited,‎ 12 janvier 2005 (consulté le 12 août 2007)
  122. (en) Anon, « A Guide to Radio Stations in and Around North West England », northwestradio.info,‎ 2005 (consulté le 8 novembre 2007)
  123. a et b Voir (en) Radio le site web de Ofcom, notamment l'annuaire des stations de radio analogiques, la carte des (en) « Commercial Radio Styles » [PDF], et la carte des (en) « Community Radio au Royaume-Uni » (consulté le 6 novembre 2007) [PDF]
  124. (en) « Radio Manchester goes back to its roots », BBC,‎ 17 mars 2006 (consulté le 10 juin 2008)
  125. (en) « FUSE FM - Manchester Student Radio », sur fusefm.co.uk (consulté le 10 juin 2008)
  126. (en) « MMU radio », sur www.mmunion.co.uk, MMUnion (consulté le 10 juin 2008)
  127. (en) « Manchester International Film Festival Home Page », mif.co.uk (consulté le 27 janvier 2013)
  128. (en)« 2nd Commonwealth Film Festival »,‎ juin 2013 (consulté le 27 janvier 2013)
  129. (en) Mark Sweney, « Paid-for sales of MEN slump », sur Guardian Unlimited, Guardian News and Media Limited,‎ 30 août 2007 (consulté le 6 octobre 2008)
  130. (en) « M.E.N. Makes Changes To Metro Distribution », sur Merry Media News,‎ 9 Mars 2007 (consulté le 6 octobre 2008)
  131. (en) Robert Waterhouse, The Other Fleet Street, First Edition Limited,‎ 2004 (ISBN 1-84547-083-4)
  132. a et b (en) Ian Herbert, « New quality weekly for Manchester is a good idea on paper », sur The Independent, Independent News and Media Limited,‎ 30 janvier 2006 (consulté le 6 octobre 2008)
  133. (en) Robert Waterhouse, « The Enquirer suspends publication », sur The North West Enquirer, The North West Enquirer,‎ 20 septembre 2006 (consulté le 6 octobre 2008)
  134. (en) « MEN Media relaunching urban life » (consulté le 27 janvier 2013)
  135. (en)« Television & Radio Stations in Manchester » (consulté le 28 janvier 2013)
  136. (en) Daran Little, The Coronation Street Story, London, Boxtree,‎ 1995 (ISBN 1-85283-464-1), p. 6
  137. (en)« Careers » (consulté le 28 janvier 2013)
  138. (en) « Championing sustainable TV production in the nations and regions », BBC,‎ 23 novembre 2005 (consulté le 10 juin 2008)
  139. (en) « BBC One's Real Story with Fiona Bruce series comes to end in 2007 », BBC,‎ 15 novembre 2006 (consulté le 10 juin 2008)
  140. (en) « International Emmys Awards to honor Al Gore »,‎ 19 novembre 2007 (consulté le 10 juin 2008)
  141. (en) « 'Top of the Pops' shows », sur Observer Music Monthly, Guardian News and Media Limited,‎ 16 juillet 2006 (consulté le 10 juin 2008)
  142. (en)« Television & Radio Stations in Manchester », Manchester 2002 UK,‎ 2002 (consulté le 1er septembre 2007)
  143. (en) « BBC R&D to relocate to Salford Quays », Digital TV Group,‎ 1er juin 2007 (consulté le 10 juin 2008)
  144. (en) « BBC move to Salford gets green light », BBC,‎ 31 mai 2007 (consulté le 10 juin 2008)
  145. (en)John Plunkett, « Manchester's Channel M closes after 12 years », The Gardian,‎ 16 avril 2012 (consulté le 28 janvier 2013)
  146. (en) « Manchester still top of the popularity league », Université de Manchester,‎ 18 janvier 2007 (consulté le 10 juin 2008)
  147. (en) Alan Fowler, Many Arts, Many Skills: Origins of Manchester Metropolitan University, Manchester, Manchester Metropolitan University,‎ 1994 (ISBN 1-870355-05-9), p. 115–20, 226–8
  148. (en) Clare Hartwell, Pevsner Architectural Guides: Manchester, London, Penguin Books,‎ 2001 (ISBN 0-14-071131-7), p. 105
  149. (en) [xls] « Table 0a - All students by institution, mode of study, level of study, gender and domicile 2006/07 », sur Students and Qualifiers Data Tables, Higher Education Statistics Agency,‎ 2008 (consulté le 21 mars 2008)
  150. (en) « Manchester Metropolitan University guide », The Telegraph (consulté le 28 janvier 2013)
  151. (en) Alan Kidd, Manchester: A History, Lancaster, Carnegie Publishing,‎ 2006 (ISBN 1-85936-128-5), p. 206
  152. (en) Stuart Hylton, A History of Manchester, Phillimore & Co,‎ 2003 (ISBN 1-86077-240-4), p. 25
  153. (en) James Bentley, Dare to be wise: a history of the Manchester Grammar School, Londres, James & James,‎ 1990 (ISBN 0-907383-04-1), p. 108, 114, 119–121
  154. (en) « Old Trafford » (consulté le 27 janvier 2013)
  155. (en) Yakub Qureshi, « The new football powerhouse », Manchester Evening News, M.E.N. media,‎ 2 septembre 2008 (lire en ligne)
  156. (en) Gary James, Manchester – A Football History, Halifax, James Ward (ISBN 978-0-9558127-0-5), p. 381-385
  157. (en) « Sporting Legacy », sur Commonwealth Games Legacy Manchester 2002, Commonwealth Games Legacy,‎ 2003 (consulté le 10 juin 2008)
  158. (en) « 9th Fina World Swimming Championships (25m) », Fina.org,‎ 2008 (consulté le 10 juin 2008)
  159. (en) « Hi-Tec World Squash Championships - Manchester 2008 », Hi-Tec World Squash Championships Manchester 2008,‎ 2008 (consulté le 5 mai 2009)
  160. (en) « World Lacrosse Championships – Manchester 2010 », World Lacrosse Championships 2010,‎ 2010 (consulté le 29 mars 2010)
  161. (en) « UK Airport Statistics », Caa.co.uk,‎ 22 mars 2010 (consulté le 4 avril 2010)
  162. (en) James Wilson, « A busy hub of connectivity », Financial Times – FT report – doing business in Manchester and the NorthWest, The Financial Times Limited,‎ 26 avril 2007
  163. (en) Nick Pigott, « Waterloo still London's busiest station », The Railway Magazine, Horncastle, Lincs, Mortons Media Group, vol. 158, no 1334,‎ juin 2012, p. 6
  164. (en)« About Northern » (consulté le 10 mai 2012)
  165. « Prendre le train en Angleterre » (consulté le 10 mai 2012)
  166. « Histoire des chemins de fer » (consulté le 10 mai 2012)
  167. (en)« Rail » (consulté le 10 mai 2012)
  168. (en)« Massive Rail Project Has Britain Divided » (consulté le 23 septembre 2012)
  169. (en) « Metrolink: a network for the twenty-first century » [PDF], GMPTE,‎ 2002 (consulté le 19 septembre 2007)
  170. (en) « History of GM Buses and SELNEC PTE », Greater Manchester Buses Group,‎ 2000 (consulté en 20 septembre)
  171. (en) « GMPTE Trends and Statistics 2001/2002 » [PDF], GMPTE,‎ 2002 (consulté le 19 septembre 2007), p. 28–9
  172. (en) Clarissa Satchell, « Free buses on another city route », Manchester Evening News, M.E.N media,‎ 22 septembre 2005 (lire en ligne)
  173. (en) Nigel Pivaro, « Ship canal cruising is all the rage », Manchester Evening News, M.E.N media,‎ 20 octobre 2006 (lire en ligne)
  174. (en) Val Stevens, « Questions to the Deputy Leader in 2007 », sur Manchester City Council web pages, Manchester City Council,‎ 18 mai 2007 (consulté le 14 septembre 2007)
  175. (en) « British Council Annual Report 2007–2008 », British Council,‎ 31 mai 2008 (consulté le 1er mai 2009)
  176. (en) Ashgar Ali Engineer, The Gujarat Carnage, Orient Longman,‎ 2003 (ISBN 81-250-2496-4), p. 196
  177. (en) Jawaharlal Nehru National Urban Renewal Mission, City development plan Ahmedabad 2006-2012, Ahmedabad, Ahmedabad Municipal Corporation,‎ 2006, 169 p., p. 17
  178. (en) David Fox, Manchester Consuls, Lancaster, Carnegie Publishing,‎ 2007 (ISBN 978-1-85936-155-9), vii–ix
  179. (en) « Manchester Consular Association », Manchester Consular Association (consulté le 15 septembre 2007)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages généraux[modifier | modifier le code]

Architecture[modifier | modifier le code]

  • (en) David Hands et Sarah Parker, Manchester: A Guide to Recent Architecture, London, Ellipsis Arts,‎ 2000 (ISBN 978-1-899858-77-4)
  • (en) Clare Hartwell, Manchester, London, Penguin Books,‎ 2001 (ISBN 0-14-071131-7)
  • (en) Clare Hartwell et Matthew Hyde, Nikolaus Pevsner, Lancashire: Manchester and the South-East, New Haven & London, Yale University Press,‎ 2004 (ISBN 0-300-10583-5)
  • (en) John J Parkinson-Bailey, Manchester: an Architectural History, Manchester, Manchester University Press,‎ 2000, relié (ISBN 978-0-7190-5606-2, LCCN 99055329)
  • (en) John Martin Robinson, The Architecture of Northern England, London, Macmillan,‎ 1986 (ISBN 978-0-333-37396-5, LCCN 86218260)

Culture[modifier | modifier le code]

  • (en) Sarah Champion, And God Created Manchester, Manchester, Wordsmith,‎ 1990, poche (ISBN 978-1-873205-01-3, OCLC 22661075)
  • (en) Phill Gatenby, Morrissey's Manchester: The Essential « Smiths » Tour, Manchester, Empire Publications,‎ 2002 (ISBN 978-1-901746-28-0)
  • (en) Dave Haslam, Manchester, England, New York, Fourth Estate,‎ 2000 (ISBN 978-1-84115-146-5, OCLC 49641160)
  • (en) C P Lee, Shake, Rattle and Rain – Popular Music Making in Manchester 1955–1995, Ottery St. Mary, Hardinge Simpole,‎ 2002, 1e éd., poche (ISBN 978-1-84382-049-9)
  • (en) C P Lee, Like The Night (Revisited): Bob Dylan and the Road to the Manchester Free Trade Hall, London, Helter Skelter Publishing,‎ 2004, 2e éd. (ISBN 978-1-900924-33-7)
  • (en) John Savage, The Haçienda Must Be Built, Woodford Green, International Music Publications,‎ 1992, poche (ISBN 978-0-86359-857-9, OCLC 30158665)
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 2 juillet 2013 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.