André Chouraqui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chouraqui.
André Chouraqui
Description de cette image, également commentée ci-après
André Chouraqui, Jérusalem 1979.
Naissance
Aïn Témouchent, Algérie
Décès (à 89 ans)
Jérusalem
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture français, hébreu, arabe
Genres

Œuvres principales

  • La Bible / trad. et présentée par André Chouraqui (1985)
  • L'amour fort comme la mort : une autobiographie (1998)

Nathan André Chouraqui[1], né le à Aïn Témouchent, Algérie[2] et mort le à Jérusalem, est un avocat, écrivain, penseur et homme politique israélien, connu pour sa traduction de la Bible, dont la publication, à partir des années 1970, donne un ton différent à sa lecture.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a passé son enfance en Algérie, où il a notamment étudié la Torah avec son rabbin. Il a ensuite fait des études en France, où il rejoint la Résistance. Il fait partie du Réseau Garel (Lyon, 1942-1944).

André Chouraqui fut avocat au barreau d'Oran (1940-1941), puis juge dans le ressort de la cour d'appel à Alger (1945-1947). Il est promu, en 1948, docteur en droit international public à l'Université de Paris.

En 1958, André Chouraqui s'installe en Israël et, en 1965, est élu vice-maire de Jérusalem.

En 1967, il est, avec Jean Daniélou, à l'initiative de la création de l'association Fraternité d'Abraham, qui promeut le dialogue interreligieux[3].

En 1987, paraît chez Desclée De Brouwer sa traduction de la Bible à partir de la Bible dite massorétique, d'abord publiée par volumes à partir des années 1970. Marc Leboucher, qui fut le premier à éditer ce texte en France estime qu'André Chouraqui a adopté dans son travail « un parti pris révolutionnaire, qui a permis de redécouvrir des textes que l'on croyait usés » et qu'« il a surtout mis en lumière l'importance des racines juives du christianisme et rappelé que Jésus appartenait au peuple juif. »

En 1990, il publie une traduction du Coran.

Secrétaire général adjoint de l'Alliance israélite universelle (1947-1953), André Chouraqui en deviendra le délégué permanent, sous la présidence de René Cassin (1887/1976). Il fut également président de l'Alliance française de Jérusalem.

En février 1990, est publié L'Amour fort comme la Mort, autobiographie d'André Chouraqui qui sera ultra-médiatisée et se vendra immédiatement à plus de 100 000 exemplaires. La même année il publie chez le même éditeur sa traduction du Coran (texte et commentaires) et rencontre le Dalaï Lama[4].

Il était membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence.

Sa seconde épouse Annette est la fille du pédiatre Gaston Lévy.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

La Bible Chouraqui

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "signifie "celui qui vient de l'est" (arabe sharqiyy)."
  2. Henri Tincq, « André Chouraqui, traducteur et homme politique », sur Le Monde, (consulté le 3 février 2014).
  3. Evelyne Montigny, « La Fraternité d'Abraham », sur croire.la-croix.com (consulté le 26 octobre 2018).
  4. Biographie : Site d'André Chouraqui

Liens externes[modifier | modifier le code]