Le Journal du dimanche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Journal du dimanche
Image illustrative de l'article Le Journal du dimanche

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Hebdomadaire
Genre Généraliste
Diffusion 227 219 ex. (2013[Note 1])
Date de fondation 1948
Ville d’édition Levallois-Perret

Propriétaire Lagardère Active
Directeur de publication Bruno Lesouëf
Directeur de la rédaction Jérôme Bellay
ISSN 0242-3065
Site web www.lejdd.fr

Le Journal du dimanche ou JDD est un journal hebdomadaire français d'actualité qui paraît le dimanche, mais un bi-hebdomadaire portant le même nom est paru pendant la seconde moitié du XIXe siècle et les premières années du XXe siècle.

Le journal est la propriété du groupe Lagardère et constitue le seul hebdomadaire national dominical d'informations générales en France ; il est diffusé à 227 219 exemplaires en 2013.

Historique[modifier | modifier le code]

Le premier Journal du dimanche[modifier | modifier le code]

Le premier Journal du dimanche, créé en 1855, a été publié au moins jusqu'en 1902[1]. Il paraissait deux fois par semaine. Aux alentours de 1900, il était de tendance républicaine, laïque, voire socialisante ; Jules Gondry du Jardinet était alors son directeur de publication. De nombreux exemplaires de ce premier Journal du dimanche sont consultables sur le site Gallica[2], principalement les exemplaires des années 1883 à 1899, mais également quelques autres numéros par ailleurs.

Le second Journal du dimanche[modifier | modifier le code]

Créé en 1948 par Pierre Lazareff, alors directeur général du quotidien France Soir.

À noter qu'une des journalistes du Journal du dimanche, Nathalie Odent (qui travaillait en parallèle avec VSD), a disparu dans un accident d'hélicoptère au rallye Paris-Dakar en 1986.

Depuis le 15 mars 2007, la version électronique sur Internet du JDD est journalière.

En mars 2009, une édition paraissant le samedi est lancée sous la direction de Christian de Villeneuve[3]. L'expérience dure deux ans pour s'achever début 2011 à la suite d'une décision de Denis Olivennes[4].

En avril 2010, les journalistes protestent auprès d'Olivier Jay, directeur de la rédaction, au sujet de la position du groupe Lagardère vis-à-vis du pouvoir. Ils affirment ainsi que le JDD, « pas plus que n'importe quel autre média, n'a à se plier aux désirs d'un pouvoir, ni à céder aux pressions ou aux menaces, d'où qu'elles viennent »[5].

Version Femina est proposé en supplément optionnel payant.

Organisation[modifier | modifier le code]

Le journal appartient au groupe Lagardère via sa filiale Lagardère Active.

La publicité représente 50 % des recettes du JDD (en plus des ventes). En moyenne, un espace publicitaire se vend de 1 500 € pour un module, 87 000 € pour une page et 149 000 € pour une double page[réf. nécessaire].

Le JDD est distribué la nuit dans 15 000 points de ventes à travers la France partagés en six zones de distribution ; 80 % des ventes ont lieu le dimanche entre 9 h et 13 h. Environ 30 % des exemplaires distribués ne sont pas vendus.[réf. nécessaire]

Directeurs[modifier | modifier le code]

Daniel Filipacchi est le président d'honneur.

Liste des directeurs successifs :

Les rédacteurs en chef sont X (service politique), Guillaume Rebière, Patrice Trapier, Laurent Valdiguié, Éric Chodez et Robert Melcher. Bruno Lesouëf est directeur de la publication.

Diffusion[modifier | modifier le code]

Les données de la diffusion du Journal du dimanche sont celles de l'OJD[6].

Année 2009 2010 2011 2012 2013
Diffusion France payée 264 671 257 280 254 459 243 408 225 362
Diffusion totale 268 496 261 972 258 15 246 837 227 219

Lectorat[modifier | modifier le code]

Le JDD est le premier journal vendu chez les PDG/gérants (9 %) devant Les Échos puis le Monde (7 %). Les lecteurs du JDD sont principalement des hommes à revenu assez élevé et plutôt de droite. Le journal cible des personnes ayant un pouvoir d’achat élevé.[réf. nécessaire]

Critiques[modifier | modifier le code]

Le journal a été critiqué pour ses liens avec le pouvoir, sous le mandat de Nicolas Sarkozy[7].

Le Journal du dimanche a également été critiqué pour avoir changé de direction quatre fois en cinq ans[réf. souhaitée].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Diffusion totale hebdomadaire moyenne.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]