Style Tudor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le style Tudor en architecture constitue l’aboutissement de l’architecture médiévale britannique tel qu'il s'exprima au cours de l’ère Tudor (1485-1603) et au-delà, à l’initiative des mécènes conservateurs des collèges d’université. Ce style succède au style perpendiculaire et, quoique supplanté par l’architecture élisabéthaine dans les édifices civils ayant tant soit peu d'étendue, le style Tudor continua de marquer de son empreinte le goût britannique pour des siècles et poursuivit une évolution parallèle, comme on le voit dans les extensions données à quelques collèges des universités d’Oxford et de Cambridge jusqu’à l’apparition du style néogothique.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Détails de la toiture du château de Hampton Court avec ses cheminées caractéristiques

Un trait caractéristique de ce style est l’arc à quatre centres, dit « arc Tudor » ; les oriels les plus remarquables se rattachent à ce courant ; l’ornementation, plus réaliste, prend aussi davantage de relief. Les murs des maisons d'habitation sont en torchis. On distingue les édifices de style Tudor à six traits distinctifs :

  • des colombages purement décoratifs
  • un toit à forte pente
  • des pignons croisés en déport
  • des portes et fenêtres à la fois hautes et étroites
  • de petites baies
  • des cheminées très hautes, souvent couronnées d’ornements à leur sommet

Néanmoins, l’expression « style Tudor » est très vague, dans la mesure où elle sous-entend à la fois une continuité artistique tout au long du règne de la Maison Tudor et une rupture à l'avènement des Stuart en 1603 avec le roi Jacques.

Exemples[modifier | modifier le code]

La chapelle Saint-George du château de Windsor

Les principaux exemples de style Tudor dans l’architecture religieuse sont :

En architecture civile, citons :

On trouve aussi des exemples d’architecture Tudor en Écosse, comme le King's College de l’université d'Aberdeen.

À la fin du XIXe siècle, les architectes éclectiques chargés de la construction de gares de chemin de fer et d’hôtels affectionnaient le mélange de ce style gothique tardif et de Renaissance élisabéthaine, une tendance qualifiée de jacobéthaine ou tudorbéthaine.

Acception courante[modifier | modifier le code]

Les agences immobilières, lorsqu'elles emploient ce terme de Tudor (parfois Mock Tudor) renvoient souvent implicitement à la tendance rustique de l’architecture « tudorbéthaine ».

Sur les autres projets Wikimedia :

Source[modifier | modifier le code]