Pur Sang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir pur-sang (homonymie).
Pur Sang
{{#if:
Un Pur Sang en course de galop à l'hippodrome de Churchill Downs
Un Pur Sang en course de galop à l'hippodrome de Churchill Downs

Espèce Cheval (Equus caballus)
Région d’origine
Région Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Région d'élevage Principalement au Royaume-Uni, aux États-Unis, en Australie et Nouvelle-Zélande, en Irlande, en France et au Japon
Caractéristiques
Morphologie Cheval de selle à sang chaud
Registre d'élevage Standard français de la race
(en) Standard américain
(en) General Stud Book, standard anglais

(en) Standard australien

Taille 1,57 m à 1,73 m selon l'emploi du cheval, moyenne 1,65 m[1]
Poids Environ 500 kg
Robe Généralement baie, plus rarement alezane, noire ou grise[1].
Tête Légère et sèche, profil rectiligne[2].
Pieds Petits par rapports à la masse du cheval
Caractère Délicat
Autre
Utilisation Presque essentiellement le sport hippique.

Le Pur Sang, ou pur-sang anglais (Thoroughbred, en anglais), est la plus connue des races de chevaux à sang chaud et l'une des plus répandues, puisque c'est celle qui court sur les pistes d'hippodromes lors des courses de galop. Bien que le nom de pur sang puisse faire référence en théorie à n'importe quelle race animale, il désigne en réalité uniquement ces chevaux, le nom de pur-sang anglais étant un pléonasme aux yeux des puristes. L'abréviation officielle est PS.

Le Pur Sang est réputé pour son agilité et sa vélocité, il est le résultat d'un élevage sélectif commencé aux XVIIe et XVIIIe siècles en Angleterre, lorsque des juments locales furent croisées avec des étalons étrangers, principalement arabes. Le pedigree de chaque Pur Sang actuel peut être tracé jusqu'aux étalons fondateurs et à 74 juments anglaises, de races majoritairement Arabe et Barbe. Les Pur Sang se sont vite exportés dans le monde entier, principalement en Amérique du Nord dès 1730, en Australie, en France, en Italie, au Japon et en Amérique du Sud au cours du XVIIIe siècle. Des millions de Pur Sang sont désormais élevés dans le monde et chaque année voit l'enregistrement d'environ 118 000 nouvelles naissances. L'industrie des courses s'est développée dans de nombreux pays.

Les Pur Sang sont des chevaux de course destinés aux sports hippiques, mais ils peuvent concourir dans de nombreux sports équestres comme le saut d'obstacles, le concours complet d'équitation, le dressage et le polo, être monté en chasse à courre ou devenir des montures d'instruction dans les clubs d'équitation. Ils sont souvent croisés à d'autres races de chevaux pour en créer de nouvelles ou en améliorer d'autres, et participent ainsi à la formation de l'anglo-arabe, du selle français, et de nombreux chevaux de sang de par le monde.

L'entraînement et la sélection des Pur Sang est une source d'accidents et de problèmes de santé chez la race. Le taux d'accidents dans les courses hippiques est le plus élevé parmi les sports légaux impliquant des animaux. Ainsi, les Pur Sang ont fréquemment des saignements de poumons, une fertilité anormalement basse et un cœur et des pieds trop petits par rapport à leur masse. Plusieurs théories expliquent les raisons des accidents et des problèmes de santé, les recherches tentent d'en réduire le taux et d'améliorer les soins aux animaux blessés ou malades.

Le Pur Sang et le monde des courses font régulièrement l'objet d'œuvres d'art ou de films, en plus de l'organisation des courses qui, quasiment chaque jour, les mettent à l'honneur.

Étymologie et terminologie[modifier | modifier le code]

Le Pur Sang, longtemps nommé « anglais », « cheval anglais » et « Pur-sang anglais » dans les pays francophones[2] est une race de cheval distincte, bien que le terme de pur sang puisse en théorie s'appliquer à n'importe quel animal de race pure, c'est-à-dire de « pur sang ». Le mot français Pur Sang (nom officiel de la race selon les haras nationaux français[3]) est la traduction exacte de l'anglais Thoroughbred, le terme officiel pour désigner les animaux qui n'ont subi aucun croisement depuis les fondations de la race étant « pure race » ou « race pure », c'est-à-dire purebred en anglais[4],[5]. Les éleveurs d'autres races animales de sang pur utilisent généralement le terme de race pure[5], le nom de pur sang n'est jamais utilisé pour d'autres races ou d'autres espèces[4],[5]. Selon les anglophones, premiers éleveurs de la race, Thoroughbred (« Pur Sang ») est un nom propre qui se réfère spécifiquement à ce cheval[6], et ce, dans tous les pays qui en pratiquent l'élevage, même en dehors de l'Angleterre, le pays natal de la race. Les États-Unis et le studbook australien utilisent aussi le nom de Thoroughbred[7],[5] dont la traduction exacte en français est Pur Sang, le registre d'élevage ou studbook français porte bien le nom de studbook du Pur Sang. L'usage de ce terme s'est probablement généralisé avec l'ouverture du studbook anglais du Pur Sang (General Stud Book, abrégé en GSB) sous le nom de Thoroughbred. Il s'agissait alors de l'un des tout premiers registres d'élevage officiellement créés. Par conséquent, les éleveurs modernes du Pur Sang jugent l'emploi des termes de pur sang et de thoroughbred incorrects pour tout autre animal de sang pur en dehors de la race chevaline du Pur Sang[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La création de la race du Pur Sang est un pur exemple d'application de l'élevage sélectif. Il est en effet créé grâce au croisement des chevaux de toutes races les plus véloces, dans le but unique de remporter les courses de galop. L'autre particularité du Pur Sang réside dans l'absence de croisements étrangers depuis la fondation de la race.

Naissance du Pur Sang en Angleterre[modifier | modifier le code]

L'origine du Pur Sang serait à rechercher dès le Xe siècle, lorsque les Normands qui suivaient Guillaume le Conquérant introduisirent leur cavalerie formée de chevaux andalous. Après les croisades, au XIIe siècle, les Anglais importèrent des chevaux arabes. Vers 1580, sous le règne d'Elizabeth I, les chevaux anglais étaient issus de lignées andalouses, arabes et barbes[2].

Premières courses[modifier | modifier le code]

Des courses hippiques de plat existaient en Angleterre au moins depuis l'an 1174, année durant laquelle une course de plat de quatre miles fut organisée à Smithfield, à Londres. Ces courses étaient sporadiquement organisées dans le cadre de foires et de marchés durant tout le Moyen Âge, particulièrement sous le règne de James I d'Angleterre. Le handicap sportif vit alors le jour, il s'agit d'un système d'ajout de poids pour tenter d'équilibrer les chances de gagner de chaque cheval en fonction de ses performances passées. Les premières sélections d'élevage et les premiers entraînements virent également le jour. Pendant le règne de Charles II, la reine Anne de Grande-Bretagne, le roi William III et le roi George I, posèrent les fondements de l'élevage du Pur Sang. Les courses et l'élevage des chevaux de course obtinrent le soutien royal. Avec cet appui, les courses de chevaux devinrent vite populaires auprès de toutes les catégories de la population. En 1727, un journal consacré aux courses, le Racing Calendar, fut fondé. Exclusivement consacré à ce sport, il contenait les résultats des courses passées ainsi que les dates des courses à venir[8].

Étalons fondateurs[modifier | modifier le code]

Tous les Pur Sang modernes descendent de trois étalons fondateurs importés en Angleterre depuis le Moyen-Orient à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle. Ces trois étalons portaient les noms de Byerley Turk (1680), Darley Arabian (1704), et Godolphin Arabian (1729)[9],[10].

Articles détaillés : Byerley Turk, Godolphin Arabian et Darley Arabian.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

D'autres étalons issus de races orientales sont mentionnés mais leur descendance est moins nombreuse, ils sont donc beaucoup moins influents. Ils ont néanmoins contribué à la formation de la race. Ce sont : Alcock Arabian, D'Arcy's White Turk (qui aurait transmis à certains Pur Sang sa robe grise[T 1]), Leedes Arabian, et Curwen's Bay Barb[11],[12]. Le croisement de chevaux arabes avec des juments natives d'Angleterre marque la création du General Stud Book (GSB) en 1791 et le début des enregistrements des chevaux issus de ces lignées[6].

Chacun de ces trois étalons fondateurs fut l'ancêtre, grand-père ou arrière-grand-père, d'un cheval de course qui eut une immense influence sur chacune des trois lignées considérées comme fondatrices des Pur Sang modernes. Les quatre plus grands étalons du XVIIIe siècle sont Matchem, un descendant de Godolphin Arabian[13], Herod (ou King Herod), arrière-arrière-petit-fils de Byerley Turk, Highflyer, un fils d'Herod[T 2] et Eclipse, célèbre arrière-arrière-petit-fils de Darley Arabian qui fut le plus grand cheval de course de son époque et resta invaincu durant toute sa carrière[11],[T 3].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Articles détaillés : Matchem, Herod, Highflyer et Eclipse (cheval).

Une étude génétique récente prouve que 95 % des Pur Sang mâles sont des descendants directs (via leur chromosome Y) de Darley Arabian[14]. Toutefois, le pedigree des Pur Sang modernes montre que la plupart des chevaux ont eu plus de croisements avec la lignée de Godolphin Arabian (13,8 %) qu'avec celle de Darley Arabian (6,5 %) si l'on prend en compte toutes les lignées de descendance maternelle et paternelle. Curieusement, en pourcentage d'influence dans les lignées du Pur Sang moderne, Curwen's Bay Barb (4,2 %) apparaît plus souvent que Byerley Turk (3,3 %). La majorité des Pur Sang qui existent aujourd'hui descend directement de seulement 27 ou 28 étalons des XVIIIe et XIXe siècles[14],[15].

Juments fondatrices[modifier | modifier le code]

Les juments locales anglaises utilisées en croisement avec les étalons fondateurs étaient de différentes races. Quelques-unes étaient issues d'une race irlandaise connue dans le Nord du pays depuis le XIIIe siècle, l'Irish Hobby[16]. D'autres juments étaient issues d'élevages orientaux, incluant des Barbes, des Turkoman, et d'autres races[17]. Le chercheur Bruce Lowe a identifié au XIXe siècle certaines « familles » de juments dans la race du Pur Sang, et le nombre de juments fondatrices a plus tard été fixé à 74[18]. Toutefois, des études récentes à partir de l'ADN de juments Pur Sang indiquent que certaines de ces 74 juments semblent avoir elles-mêmes un ancêtre commun, ou bien que le registre anglais du Pur Sang comporte des erreurs[18]. Ces juments sélectionnées sont désignées par le nom de royal mares[2].

Développement de la race[modifier | modifier le code]

Le Pur Sang s'est peu à peu exporté dans le monde entier, et des chevaux non natifs de l'Angleterre ont acquis une réputation internationale.

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Le derby d'Epsom
Image illustrative de l'article Pur Sang
Artiste Théodore Géricault
Date 1821
Technique huile sur toile
Dimensions (H × L) 92 × 123 cm
Localisation Musée du Louvre

Toutes les grandes courses classiques anglaises virent le jour à la fin du XVIIIe siècle : le St. Leger Stakes en 1776, les Oaks d'Epsom en 1779 et le Derby d'Epsom en 1780. Plus tard, les 2 000 guinées Stakes et le 1 000 guinées Stakes furent créés en 1809 et 1814. Le 1 000 guinées et les Oaks sont réservés aux pouliches, mais toutes les autres courses sont réservées aux poulains des deux sexes âgés de 3 ans. Les distances imposées pour ces courses, de 1 600 m à 2 820 m, ont modifié les pratiques d'élevage, les éleveurs produisant des poulains capables de commencer les courses beaucoup plus jeunes, et de courir beaucoup plus vite que par le passé. Au début du XVIIIe siècle, les distances de course moyennes, 6,4 km, étaient favorables aux chevaux plus âgés[C 1].

L'élevage sélectif sur la vitesse et l'habileté aux courses commença à avoir une influence considérable sur le modèle des chevaux, ceux-ci gagnant en taille et en vitesse par rapport à leurs ancêtres. Au milieu du XIXe siècle, Bay Middleton, un vainqueur du Derby d'Epsom, mesurait plus de 1,62 m au garrot soit 10 cm de plus que Darley Arabian. À cette époque, les éleveurs estimèrent que l'amélioration de la race du fait de l'élevage sélectif était telle qu'il serait impossible d'obtenir de meilleurs résultats en effectuant des croisements avec des pur-sang arabes. Cette théorie fut prouvée en 1885, quand une course fut organisée entre un Pur Sang considéré comme un coureur moyen, Iambic, et le meilleur coursier arabe de l'époque, Asil. La course se déroula sur 4 800 mètres et bien que Iambic soit handicapé de 29 kg de plus qu'Asil, il parvint à le battre de 20 longueurs[C 2]. À cette époque également, l'élevage ne s'orienta plus uniquement sur les courses de plat, les premières courses d'obstacles de type steeple chase virent le jour[C 3]. Jusqu'à la fin du XIXe siècle, les Pur Sang ne furent pas élevés uniquement pour les courses, mais également comme chevaux de selle[19].

Au début du XXe siècle, les Anglais commencèrent à craindre que leurs chevaux ne soient surclassés par des Pur Sang élevés aux États-Unis, venus concourir dans les courses classiques anglaises suite à la fermeture de la plupart des pistes de course américaines au début des années 1910. La loi de Jersey fut votée en 1913, interdisant l'enregistrement d'un cheval dans le General Stud Book anglais (GSB) si ses éleveurs ne pouvaient pas prouver que tous ses ancêtres figuraient eux-mêmes dans le GSB. Cette mesure a exclu la plupart des chevaux de lignées américaines, car pendant les 100 ans qui séparent la création du GSB et de l'American Stud Book, la plupart des chevaux américains ont été croisés une ou deux fois avec des Pur Sang non-enregistrés dans le GSB. La loi n'a pas été abrogée avant 1949, après quoi un cheval élevé hors d'Angleterre devait seulement avoir ses ancêtres sur neuf générations enregistrés dans un Studbook reconnu[C 4]. Il est généralement admis que la loi Jersey a entravé le développement du Pur Sang d'Angleterre en interdisant aux éleveurs d'avoir recours aux nouvelles lignées développées en-dehors des îles Britanniques[C 5].

États-Unis[modifier | modifier le code]

Séquence d'animation montrant un cheval de course au galop. Photos prises par Eadweard Muybridge (mort en 1904), publiés en 1887 à Philadelphia sous le titre d'Animal Locomotion.

Le tout premier Pur Sang arrivé dans les colonies américaines fut Bulle Rock, importé en 1730 par Samuel Gist à Hanover, en Virginie[20],[21]. Le Maryland et la Virginie furent les deux premières régions d'élevage de la race, rejointes par la Caroline du Sud et l'État de New York. Les importations de chevaux depuis l'Angleterre furent pratiquement stoppées durant la révolution américaine, puis elles reprirent après la signature du traité de paix. Deux étalons très influents furent importés au temps de la Révolution : Messenger en 1788 et Diomed, un peu avant cette date. Messenger a eu un impact important sur le Pur Sang américain et est également le fondateur de la race Standardbred. Diomed, vainqueur du Derby d'Epsom en 1780, a principalement influencé la race à travers la naissance de son fils Sir Archy[M 1],[22].

L'historien des courses John F. Wall dit de Sir Archy qu'il fut le premier étalon exceptionnel considéré comme natif des États-Unis. Il termina sa carrière en course faute de concurrents, plus personne n'osant l'affronter[23].

Après la révolution américaine, les centres d'élevage de Pur Sang se déplacèrent vers l'ouest, notamment vers le Kentucky et le Tennessee qui devinrent d'importantes régions d'élevage. Andrew Jackson, septième président des États-Unis, était aussi éleveur de Pur Sang dans le Tennessee[M 2]. Les premières courses classiques furent créées au début du XIXe siècle et contribuèrent grandement à la popularité du sport. L'une d'elles fut organisée en 1823 à Long Island, entre Sir Henry et American Eclipse, une autre fut un match entre Boston et Fashion en 1838, chacune avec une dotation de 20 000 dollars[M 3]. Le dernier grand match avant la guerre de Sécession eut lieu entre les chevaux Lexington et Lecompte, en 1854 à La Nouvelle-Orléans en Louisiane, et s'acheva sur une victoire de Lecompte. Le propriétaire de Lexington demanda un second match en 1855 à La Nouvelle-Orléans et acquit la victoire. Ces deux chevaux étaient des fils de Boston, descendant de Sir Archy[M 4]. Lexington eut une grande carrière d'étalon et donna naissance à un grand nombre de gagnants[24].

Après la guerre de Sécession, la distance classique des courses américaines, 4 miles, soit 6 kilomètres, fut changée pour s'approcher des 1,5 miles, soit 2,4 km. Cela modifia considérablement les pratiques d'élevage aussi bien que l'âge des concurrents, et les sprinters devinrent très recherchés. C'est aussi après la guerre civile que les premiers Pur Sang nés aux États-Unis coururent sur des pistes d'Angleterre. Iroquois fut le premier Pur Sang natif des États-Unis à s'imposer au Derby d'Epsom en 1881. Le succès des Pur Sang américains sur les pistes anglaises poussa les Anglais à ratifier le Jersey act en 1913, limitant l'importation des Pur Sang nés aux États-Unis sur le sol anglais[T 4]. Après la Seconde Guerre mondiale, les éleveurs américains continuèrent à rechercher la vitesse pure et des poulains de plus en plus précoces[T 5], le Kentucky demeura un important centre d'élevage mais la Californie, New York et la Floride se révélèrent également d'importantes régions d'élevage[T 6].

Les Pur Sang américains ont historiquement été utilisés, non seulement pour les courses, mais aussi pour améliorer le cheptel équin du pays. Le Pur Sang Messenger est ainsi le fondateur de la race Standardbred[25], mais le sang du Pur Sang coule aussi dans les veines des Quarter Horses[26], et l'étalon fondateur du Morgan passe pour être le descendant d'un Pur Sang[27]. Entre les deux guerres, l'armée des États-Unis utilisa des étalons Pur Sang pour sa remonte, afin d'améliorer la qualité des chevaux de cavalerie[28],[29].


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Les Pur Sang américains ont connu le succès bien au-delà de leurs frontières d'origine, ainsi, Man O'War est considéré comme l'un des meilleurs chevaux de plat du XXe siècle, et Seabiscuit défraya la chronique au cours des années 1930, où son parcours hors du commun fit de lui une figure populaire auprès du public américain alors frappé par la Grande Dépression, il possède depuis sa propre statue et un film lui est entièrement consacré, Pur Sang, la légende de Seabiscuit (Seabiscuit).

France[modifier | modifier le code]

Portrait du cheval français Gladiateur, vainqueur de la triple couronne britannique en 1865

C'est vers la seconde moitié du XVIIIe siècle que des aristocrates français amoureux du monde des courses anglaises importèrent le tout premier Pur Sang. Le comte de Lauraguais, futur duc de Brancas, fut le premier à créer une action en faveur de l'introduction des courses et du Pur Sang car il avait été témoin du rôle joué par l'organisation des paris dans la progression des courses anglaises. Il mit donc les cavaliers français au défi de battre à la course n’importe quel cheval venu d’Angleterre, le 28 février 1765. Cette date est connue comme celle de l'organisation de la toute première course de chevaux en France[30], il faut cependant attendre la Restauration, en 1817 et 1818, pour que le Pur Sang gagne le pays de manière moins confidentielle. Quelques étalons anglais étaient alors importés mais les courses hippiques étaient beaucoup moins populaires en France qu'elles ne l'étaient en Angleterre. Il fallut quinze ans pour que le premier Jockey Club français soit créé, en 1833, et l'année 1834 vit la création de la Société d'encouragement pour l'amélioration des races de chevaux en France, plus connue sous le nom de Jockey Club de Paris[T 7]. Le studbook français du Pur Sang fut ouvert par le gouvernement à Paris la même année[C 6].

L'élevage s'organisa rapidement, le Pur Sang était en effet beaucoup plus adapté à la vitesse que les races autochtones, alors sélectionnées sur les besoins militaires et non le sport. L'élevage français s'implanta principalement en Normandie, surtout dans l'Orne et le Calvados, probablement pour faciliter les échanges avec les éleveurs anglais. Il s'agit d'un élevage d'excellente qualité, si bien qu'en 1865, le Pur Sang Gladiateur, né et élevé en France, remporta la triple couronne britannique, et en 1876, il n'était plus rare de voir des Pur Sang français s'imposer sur les champs de course en Angleterre, c'est d'ailleurs un éleveur français qui accumula les plus gros gains sur les pistes d'hippodrome anglaises cette année-là[T 8].

La Première Guerre mondiale fit des ravages dans l'élevage car en raison du coût de la guerre, les courses ne pouvaient plus être organisées[T 9]. Après la guerre, la première grande course française, le Grand Prix, reprit et existe encore à ce jour. En comparaison avec les autres pays impliqués dans le conflit, la Seconde Guerre mondiale ne causa pas autant de pertes que la première pour l'élevage[T 10]. Parmi les plus grandes courses françaises, citons le Prix de l'Arc de Triomphe, le Prix du Jockey-Club et le prix de Diane, réservé aux femelles de trois ans.

Des Pur Sang français se sont depuis illustrés au niveau international, comme Sea-Bird II, dit Sea Bird, vainqueur du Prix de l'Arc de Triomphe et du Derby d'Epsom en 1965.

Australie et Nouvelle-Zélande[modifier | modifier le code]

Le cheval arabe Hector est un important étalon fondateur de la race du Pur Sang en Australie.

Les chevaux arrivèrent en Australie avec la First Fleet en 1788, accompagnant les premiers colons[T 11]. Bien que la plupart des chevaux issus de croisements avec des Pur Sang furent importés à la fin du XVIe siècle, le tout premier étalon Pur Sang fut Northumberland, importé d'Angleterre en 1802 pour servir de cheval d'attelage[31]. En 1810, la première course hippique fut organisée à Sydney et vers 1825, les premières juments de lignées Pur Sang rejoignirent les étalons qui stationnaient déjà sur le sol australien[T 11]. En 1825, le Sydney Turf Club, premier vrai club de courses en Australie, fut formé. Durant les années 1830, les colonies australiennes se mirent à importer des Pur Sang dans le but d'organiser des courses et d'améliorer les chevaux locaux. Chaque colonie forma son propre club de courses et organisa ses propres courses[31]. Progressivement, tous les clubs furent fondus en un seul, plus connu sous le nom d'Australian Racing Board[32]. Les Pur Sang d'Australie furent importés en Nouvelle-Zélande vers 1840 et 1850, leurs premières importations depuis l'Angleterre se firent en 1862[T 12].

Irlande[modifier | modifier le code]

Les courses de chevaux en Irlande apparaissent dès le XVIIe siècle où l'on voit déjà pointer les prémices de l'amélioration systématique des chevaux irlandais par la mise en place de critères qui fixeront les standards de la race[33]. Il faut attendre le XVIIIe siècle pour voir des courses de chevaux Pur Sang telles que nous les connaissons actuellement[33].

En 2009, l'Irlande est le 3e plus grand producteur de chevaux Pur Sang dans le monde[30] et la qualité de ses produits continue de donner satisfaction au plus haut niveau[34]. Les chevaux irlandais sont réputés pour leur ossature solide et légère que leur fourniraient les riches pâturages du pays[35]. Les écuries de Ballydoyle, dans le comté de Tipperary, sous la direction de Vincent O'Brien, sont reconnues mondialement, et ce pour avoir entraîné d'excellents chevaux de course comme Nijinsky, Sir Ivor, Alleged ou The Minstrel[35].

Italie[modifier | modifier le code]

Ribot, élevé et entraîné en Italie, est l'un des Pur Sang les plus célèbres

Les premières courses hippiques furent organisées en Italie dès 1837, quand un rassemblement de courses hippiques fut organisé à Florence et à Naples, puis à Milan en 1842. Les courses modernes virent le jour à Rome en 1868. Les éleveurs italiens importèrent tardivement d'excellents étalons, comme les vainqueurs du Derby Stakes Ellington (1856) et Melton (1885), qui arriva en Italie à la fin du XIXe siècle[T 13],[22]. L'élevage moderne du Pur Sang italien est étroitement associé au programme d'élevage de Federico Tesio, qui débuta en 1898. Tesio est le naisseur de Nearco, l'un des étalons Pur Sang les plus influents de la fin du XXe[T 14], et de Ribot.

Japon[modifier | modifier le code]

Arrivée de la Japan Cup en 2007

L'élevage de la race au Japon est un phénomène récent car les premières courses hippiques à l'occidentale furent introduite vers 1860 dans la région de Yokohama[36], les chevaux japonais n'étaient pas élevés pour la vitesse, certains étaient importés de Shanghai et d'autres régions de Chine. Les premiers Pur Sang furent importés vers 1870 depuis les États-Unis[36] avec quelques pics d'importations importants vers 1895[T 15], et 1907 sous l'impulsion du groupe Mitsubishi qui importa un étalon et vingt juments directement du Royaume-Uni. Les premiers règlements des courses hippiques virent le jour[36] mais la Seconde Guerre mondiale faillit être fatale à l'élevage, le pays se relança sérieusement dans la filière au sortir de la guerre et le nombre de chevaux de courses élevés sur le sol de ce pays n'a pas cessé d'augmenter jusqu'au début des années 1990, où la filière d'élevage commença à rencontrer de graves problèmes[36]. Le Japon est peu à peu devenu l'un des principaux pays vivant du business des courses hippiques aujourd'hui[T 15]. Les élevages ont la particularité d'être concentrés dans une seule région, car 94 % des poulains proviennent de l'île d'Hokkaidō et 80 % de la région d'Hidaka. Le Japon organise chaque année l'une des courses internationales les plus prestigieuses, la Japan Cup[36].

Autres pays[modifier | modifier le code]

Pur Sang à Hong Kong.

Les Pur Sang se sont exportés dans beaucoup d'autres pays depuis la création de la race. Vers la fin du XVIIe siècle, des chevaux orientaux furent importés en Afrique du Sud dans le but d'améliorer les chevaux locaux grâce à des croisements. Les premières courses de chevaux virent le jour à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, les Pur Sang furent alors importés en très grand nombre[37]. Les premiers étalons Pur Sang arrivèrent en Argentine dès 1853, mais il faut attendre 1865 pour voir l'arrivée des premières juments. Le studbook argentin du Pur Sang fut ouvert en 1893[T 16]. L'Allemagne[C 7], la Russie, la Pologne, et la Hongrie[C 8] se lancèrent également dans l'élevage, cependant, aucun de ces pays n'a produit de champion ni n'a eu d'influence notable sur l'évolution de la race[C 7],[C 8].

Overdose est considéré en 2009 comme le cheval le plus rapide du monde

En 2009, un Pur Sang nommé Overdose, issu d'un élevage anglais, est considéré comme une star nationale en Hongrie, pays où réside son propriétaire, et comme le cheval le plus rapide du monde[38].

Description[modifier | modifier le code]

Les Pur Sang n'ont pas réellement de standard de race. Ils sont généralement classés en quatre grands « types » en fonction des courses pour lesquelles ils sont sélectionnés[39]. Le sprinter, ou flyer, est élevé pour courir sur de courtes distances, de 800 à 1 200 m. Le miler court sur 1 600 m, le classique sur 2 400 m et le stayer, plus endurant, est élevé pour parcourir de longues distances, sur 3 000 m et plus. Les sprinters sont habituellement plus musclés et plus grands que les Pur Sang coureurs de fond, qui sont plus secs et fins[40].

Les Pur Sang nés dans l'hémisphère nord prennent techniquement un an de plus à chaque passage du 1er janvier[41], ceux nés dans l'hémisphère Sud prennent un an de plus à chaque passage du 1er août[42]. Ces dates artificielles ont été établies dans un souci d'harmonisation, afin de faciliter la catégorisation des courses hippiques internationales classées par groupes d'âge de chevaux : il existe des courses pour les 2 ans, pour les 3 ans, etc[43].

Morphologie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Morphologie (cheval).
Étalon Pur Sang, au modèle
Les Pur Sang ont une tête fine et bien découpée. Sur la photo : le champion Rock of Gibraltar.

La sélection des Pur Sang s'est faite par une description fine et précise du phénotype recherché. Ainsi, les Pur Sang sont des chevaux de grande taille, généralement de 1,57 m à 1,73 m au garrot, pour une moyenne de 1,65 m[1]. Le record de taille et de poids chez cette race appartient à Tritonis, un Pur Sang né au Canada et enregistré comme le plus grand cheval au monde qui ne soit pas un cheval de trait. Mort en septembre 1990 à l'âge de 7 ans, il mesurait 1,98 m au garrot et pesait 950 kg[44]. Historiquement, les Pur Sang ont gagné en taille au cours de l'histoire de la race : la taille moyenne d'un cheval vers 1700 était de 1,35 m au garrot, vers 1876, elle était de 1,55 m[45]. Cet accroissement est dû à la bonne qualité des soins donnés aux chevaux[46].

La taille du cheval est un critère important pour les acheteurs et les entraîneurs de chevaux de course, bien que l'on trouve de célèbres cracks de toutes tailles, de Man O'War et Secretariat, qui toisaient tous deux 1,64 m[M 5],[47], à Hyperion, qui ne toisait que 1,53 m[48]. Il semble que les meilleurs chevaux de course soient de taille moyenne[49]. Les chevaux de grande taille atteignent généralement leur maturité plus tard que les petits, et ont également les jambes et les pieds plus fragiles, ce qui les prédispose davantage aux boiteries[50]. Les chevaux de petite taille sont considérés comme désavantagés à cause de leurs foulées plus réduites et de la tendance aux bousculades aux départs des courses, plus particulièrement derrière les starting-gates[49].

Les Pur Sang sont réputés pour être les meilleurs coureurs du monde équin et leur morphologie reflète cette sélection. L'impression générale est la finesse[2]. Ils n'ont pas vraiment de standard de race, chaque animal né de parents Pur Sang faisant lui-même automatiquement partie de la race, mais les animaux peuvent avoir différents modèles en fonction de la spécialité pour laquelle ils sont sélectionnés. Les chevaux de bonne qualité doivent avoir une tête fine et bien ciselée avec un profil rectiligne, elle est souvent légère et sèche et le profil peut être légèrement convexe[2]. Les yeux sont grands et vifs et les oreilles fines, mais un peu longues[2]. Ces animaux possèdent une longue encolure fine, un garrot long et bien sorti, une poitrine haute et profonde, un dos assez court, bien qu'il puisse également être droit et relativement long[2], des reins longs, solides et bien attachés, et un corps longiligne avec beaucoup d'air sous le ventre ainsi que des jambes de grande taille[51],[M 6]. La musculature est bien marquée, la peau très fine aux poils ras et luisants laisse apparaître le réseau veineux superficiel au moindre effort[2]. Le pied est relativement petit par rapport à la masse du cheval, avec une fourchette bien marquée[2].

Caractère et soins[modifier | modifier le code]

Les Pur Sang forment la plus connue des races de chevaux dits « à sang chaud », ils sont sélectionnés pour leur agilité, leur vitesse et leurs performances sportives. Ils sont généralement considérés comme audacieux et intelligents[52], mais se révèlent très délicats dans tous les sens du terme. Les cavaliers confirmés sont les seuls capables de canaliser leur influx nerveux et leur forte personnalité[39]. S'il est vif et énergique, le Pur Sang se révèle parfois ombrageux. Réputé difficile à dresser, il n'est pas fait pour les débutants ou les amateurs, son caractère est dominant et sa personnalité complexe. C'est également un animal fragile qui se blesse facilement et demande beaucoup de soins et d'attentions[2]. Il ne peut vivre au pré toute l'année, son alimentation et ses soins doivent être surveillés, il doit de plus travailler tous les jours pour garder sa forme et son moral[39].

Les Pur Sang sont des animaux précoces et par conséquent, leur durée de vie est généralement inférieure à la moyenne de celle des autres chevaux, soit de 20 à 25 ans environ. Le Pur Sang de course qui vécut le plus âgé fut le hongre alezan Tango Duke. Il appartenait à une Australienne de Barongarook à Victoria dans le sud de l'Australie, Carmen Koper. Tango Duke mourut le 25 janvier 1978 à l'âge de 42 ans[53].

Robes[modifier | modifier le code]

Article connexe : Robe (cheval).
Yukichan, un Pur Sang né au Japon, porte une robe complètement blanche.

La couleur de robe la plus fréquente chez le Pur Sang est le bai dans toutes les nuances, viennent ensuite, dans l'ordre, l'alezan, le noir et le gris[1]. Tous les Pur Sang gris descendraient d'un unique étalon fondateur de race arabe à la robe grise né en 1700, Alcock's Arabian[54], mais d'autres sources indiquent l'étalon Brownlow Turk[T 1] ou D'Arcy's White Turk[T 1] comme responsables de la présence du gène de grisonnement au sein de la race. La robe grise concerne environ 3 % des pur-sang[C 9], autrefois, les Pur Sang gris étaient écartés des champs de courses car une croyance populaire voulait qu'ils soient moins rapides[55].

Des couleurs plus rares sont attestées chez les animaux élevés aux États-Unis : le rouan et le palomino. La robe blanche est rarissime, mais quelques lignées de Pur Sang blancs sont bien attestées[56] dont une en France, celle de Mont-Blanc II, une aux États-Unis, celle de White Beauty, et une troisième au Japon, celle de Yukichan. Il semblerait qu'une mutation génétique rarissime soit à l'origine de ces Pur Sang blancs qui apparaissent spontanément au sein d'une population de chevaux « normalement » colorés[57].

Les marques blanches (marques en tête, balzanes...) sont assez courantes chez ces chevaux[51], mais ne touchent généralement que le bas des jambes et la tête des animaux. Quelques cas de Pur Sang portant une robe pie sont pourtant bien attestés, et il semblerait que la robe pie soit génétiquement liée à la blanche. Gugusse, un Pur Sang pie descendant de la lignée de Mont Blanc II, courut à l'hippodrome de Chantilly et fut à l'époque le cheval le plus étrange du circuit avec sa robe pie sabino[57]. Les Pur Sang pie ne sont pas reconnus par la plupart des studbook nationaux de la race[56],[41],[58].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sélection[modifier | modifier le code]

Les chevaux de course souffrent de nombreux accidents ainsi que de problèmes de santé. On estime qu'un dixième de tous les Pur Sang souffre de problèmes orthopédiques incluant des fractures[14]. Les estimations actuelles sont de 1,5 fin de carrière pour 1 000 chevaux qui prennent le départ d'une course aux États-Unis, ce qui fait une moyenne de deux chevaux blessés par jour. L'État de Californie a un taux d'accidents particulièrement élevé : 3,5 pour 1 000 départs[59], mais le taux varie en fonction du pays, ainsi, au Royaume-Uni, il est de 0,9 blessure pour 1 000 départs (1990-1999) et les courses à Victoria, en Australie, ont un taux de 0,44 blessure pour 1 000 départs (1989-2004)[60]. Les Pur Sang rencontrent bien d'autres problèmes, incluant une majorité d'animaux sujets à des saignements dans les poumons (Hémorragie pulmonaire induite par l'exercice), 10 % avec une fertilité basse, et 5 % avec un cœur de taille anormalement petite[14]. Les Pur Sang ont également tendance à avoir des pieds comparativement trop petits par rapport à leur masse, ce qui devient flagrant lorsqu'on les compare aux races de chevaux à sang froid. Ce défaut fait que la sole est fine et que le pied manque de masse cartilagineuse[61], ce qui contribue à rendre le pied moins sûr et est une cause majeure de boiteries lors des courses[62].

Règlementation de l'élevage[modifier | modifier le code]

Contrairement à un grand nombre de races aujourd'hui, un cheval ne peut pas être enregistré comme Pur Sang (sur le registre tenu par le Jockey Club) s'il n'est pas conçu naturellement, c'est-à-dire devant témoin de l'accouplement entre une jument et un étalon. L'insémination artificielle et le transfert d'embryons, si fréquemment utilisés et autorisés chez d'autres races, ne peuvent pas être mis en place chez le Pur Sang[63]. L'une des raisons invoquées est la possibilité d'erreurs dans l'attribution de la parenté avec l'insémination artificielle, bien que l'ADN et les tests sanguins éliminent la plupart de ces inquiétudes, et que l'insémination artificielle exige la tenue de registres détaillés[64]. La raison principale semble plutôt d'ordre économique : un étalon ne peut couvrir qu'un nombre limité de juments. Ainsi, l'interdiction de l'insémination artificielle évite des naissances excédentaires de Pur Sang. La gestion moderne permet autant que possible aux étalons de servir de plus en plus de juments en une saison. En limitant un étalon à la reproduction avec quelques centaines de juments par année plutôt que quelques milliers comme l'autorise l'insémination artificielle, il maintient les saillies des étalons de lignées les plus populaires à un prix très élevé[65].

Consanguinité[modifier | modifier le code]

Concernant la fermeture du Studbook et la régulation de la population de Pur Sang, la principale inquiétude est la perte de la diversité génétique au sein de la race en raison du risque de croisements consanguins, inévitables au sein d'une telle population animale. Selon une étude, 78 % des allèles de la population actuelle du Pur Sang sont directement attribués à 30 animaux fondateurs, dont 27 mâles. Dix juments fondatrices sont responsables de 72 % des allèles et on retrouve un unique étalon, Darley Arabian, comme ancêtre commun de 95 % des Pur Sang actuels[15] (cf. supra, Étalons fondateurs). La diversité génétique est mauvaise, avec un coefficient de consanguinité à 0.15, soit beaucoup plus élevé que chez d'autres races de chevaux comme le Quarter Horse (0.04) ou le cheval mongol (0.02)[66].

Des généticiens ont montré qu'il y avait chez les Pur Sang prédominance d'un allèle spécifique du gène de la myostatine, responsable du développement musculaire [67]. Selon les auteurs de l'étude, la caractérisation spécifique de ces allèles distingue les Pur Sang selon leur aptitude à courir des sprints ou des courses de fond exigeant davantage d'endurance. L'une des généticiennes, E. Hill (en), est, en collaboration avec le sélectionneur Jim Bolger (en), la créatrice d'une start-up de biotechnologies (Equinome Speed Gene Test) visant à déterminer le profil génétique préférable selon le type de courses[68]. Ces auteurs n'ont pas hésité à invoquer un « gène de la vitesse », bien que les progrès récents de la génétique tendent à remettre en cause cette concentration exclusive sur un gène en particulier et sur les gènes en général, soulignant par exemple le rôle de l'embryologie et en particulier du cytoplasme dans le développement cellulaire, ou encore, de façon plus large, du rôle de l'épigenèse.

L'une des raisons majoritairement invoquées pour expliquer les problèmes rencontrés au sein de la race est la consanguinité[14]. Il a aussi été suggéré que les Pur Sang sont élevés dans l'unique but de gagner un maximum de courses, même au détriment de leur santé, l'élevage sélectif donne donc des animaux possédant une masse musculaire très importante dès leur plus jeune âge, et ce, alors que leur squelette n'est pas complètement formé[69]. Selon une autre théorie, les grandes vitesses atteintes par les Pur Sang en course seraient au-delà de ce que peut supporter leur structure osseuse[70]. Le vétérinaire Robert Miller indique également que ce cheval a été sélectionné pour la vitesse et que son anatomie ne peut plus y faire face[71].

La transmission de ces pathologies serait aussi amplifiée par certaines pratiques d'élevage, notamment celle qui consiste à renvoyer un cheval accidenté ou blessé à son élevage afin qu'il serve à la reproduction et reste rentable. Si la cause des blessures est une mauvaise conformation du cheval, cette pratique en aggrave la transmission aux générations suivantes. De plus, certains éleveurs n'hésitent pas à demander à des vétérinaires de redresser les jambes d'un cheval blessé afin de lui faire reprendre sa carrière en courses ou d'en augmenter le prix à la revente. Les gènes responsables des faiblesses anatomiques sont alors transmis à ses descendants[60].

Croisements avec d'autres races[modifier | modifier le code]

Le selle français fait partie des nombreuses races issues de croisements avec des Pur Sang.

Les Pur Sang sont fréquemment croisés à d'autres races dans le but de créer de nouvelles races ou d'améliorer celles qui existent déjà. Ils ont une influence directe et majeure sur un grand nombre de races dans le monde, à commencer par l'Anglo-arabe, issu de croisements effectués entre des pur-sang arabes et des Pur Sang dans la région de Tarbes[72], mais aussi le Selle français, initialement issu de la fusion de toutes les races dites de demi-sang, c'est-à-dire issues de croisements entre les chevaux locaux et des Pur Sang, et le trotteur français, issu de croisements entre les chevaux carrossiers normands et des Pur Sang. Il est impossible de lister toutes les races qui voient des croisements avec le Pur Sang figurer dans leur pedigree, la quasi-totalité des races dites demi-sang sont issues comme leur nom l'indique de Pur Sang, tant cette race fut, et continue à être considérée comme amélioratrice universelle, apportant à sa descendance de la vitesse et de l'influx nerveux[73]. Les Quarter Horses américain, race chevaline la plus exportée dans le monde, ont eux aussi été croisés avec des Pur Sang[74], de même que le Trotteur américain[75] et probablement le Morgan, une race qui a influencé de nombreux chevaux d'allure en Amérique du Nord[76] Les Irlandais produisent les chevaux Hunter irlandais par croisement entre un cheval de Trait irlandais et un Pur Sang[77].

Stress durant les courses et les causes d'accidents[modifier | modifier le code]

Les courses d'obstacles peuvent être à l'origine d'accidents spectaculaires pour les Pur Sang.

Le taux d'accidents chez les Pur Sang est très élevé, entre autres chez les poulains de deux ans qui commencent à courir avant d'avoir atteint leur pleine maturité, notamment aux États-Unis où il existe de nombreuses courses pour les poulains de deux ans. Bien qu'ils paraissent avoir terminé leur croissance et arborer une superbe musculature, les os de ces poulains ne sont pas complètement formés[71]. Le taux de blessures fatales est toutefois plus élevé chez les chevaux de 4 et de 5 ans que chez ceux de 2 et 3 ans[78]. Certains pensent qu'il faudrait laisser plus de temps au cheval avant de le mettre à la compétition, afin qu'il termine sa croissance. La raison invoquée est que pendant la croissance du cheval, des micro-fractures se forment dans les os de ses jambes, et qu'un remodelage osseux intervient plus tard. Si on laisse au cheval le temps de terminer son remodelage osseux, les os de ses jambes sont alors plus solides et cela diminue d'autant le risque de blessures[60].

Les études ont aussi montré que le type de terrain sur lequel courent les Pur Sang peut intervenir dans la fréquence des blessures[79], ainsi que le type de ferrure, car certains chevaux sont ferrés avec des crampons afin de faciliter leur adhérence sur les pistes de courses[61]. L'utilisation de médicaments légaux est elle aussi invoquée[80], ainsi que la fréquence parfois trop haute des courses, qui pourrait augmenter le taux de blessures[81]. Un développement intéressant est celui de surfaces synthétiques pour les pistes de course, l'une des toutes premières surfaces de ce type a été installée à Turfway Park à Florence, dans le Kentucky. Le taux d'accidents mortels a baissé de 24 % pendant les années 2004 et 2005 qui ont suivi l'installation[59]. Le matériel n'est pas parfait, mais les recherches dans ce sens se poursuivent[59].

Recherches médicales[modifier | modifier le code]

La qualité des soins donnés aux chevaux blessés varie généralement en fonction de la valeur du cheval, et les Pur Sang sont souvent mieux soignés que d'autres races de chevaux de moindre valeur[82]. Ces soins sont également controversés, en partie à cause des défis importants que représentent le traitement des os fracturés et d'autres graves blessures aux jambes[83]. Les blessures aux jambes ne sont pas immédiatement mortelles, mais peuvent mettre la vie du cheval en danger sur le long terme, car le poids de l'animal doit être réparti uniformément sur ses quatre jambes pour empêcher des affections du système circulatoire. Si un cheval perd temporairement l'usage d'une jambe, le risque demeure qu'il s'en brise d'autres pendant la période de récupération, à cause de la charge de poids anormale sur les trois autres jambes. Les chevaux se couchent et s'allongent régulièrement pour de brèves périodes de repos, mais ne peuvent pas rester longtemps dans cette position, contrairement à l'homme, il risque de développer des plaies et des lésions internes ainsi que de la congestion[83].

Quand un cheval célèbre est gravement blessé suite à un accident de course, comme dans le cas des fractures de jambes qui ont conduit à l'euthanasie du vainqueur du Kentucky Derby en 2006, Barbaro, ou à celle du coureur Eight Belles lors du Kentucky Derby de 2008, les associations pour la défense des animaux dénoncent fréquemment l'industrie des courses de Pur Sang[84]. D'autre part, les adeptes des courses argumentent que sans les revenus générés par l'industrie des courses de chevaux, les recherches médicales et biomécaniques ne pourraient avancer en raison du manque de financements[85]. Bien que les courses de chevaux demeurent dangereuses, la science vétérinaire a progressé. Des cas auparavant considérés comme désespérés peuvent désormais être traités[83] et la détection précoce par le biais de techniques d'imagerie avancées, comme la scintigraphie peut permettre de garder les chevaux à risque hors des pistes de courses[86].

Diffusion de l'élevage[modifier | modifier le code]

Il y aurait plus de 195 000 juments poulinières Pur Sang en activité dans le monde, et l'année 2006 a vu l'enregistrement d'au moins 118 000 nouvelles naissances[87]. En 2007, les États-Unis étaient les premiers éleveurs de ce cheval, avec 33 000 naissances. L'Australie arrive en seconde position avec 17 000 naissances, ces deux pays étant favorisés par les immenses terrains de pâture disponibles sur leur territoire. L’Irlande est le troisième pays d'élevage avec 12 500 naissances, suivi par le Japon avec 9 000 poulains, l’Angleterre, la Nouvelle-Zélande, puis la France qui a vu l'enregistrement d'un peu plus de 5 000 poulains en 2007[30].

Prix des Pur Sang et coûts d'élevage[modifier | modifier le code]

Poulinière et poulain Pur Sang

La valeur d'un Pur Sang peut dépendre de l'argent qu'il génère et certains chevaux de courses atteignent des prix astronomiques avant même de commencer leur carrière en raison des espoirs placés en eux. 13,1 millions de dollars ont ainsi été déboursés pour Seattle Dancer en 1985. Ils peuvent rapporter des gains colossaux en course à leur propriétaire et les meilleurs d'entre eux servent de reproducteur après leur carrière de compétiteur, du moins pour les étalons. Le prix d'un Pur Sang varie énormément en fonction de son âge, de son pedigree, de sa conformation et de l'état du marché[88]. En 2007, les Pur Sang de course ont gagné un total de 1 217 854 602 $ en comptant tous les chevaux placés, ce qui fait une moyenne de 16 924 $ par départ de course[89]. À cela, il faut ajouter que le bilan d'un animal en course influence sa future valeur en tant que cheval d'élevage. Le prix de saillie des meilleurs étalons Pur Sang atteint des sommes pharamineuses : Storm Cat monnayait ses services à 500 000 $, tandis qu'en Europe la saillie de certains étalons (tels que Sadler's Wells, Danehill ou Galileo) avoisine les 300 000 €.

Aux États-Unis et au Canada[modifier | modifier le code]

L'industrie du Pur Sang est l'une des plus importantes de l'agribusiness et génère environ 34 milliards de dollars en revenus annuels rien qu'aux États-Unis où 470 000 emplois y sont liés entre le travail d'élevage, les centres d'entraînement et les pistes de courses[90]. Environ 37 000 naissances de poulains Pur Sang sont enregistrées chaque année en Amérique du Nord[91], la plupart d'entre eux dans les États du Kentucky, de la Floride et de la Californie[92],[93].

En 2007, les Keeneland Sales ont vu défiler 9 124 chevaux à la vente, pour un chiffre d'affaires de 14 401 000 $, soit une moyenne de 89 259 $ par cheval[94]. Dans l'ensemble, pour l'année 2007 aux États-Unis, le Jockey Club a noté un prix moyen de vente pour un poulain sevré à 44 407 $, la moyenne pour un yearling à 55 300 $, le prix moyen d'un poulain de deux ans étant de 61 843 $. Le prix moyen d'une poulinière est de 70 150 $ et celui des poulains âgés de plus de deux ans, 53 243 $[95]. Les chiffres moyens peuvent toutefois être trompeurs. Aux ventes de yearlings à Keeneland en 2007, 3 799 jeunes chevaux furent vendus pour un total de 385 018 600 $, soit une moyenne de 101 347 $ par cheval[94], toutefois, ce prix moyen cache d'énormes variations de prix car 19 chevaux au moins ont été vendus pour 1 000 dollars chacun, et 34 chevaux ont été adjugés pour plus d'un million de dollars chacun[96].

En Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

Le Tattersall building à Bad Kissingen

La Grande-Bretagne donne naissance à environ 5 000 poulains par an[97]. Les Tattersalls de juillet 2007 ont vu défiler 593 chevaux, avec un chiffre d'affaires total de 10 951 300 guinées[Note 1], ce qui fait une moyenne de 18 468 guinées par cheval[98]. Les ventes de Doncaster Bloodstock, une autre salle des ventes anglaise, ont vu défiler 2 248 chevaux pour un chiffre d'affaires total de 43 033 881 guinées, soit une moyenne de 15 110 guinées par cheval[99].

En France[modifier | modifier le code]

Passage des Pur Sang et de leurs jockeys à l'hippodrome de Saint-Cloud

La principale région d’élevage du Pur Sang en France est la Basse-Normandie, où l'on enregistrait 3 828 poulinières en 2008[30]. Le haras du Pin, dans l'Orne, est traditionnellement une région d'importants élevages de Pur Sang depuis plus de 150 ans. L'élevage de ce cheval est stable et voit environ 5 000 nouvelles naissances chaque année, le Pur Sang représentant 16 % du total des immatriculations de chevaux de sang. Il y avait 407 étalons en activité en 2008 et 4 379 éleveurs recensés[30]. 10 000 chevaux sont entraînés sur le sol français dans le but de glaner les 210 millions d’euros de prix mis en jeu dans les courses[30]. 500 chevaux environ sont exportés chaque année et en termes de qualité, l’élevage français serait situé au 4e ou au 5e rang mondial[30].

Année 1976 1980 1984 1988 1992 1996 2000 2004 2005 2006 2007 2008
Nombre de naissances[30] 4167 3043 3753 4199 3867 3803 4343 4883 5162 5269 5196 5177

Les ventes de Deauville sont le rendez-vous annuel des acheteurs de Pur Sang. En août, les animaux issus des élevages français âgés d'environ dix-huit mois y défilent à la vente et chaque année amène de nouveaux records de prix. En 2008, le chiffre d'affaires des ventes de Deauville fut de 40 699 000 euros sur les ventes de 360 poulains et pouliches de plus d'un an, soit une hausse de 7 % par rapport à 2007[100], le prix moyen d'un pur sang ayant augmenté de 13 % pour une moyenne de 111 017 euros par cheval[100]. Le cheikh Maktoum ben Rachid Al Maktoum de Dubaï a investi 4 990 000 euros sur quinze animaux et son parent, Hamdan bin Mohammed bin Rashid Al Maktoum a dépensé 3 070 000 euros pour dix Pur Sang, le record étant de deux millions d'euros investis pour une pouliche en 2002[100]. Le prix moyen d'un cheval vendu en octobre est de 30 000€[30]. La vente des juments destinées à la reproduction a lieu le second week-end de décembre et des ventes de chevaux à l’entraînement sont régulièrement organisées sur l’hippodrome de Saint-Cloud[30]. Des courses « à réclamer » sont organisées tous les jours, les chevaux en lice y sont vendus aux acheteurs les plus offrants[30]. Certains étalons reproducteurs français sont très demandés[30].

À Dubaï[modifier | modifier le code]

La famille régnante à Dubaï, entre autres le cheikh Mohammed ben Rachid Al Maktoum, fait partie des plus gros investisseurs sur le marché du Pur Sang et s'intéresse aux courses de plat depuis les années 1980[101]. En 1994, la famille régnante a créé l’Écurie Godolphin, qui est devenue la première multinationale dédiée à l’entraînement des Pur Sang au monde, avec plus de deux centaines de chevaux[101]. En 1996, ils ont créé la Dubaï World Cup, qui est aussi la course la mieux dotée du monde, avec 10 millions de dollars de récompense[102].

Malgré la récente crise financière, leurs investissements hippiques en décembre 2009 ne semblent pas encore touchés, sachant qu'ils ont investi dans près d'un tiers des ventes de yearlings Pur Sang dans plusieurs évènements en 2009. L'hippodrome de Meydan, coûtant 2,5 milliards d'euros, devrait normalement ouvrir le 28 janvier 2010 pour recevoir la Dubaï World Cup en mars 2010[102].

Utilisations[modifier | modifier le code]

Bien que le Pur Sang soit à la base élevé pour les courses de vitesse, la race est également utilisée pour bien d'autres disciplines équestres grâce à ses qualités athlétiques.

Courses hippiques[modifier | modifier le code]

Course de plat en Allemagne

Doté d'une aptitude exceptionnelle pour la course et la vitesse, le Pur Sang est en contrepartie un cheval très nerveux et assez fragile, ce qui peut s'expliquer par les efforts et risques auxquels il est exposé en compétition. Il peut commencer tôt sa carrière, pour les courses de plats, à partir de deux ans[103] et sur des distances relativement courtes. En grandissant, il est soumis à des distances plus longues et peut ne pas tenir ses promesses. Un Pur Sang qui n'excelle pas sur le plat est généralement redirigé sur des courses d'obstacles et éventuellement castré s'il s'agit d'un étalon trop nerveux dont les chances d'être un excellent compétiteur en restant entier semblent faibles.

Statistiquement, moins de 50 % de tous les Pur Sang de course en ont gagné au moins une, et moins de 1 % d'entre eux gagnent un grand classique comme le Kentucky Derby, le derby d'Epsom ou le Prix de l'arc de triomphe[104]. En 2007, il y avait 71 959 chevaux Pur Sang qui ont participé à au moins une course aux États-Unis, et en moyenne, un cheval de course court 6,33 fois par an dans ce pays[89]. En Angleterre, la British Racing Authority a compté 8 556 chevaux à l'entraînement pour les courses de plat en 2007, l'ensemble de ces chevaux a couru 60 081 fois dans 5 659 courses[105]. En France, chaque année voit l'organisation d'environ 4 300 courses de plat et de 2 200 courses d’obstacle[30].

Parmi les meilleurs Pur Sang de l'histoire des courses de plat, on peut citer Sea Bird, Nijinsky, Brigadier Gerard, Ribot, Secretariat, Man O'War, Mill Reef, Dancing Brave ou encore l'étalon du siècle, Northern Dancer.

Réforme des courses[modifier | modifier le code]

Les chevaux arrivés en fin de carrière en courses connaissent divers destins. Les plus performants deviennent étalons ou poulinières et font gagner une fortune à leurs propriétaires. Les autres sont généralement revendus et deviennent le plus souvent des chevaux de selle ou de club d'équitation. Il existe des associations spécialisées pour aider la reconversion des chevaux réformés, en effet, ceux-ci gardent des réflexes propres au monde des courses[106]. D'autres Pur Sang, trop difficiles à reconvertir, sont revendus à la boucherie au prix de la viande, notamment dans les pays hippophages comme la France. La réforme des courses survient généralement après un problème de santé. S'il ne se revend pas au poids au prix de la boucherie, un Pur Sang réformé se négocie moins de 1 200 €, et jusqu'à 2 500 € s'il a été rééduqué[39].

Autres disciplines[modifier | modifier le code]

Bella Beane, jument Pur Sang, dans un concours de saut d'obstacles local

En plus de l'utilisation lors des courses, les Pur Sang font de bons chevaux de compétition, notamment en concours complet d'équitation (CCE), concours de saut d'obstacles (CSO), et dans une moindre mesure en dressage, jusqu'aux aux plus hauts niveaux de compétition car il n'est pas rare de voir des chevaux de cette race se présenter aux jeux olympiques d'été. On peut également les voir en équitation hunter, course d'obstacles et même en équitation western où ils excellent, par exemple, aux épreuves de barrel racing. Les polices montées emploient souvent ces chevaux en dehors des compétitions, et plus généralement des cavaliers de loisir les montent[107]. Les plus grands Pur Sang sont plutôt adaptés au saut d'obstacles et à l'équitation hunter, tandis que les plus petits sont demandés comme poneys de polo, les Pur Sang sont d'ailleurs l'une des races les plus fréquemment trouvées lors des compétitions de polo aux États-Unis[108].

Ils sont également fréquemment montés en chasse à courre, plus précisément à la chasse au renard dans les plaines[109].

Pur Sang dans la culture[modifier | modifier le code]

Le Pur Sang et le monde des courses sont un sujet populaire dans l'art et la culture.

Littérature[modifier | modifier le code]

L'étalon noir de Walter Farley est une série de romans pour la jeunesse, qui se déroule dans le milieu des courses et met en scène de nombreux Pur Sang. Les deux romans de Paul Vialar, L'éperon d'argent et La cravache d'or, racontent en partie la vie du jockey Yves Saint-Martin. Le monde des courses et des Pur Sang est aussi un sujet propice aux romans policiers comme ceux de Dick Francis, qui ont tous pour toile de fond ce milieu. Plus épisodiquement, des romanciers comme Martha Grimes avec Disparition ou Christopher Carter avec Le cheval du crime adoptent le même thème. Mort sur le fil de Michel Ollivier, raconte l'implacable vengeance d'un jockey violent et rancunier[110].

Art[modifier | modifier le code]

Article connexe : Cheval dans l'art.
Jockeys devant la tribune par Edgar Degas.
Peinture d'un jockey anglais par George Stubbs.

Les Pur Sang et le monde des courses furent une source d'inspiration pour les artistes romantiques et impressionnistes du XIXe siècle. Théodore Géricault a ainsi peint le Derby d'Epsom en 1821, lors de son séjour en Angleterre. L'époque impressionniste a coïncidé avec le développement des courses en France, Manet, Degas et Toulouse-Lautrec ont tous eu une fascination durable pour les courses. Manet montre l'excitation et l'action dans la course, Degas se concentre davantage sur les moments qui précèdent le départ. Degas était aussi intéressé par les photos du cheval en mouvement réalisées par Muybridge, il les copia et les utilisa à titre de référence dans ses travaux ultérieurs[111].

George Stubbs et Alfred Munnings ont tous deux réalisé un grand nombre d'œuvres sur le cheval de course. Au XXe siècle, une grande partie de l'œuvre de John Skeaping présente des courses, y compris les bronzes grandeur nature d'Hyperion et de Brigadier Gerard.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Les réalisateurs se sont inspirés du milieu hippique et donc du Pur Sang, ainsi, le film Pur Sang, la légende de Seabiscuit est tiré de la véritable histoire de Seabiscuit, un célèbre cheval américain de courses de galop des années 1930 et 1940. Dans le même genre on retrouve les films Secretariat et Phar Lap, qui retracent la vie de ces deux étalons Pur Sang. Dreamer est aussi un film inspiré d'une histoire vraie, celle de Sonya, un cheval de course qui, à la suite d'une blessure, ne peut plus courir, mais qui avec toute l'affection et les soins de ses propriétaires parvient à revenir sur un hippodrome. Le film L'étalon noir de Francis Ford Coppola est une adaptation du roman homonyme de Walter Farley, qui se déroule en partie dans le milieu des courses. Le Grand National est un film tiré du roman homonyme d'Enid Bagnold en 1944, qui raconte l'histoire de Viviane Brown, une fillette de 12 ans qui devient propriétaire d'un Pur Sang lors d'une tombola et décide, avec l'aide d'un ami, de participer à la plus célèbre course d'obstacles du monde, le Grand National[112].

Lads & Jockeys, le documentaire de Benjamin Marquet, raconte le quotidien d'apprentis lads et jockeys à Chantilly et leurs premiers pas dans le monde des courses de galop au milieu des chevaux Pur Sang[113].

Par ailleurs, de nombreux autres films, notamment policiers, peuvent présenter une ou plusieurs scènes se déroulant dans le milieu des courses.

Télévision[modifier | modifier le code]

Les Pur Sang font des apparitions régulières à la télévision et en France, une chaîne leur est même entièrement consacrée, Équidia, qui est désormais une chaîne généraliste sur le cheval mais qui portait autrefois le nom de France Courses et ne s'intéressait qu'à l'univers du hippisme. En plus de la diffusion des courses hippiques, Équidia propose des reportages et des séries sur le Pur Sang[114].

Ces chaînes consacrées aux courses, et donc au Pur Sang, ont leur équivalent dans de nombreux pays où le sport hippique s'est développé.

L'Étalon noir a également fait l'objet d'une série télévisée franco-canadienne. Plus généralement, des séries télévisées et notamment policières contiennent fréquemment un épisode ayant pour toile de fond le monde des courses et du Pur Sang[Note 2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'ancienne monnaie anglaise sert traditionnellement de référence pour ces ventes, et une guinée vaut 21 shillings
  2. Comme dans Les Experts : Miami, où l'épisode Hors course de la saison 7 se déroule dans le monde des courses hippiques

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) John W. Patten, The Light Horse Breeds: Their Origin, Characteristics, and Principal Uses, New York, Bonanza Books,‎ 1960, p. 191–195 p.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Dr Jacques Sevestre et Nicole Agathe Rosier, Le Cheval, Larousse,‎ 1983, p. 120-122 p. (ISBN 2-0351-7118-0), article Pur-sang
  3. Haras nationaux français, « Standard français de la race Pur Sang » (consulté le 2 janvier 2010)
  4. a, b et c (en) Merriam Webster, « Thoroughbred dans Dictionary of English Usage p. 195 »,‎ 1994 (consulté le 17 février 2008)
  5. a, b, c et d (en) Merriam-Webster, The Merriam-Webster Dictionary of English Usage, Springfield, MA, Merriam-Webster,‎ 1989 (ISBN 0-87779-132-5), p. 905
  6. a et b (en) Races chevalines du monde, « Le pur-sang », International Museum of the Horse (consulté le 17 février 2008)
  7. (en) Jockey-Club australien, « A propos du stud-book australien » (consulté le 6 juillet 2008)
  8. (en) John F. Wall, Famous Running Horses: Their Forebears and Descendants, Washington, DC, Infantry Journal Press,‎ 1949, p.7 p. (ISBN 1-4325-9386-2)
  9. (en) Mordaunt Milner, The Godolphin Arabian: The Story of the Matchem Line, Londres, J. A. Allen,‎ 1990, p. 3 p. (ISBN 0-85131-476-7)
  10. (en) John F. Wall, Famous Running Horses: Their Forebears and Descendants, Washington, DC, Infantry Journal Press,‎ 1949, p. 8 p. (ISBN 1-4325-9386-2)
  11. a et b (en) Kate Gilbert Phifer, Track Talk: An Introduction to Thoroughbred Racing, Washington, D.C., Robert B. Luce Co.,‎ 1978, p. 45 p. (ISBN 0-88331-098-8)
  12. (en) Tony Morris, Thoroughbred Stallions, Swidon, Wiltshire, Crowood Press,‎ 1990, p. 1–2 p. (ISBN 1-85223-331-1)
  13. (en) Mordaunt Milner, The Godolphin Arabian: The Story of the Matchem Line, London, J. A. Allen,‎ 1990, p. 140 p. (ISBN 0-85131-476-7)
  14. a, b, c, d et e (en) John Pickrel, « 95% of thoroughbreds linked to one superstud », sur NewScientist.com news service, New Scientist,‎ février 2005 (consulté le 17 février 2008)
  15. a et b (en) Cunningham EP, Dooley JJ, Splan RK, Bradley DG, « Microsatellite diversity, pedigree relatedness and the contributions of founder lineages to thoroughbred horses (Abstract) », PubMed (consulté le 17 février 2008) résumé de (en) Cunningham EP, Dooley JJ, Splan RK, Bradley DG, « Microsatellite diversity, pedigree relatedness and the contributions of founder lineages to thoroughbred horses », Animal Genetics, vol. 32, no 6,‎ 2001, p. 360–364 (lien DOI?, lire en ligne)
  16. (en) Patricia Erigero, « Who's Your Momma III: Some Lines Misplaced », Thoroughbred Heritage (consulté le 17 février 2008) citant (en) E. W. Hill et al., « History and Integrity of Thoroughbred Dam Lines Revealed in Equine mtDNA Variation », Animal Genetics, vol. 33, no 4,‎ 2002, p. 287–294 (lien DOI?, lire en ligne [PDF])
  17. (en) Patricia Erigero, « Who's Your Momma II: Some Lines Converge », Thoroughbred Heritage (consulté le 17 février 2008) citant (en) E. W. Hill et al., « History and Integrity of Thoroughbred Dam Lines Revealed in Equine mtDNA Variation », Animal Genetics, vol. 33, no 4,‎ 2002, p. 287–294 (lien DOI?, lire en ligne [PDF])
  18. a et b (en) Patricia Erigero, « New Research Sheds Light on Old Pedigrees », Thoroughbred Heritage (consulté le 17 février 2008) citant (en) E. W. Hill et al., « History and Integrity of Thoroughbred Dam Lines Revealed in Equine mtDNA Variation », Animal Genetics, vol. 33, no 4,‎ 2002, p. 287–294 (lien DOI?, lire en ligne [PDF])
  19. (en) Margaret Elsinor Derry, Horses in Society: A Story of Animal Breeding and Marketing, 1800-1920, Toronto, University of Toronto Press,‎ 2006, p. 41 p. (ISBN 0-8020-9112-1)
  20. (en) William P. Robertson, The History of Thoroughbred Racing in America, New York, Bonanza Books,‎ 1964, p. 16 p.
  21. (en) Sanders D. Bruce, The American Stud Book, vol. 1, New York,‎ 1884, p. 10 p.
  22. a et b (en) « Turf Hallmarks : Epsom Derby Stakes », Thoroughbred Heritage (consulté le 17 février 2008)
  23. (en) John F. Wall, Famous Running Horses: Their Forebears and Descendants, Washington, DC, Infantry Journal Press,‎ 1949, p. 114-115 p. (ISBN 1-4325-9386-2)
  24. (en) John F. Wall, Famous Running Horses: Their Forebears and Descendants, Washington, DC, Infantry Journal Press,‎ 1949, p. 119 p. (ISBN 1-4325-9386-2)
  25. (en) Warren J. Evans, Anthony Borton, L. Dale Van Vleck et Harold Hintz, The Horse, San Francisco, Second Edition W.H. Freeman,‎ 1990, p. 28–29 p. (ISBN 0-7167-1811-1)
  26. (en) Warren J. Evans, Anthony Borton, L. Dale Van Vleck et Harold Hintz, The Horse, San Francisco, Second Edition W.H. Freeman,‎ 1990, p. 23–27 p. (ISBN 0-7167-1811-1)
  27. (en) Warren J. Evans, Anthony Borton, L. Dale Van Vleck et Harold Hintz, The Horse, San Francisco, Second Edition W.H. Freeman,‎ 1990, p. 36 p. (ISBN 0-7167-1811-1)
  28. (en) Derry, Margaret Elsinor, Horses in Society: A Story of Animal Breeding and Marketing, 1800-1920, Toronto, University of Toronto Press,‎ 2006, p. 136–137 p. (ISBN 0-8020-9112-1)
  29. (en) Thomas R. Buecker, Fort Robinson and the American century, 1900-1948, Lincoln, Nebraska State Historical Society,‎ 2002, p. 27–29 p. (ISBN 0-933307-29-2)
  30. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m document officiel des haras nationaux français, « Le Pur Sang » [PDF] (consulté le 30 aout 2009)
  31. a et b (en) Philip Herringer, « Thoroughbred Horse Racing in Australia », Thoroughbred Heritage,‎ 2006 (consulté le 27 février 2008)
  32. (en) Michael Ford, « History of the Australian Stud Book: Part 1 », Breeders and Breeding, Thoroughbred Heritage,‎ juin 2006 (consulté le 27 février 2008)
  33. a et b (en) « History of Irish Racing 17th-20th Century » (consulté le 28 décembre 2009)
  34. (en) « About Breeding In Ireland » (consulté le 28 décembre 2009)
  35. a et b « Notre pedigree » (consulté le 28 décembre 2009)
  36. a, b, c, d et e « L'élevage du Pur Sang au Japon »
  37. (en) Philip Herringer, « Thoroughbred Horse Racing and Breeding in South Africa », Thoroughbred Heritage,‎ 2004 (consulté le 27 février 2008)
  38. Christophe Donner, « Le cheval le plus rapide du monde », sur http://cheval.blog.lemonde.fr/, Le Monde (consulté le 15 novembre 2009)
  39. a, b, c et d « Le Pur-sang anglais », sur http://www.galoway.com/ (consulté le 15 novembre 2009)
  40. (en) Kate Gilbert Phifer, Track Talk: An Introduction to Thoroughbred Racing, Washington, D.C., Robert B. Luce Co.,‎ 1978, p.26 p. (ISBN 0-88331-098-8)
  41. a et b (en) The Jockey Club, The American Stud Book Principal Rules and Requirements, « Eligibility for Foal Registration », The Jockey Club (consulté le 17 février 2009), p. Section V, part C
  42. (en) Australian Jockey Club, « Rules of the Australian Stud Book » [PDF], sur http://www.studbook.org.au/, Australian Jockey Club,‎ 2007 (consulté le 17 février 2008), p. 7
  43. (en) Kate Gilbert Phifer, Track Talk: An Introduction to Thoroughbred Racing, Washington, D.C., Robert B. Luce Co.,‎ 1978, p.38 p. (ISBN 0-88331-098-8)
  44. « Les records mondiaux des chevaux », manege-corsier.ch (consulté le 14 février 2007)
  45. (en) Kate Gilbert Phifer, Track Talk: An Introduction to Thoroughbred Racing, Washington, D.C., Robert B. Luce Co.,‎ 1978, p.24 p. (ISBN 0-88331-098-8)
  46. John Henry Walsh, Comte J. de Lagondie, Le cheval anglais: extrait du Manuel du Sport, publié à Londres en 1856, E. Dentu,‎ 1860 (lire en ligne), p. 56
  47. (en) Maurizio Bongianni, Champion Horses: An Illustrated History of Flat Racing, Steeplechasing and Trotting Races, New York, Bonanza Books,‎ 1983, p.112-113 p. (ISBN 0-517-43933-6)
  48. (en) Maurizio Bongianni, Champion Horses: An Illustrated History of Flat Racing, Steeplechasing and Trotting Races, New York, Bonanza Books,‎ 1983, p.56 p. (ISBN 0-517-43933-6)
  49. a et b (en) Juliet Hedge, Horse Conformation: Structure, Soundness and Performance, Globe Pequot,‎ 2004, p.35 p. (ISBN 1-59228-487-6)
  50. (en) Christine Barakat, « Why Size Matters », Equus, vol. 361,‎ octobre 2007, p. 36–42
  51. a et b (en) Maurizio Bongianni, Simon & Schuster's Guide to Horses and Ponies, New York, Fireside,‎ 1987 (ISBN 0-671-66068-3) section 12
  52. (en) Marguerite Henry, All About Horses, Random House,‎ 1967, p.60-66 p. (ISBN 0-394-80243-8)
  53. (en) « Tango Duke », Brainyhistory (consulté le 2 janvier 2010)
  54. (en) Swinburne, A Hopkins, MM Binns, Assignment of the horse grey coat colour gene to ECA25 using whole genome scanning, vol. 33, Animal Genetics,‎ 2002, p. 338–342 p.
  55. Anne Piola, « Contes et légendes du cheval », sur http://issuu.com/anne.piola/ (consulté le 2 janvier 2010)
  56. a et b (en) The Jockey Club, « Les couleurs de robes chez les Pur Sang » (consulté le 17 février 2008)
  57. a et b « La merveilleuse histoire des blancs », Cheval magazine,‎ avril 1996
  58. (en) Le stud-book australien du pur-sang, « Identification Vétérinaire du pur-sang en Australie »,‎ mai 2008 (consulté le 25 février 2009)
  59. a, b et c (en) Rosenblatt, « Barbaro's legacy », Washington Post
  60. a, b et c (en) Oke, The Horse : Understanding and Preventing Catastrophic Injuries, p. 26-36 p.
  61. a et b (en) Casner, Bill, « The Detrimental Effects of Toe Grabs » [ppt],‎ avril 2007 (consulté le 17 février 2008)
  62. (en) RM Arthur, Diagnosis and Management of Lameness in the Horse, St. Louis, MO, Saunders,‎ 2003, p. 872 p. (ISBN 0-7216-8342-8), North American Thoroughbred
  63. (en) « Rules and Regulations of Thoroughbreds », The Jockey Club Website, The Jockey Club (consulté le 7 février 2008)
  64. (en) Equine Research, Inc., Breeding Management and Foal Development, Grand Prairie, Texas, Equine Research,‎ 1982, p. 349 p. (ISBN 0-935842-04-7)
  65. (en) Russell Meerdink Co, « Frequently Asked Questions: Breeding », Russell Meerdink Co (consulté le 17 février 2008)
  66. (en) M.E. McCue, D.L. Bannasch, J.L. Petersen, J. Gurr, E. Bailey et et al., « A High Density SNP Array for the Domestic Horse and Extant Perissodactyla: Utility for Association Mapping, Genetic Diversity, and Phylogeny Studies », PLoS Genetics, vol. 8, no 1,‎ 2012
  67. Mim A. Bower & al., The genetic origin and history of speed in the Thoroughbred racehorse, Nature, 24 janvier 2012 ; Scientists trace origin of 'speed gene' in modern racehorses to British mare of 300 years ago, University College Dublin News, 25 janvier 2012
  68. Genetic Test for 'Speed Gene' in Thoroughbred Horses, Science Daily, 2 février 2010
  69. (en) Jeffrey Kluger, « Bred for Speed... Built for Trouble », Time Magazine,‎ 28 mai 2006 (lire en ligne)
  70. (en) Bill Finley, « Sadly, No Way to Stop Deaths », New York Daily News,‎ 10 juin 1993
  71. a et b (en) « And They Call Us Horse Lovers », Cowboy Magazine
  72. « L’ANGLO-ARABE - Le Standard de la race », Association Nationale Anglo-Arabe (consulté le 28 mars 2009)
  73. (en) Von Velsen, Dr. Eberhard, « The Trakehner Breed and the Thoroughbred », Trakehner Hefte, American Trakehner Association,‎ September/October 1981 (consulté le 27 février 2008)
  74. (en) Oklahoma State University Department of Animal Science, « Quarter Horse », Oklahoma State University (consulté le 17 février 2008)
  75. (en) Oklahoma State University Department of Animal Science, « Standardbred », Oklahoma State University (consulté le 17 février 2008)
  76. (en) Elizabeth Curler, « Morgan Horses in American History », The National Museum of the Morgan Horse (consulté le 17 février 2008)
  77. (en) Irish Draught Horse Society, « The Irish Draught Sport Horse », Irish Draught Horse Society Web Site, Irish Draught Horse Society (consulté le 17 février 2008)
  78. (en) J.M. Bourke, Fatalities on racecourses in Victoria: a seven year study, R & W Publications (Newmarket) Ltd
  79. (en) Oikawa, « Effect of restructuring of a racetrack on the occurrence of racing injuries in thoroughbred horses », Journal of Equine Veterinary Science,‎ 1994 (lien DOI?)
  80. (en) PETA, « The Horseracing Industry: Drugs, Deception and Death », PETA Media Center, People for the Ethical Treatment of Animals (consulté le 17 février 2008)
  81. (en) Pedulla, « Injury steps up scrutiny on Triple Crown Schedule », USA Today
  82. (en) Walker, « Barbaro's injury highlighted problems, medical advances », Baltimore Sun
  83. a, b et c (en) Grady, « State of the Art to Save Barbaro », The New York Times
  84. (en) PETA, « Barbaro's Tragic Injury: A Symptom of a Cruel Industry », People for Ethical Treatment of Animals (consulté le 17 février 2008)
  85. (en) Horserace Levy Betting Board staff, org.uk / document.php? id = 14 « Advancing Veterinary Science and Education », Horserace Levy Betting Board (consulté le 17 février 2008)
  86. (en) Mackey, Veterinary Radiology & Ultrasound, American College of Veterinary Radiology, Stress fractures of the humerus, radius and tibia in horses
  87. (en) The Jockey Club, « Thoroughbred Racing and Breeding Worldwide », The Jockey Club (consulté le 30 mars 2008)
  88. (en) Malcom Commer, « Price Factors and Sales Trends » [PDF], University of Maryland (consulté le 6 mai 2008)
  89. a et b (en) The Jockey Club, « 2007 Racing Statistics », The Jockey Club (consulté le 5 juin 2008)
  90. (en) NTRA Wagering Technology Working Group in conjunction with Giuliani Partners LLC, « Improving Security in the United States Pari-Mutuel Wagering System: Status Report and Recommendations » [PDF], National Thoroughbred Racing Association,‎ août 2003 (consulté le 17 février 2008)
  91. (en) The Jockey Club, « About the Registry », The Jockey Club (consulté le 17 février 2008)
  92. (en) The Jockey Club, « Distribution of Registered Foal US Foal Crop by State », The Jockey Club,‎ c. 2007 (consulté le 17 février 2008)
  93. (en) The Jockey Club, « Thoroughly Thoroughbred » [PDF], The Jockey Club (consulté le 1er avril 2008)
  94. a et b (en) Keeneland Sales, « Récapitulatif des ventes de l'année », Keeneland Sales (consulté le 5 juin 2008)
  95. (en) The Jockey Club, « 2007 Auction Statistics », The Jockey Club (consulté le 6 mai 2008)
  96. (en) Keeneland Sales, « Keeneland September 2007 Yearling Sale Results », Keeneland Sales (consulté le 5 juin 2008)
  97. (en) British Horseracing Authority, « British Breeding: Overview », British Horseracing Authority (consulté le 5 juin 2008)
  98. (en) Tattersalls, « Tattersall's (Select Sales & Results, then July) », Tattersall's Website, Tattersall's (consulté le 5 juin 2008)
  99. (en) Doncaster Bloodstock Sales, « Sales Statistics », Doncaster Bloodstock Sales (consulté le 5 juin 2008)
  100. a, b et c Afp Arqana, « Hippisme - Les ventes de yearlings de Deauville s'envolent à plus de 40 millions », Web-Agri (consulté le 1er avril 2009)
  101. a et b « Dubaï : pétrodollars, démesure, courses de chevaux à l’anglaise et World Cup ! », sur http://www.grandprix-replay.com (consulté le 28 décembre 2009)
  102. a et b « Crise à Dubaï : Un impact sur les courses ? », sur http://www.lejdd.fr/, Le journal du dimanche,‎ décembre 2009 (consulté le 28 décembre 2009)
  103. Etreillis, Fairman Rogers Collection, Dictionnaire du sport français : Courses, chevaux, entrainement, langue du turf, célébrités du turf, paris et parieurs, règlements, hippodromes, O. Lorenz,‎ 1872, 676 p.
  104. (en) Toddi Gutner, « So You Want to Race a Horse », BusinessWeek, Business Week,‎ 16 juin 2003, p. 92 (lire en ligne).
  105. (en) British Horseracing Authority, « British Horseracing Review 2006-2007 » [PDF], British Horseracing Authority Website, British Horseracing Authority (consulté le 5 juin 2008)
  106. (en) Heather Smith Thomas, « Options for Ex-racehorses », The Blood-Horse,‎ 10 mai 2008 (lire en ligne [PDF]).
  107. (en) Le Jockey Club, « Le pur-sang », Le Jockey Club (consulté le 17 février 2008)
  108. (en) American Polo Horse Association, « Qu'est-ce qu'un cheval ou poney de polo ? », American Polo Horse Association (consulté le 17 février 2008)
  109. (en) Jones, « Chasse au renard dans les Amériques », American Heritage Magazine
  110. « Mort sur le fil » (consulté le 29 décembre 2009)
  111. John Fairley, Racing in Art, New York, Rizzoli International,‎ 1990 (ISBN 0-8478-1234-0), p. 244
  112. « Le Grand National », sur http://www.allocine.fr (consulté le 29 décembre 2009)
  113. « Lads et jockeys », sur http://www.telerama.fr/, Télérama (consulté le 29 décembre 2009)
  114. par exemple Jonah et le pur sang : « Jonah et le pur sang », sur http://www.equidia.fr/, Équidia (consulté le 29 décembre 2009)
  1. a, b et c p. 25
  2. p. 38-39
  3. p. 37
  4. p. 159-163
  5. p. 165-171
  6. p. 175-176
  7. p. 119-122
  8. p. 125-128
  9. p. 134
  10. p. 139-143
  11. a et b p. 202-205
  12. p. 213-215
  13. p. 180-182
  14. p. 182-187
  15. a et b p. 238-240
  16. p. 233-235
  • (en) Peter Willet, The Classic Racehorse, Lexington, KY, University Press of Kentucky,‎ 1982 (ISBN 0-8131-1477-2)
  1. p. 34-36
  2. p. 39-41
  3. p. 57
  4. p. 71-74
  5. p. 56
  6. p. 30
  7. a et b p. 162-169
  8. a et b p. 202-211
  9. p. 24
  1. p. 131-136
  2. p. 142-143
  3. p. 143-148
  4. p. 152-154
  5. p. 183-186
  6. p. 338-354

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : Ouvrage utilisé pour la rédaction de cet article

Livres spécialisés sur les courses et le Pur-sang[modifier | modifier le code]

  • John Henry Walsh, Comte J. de Lagondie, Le cheval anglais: extrait du Manuel du Sport, publié à Londres en 1856, E. Dentu,‎ 1860 (lire en ligne)
  • Henri Bocquet, Le cheval de pur sang anglais de course, son stud-book, Les Presses Modernes,‎ 1931, 75 p. (lire en ligne)
  • Guy Thibault, Un siècle de galop, 1900-2000, Filipacchi,‎ 2001, 442 p. (ISBN 2-8501-8698-8)
  • (en) Peter Willett, The Classic Racehorse, Lexington, KY, University Press of Kentucky,‎ 1982 (ISBN 0-8131-1477-2) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Peter Willett, The thoroughbred, New York, G. P. Putnam's Sons,‎ 1970 (ISBN 0-297-00225-2) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Edward Samuel Montgomery, The thoroughbred, New York, Arco And Co,‎ 1973 (ISBN 0-668-02824-6) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Maurizio Bongianni, Champion Horses: An Illustrated History of Flat Racing, Steeplechasing and Trotting Races, New York, Bonanza Books,‎ 1983 (ISBN 0-517-43933-6) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) S.D. Bruce, The American Stud Book, Vol. 1, Revised Edition, New York, Sanders D. Bruce,‎ 1884
  • (en) Mordaunt Milner, The Godolphin Arabian: The Story of the Matchem Line, London, J. A. Allen,‎ 1990 (ISBN 0-85131-476-7)
  • (en) Edward E. Montgomery, The Thoroughbred, New York, Arco Publishing,‎ 1971 (ISBN 0-668-02824-6)
  • (en) Tony Morris, Thoroughbred Stallions, Swidon, Wiltshire, Crowood Press,‎ 1990 (ISBN 1-85223-331-1)
  • (en) Kate Gilbert Phifer, Track Talk: An Introduction to Thoroughbred Racing, Washington, D.C., Robert B. Luce Co.,‎ 1978 (ISBN 0-88331-098-8)
  • (en) William P. Robertson, The History of Thoroughbred Racing in America, New York, Bonanza Books,‎ 1964
  • (en) John F. Wall, Famous Running Horses: Their Forebears and Descendants, Washington, DC, Infantry Journal Press - Kessinger Publishing,‎ 1949 - 2007 (ISBN 1-4325-9386-2)

Livres généralistes[modifier | modifier le code]

  • Joseph Guilhen de Lagondie, Le cheval et son cavalier: école pratique pour la connaissance-l'éducation-la conservation-l'amélioration du cheval de course-de chasse-de guerre d'après les plus récentes publications anglaises sur le turf, avec des tables généalogiques et nombreuses additions au point de vue du cheval français, vol. 1, J. Rothschild,‎ 1874 (lire en ligne)
  • (en) RM Arthur, Diagnosis and Management of Lameness in the Horse, St. Louis, MO, Saunders,‎ 2003 (ISBN 0-7216-8342-8)
  • (en) Maurizio Bongianni, Simon & Schuster's Guide to Horses and Ponies, New York, Fireside,‎ 1987 (ISBN 0-671-66068-3)
  • (en) Thomas R. Buecker, Fort Robinson and the American century, 1900-1948, Lincoln, Nebraska State Historical Society,‎ 2002 (ISBN 0-933307-29-2)
  • (en) Warren J Evans, Anthony Borton, L. Dale Van Vleck, Harold Hintz, The Horse, San Francisco, W.H. Freeman,‎ 1990 (ISBN 0-7167-1811-1)
  • (en) Richard Glyn, The World's Finest Horses and Ponies, London, Harrap,‎ 1971 (ISBN 0-245-59267-9)
  • (en) Marguerite Henry, All About Horses, Random House,‎ 1967 (ISBN 0-394-80243-8)
  • (en) John W. Patten, The Light Horse Breeds: Their Origin, Characteristics, and Principal Uses, New York, Bonanza Books,‎ 1960

Publications scientifiques[modifier | modifier le code]

  • (en) Cunningham EP, Dooley JJ, Splan RK, Bradley DG, « Microsatellite diversity, pedigree relatedness and the contributions of founder lineages to thoroughbred horses (Abstract) », PubMed (consulté le 17 février 2008), résumé de (en) Cunningham EP, Dooley JJ, Splan RK, Bradley DG, « Microsatellite diversity, pedigree relatedness and the contributions of founder lineages to thoroughbred horses », Animal Genetics, vol. 32, no 6,‎ 2001, p. 360–364 (lien DOI?, lire en ligne)
  • (en) JM Bourke, « Fatalities on racecourses in Victoria: a seven year study », Proceedings of the 10th International Conference of Racing Analysts and Veterinarians,‎ 1994
  • (en) Equine Research, Inc., Breeding Management and Foal Development, Grand Prairie, Texas, Equine Research,‎ 1982 (ISBN 0-935842-04-7)
  • (en) Patricia Erigero, « New Research Sheds Light on Old Pedigrees », Thoroughbred Heritage (consulté le 17 février 2008) citant (en) E. W. Hill et al., « History and Integrity of Thoroughbred Dam Lines Revealed in Equine mtDNA Variation », Animal Genetics, vol. 33, no 4,‎ 2002, p. 287–294 (lien DOI?, lire en ligne [PDF])
  • (en) Patricia Erigero, « Who's Your Momma II: Some Lines Converge », Thoroughbred Heritage (consulté le 17 février 2008) citant (en) E. W. Hill et al., « History and Integrity of Thoroughbred Dam Lines Revealed in Equine mtDNA Variation », Animal Genetics, vol. 33, no 4,‎ 2002, p. 287–294 (lien DOI?, lire en ligne [PDF])
  • (en) Patricia Erigero, « Who's Your Momma III: Some Lines Misplaced », Thoroughbred Heritage (consulté le 17 février 2008) citant (en) E. W. Hill et al., « History and Integrity of Thoroughbred Dam Lines Revealed in Equine mtDNA Variation », Animal Genetics, vol. 33, no 4,‎ 2002, p. 287–294 (lien DOI?, lire en ligne [PDF])
  • (en) Bill Finley, « Sadly, No Way to Stop Deaths », New York Daily News,‎ 6 octobre 2006
  • (en) Denise Grady, « State of the Art to Save Barbaro », The New York Times,‎ 23 mai 2006 (lire en ligne)
  • (en) Juliet Hedge et Don M. Wagoner, Horse Conformation: Structure, Soundness and Performance, Globe Pequot,‎ 2004 (ISBN 1-59228-487-6)
  • (en) Jeffrey Kluger, « Bred for Speed...Built for Trouble », Time Magazine,‎ 28 mai 2006 (lire en ligne)
  • (en) VS Mackey et al., « Stress fractures of the humerus, radius and tibia in horses », Veterinary Radiology, vol. 21,‎ 1989, p. 161
  • (en) Miles Napier, Blood will tell: Orthodox breeding theories examined, London, J. A. Allen,‎ 1977 (ISBN 0-85131-254-3)
  • (en) M Oikawa et al., « Effect of restructuring of a racetrack on the occurrence of racing injuries in thoroughbred horses », Journal of Equine Veterinary Science, vol. 14,‎ 1994, p. 262 (lien DOI?)
  • (en) Stacey Oke, « Understanding and Preventing Catastrophic Injuries », The Horse,‎ juillet 2008
  • (en) John Pickrel, « 95% of thoroughbreds linked to one superstud », sur NewScientist.com news service, New Scientist,‎ février 2005 (consulté le 17 février 2008)

Autres[modifier | modifier le code]

  • (en) Caroline Jones, « Fox Hunting in America », American Heritage Magazine, vol. 24, no 6,‎ octobre 1973 (lire en ligne)
  • (en) Robert M. Miller, DVM, « And They Call Us Horse Lovers », Cowboy Magazine,‎ 2006 (lire en ligne)
  • (en) Tom Pedulla, « Injury steps up scrutiny on Triple Crown schedule », USA Today,‎ 4 juin 2006 (lire en ligne)
  • (en) Richard Rosenblatt, « Barbaro's Legacy: Better Life for Horses », Washington Post,‎ 23 avril 2007 (lire en ligne)
  • (en) Childs Walker et Bill Ordine, « Barbaro's injury highlighted problems, medical advances », Baltimore Sun,‎ 30 janvier 2007 (lire en ligne).
Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 29 janvier 2010 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.