Chevaliers de la Table ronde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Chevaliers de la Table Ronde)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chevaliers de la Table ronde (homonymie).

Les chevaliers de la Table ronde constituent un ordre légendaire au service du mythique roi Arthur que ce dernier a chargé de mener la quête du Graal et d'assurer la paix du royaume. La première trace écrite de la légende des chevaliers de la Table ronde se trouve dans le Roman de Brut écrit par le poète normand Wace en 1155. Dans la littérature française, les œuvres de Chrétien de Troyes à la fin du XIIe siècle auront une influence majeure sur la diffusion de la légende arthurienne.

La symbolique de la Table ronde a évolué aux cours des siècles avec notamment l'incorporation de thèmes chrétiens comme la quête du Graal.

Définition[modifier | modifier le code]

Il faut attendre le Roman de Brut de Wace pour que ce thème apparaisse dans la légende arthurienne et soit repris par la suite. Ainsi la table ronde est-elle peut-être une invention de Wace et n'a vraisemblablement aucun rapport avec la moindre tradition celtique, tout comme l'ordre chevaleresque médiéval[1].

Apparition du Graal, enluminure du XVe siècle.

La Table ronde se trouve dans les légendes arthuriennes à Camelot, à la cour du Roi Arthur. Elle fut dressée après que Merlin l'Enchanteur eut révélé à Arthur la nécessité de créer une assemblée faite des chevaliers les plus preux afin de retrouver le Graal. Elle rappelait qu'ils héritaient de leur place uniquement sur leurs mérites et qu'ils étaient à ce titre tous égaux. Comme la distance par rapport au roi peut réintroduire une hiérarchie, ce siège est choisi au hasard parmi les derniers. Elle symbolise l'égalité et la fraternité entre les chevaliers. Outre l'intérêt de rassembler les meilleurs chevaliers du royaume, cette table était destinée à recevoir le Graal, quand il aurait été retrouvé.

Tous les chevaliers appelés à s'asseoir à cette Table ont été vite identifiés, sauf un. Quiconque s'asseyait dans le siège vacant sans avoir été élu était englouti par la terre ; c'est pourquoi cette place s'appelait le Siège Périlleux. Il semble que cet ajout où seul le plus pur d'entre eux peut s'asseoir est un rajout chrétien tardif ; en effet dans la légende celtique ce serait Lancelot du Lac qui découvre le Graal[réf. nécessaire], mais d'un point de vue chrétien, sa relation adultère avec Guenièvre, l'épouse du roi Arthur, le rend impur. C'est donc Galahad, qui trouvera le Graal, le rapportera à la Table ronde et s'assiéra dans le Siège Périlleux. Ce retour du Graal à la Table ronde marque la fin des Temps Aventureux, la fin de la quête. Les chevaliers de la grande table légendaire devaient fidélité à leur roi et au Saint Graal!

Il n'existe pas de version unique et complète racontant l'histoire des chevaliers de la Table ronde. Bien qu'écrites à des siècles de distance par des auteurs de cultures très diverses, toutes les versions sont regroupées sous le terme générique de "légende arthurienne", à cause de la position prépondérante qu'occupe le personnage du roi Arthur. On y retrouve régulièrement les principaux protagonistes : Arthur, Merlin, Lancelot du Lac, Guenièvre, etc. auxquels s'ajoute l'histoire de nombreux personnages : Gauvain, Mordred, la fée Morgane, Viviane, Tristant et Iseult, etc. La combinaison des caractères et des situations permet à chaque auteur d'exprimer sa sensibilité sur un sujet précis.

Bien qu'étant liée à une époque pré-chrétienne ou en voie de christianisation, l'histoire des chevaliers de la Table ronde a été revisitée par des auteurs chrétiens, tels que Chrétien de Troyes, qui ont introduit des éléments et des symboles chrétiens inconnus dans les versions les plus anciennes, tel le saint Graal.

Par exemple, dans une des écritures modernes de cette légende[réf. nécessaire] nous trouvons le thème suivant : la Bretagne est corrompue par divers pouvoirs maléfiques, et la quête revient autant à défaire un par un les maléfices auxquels sont soumis les sujets de Bretagne, qu'à trouver le Graal. Une fois le Graal emporté en Palestine, les enchantements et maléfices disparaissent, ainsi que les pouvoirs de Merlin l'Enchanteur et Excalibur, l'épée du roi, est restituée à la Dame du Lac. D'une certaine manière, le dénouement et les actes trompeurs qu'Uther Pendragon a commis pour engendrer Arthur finissent par avoir une conséquence (amoureux d'une femme, il s'était fait passer pour son mari afin de passer une nuit avec elle, d'où est né Arthur). Ceci, en fait, s'inscrit dans l'idée que la magie dissipée, les enchantements et maléfices disparaissent, et que l'homme se retrouve à devoir assumer la responsabilité de ses actes.

La lutte du bien et du mal est un thème récurrent. Les rôles sont en général bien définis : les chevaliers de la Table ronde se battent pour le bien et la grandeur du Royaume, les chevaliers qui les combattent sont jaloux ou traîtres. Quelques personnages restent "hors norme" : Merlin l'Enchanteur, à la fois sage conseiller du roi et fils du Diable qui lui donna le pouvoir de voir le passé ; Dieu le racheta du fait de la pureté des actions de sa mère et lui offrit le pouvoir de voir le futur. Ainsi, Merlin l'Enchanteur est similaire au mythe de Prométhée et d'Épiméthée, les premiers des hommes. De même, Viviane est à la fois une frêle jeune fille aimant Merlin d'un amour pur et une puissante fée qui, en emprisonnant Merlin l'Enchanteur, favorisera la chute du royaume. Les récits représentent le Mal comme étant bien plus présent que le Bien (la plupart des preux chevaliers finiront par trouver la mort, y compris Arthur). Plutôt que de l'attaquer directement et par là de choisir son camp, Merlin l'Enchanteur préfère laisser aux hommes le pouvoir de choisir par eux-mêmes leur destin, de même qu'il se laisse définitivement enfermer, en toute connaissance de cause, par Viviane. La magie, dans le contexte de la quête du Graal, bonne ou mauvaise, altère invariablement le jugement et la perception des hommes.

Liste des chevaliers[modifier | modifier le code]

Le nombre (toujours symbolique) et les noms varient selon les textes. Les premières sources en recensent 24, 36 ou 72. Pour Robert de Boron, chez qui la Table Ronde est une réplique de la table de la Cène, ils sont cinquante. Dans d'autres versions comme Le Morte d'Arthur de Thomas Malory, ils sont 150 (« Trois fois cinquante » est une expression que l'on trouve souvent dans les textes gallois ou irlandais, qui signifie « un très grand nombre », voire « incommensurable »). Le livre Les blasons des chevaliers de la Table ronde en donne 170, le livre de Michel Pastoureau, Les chevaliers de la Table ronde : Histoire d’une société imaginaire en recense 239 (vivant sur quatre générations) à travers des sources françaises du XIIe jusqu'au XVe siècle[2].

Voici les plus connus avec leurs identités, selon la légende arthurienne. Attention, aucun récit n'évoque la totalité des personnages ici reportés ; il s'agit d'une liste résultant de la compilation de textes partiels écrits à plusieurs siècles de distance par des auteurs de langue et de culture très variées. Les rôles assignés aux uns et aux autres sont ceux qui reviennent le plus souvent dans les textes.

nom habituel variantes
et autres langues
nom complet / surnom description
(rôles, positions, mots-clés)
liens familiaux principalement cité dans
(liste des œuvres)
Accolon Accolon de Gaule amant de la Fée Morgane ; ennemi du Roi Arthur après un court temps chevalier de la Table ronde
Agravain Engrevain l’Orgueilleux un des dénonciateurs des relations entre Lancelot et Guenièvre ; tué par Lancelot pour cela fils de Lot d'Orcanie et de Morgause ; frère de Gauvain, Gareth et Gaheris ; cousin d'Yvain et Mordred ; neveu de Fée Viviane, Élaine, Fée Morgane et le Roi Arthur la légende arthurienne
Arthur Arthus, Artus, Arzur, son nom signifie ours le roi Arthur,
Arthur Pendragon
emmené par Merlin lorsqu'il est encore enfant (demande de Merlin à Uther en échange du don de l'apparence de Gorlois afin de tromper Ygraine) et confié à Antor ; le seul à pouvoir tirer Excalibur de son socle ; roi de la Table ronde (suivant les conseils de Merlin, à la suite de la création de la Table ronde qu'il avait donné au père d'Arthur, Uther Pendragon) ; malgré lui et ses demi-sœurs, il conçoit Mordred avec Fée Morgane ou Morgause ; amené après la bataille de Camlann, blessé par Mordred, à Avalon par Fée Morgane, la reine de l'île et par Fée Viviane, la Dame du Lac (toutes deux sont ses demi-sœurs) époux de Reine Guenièvre ; fils d'Uther Pendragon et d'Ygraine ; père de Mordred ; demi-frère de Fée Viviane, Élaine, Morgause et Fée Morgane
Bedivere Bedwyr (gallois), Bediver, Bedivère, Bedwir Bedwyr Bedrydant ("Bedivere aux muscles parfaits" en gallois) connétable ; un des premiers et plus proches conseillers du Roi Arthur ; celui qui rendit Excalibur à la Fée Viviane (selon les sources, c'est soit lui soit Girflet) frère de Lucan ; cousin de Girflet ; père d'Amren (fils) de Eneuawc (fille)
Bohort Bors (anglais) Bohort l'exilé vainqueur de la quête du Saint Graal avec Galaad et Perceval ; un des meilleurs chevaliers de la Table ronde fils du roi Bohort de Gaunes ; cousin de Lancelot et de Hector ; neveu paternel du roi Ban de Bénoïc
Calogrenant cousin d'Yvain Yvain ou le Chevalier au Lion
Caradoc Karadoc Briefbras (bras court), Brechbras (bras long) ou encore Vrec'h vras (bras fort) ancêtre semi-légendaire des rois de Gwent (Pays de Galles) vivant pendant le Ve siècle Le livre de Caradoc
Dagonet également fou de la cour -le rôle du bouffon n'est pas seulement d'amuser, mais aussi de conseiller le roi-
Erec l'un des plus grands chevaliers de la Table Ronde après Gauvain fils du roi Lac, époux de la belle Enide Erec et Enide
Gaheris Guerrehet fils de Lot d'Orcanie et Morgause ; frère de Gauvain, Gareth et Agravain ; cousin d'Yvain et Mordred ; neveu de la Fée Viviane, Élaine, Fée Morgane et Arthur
Galahad Galaad,
Gwalchaved (gallois)
Galahad le Preux,
Galahad le Pur,
faucon d'été (Gwalchaved)
vainqueur de la quête du Saint Graal avec Bohor et Perceval ; le seul à pouvoir regarder à l'intérieur de la coupe (mais il le paie de sa vie) ; le plus jeune chevalier de la Table ronde ; le seul assez pur pour s'asseoir sur le siège périlleux sans en être englouti ; trouve l'épée de Salomon fils de Lancelot et d'Ellan (ou Élaine de Corbenic, château renfermant le Saint Graal), fille du roi pêcheur Pellès, gardien du Saint Graal, ayant pris l'apparence de Guenièvre
Galehaut seigneur des îles lointaines
Galessin Duc D'Orcanie Fils de Élaine et de Nautre, roi de Garlot. Il est donc le neveu du roi Arthur et le cousin direct de Gauvain, Yvain et Mordred
Gareth Gaheriet Gareth le Franc ("franc" au sens contraire de fourbe) surprenant sa mère Morgause au lit avec Lamorak, il les tue tous les deux ; se fait tuer par Lancelot fils de Lot d'Orcanie et Morgause ; frère de Gauvain, Gaheris et Agravain ; cousin d'Yvain et Mordred ; neveu de la Fée Viviane, Élaine, Fée Morgane et le Roi Arthur Le Morte d'Arthur de Thomas Malory, Idylls of the king de Lord Alfred Tennyson.
Gauvain Gawain (en anglais), Gwalchgwyn ( en gallois ) faucon blanc ( Gwalchgwyn ) ou faucon de mai selon d'autres langues Celtes (Gwalchmai et Gwalchmei) le meilleur des chevaliers de la Table ronde ; il se bat pour Arthur mais se fait tuer par Lancelot fils de Lot d'Orcanie et Morgause ; frère de Gareth, Gaheris et Agravain ; cousin d'Yvain et Mordred ; neveu de la Fée Viviane, Élaine, Fée Morgane et du Roi Arthur L'âtre périlleux, La demoiselle à la mule, Le chevalier à l'épée, Sire Gauvain et le Chevalier vert, Erec et Enide, Cligès, Lancelot ou le chevalier de la charrette, Yvain ou le Chevalier au lion, Perceval ou le Conte du Graal.
Geraint Gereint, Érec Gereint ac Enid, Érec et Énide
Girflet Jaufré celui qui rendit Excalibur à la Fée Viviane (selon les sources, c'est soit lui soit Bedivere) fils de Do ; cousin de Bedivere et de Lucan Roman de Jaufré
Hector Hector des Mares fils du roi Ban de Bénoïc et de la Dame des Marais (la fille d'Agravadain, le seigneur des Marais) ; demi-frère de Lancelot du Lac ; neveu paternel du roi Bohort de Gaunes ; cousin de Bohort et de Lionel
Hunbaut
Keu Kai, Kay, Key "Eao Hir" "Kay le grand" en légende Galloise Il est connu pour occuper le poste de sénéchal de Camelot. Très souvent mis de côté dans les contes chrétiens, il n'y n'apparaît que rarement. Il occupe une place scénaristique plus importante dans les légendes galloises, ou il est parfois vu comme un tueur de géants à la suite de ses combats contre des géants comme le monstre Caht Palug, Warach, mais aussi lorsqu'il aide Bedivere et Arthur à vaincre le géant du mont Saint-Michel. fils d'Antor ; frère adoptif du Roi Arthur et sénéchal à la suite d'une promesse faite au père de Keu qui l'a élevé, fréquemment associé avec Bedivere ; un des premiers personnages à figurer dans l'entourage du Roi Arthur ; difficilement toléré par la cour de Camelot pour sa violence et son manque de courtoisie "Culwuch ac Olwen" (légende Galloise); "Pa Gur"; "Le livre Noir" des Triades Galloises; "Escanor"
Lamorak Lamorak de Gulis, Lamorak le Gallois le troisième meilleur chevalier du monde ; il a deux fins selon les sources : tué par Gareth le trouvant dans le lit avec Morgause et tué par Mordred alors qu'il se préparait pour la quête du Graal fils de Pellinore ; frère de Tor, Agloval, Perceval, Dornar et Dandrane ; oncle de Lohengrin, le chevalier au cygne
Lancelot Lancelot du Lac,
le chevalier blanc
emporté par la Fée Viviane, la Dame du Lac, dans un lac lors de son enfance ; sauveur de Guenièvre ; trompé par Ellan avec qui il conçoit Galahad ; le meilleur chevalier du monde et l'égal de Gauvain dans la Table ronde ; il tue Gareth, Agravain puis Gauvain pour Guenièvre fils du roi Ban de Bénoïc ; demi-frère de Hector ; neveu du roi Bohort de Gaunes ; cousin de Bohort et de Lionel ; père de Galahad Lancelot ou le chevalier de la charrette
Léodagan Leodegrans Léodagan de Carmélide père de la Reine Guenièvre
Lionel fils du roi Bohort de Gaunes ; frère de Bohort ; neveu paternel du roi Ban de Bénoïc ; cousin de Lancelot et de Hector
Lohengrin fils de Perceval
Méléagant Meliagaunt chevalier de la Table ronde puis ennemi de celle-ci - hormis la puissance, c'est le négatif de Lancelot : vaniteux, orgueilleux, enlevant la Reine Guenièvre au lieu de la séduire, méprisant envers le Roi Arthur et rebelle envers son père fils du roi Baudemagus du royaume de Gorre Lancelot ou le chevalier de la charrette
Mordred Modred, Mordret, Medrawt grand ennemi du Roi Arthur après un bref temps chevalier de la Table ronde ; ténébreux, traître, fourbe, perfide et sournois, il n'obéit pas aux règles de la chevalerie ; détesté par les chevaliers mais séduisant pour les femmes, il courtise les dames même déjà mariées ; faisant des envieux, il est à l'origine des tromperies conjugales de la cour et des combats entre chevaliers ; il tue Lamorak alors que celui-ci se préparait pour la quête du Graal fils du Roi Arthur ou de Lot d'Orcanie et de Fée Morgane ou Morgause, père de Melehan
Palamède rival puis compagnon de Tristan
Pellinore roi gallois père de Perceval et Lamorak
Perceval Peredur (gallois), Percival, Parzival, Parsifal Perceval le Gallois vainqueur de la quête du Saint Graal avec Bohort et Galaad fils de Pellinore ; frère de Tor, Agloval, Dandrane, Lamorak et Dornar ; père de Lohengrin, le chevalier au cygne Perceval ou le conte du Graal, Perlesvaus, le Haut Livre du Graal
Sagramor Sagremor le Desrée (en raison de sa démesure et de son impétuosité) petit-fils de l'empereur Adrien de Constantinople
Tristan Drustanus (latin et breton), Drystan (gallois), Tristran, Tristam, Tristram Tristan de Lyonesse époux d'Iseut aux mains blanches et amant d'Iseut la blonde ; le deuxième meilleur chevalier du monde fils du roi Melioda de Liories et d'Elisabeth, sœur du roi Marc de Cornouailles Tristan et Iseut
Yvain Owen (gallois) Le chevalier au lion le meilleur chevalier de la Table ronde ; banni par Arthur ; fidèle au roi et aux quêtes ; accompagné d'un lion fils de la Fée Morgane et du roi Urien ; cousin de Gauvain, Gareth, Gaheris, Agravain et Calogrenant Yvain ou le chevalier au lion
Yvain Yvain le Bâtard bon chevalier, homonyme de son demi-frère fils du roi Urien ; demi-frère d'Yvain ; cousin de Gauvain, Gareth, Gaheris, Agravain et Calogrenant Erec et Enide, Le Conte du Graal
  • Le fait d'être un bon chevalier ne s'arrête pas à la puissance et au courage, mais compte aussi la courtoisie, autant pour les combats (laisser l'ennemi se relever, combattre à armes égales, etc.) que pour la galanterie envers les dames de la cour. Le mérite et l'ordre du mérite des chevaliers figure sur les articles de personnages (Gauvain, Lancelot, Lamorak, Bohort).
  • Ici, les cousins sont cousins germains (ou directs, ou encore simplement du premier degré). Cependant, il n'est pas certifié que cousin ni même frère ne veuille pas simplement signifier ami très cher. De même pour père, fils, oncle et neveu : des liens affectifs et des adoptions peuvent être la cause de ces appellations.
  • Bedivere, Gauvain et Keu sont les plus anciens personnages associés à Arthur. C'est pourquoi certains croient en la véracité de leur existence.
  • Bien que plus nombreux au début de la quête, seuls les trois chevaliers Perceval, Bohort et Galaad atteignent le château Corbenic dans lequel se trouve le Saint Graal. Perceval est le premier chevalier mentionné dans la chronologie, mais il est voilé par Galaad, mentionné plus tard comme le seul chevalier ayant pu voir l'intérieur du calice, honneur qu'il paie de sa vie. Perceval est connu dans la quête pour ne pas avoir posé la question sur le Graal qui aurait sauvé les vies de Pellès, le roi pêcheur, et d'un autre roi, tous deux gardiens de la fameuse coupe.

Autres personnages[modifier | modifier le code]

Personnages centraux[modifier | modifier le code]

Autour des chevaliers[modifier | modifier le code]

Relations courtoises[modifier | modifier le code]

Rôles des personnages centraux[modifier | modifier le code]

Arbres généalogiques[modifier | modifier le code]

De même qu'aucun texte n'évoque la totalité des chevaliers cités ci-dessus, aucun récit ne donne une généalogie complète des protagonistes des légendes arthuriennes. Il s'agit donc d'une construction moderne à partir de différents documents. Cet ensemble d'arbres généalogiques ne s'est inspiré d'aucun autre arbre. Il est incomplet et ne respecte que les légendes les plus connues ; c'est pourquoi il faut le prendre avec précaution. Ces arbres sont le fruit de légendes, pas de documents historiques, même si certains de ces personnages ont des bases historiques. Les liens familiaux ont été pris au premier degré pour père, fils, frère, cousin, oncle et neveu, mais il se peut que ces appellations soient tout simplement dues à des attachements affectifs ainsi qu'à des adoptions, des liens de cœur.

Descendances de Gorlois, Ygraine et Uther & liens entre chevaliers de la Table ronde.
Liens entre les personnages centraux
Généalogie d'Arthur.
Généalogie de Morgane.
Généalogie de Morgause.
Généalogie de Charis, la Dame du Lac.

Objets et lieux[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La légende dans laquelle la Dame du Lac porte le nom de Charis est différente de la classique.
  2. Selon certaines sources, il y aurait eu deux Dames du Lac se succédant (voir l'article Excalibur).
  1. (en) David Staines, The Complete Romances of Chretien de Troyes, Bloomington, Indiana University Press,‎ 1993, 542 p. (ISBN 0-253-35440-4), p. XIV
  2. À la fin du Moyen Âge, certains auteurs en évoquent même 600.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]