André Chouraqui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chouraqui.
André Chouraqui
Description de cette image, également commentée ci-après
André Chouraqui, Jérusalem 1979.
Naissance
Aïn Témouchent, Algérie
Décès (à 89 ans)
Jérusalem
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture français, hébreu, arabe
Genres

Œuvres principales

  • La Bible / trad. et présentée par André Chouraqui (1985)
  • L'amour fort comme la mort : une autobiographie (1998)

Nathan André Chouraqui[1], né le à Aïn Témouchent, Algérie[2] et mort le à Jérusalem, est un avocat, écrivain, penseur et homme politique israélien, connu pour sa traduction de la Bible, dont la publication, à partir des années 1970, donne un ton différent à sa lecture.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a passé son enfance en Algérie, où il a notamment étudié la Torah avec son rabbin. Il a ensuite fait des études en France, où il rejoint la Résistance. Il fait partie du Réseau Garel (Lyon, 1942-1944).

André Chouraqui fut avocat au barreau d'Oran (1940-1941), puis juge dans le ressort de la cour d'appel à Alger (1945-1947). Il est promu, en 1948, docteur en droit international public à l'Université de Paris.

En 1958, André Chouraqui s'installe en Israël et, en 1965, est élu vice-maire de Jérusalem.

En 1967, il est, avec Jean Daniélou, à l'initiative de la création de l'association Fraternité d'Abraham, qui promeut le dialogue interreligieux[3].

En 1987, paraît chez Desclée De Brouwer sa traduction de la Bible à partir de la Bible dite massorétique, d'abord publiée par volumes à partir des années 1970. Marc Leboucher, qui fut le premier à éditer ce texte en France estime qu'André Chouraqui a adopté dans son travail « un parti pris révolutionnaire, qui a permis de redécouvrir des textes que l'on croyait usés » et qu'« il a surtout mis en lumière l'importance des racines juives du christianisme et rappelé que Jésus appartenait au peuple juif. »

En 1990, il publie une traduction du Coran.

Secrétaire général adjoint de l'Alliance israélite universelle (1947-1953), André Chouraqui en deviendra le délégué permanent, sous la présidence de René Cassin (1887/1976). Il fut également président de l'Alliance française de Jérusalem.

En février 1990, est publié L'Amour fort comme la Mort, autobiographie d'André Chouraqui qui sera ultra-médiatisée et se vendra immédiatement à plus de 100 000 exemplaires. La même année il publie chez le même éditeur sa traduction du Coran (texte et commentaires) et rencontre le Dalaï Lama[4].

Il était membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence.

Sa seconde épouse Annette est la fille du pédiatre Gaston Lévy.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

La Bible Chouraqui

André Chouraqui, La Vie Quotidienne des Hébreux au temps de la Bible, Rois et Prophètes, Hachette, Paris 1971, 263 p.

André Chouraqui, La Vie Quotidienne des Hommes de la Bible, Hachette, Paris 1978, 406 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "signifie "celui qui vient de l'est" (arabe sharqiyy)."
  2. Henri Tincq, « André Chouraqui, traducteur et homme politique », sur Le Monde, (consulté le 3 février 2014).
  3. Evelyne Montigny, « La Fraternité d'Abraham », sur croire.la-croix.com (consulté le 26 octobre 2018).
  4. Biographie : Site d'André Chouraqui

Liens externes[modifier | modifier le code]