Lotus Cars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lotus.

Lotus

alt=Description de l'image Lotus Cars - Logo.svg.
Création 1952
Dates clés 1986 : rachat par General Motors
1993 : rachat par ACBN Holdings
1996 : rachat par Proton
Fondateurs Colin Chapman
Slogan « Light is Right »
« Ce qui est léger est bien »
Siège social Drapeau d'Angleterre Hethel (Angleterre)
Direction Clive Dobson
Activité Automobile
Produits Véhicules sportifs
Société mère Proton
Sociétés sœurs Lotus Engineering
Site web www.grouplotus.com

Lotus Cars est un constructeur automobile spécialisé dans les voitures de sport et de compétition. Il appartient au constructeur automobile malaisien Proton depuis 1996. Lotus sous-traite également de l'ingénierie automobile pour des constructeurs généralistes désirant améliorer leurs voitures ou créer des modèles sportifs. Lotus était le surnom donné par Colin Chapman à son épouse[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Lotus Seven (1957)
Lotus Exige S2 (2004)

L'histoire de Lotus est indissociable de celle de son fondateur Anthony Colin Bruce Chapman (ce qui explique les lettres ACBC sur le logo), plus connu sous le nom de Colin Chapman. Ingénieur au sein de la Royal Air Force, ce dernier bricole en 1948 sa première voiture, basée sur un vieux châssis d'Austin Seven. Baptisée Lotus Mk1, elle est engagée par son concepteur dans des épreuves de maniabilité. Elle est suivie par la Mk2 (1949) puis par la Mk3 (1951), qui marque les débuts de Lotus sur circuit, dans le cadre du championnat d'Angleterre 750 cm³.

En janvier 1952, Chapman fonde la société Lotus Engineering Company avec son associé Michael Allen. Ce dernier se retire au cours de cette même année 1952. L'année suivante, il fonde une autre société dénommée « Lotus Engineering Company Limited » avec celle qui deviendra son épouse, Hazel Williams. Entretemps, il conçoit la Lotus Mk6 (les Lotus porteront la séquence Mk XX jusqu'à la type 10 : à partir de la Lotus 11, le signe Mk disparaîtra), une voiture de course également homologuée pour usage routier. Le succès est tel que Chapman doit envisager la construction en série (100 voitures en deux ans), ce qui l'amène à fonder en 1955 Lotus Cars. Parallèlement, l'engagement des Lotus en compétition se poursuit, et en 1957, Chapman monte le Team Lotus, qui ne tardera pas à devenir une des écuries majeures de la Formule 1.

En 1957, Lotus lance sa première voiture réputée, la Seven, qui est un des succès de la marque jusqu'en 1973, année où le modèle est repris par Caterham. La première « vraie » voiture de Lotus est l'Elite 14 mais le premier véritable succès commercial en grande série est sans nul doute l'Elan des années 1960 qui sera fabriquée à plus de 10 000 exemplaires. Un succès qui ne sera égalé que par l'Elise des années 1990-2000.

Le lien étroit entre la compétition et les voitures de série, l'un des principes fondateurs de Lotus Cars, ne s'est jamais démenti au fil des années : les amateurs de GT de la marque ne pouvaient s'empêcher de faire courir des voitures de série (Elite, Elan, Europe), et l'usine développait rapidement des pièces voire des sous-modèles adaptés à la course. De nos jours, il en est de même puisqu'un dérivé piste de l'Elise a vu le jour (l'Exige puis la Lotus 2-Eleven, une voiture de piste de type barquette dérivée de l'Exige S) et qu'un certain nombre de kits et préparations sont disponibles pour les Elise comme les Exige.

Décédé en 1982, Colin Chapman laissera la société avec de gros problèmes financiers causés par le projet DeLorean. En 1986, Lotus Cars est racheté par le groupe américain General Motors (la transaction ne concerne pas l'écurie de course, qui conservera son indépendance jusqu'à sa disparition en 1994), puis revendu le 27 août 1993 à ACBN Holdings pour 30 millions de livres sterling ; Lotus rejoint alors le même groupe que Bugatti.

En 1996, Lotus Cars est racheté par le constructeur malaisien Proton.

Tous les modèles construits par Lotus, y compris ceux postérieurs à la mort de Colin Chapman, sont fidèles à la philosophie de son créateur : « Light is Right » (« Ce qui est léger est bien »).

Lotus et la compétition[modifier | modifier le code]

Formule 1 Lotus 49c (1970)

Lotus s'est illustré en commençant par des courses de club sur terre, puis sur circuit pour enfin s'attaquer avec succès à la Formule 1. Mais le constructeur n'a pas abandonné les courses d'endurance en participant plusieurs fois aux 24 Heures du Mans, aux courses américaines sur ovales (500 Miles d'Indianapolis), ainsi qu'aux courses australiennes (Formule Tasmane). Lotus a fabriqué et fait courir avec succès des Formule Junior, Formule Ford, Formule 3, Formule 2 et a toujours eu un pied dans les courses de voitures de tourisme (Seven, Cortina, Elan 26R, Europa 47).

L'équipe Lotus est représentée en Endurance dans la catégorie LMP2 par le Team Kolles au Championnat du Monde d'Endurance de la FIA. Le moteur est un moteur Lotus, mais la carrosserie est une Lola B12/80. Pour la saison 2013, Lotus annonce continuer l'aventure, mais à la suite de la liquidation judiciaire de la marque Lola Cars, la voiture sera entièrement construite par Lotus, avec l'aide de la société de développement ADESS, et portera le nom de Lotus T-128. Ce sera toujours la société Kodewa qui sera responsable de la partie compétition de la marque Lotus.

L'aventure en Formule 1[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Team Lotus.

La compagnie encourageait ses clients à participer à des courses et l'entité-sœur Team Lotus fit son entrée en Formule 1 en 1958. Écurie phare des années 1960 et 1970, fameuse pour ses innovations techniques, le Team Lotus a commencé à décliner à la fin des années 1980, avant de disparaitre au terme de la saison 1994, miné par d'insolubles problèmes financiers. Lotus Cars décide de reprendre le chemin de la Formule 1 en 2009 en soutenant l'équipe créé par Tony Fernandes sous l'impulsion de Proton, puis décide de révoquer ce soutien et de sponsoriser Renault, ce qui donna lieu à une bataille judiciaire avec l'équipe de Tony Fernandes qui entre temps avait racheté Team Lotus. Un accord à l'amiable est trouvé fin 2011 avec l'ancienne écurie Renault : tout en étant détenue par Genii Capital, cette écurie devient Lotus F1 Team [2] à travers un accord marketing. Cependant, cet accord a rapidement été rompu[3], ce qui a pour conséquence que Lotus Cars ne verse plus les redevances liées au sponsoring mais l'écurie conserve son nom actuel afin de ne pas perdre les droits commerciaux liés à ce nom (les écuries obtiennent une partie proportionnelle des droits télévisés en fonction de leur classement Constructeurs de la saison précédente à la condition qu'elles conservent le même nom d'une saison sur l'autre).

Résultats en compétition[modifier | modifier le code]

Mario Andretti sur Lotus 63 en 1969

En Formule 1, Lotus a remporté 79 victoires (74 pour l'écurie officielle, le Team Lotus, et 5 pour le Rob Walker Racing), 107 pole positions et 71 meilleurs tours en 490 Grands Prix, sur 37 saisons.

Sept titres de champion du monde des constructeurs F1 :

Cinq pilotes furent champions du monde de Formule 1 sur Lotus :

Lotus a également remporté les 500 miles d'Indianapolis 1965 avec Jim Clark.

Lotus à l'écran[modifier | modifier le code]

Lotus Esprit

Les lignes originales des Lotus leur ont souvent valu d'être utilisées au cinéma ou à la télévision.

  • 1967 Dans le pré-générique de la série britannique Le Prisonnier, Patrick McGoohan (alias Numéro 6) conduit une Lotus Seven dans les rues de Londres.
  • 1968 Dans la série britannique Chapeau melon et bottes de cuir, Diana Rigg conduit une Lotus Elan.
  • 1967 Dans le James Bond Casino Royale, apparaît une Lotus Formule 3 pilotée par Peter Sellers.
  • 1977 Dans le James Bond L'Espion qui m'aimait, Roger Moore conduit une Lotus Esprit S1. Dotée de nombreux gadgets propres à la série, elle donnera lieu à une scène mythique sous l'eau en transformant l'Esprit en véhicule amphibie[4]. Celle-ci s'avère en fait être une Excel maquillée.
  • 1978 Dans Flic ou Voyou, Jean-Paul Belmondo conduit une Lotus Seven.
  • 1981 Dans le James Bond Rien que pour vos yeux, l'agent de sa majesté apparait au volant d'une Lotus Esprit turbo de couleur bronze équipé de porte-ski positionnés sur le hayon.
  • 1981 Toujours dans Rien que pour vos yeux, une deuxième Lotus Esprit Turbo fait son entrée avec une livrée blanche et stickers rouges. On ne la verra que peu à l'écran, pour finalement exploser.
  • 1992 Dans Basic Instinct, Catherine Tramell (Sharon Stone) conduit deux Lotus Esprit SE (une blanche et une noire) et se livre à une course poursuite vertigineuse sur une corniche avec l'inspecteur Nick Curran (Michael Douglas).
  • 1990 Dans le film Pretty Woman, Richard Gere se débat avec la boîte de vitesses manuelle et le pédalier typé course de sa Lotus Esprit lorsqu'il fait la rencontre de Julia Roberts.
  • 2013 Dans Red 2, Lotus renoue la tradition des véhicules placés au cinéma avec sa dernière Exige S dans une livrée Bleu Laser
  • 2013 Dans Les Âmes vagabondes la lotus Evora est présente à l'écran dans une livrée chromée. Elle est vue à de nombreuses reprises, la voiture servant de moyen de transport aux extra-terrestres.
  • 2013 Dans la comédie britannique It's a lot, un lycéen impopulaire emprunte frauduleusement la lotus Evora S de son père qui finira avec la carrosserie largement rayée.

Liste des voitures Lotus[modifier | modifier le code]

Lotus Elan
Lotus Eclat 2.2

Modèles anciens de 1957 à 1979[modifier | modifier le code]

Années 1980/1990[modifier | modifier le code]

Lotus Elise S1

Modèles contemporains[modifier | modifier le code]

Lotus Elise S2

Voitures de compétition[modifier | modifier le code]

Lotus Eleven
Lotus 18 1961
Lotus 25 (Donington Grand Prix Collection)
Lotus 30
Lotus 72E châssis R8 (Donington Grand Prix Collection)
Lotus 78
Lotus 98T

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]