Mouvement moderne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Congresso Nacional du Brésil, réalisé en 1960 par Oscar Niemeyer à Brasilia.

Le Mouvement moderne, l’Architecture moderne, (parfois également dit Modernisme mouvement initial qui au départ désigne le Style 1925/'Art déco fondateur où les architectes ont pour volonté plus de construire que de décorer), est un courant principal de l’architecture rassemblant plusieurs conceptualisations de l'architecture, plusieurs démarches d'architectes après la première guerre mondiale du XXe siècle. Les trois composantes principales de ces démarches sont le fonctionnalisme, le rationalisme, la puissance de la forme par sa nouveauté hors du passé et par son épannelage simple. Ces démarches apparaissent (selon l'historien) pendant ou après la première guerre mondiale, elles sont établies en affinité ou en concurrence de théorie (théories devenues totalement profanes, économique et/ou artistique), elles sont établies aussi en affirmation de personnalité des architectes impliqués. Les architectes Walter Gropius, Adolf Loos, Auguste Perret, Ludwig Mies van der Rohe, Oscar Niemeyer et Le Corbusier sont parmi ses protagonistes majeurs.

Ce mouvement influença durablement la pensée architecturale dans l'ensemble du siècle.

Définition[modifier | modifier le code]

Villa Melnikov près de la rue Arbat à Moscou par Constantin Melnikov.

Les démarches stylistiques sont établies depuis la première guerre mondiale du XXe siècle par des Mouvements d'architectes, avec des « manifestes » plus ou moins élaborés (voir aussi Architecture#Théories de l’architecture: Le Traité de Vitruve et ses suites).
Ces Mouvements architecturaux ont les ingrédients conceptuels principaux pris parmi:

  • la forme découle de la fonction
  • la forme (selon l'option de la théorie) :
    • est régulière
    • est irrégulière
  • la forme est riche de sa pureté et non pas de son habillage
  • la rationalité est maîtresse du jeu
  • la production de la forme est industrielle
  • la structure est habillée.

Le Mouvement moderne caractérise en général un retour au décor minimal avec des lignes géométriques pures, une tendance à la subordination de la forme au prédicat fonctionnel (le besoin humain est la base de la forme spécifique donnée à la construction) en un exergue de la rationalité (l'art est dans la civilisation industrielle), grâce notamment au déploiement de techniques et de matériaux nouveaux tels que le fer-acier le béton et le verre. Les façades sont reconceptualisées avec des baies devenues ouvertures à principe horizontal aboutissant avec le temps à la façade rideau. Dans le même temps la conception de rue de ville formée initialement par la continuité des édifices aboutit à sa structure discontinue.

Les critères censés définir le Mouvement moderne comme style (par exemple Style international) restent en partie sujets à débat, chez ses détracteurs comme chez ses laudateurs. Sa chronologie reste aussi sujet à débat.

Le Mouvement moderne: une étiquette appliquée rétrospectivement[modifier | modifier le code]

Certains historiens voient l’évolution de l’Architecture moderne comme un fait social, lié au projet de modernité et donc proche des Lumières. Ce serait l’aboutissement des révolutions sociales et politiques.

D’autres historiens voient le Mouvement moderne comme résultante du développement technique tant il est vrai que les possibilités des nouveaux matériaux comme le fer, l’acier, le béton et le verre ont conduit à l’invention de nouvelles techniques de construction contribuant à la révolution industrielle:

D’autres historiens voient encore l’Architecture moderne comme la recherche d'une esthétique nouvelle, sobre, minimaliste et dépouillée de tout élément superflu, en réaction contre l’Éclectisme et la production présentée alors dans les Arts Nouveaux et les Arts Décoratifs.

Chronologie du Mouvement moderne[modifier | modifier le code]

D'une façon générale, en préalable aux œuvres d'architectes du Mouvement moderne, les œuvres d'architectes comme Louis Sullivan et Frank Lloyd Wright à Chicago, Victor Horta à Bruxelles, Hector Guimard à Paris, Antoni Gaudí à Barcelone, Otto Wagner à Vienne, Charles Rennie Mackintosh à Glasgow, Tony Garnier à Lyon peuvent être analysées comme une lutte commune entre l’ancien et le nouveau. La technique nouvelle et les matériaux nouveaux utilisés sont formulés en architecture diversement en continuité ou rupture avec le passé des formes et matières (par exemple de continuité, le style « Liberty italien » entre 1900 et 1910 fait usage de l'héritage stylistique baroque, l'École de Chicago utilise pour ses gratte-ciel des décorations de façade en fonte et des ascenseurs luxueusement décorés, pour les sièges sociaux conçus par Albert Kahn, principal acteur de l'architecture industrielle aux États-Unis). Ces architectures comportent encore la notion de couronnement et les concepts plus ou moins prononcés d'amortissement pour la façade qui sont revus dans le vocabulaire architectural[1] du Mouvement moderne. La façade chez ces architectes précurseurs sort déjà de sa notion purement classique (par exemple chez Frantz Jourdain pour les « Magasins de la Samaritaine » à Paris en 1905, la façade fait apparaître la structure).
Il s'agit du fondement du Mouvement moderne rassemblant divers courants, à partir de plusieurs époques.

Le Mouvement moderne pour certains apparait avec :

  • l'expressionnisme qui évoque des formes puissantes dès avant la première guerre mondiale
  • le constructivisme avec son processus scientifique pendant la première guerre mondiale.

Le Mouvement moderne existe avec le mouvement du Bauhaus après la première guerre mondiale pour d'autres. Le trio de tête est généralement reconnu comme étant Le Corbusier en France (qui lui préférait parler de mouvement puriste), Ludwig Mies van der Rohe et Walter Gropius en Allemagne. Mies van der Rohe et Gropius étaient tous deux directeurs du Bauhaus, école d’architecture et d’arts appliqués fortement tournée vers les techniques industrielles déjà initiées avec le Deutscher Werkbund en 1907 avec Peter Behrens.

Le Modernisme fut influencé par Frank Lloyd Wright notamment grâce à son Wasmuth portfolio, mais la carrière de cet architecte fut séparée de ce mouvement. Il a toujours refusé d’en être considéré comme adhérent. Il eut une grande influence sur Gropius et Mies qui avaient eu une grosse influence sur lui, et par exemple il en eut une aussi forte sur tout le courant de l’Architecture organique.

Le Modernisme se poursuit pour certains après la deuxième guerre mondiale dans des styles d'architecture comme ceux présentés par Oscar Niemeyer et Le Corbusier.

Le Modernisme comme mouvement fondamental[modifier | modifier le code]

Le Modernisme influença les autres courants d'architecture de son époque fortement et son caractère international par ses principes prend rapidement forme. En Italie par exemple, le Rationalisme prend ses bases en conjugaison du Futurisme antérieur et du Modernisme présent.

En 1932 en opposition à l'« architecture historiciste » ( précisément celle des sièges sociaux prônée par Albert Kahn qui a pu dessiner à l'opposé des usines aux formes simples et épurées), eut lieu une importante exposition au MoMA dirigée par Philip Johnson. Dans cette exposition d’architecture moderne, on créa des continuités, réunit des tendances distinctes, les identifiant comme ayant un style similaire et des visées communes, et les présenta dans appellation « Style international » qui resta. Avec la Seconde Guerre mondiale, les figures importantes du Bauhaus fuirent aux États-Unis. Ce style international s'établit après la guerre depuis les États-unis en oubliant le volet social du mouvement d'origine. Alors que le Mouvement moderne qui l'intègre ne fut précédemment jamais prédominant ailleurs que dans la construction de villas et de logements, il le devint en ce qui concerna les bâtiments institutionnels et l’architecture commerciale.
Son influence fut majeure jusque dans l’enseignement de l’architecture, depuis les années 1930 jusqu’aux années 1980.

Marina City (à gauche) et IBM Plaza (à droite) à Chicago.

Au milieu du XXe siècle certains des protagonistes expérimentèrent entre fonctionnalisme et tradition des formes organiques qu’ils estimaient plus proches de la sensibilité humaine et plus accessibles: Alvar Aalto et Eero Saarinen furent deux créateurs parmi les plus prolifiques de cette formulation ayant pour but le bien-être des habitants.

Le Modernisme considéré comme terminé[modifier | modifier le code]

Dès les années 1960 l'architecture en général est réévaluée en Europe, notamment par le Team X, avec particulièrement une approche sociale pour donner forme à la ville, et à la lumière des destructions dues à la guerre et de l'effort de reconstruction des villes européennes. Cela concerne particulièrement la réévaluation des théories du Mouvement moderne d'avant-guerre. Le Brutalisme anglo-saxon se constitua par ces théories établies par Team X à part du Mouvement moderne devenu sans composante sociale.

De son côté, le Mouvement métaboliste se démarque depuis sa création au Japon en 1959 du Mouvement moderne qu'il a assimilé. Il repose sur l'établissement d'une transition déjà culturellement installée dans ce pays entre l'espace ouvert et l'espace fermé dans l'usage d'un bâtiment, comme on la trouvait dans le Pavillon de Barcelone de Mies van der Rohe, et d'une non-distinction entre l'espace public et l'espace privé dans l'usage individuel. (Dans la continuité du Métabolisme se terminant avec son siècle, la sphère individuelle peut être actuellement établie dans l'architecture contemporaine par les « facilités » électroniques).

Depuis les années 1970, nombre d’architectes ont cherché à s’extraire de ces canons esthétiques du Mouvement moderne qu'ils avaient utilisé et qu'ils taxent de rigidité. Par exemple Philip Johnson admit qu’il « en avait assez des boîtes » (« bored with the box »). Ces réactions venaient des tenants de la deuxième vie en Amérique du Mouvement moderne pendant et après la guerre. Ces architectes réactivent alors des notions telles que l’historicité, l'intégration à la Nature etc.
Cette réaction dans l'air du temps rejoint par exemple le rejet général qui s'opère identiquement un peu plus tard sur le Brutalisme anglo-saxon déjà parti du Mouvement moderne.

De fait dans ces années 1970 la Blobitecture ou architecture molle constitue un mouvement architectural utilisant des techniques modernes sans référence impérative à l'angle droit du Mouvement moderne. Ce mouvement architectural utilise parfois des structures textiles gonflables.
Et au début des années 1970, l'architecture High-tech marque une évolution des techniques de construction les plus innovantes, notamment en acier et en verre, les préférés du Mouvement moderne de la deuxième époque. L'architecture High-tech, dans une expression technique affichée est parfois ostentatoire et ironique envers le Mouvement moderne: par exemple au Musée Pompidou à Paris où la façade de verre est derrière la structure et les tuyaux affichés.

Dans la fin des années 1970 le Mouvement postmoderne en architecture se constitue après avoir été un mouvement artistique par exemple dans les villes de jeux ou de loisirs. (Les références aux styles architecturaux anciens sont utilisés alors qu'ils avaient été supplantés par le Mouvement moderne). Ce mouvement veut se démarquer des principes officiels de l'idéologie du Mouvement moderne. Le Mouvement postmoderne se réfère au Modernisme qu'il déclare terminé.

Depuis la fin des années 1980 et encore actuellement le Déconstructivisme centré sur les sous-entendus du Mouvement moderne et utilisant l'omission volontaire de ces conventions achève le Modernisme.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir modénature et Membre de corps de bâtiment.