Walter Raleigh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Raleigh (homonymie).
Nicholas Hilliard, Portrait de Sir Walter Raleigh, Londres

Sir Walter Raleigh, né à Hayes Barton, Devonshire, en 1554[1] et décapité le 29 octobre 1618 à la Tour de Londres, est un écrivain, poète, courtisan, officier et explorateur anglais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

On en sait peu sur l'enfance de Walter Raleigh. On estime sa naissance en 1554[1]. Il grandit dans la maison de Hayes Barton, une ferme près du village de East Budleigh, dans le Devon. Il est le deuxième fils et troisième enfant survivant de Walter Raleigh (1504/5-1581) et de Catherine Champernowne († 1594)[1]. Il a pour demi-frères l'explorateur Humphrey Gilbert et Adrian Gilbert, et pour frère Carew Raleigh. Ceux-ci jouent des rôles importants durant les règnes d'Élisabeth Ire et Jacques Ier. Catherine Champernowne est une des nièces de Kat Ashley, la gouvernante d'Élisabeth, qui introduit les jeunes hommes à la Cour.

La famille de Raleigh est profondément orientée vers la religion protestante, et a fui plusieurs fois pendant le règne de la catholique Marie Ire d'Angleterre. La fuite la plus notable conduit son père à se cacher dans une tour pour éviter l'exécution. En conséquence, Raleigh développe une véritable haine du catholicisme et s'empresse de l'exprimer à la reine protestante Élisabeth Ire quand elle accède au trône en 1558. En matière de religion, Élisabeth Ire est bien plus modérée que sa sœur Mary.

En 1569, Raleigh part pour la France dans le but de servir les Huguenots pendant la guerre civile. En 1572, Raleigh s'inscrit à l'Université d'Oriel College, à Oxford, qu'il quitte un an plus tard et sans diplôme. Il termine son éducation dans les Inns of Court. En 1575, il s'inscrit au Middle Temple. Lors de son procès en 1603, il déclare qu'il n'a jamais étudié le Droit. Entre 1575 et 1603, sa vie n'est pas vraiment connue, mais dans son History of the World, il affirme avoir été témoin de la bataille de Moncontour (3 octobre 1569) en France. En 1575 ou 1576, Raleigh retourne en Angleterre.

Règne d'Élisabeth Ire[modifier | modifier le code]

Il se concilia de bonne heure la faveur de la reine Élisabeth Ire, combattit avec courage les Irlandais révoltés, conçut le projet de coloniser l'Amérique du Nord en fondant en 1584 l'établissement de la Virginie (dont la première carte fut dressée par le mathématicien Thomas Harriot, qui l'accompagnait), contribua à battre la fameuse Invincible Armada des Espagnols et travailla à replacer sur son trône le roi du Portugal (1589).

Il fut plusieurs fois élu membre du Parlement et y jouit d'une grande influence. Disgracié un instant en 1592 pour avoir séduit et épousé secrètement, une des filles d'honneur de la reine, Elisabeth Throckmorton, fille de l'ancien ambassadeur Nicholas Throckmorton, il rentra bientôt en faveur et disputa à Leicester et au comte d'Essex le cœur d'Élisabeth ; on l'accusa d'avoir hâté la perte de Robert Devereux, le 2e comte d'Essex.

Il dut en outre faire face à l'accusation d'athéisme au début des années 1590, événement qui a suscité au XXe siècle l'hypothèse d'une société secrète d'athées (l'École de la nuit) dont il aurait été l'un des membres.

L'un de ses lieutenants, accompagné de bucherons écossais[2], deviendra le capitaine Peter Wallace qui en 1634 installe l'un des premiers camps de boucaniers caché dans la mangrove impénétrable de Bélize, là où sera bâtie Bélize City[3].

Règne de Jacques Ier[modifier | modifier le code]

Sous Jacques Ier, il perdit tout son crédit, fut accusé d'avoir pris part à une conspiration contre le roi, et jeté dans une prison où il croupit pendant douze ans, de 1604 à 1616.

Walter Raleigh obtint enfin sa liberté provisoire et entreprit en 1617 une expédition en Guyane, où il espérait découvrir des mines d'or, et prit possession d'une partie de ce pays au nom de l'Angleterre ; mais, ayant détruit quelques établissements espagnols, il fut, sur demande de l'Espagne, emprisonné de nouveau à son retour ; on réactiva l'ancienne accusation de trahison dont il n'avait pas été entièrement déchargé ; il fut condamné à mort et exécuté en 1618.

Pendant sa longue détention, sir Walter Raleigh composa divers écrits, entre autres une Histoire du Monde, qui est fort estimée pour le style comme pour le fond. Il fut l'ami d'Edmund Spenser. On lui attribue l'introduction du tabac en Virginie et à Jersey, ainsi que de la pomme de terre en Angleterre. Outre l'Histoire du monde, il a laissé des Œuvres diverses, qui ont été publiées à Londres en 1751, et parmi lesquelles une Description de la Guyane, illustrée par Hondius.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Sir Walter Raleigh est cité dans le morceau des Beatles I'm So Tired issu de l'album blanc, composé par John Lennon. En effet, il le qualifie de stupid git (quel imbécile !) à la fin de la chanson car, lors de ses expéditions coloniales, il introduisit le tabac en Angleterre. Ainsi, John Lennon le tient pour responsable de sa dépendance à la cigarette.

Walter Raleigh est présenté comme un pirate dont la reine Élisabeth Ire d'Angleterre tombe amoureuse dans le film Elizabeth : L'Âge d'or de Shekhar Kapur sorti en 2007.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Mark Nicholls, Penry Williams, « Ralegh, Sir Walter (1554–1618) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004 ; édition en ligne, janvier 2008.
  2. google books
  3. google books

Articles connexes[modifier | modifier le code]