Joseph John Thomson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis J. J. Thomson)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Joseph Thomson.

Joseph John Thomson

Description de cette image, également commentée ci-après

Gravure sur acier de Joseph John Thomson publié en 1896

Naissance 18 décembre 1856
Manchester (Angleterre)
Décès 30 août 1940 (à 83 ans)
Cambridge (Angleterre)
Nationalité Drapeau de l'Angleterre Anglais
Champs Physique
Institutions Université de Cambridge
Diplôme Université de Manchester
Renommé pour Modèle atomique de Thomson
Découverte de l'électron
Découverte des isotopes
Invention de la spectrométrie de masse
Diffusion Thomson
Distinctions Prix Nobel de physique (1906)

Compléments

Père du prix nobel George Paget Thomson

Signature

Signature de Joseph John Thomson

Sir Joseph John Thomson (18 décembre 1856 - 30 août 1940) était un physicien anglais.

Il a découvert l'électron ainsi que les isotopes et a inventé la spectrométrie de masse ; il a analysé la propagation d'ondes guidées.

Il a reçu le prix Nobel de physique de 1906 pour « ses recherches théoriques et expérimentales sur la conductivité électrique dans les gaz[1] ». Ces recherches ont fourni les preuves de l'existence de l'électron.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le jeune Thomson, 1861.

Joseph John Thomson est né de parents écossais, à Cheetham Hill dans la banlieue de Manchester, le 18 décembre 1856. En 1870, il commence ses études en génie à l'université de Manchester, alors connue sous le nom de Owens College, puis en 1876, il entre au Trinity College à Cambridge. Le 22 janvier 1890, il se marie avec Rose Elizabeth Paget[note 1], qui était chercheuse au Laboratoire Cavendish. Ils eurent deux enfants, Joan Paget Thomson et George Paget Thomson, futur lauréat du prix Nobel de physique de 1937. En 1884, il succède à Lord Rayleigh à la chaire Cavendish de physique expérimentale[2]. La même année, Thomson devient membre de la Royal Society.

En 1902, il reçoit la Médaille Hughes, en 1906, le prix Nobel de physique pour son travail sur la conductivité électrique des gaz[1], et en 1914, la Médaille Copley. En 1908, il devient membre de l'Ordre du Mérite et est anobli[3], ce qui lui donne droit au titre de Sir.

Il est président de la Royal Society de 1916 à 1920. En 1919, un de ses étudiants, Ernest Rutherford, lui succède à la chaire Cavendish de physique expérimentale. Il meurt le 30 août 1940 à Cambridge, et est enterré dans l'abbaye de Westminster

Recherches sur les rayons cathodiques[modifier | modifier le code]

En 1897, Thomson prouve expérimentalement l'existence des électrons, qui avait été prédite par George Johnstone Stoney en 1874.

Cette découverte est le résultat d'une série d'expériences sur les rayons cathodiques.

La même année, il énonce son modèle de l'atome, le modèle de plum pudding.

Première expérience[modifier | modifier le code]

Dans sa première expérience, il explore la possibilité de séparer la charge électrique négative des rayons cathodiques par le magnétisme.

Il construit un tube cathodique qui se termine dans une paire de cylindres avec des fentes branchées à un électromètre.

Thomson découvre que si les rayons cathodiques sont déviés par un champ magnétique de sorte qu'ils ne peuvent pas entrer par les fentes, alors l'électromètre n'enregistre guère de charge électrique. Il conclut que la charge négative ne peut pas être séparée des rayons.

Seconde expérience[modifier | modifier le code]

Deuxième expérience de Thomson

Dans sa deuxième expérience, il démontre que les rayons cathodiques peuvent être déviés par un champ électrique, ce qui est prévisible pour les particules chargées. En effet, d'autres chercheurs avaient essayé sans succès d'observer cet effet, mais Thomson croit que les expériences antérieures étaient erronées à cause de traces de gaz.

Il construit un tube cathodique avec un vide plus poussé, et muni d'une couche de peinture phosphorescente au bout pour détecter des rayons incidents.

Thomson démontre une déviation dans un sens, qui indique que la charge des rayons cathodiques est négative.

Troisième expérience[modifier | modifier le code]

Troisième expérience de Thomson

Dans une troisième expérience, Thomson détermine le rapport de la charge à la masse (e/m) des rayons cathodiques en mesurant leur déviation sous l'influence du champ magnétique ainsi que de leur énergie cinétique. Il calcule un e/m mille fois plus élevé que le rapport analogue pour un ion hydrogène (H+), ce qui suggère que les rayons cathodiques contiennent des particules soit très légères soit très hautement chargées.

Thomson arrive à une conclusion audacieuse : les rayons cathodiques sont composés de « corpuscules » qui proviennent de l'intérieur des atomes des électrodes, ce qui implique que les atomes sont divisibles. Le « corpuscule » découvert par Thomson est l'électron déjà prévu par Stoney.

Thomson imagine un « modèle de plum pudding » de l'atome auquel ces corpuscules (les prunes) se déplacent à l'intérieur d'une mer de charges positives (le pudding). Cette idée est toutefois contredite plus tard par Ernest Rutherford, qui démontre que la charge positive est concentrée dans le noyau.

La découverte de l'électron est annoncée en 1897 et fait sensation dans le monde scientifique. En 1906, Thomson reçoit le Prix Nobel de physique[1].

Autres recherches : les isotopes et la spectrométrie de masse[modifier | modifier le code]

Au coin droit inférieur de la plaque photographique se trouvent les taches faites par les deux isotopes du néon : néon-20 et néon-22.

En 1906, Thomson montre que l'atome d'hydrogène ne contient qu'un électron. À cette époque certaines théories ont envisagé divers nombres d'électrons.

En 1912, il étudie la composition des mélanges des ions positifs dits « ions anodiques ». Au cours de cette recherche, il mesure la déflexion d'un faisceau de néon ionisé (Ne+) qui passe à travers un champ magnétique ainsi qu'un champ électrique. Sur la plaque photographique qui lui sert comme détecteur, il observe deux taches (voir image) qui correspondent aux atomes de masses 20 et 22. Il conclut que le néon est constitué d'atomes de deux masses différentes ou isotopes.

Cette séparation des atomes par leur masse est le premier exemple de la spectrométrie de masse, méthode qui est subséquemment mise au point par Francis William Aston (étudiant de Thomson) et par Arthur Jeffrey Dempster (en).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Fille de Sir George E. Paget.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « in recognition of the great merits of his theoretical and experimental investigations on the conduction of electricity by gases » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Physics 1906 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 13 juin 2010
  2. Cavendish Professor of Experimental Physics.
  3. London Gazette : no 28206, p. 9650, 18-12-1908

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Biographie sur le site de la Fondation Nobel (la page propose plusieurs liens relatifs à la remise du prix, dont un document rédigé par le lauréat — le Nobel Lecture — qui détaille ses apports)