Gobelin (folklore)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gobelin.
Un kobold

Le gobelin est une créature légendaire, anthropomorphe et de petite taille issue du folklore médiéval européen. Le gobelin est devenu ultérieurement une créature fantastique, à travers la littérature et les jeux.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot gobelin est attesté autour de 1195 chez Ambroise, trouvère normand, c'est-à-dire de manière précoce et isolée, puis en latin médiéval sous la forme gobelinus, nom vulgaire d'un démon qui hantait les environs d'Évreux en Normandie chez Orderic Vital, puis sous la forme gobellin au début du XVIe siècle. Le terme remonterait au latin chrétien *gobalus « génie domestique », emprunt hypothétique au grec κοβαλος « lutin, génie malfaisant »[1]. L'allemand Kobold « lutin » est basé sur la racine germanique kov- (moyen haut allemand Kobe « refuge, cavité », allemand Koben « étable à cochon », allemand du sud Kobel « étable, nid de l'écureuil » ; anglais cove « refuge, réduit », puis « crique » ; norvégien kov « réduit ») qui désigne à l'origine une cavité dans la terre[2].

Le mot français serait issu d'un croisement entre un mot latin *gobalus (terme non attesté) et le mot germanique Kobel, suivi du suffixe -in[3]. On peut rapprocher les radicaux gob- et Kob- du terme dialectal normand gobe s'appliquant aux grottes creusées dans les falaises calcaires de la vallée de la Seine et du littoral cauchois ; dérivé gobier « habitant d'une gobe », par extension « sot, benet ». L'anglais goblin vient du français[4].

Origine[modifier | modifier le code]

Les gobelins sont à l'origine des créatures légendaires, issues du folklore européen et de la mythologie germanique, puis croisées avec la tradition des lutins et des génies qui prend racine dans différentes cultures (latine, grecque, celtique, , etc.). Le gobelin est souvent rattaché au kobold du folklore allemand et au hobgoblin du folklore anglais.

Il est toutefois présent dans de nombreuses régions, surtout en Normandie pour la France, peut-être à cause de l'influence norroise, sous le nom de goublin dans le Cotentin.

Description[modifier | modifier le code]

Les descriptions de gobelins sont assez protéiformes. Albert Doppagne les rapproche des croquemitaines (sous le nom de boublin) et leur attribue pour habitat les grottes. Ce lien à la terre est également mis en avant par Karl Grün[5]. D'après Pierre Dubois, les gobelins mesurent de quarante à soixante centimètres de haut et sont plutôt laids. Leur tête aurait la forme d'un œuf, leurs oreilles sont grandes et pointues. Ils possèdent également des dents de lapin[6]. Ils peuvent être bénéfiques ou maléfiques dans les récits à leur sujet : Dom Lucae y voit très clairement un être démoniaque, tandis que Rossetti et Scheffel le comparent aux fées et aux anges[6]. Ils font également partie des rares créatures du petit peuple qui puissent être associées à la technologie moderne (avec les gremlins et les kobolds)[7].

Dans la Manche, ils sont réputés pour hanter les marais de Carentan et les maisons. Hippolyte Sauvage, historien du XIXe siècle originaire du Mortainais dans le département de la Manche, raconte dans ses légendes[8] que des gobelins vivraient à Mortain, non loin des cascades. On raconte également qu'un gobelin revêt l'aspect d'un chat à l'abbaye de Mortemer, sous le nom de cat goublin.

Une chanson d'Alfred Rossel (originaire du Nord Cotentin) intitulée Les goublins, leur rend hommage. Elle se termine ainsi :

Méfious des goublins, méfious des goublins
qui rôdent l'sai dans les q'mins

(Méfiez vous des gobelins qui rôdent le soir dans les chemins.)

Dans la littérature et la bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • Dans Bilbo le Hobbit, J. R. R. Tolkien a utilisé le mot « gobelin » pour désigner des créatures maléfiques vivant sous les Monts Brumeux ; dans Le Seigneur des anneaux, il les rebaptisa orques afin de les distinguer des créatures légendaires. Par la suite, ces créatures tolkieniennes furent reprises dans les jeux de rôle, notamment dans Donjons et Dragons — notons toutefois que dans Donjons & Dragons, les gobelins sont distincts des orques et des kobolds. Ils ont inspiré d'autres créatures, comme les gloks (giaks) de Loup Solitaire ou les chafouins de Rêve de Dragon.
  • On retrouve les gobelins dans Harry Potter avec le personnage de Gripsec. Les gobelins tiennent notamment la banque de Gringotts. Ils ont de longs doigts et sont très avides et cupides. Gripsec vole en effet l'épée de Gryffondor. Ils n'aiment pas les autres créatures magiques
  • L'un des principaux ennemis de Spider-Man a pris le nom de Green Goblin, généralement traduit en français par Bouffon Vert.
  • Citons enfin le livre intitulé Hobgobelin de John Coyne (ISBN 2-290-05270-1).

Dans Les Misérables de Victor Hugo[modifier | modifier le code]

Une référence aux gobelins apparaît dans Les Misérables de Victor Hugo, 4e partie, livre 2, chapitre 3 : « Apparition au père Mabeuf ». Ce dernier ne lit alors plus que deux livres dont Sur les diables de Vauvert et les gobelins de la Bièvre de Mutor de la Rubaudière lorsqu'il voit ce qu'il croit être un spectre, en réalité Éponine. Son allure (déguenillée et spectrale) lui inspire cette question : « Cela ressemble beaucoup à ce que la Rubaudière raconte des gobelins. Serait-ce un gobelin ? ». Éponine vient l'aider pour lui soutirer un renseignement et lui dit être le diable. Victor Hugo indique que son personnage est particulièrement intéressé par les gobelins puisque son jardin est un lieu que ces esprits auraient hanté. Pour information, on sait dans le roman que le père Mabeuf habite à ce moment-là dans une maison située dans le village d'Austerlitz. Ce village se situait alors dans une zone correspondant aujourd'hui à l'espace couvert par l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière et la gare d'Austerlitz (13e arrondissement de Paris). Le quartier voisin des Gobelins à Paris ne doit pas son nom aux créatures, mais à la famille de tapissiers qui s'y installa et dont c'était le patronyme[9].

NB : pas de référence trouvée pour Mutor de la Rubaudière.

Dans Le Seigneur des anneaux[modifier | modifier le code]

Dans Bilbo le hobbit, les wargs sont les alliés des gobelins. Il existe des représentant des gobelins plus grands et de peau totalement blanche. Ils vivent plus aux nord, près du mont Gundabad. Certains sont partis vers le Sud comme Azog (qui dirigea les gobelins par la suite) et son fils Bolg. Les wargs de Gundabad sont eux aussi blancs.

Dans la trilogie cinématographique Le Seigneur des anneaux de Peter Jackson, les Snaga sont des créatures moins puissantes que les Uruk. Ils vivent généralement en groupe dans les cavernes. On les trouve en grand nombre dans la Moria. On apprend dans le premier film de la trilogie Le Seigneur des anneaux (La Communauté de l'Anneau), que Saroumane a, par un odieux procédé, croisé des orques et des gobelins pour créer les terrifiants Uruk-haï; à ne pas confondre avec les Uruks du Mordor.

Dans L'Ère du vent[modifier | modifier le code]

Dans son roman de science-fiction L'Ère du vent publié en 2011, Pierre Bameul, natif du Nord Cotentin, décrit les Goublins comme des mutants nés de la radio-activité résiduelle consécutive à la guerre apocalyptique du Grand Suicide. Génies de la récupération, les Goublins pillent le cimetière des déchets nucléaires de l'usine de retraitement de La Hague, afin d'en tirer le meilleur profit.

Dans les jeux de rôle[modifier | modifier le code]

Voir également les gobelins dans Warhammer les gobelins dans Warcraft.

Donjons et Dragons[modifier | modifier le code]

Les gobelins sont de petites créatures humanoïdes d'environ 1,20 mètre. Ils ont une peau dont la couleur va du jaune au vert en restant toujours dans les teintes ternes et fades, et leurs yeux vont du rouge au jaune citron. Ils ont une espérance de vie de 50 ans environ. Ils vivent dans des cavernes sous terre (ils voient dans le noir) mais ne détestent pas la lumière du jour pour autant. En fait, certains habitent près des plaines chaudes où ils patrouillent pour s'assurer que personne n'entre dans leurs souterrains. Ils ont une organisation tribale, et détestent les nains et les gnomes. Ils domestiquent les Worgs (loups géants) qui leur servent de monture de guerre.

Dans le jeu, les gobelins sont souvent considérés comme des proies faciles pour les personnages joueurs de bas niveau car les gobelins sont faible lorsqu'ils n'évoluent pas dans une classe de joueur, ce qui a été caricaturé dans la bande dessinée Les Aventures de Kroc le bô de Chevalier et Ségur (édité dans le journal Casus Belli puis chez Delcourt).

le monde de Palladium[modifier | modifier le code]

Les gobelins sont des descendants d'un peuple féerique qui a perdu ses pouvoirs, à l'exception des gobelins cobbleurs (cobblers). Ce sont des humanoïdes de petite taille et chétifs (environ 1 m pour 40 kg) avec des membres grêles, une poitrine large, un cou épais et de grandes oreilles pointues. Ils ont des cheveux bruns ou roux et des yeux sombres. Ils vivent en moyenne 80 ans et certains atteignent 150 ans. Ils peuvent voir dans le noir jusqu'à 30 mètres et ne sont pas gênés par la lumière du jour.

Ils sont ennemis des humains, des kobolds, des nains, des gnomes, des changelins et des peuples féériques, et apprécient la compagnie des hobgobelins (cf, infra), des orques, des trolls et des ogres.

Ils vivent en tribus de quelques centaines d'individus dans des tunnels peu profonds (moins d'une trentaine de mètres) et relativement courts (s'étendant dans un rayon de l'ordre du kilomètre). De nombreuses tribus ont déserté les tunnels pour vivre dans les ruines des cités détruites ou bien dans des huttes. Leurs relations sont basées sur la loi du plus fort.

Initialement un peuple de mineurs, ils se tournent vers des activités de vol et de pillage. Nombre d'entre eux ont été enrôlés par des brigands, des sorciers, des prêtres maléfiques ou des démons pour former une armée.

Hobgobelins[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Hobgobelin.

En anglais, le terme hobgobelin signifie lutin ou croque-mitaine. Dans les univers fantastiques, ce sont des cousins des gobelins, plus grands en taille. Dans Le Seigneur des anneaux, Tolkien a remplacé le terme « hobgobelin » par le terme "uruk". Le terme Hobgobelins apparaît également dans la chanson de Charlemagne.

Gobelours[modifier | modifier le code]

Les gobelours (bugbears en anglais) sont une sorte de gobelins géants issus de Donjons et Dragons, plus forts encore que les hobgobelins. En termes de taille, ils sont moins imposants que les ogres. Ils sont esclavagistes au sein de la famille gobelinoïde ; et sont, par ailleurs, dotés d'une intelligence diabolique qui leur permet de tromper les aventuriers afin de les fatiguer sans avoir à les combattre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site du CNRTL : étymologie de "gobelin"
  2. Duden, Herkunftswörterbuch : Etymologie der deutschen Sprache, Band 7, Dudenverlag, p. 359 sous Kobel, koben, Kobold.
  3. Albert Dauzat, Jean Dubois, Henri Mitterand, Nouveau dictionnaire étymologique et historique, Librairie Larousse 1974. p. 346.
  4. T. F. Hoad, English Etymology, Oxford University Press, p. 196b.
  5. Karl Grün, Les esprits élémentaires, 1896
  6. a et b Dubois 1992, p. 28
  7. Dubois 1992, p. 29
  8. Légendes normandes recueillies dans l'arrondissement de Mortain
  9. Maurice Allem dans Les Misérables, édition de la Pléiade, Gallimard, 1951.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]